Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Francisco Ramírez Santacruz, El diagnóstico de la humanidad por Mateo Alemán

Philippe Rabaté
p. 264-265
Référence(s) :

Francisco Ramírez Santacruz, El diagnóstico de la humanidad por Mateo Alemán: el discurso médico del Guzmán de Alfarache, Potomac, Scripta Humanística, 2005, 282 p.

Texte intégral

1L’étude de Francisco Ramírez Santacruz sur le discours médical dans le Guzmán de Alfarache vient combler une lacune considérable dans les études alémaniennes. Ce thème avait toutefois été entrevu à plusieurs reprises par les principaux spécialistes de l’œuvre : Michel Cavillac avait ainsi pu esquisser des considérations très suggestives sur l’importance de la métaphore thérapeutique dans sa thèse Gueux et marchands dans le Guzmán de Alfarache, tandis que Francisco Márquez Villanueva, dans un article consacré aux Sucesos de Fray García Guerra (1613), s’intéressait pour sa part à la description anatomo-pathologique du corps du défunt. À cette occasion, Márquez Villanueva appelait de ses vœux une étude approfondie de la présence du savoir médical dans le Guzmán, en 2005, il la justifie à nouveau dans sa préface au Diagnóstico de la humanidad por Mateo Alemán.

2L’approche de Francisco Ramírez Santacruz repose sur un postulat partagé par la plupart des critiques nord-américains : le savoir médical présent dans le Guzmán est inséparable d’une hétérodoxie de son auteur due, en grande partie, à son origine judéo-converse. Même si l’on peut concevoir quelques réserves sur cette interprétation tranchée et polémique, force est de constater la richesse de l’apport de Francisco Ramírez à la critique alémanienne. Cette avancée est avant tout le fruit d’une méthode qui mêle avec bonheur mise en perspective historique et travail obstiné sur la littéralité de l’œuvre.

3Les deux premiers chapitres de l’ouvrage s’efforcent ainsi de reconstituer la trame historique qui donna naissance à la « vision nosologique » présente dans le Guzmán. Après s’être penché sur le renouvellement de l’idée d’expérience dans le domaine médical et politique tout au long du xvie siècle, l’auteur propose une restitution saisissante de la formation médicale reçue par le jeune Mateo Alemán à Alcalá de Henares. Le critique défend ainsi la thèse qui fait de l’auteur du Guzmán un médecin à la vocation brisée par son ascendance judaïque, mais dont le savoir acquis durant ses années d’étude survécut et s’exprima dans ses différents écrits.

4Après ce tableau historique et biographique, Francisco Ramírez analyse l’importance du lexique médical dans le Guzmán. Ce troisième chapitre est conçu comme un commentaire détaillé de l’important « Apéndice I » qui offre au lecteur une recension systématique des termes médicaux du récit. On sait à quel point le texte alémanien constitue un véritable trésor lexicographique, sans doute en partie à cause de la virtuosité stylistique avec laquelle Alemán mêle registre populaire et acception technique. Le romancier parvient ainsi à embrasser la totalité du champ de l’expérience médicale depuis la description physiologique jusqu’à l’ébauche d’une thérapeutique, en passant par un goût fort prononcé pour la description pathologique ou « patographie ». Francisco Ramírez montre, par ailleurs, au cours du chap. IV, à quel point le langage médical est lié à d’autres champs lexicaux comme ceux de l’érotisme, de la marginalité ou du droit.

5L’étude plus précise du penchant alémanien pour la « caractérisation somatique » occupe la totalité du cinquième chapitre. L’auteur recourt alors à la notion pertinente d’« histoire clinique » (historia clínica) pour évoquer l’effet de superposition entre évocation des organismes malades et constitution du récit. La narration du Guzmán se présente ainsi comme une histoire du corps malade qui suit scrupuleusement les différentes recommandations du diagnostic hippocratique. Comme le démontra Pedro Laín Entralgo dans différents travaux classiques datant des années soixante et soixante-dix, la médecine hypocratique a provoqué une révolution dans les pratiques médicales de la Renaissance, en délaissant la tradition médiévale des consilia (description de la maladie) au profit d’un examen attentif des casus, autrement dit de la singularité de chaque malade. Ce regard porté sur l’individu, sur la pathologie comme effet et conséquence des habitudes de vie, ne constitue-t-il pas une excellente matière romanesque ?

6Francisco Ramírez Santacruz met à l’épreuve cette hypothèse dans un dernier chapitre au titre et aux accents cervantins. Celui-ci se propose de reconstituer la série d’affects qui confèrent une unité indéniable au parcours du galérien : la colère, l’amour lié à la jalousie et à la folie rythment aussi bien la trame principale du récit que les nouvelles intercalées. Ce périple dans l’architecture affective du Guzmán fait ressortir la grandeur romanesque du projet alémanien. Aussi, même si la conclusion réintroduit quelque peu artificiellement l’interprétation judéo-converse comme raison ultime de l’œuvre, doit-on se réjouir de la publication de cette étude très précise et stimulante qui tend à redonner au Guzmán la place qui lui revient dans l’histoire de la littérature espagnole du Siècle d’or.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Rabaté, « Francisco Ramírez Santacruz, El diagnóstico de la humanidad por Mateo Alemán », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 264-265.

Référence électronique

Philippe Rabaté, « Francisco Ramírez Santacruz, El diagnóstico de la humanidad por Mateo Alemán », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/667

Haut de page

Auteur

Philippe Rabaté

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org