Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Irene Zaderenko, El monasterio de Cardeña y el inicio de la épica castellana

Marta Lacomba
Référence(s) :

Irene Zaderenko, El monasterio de Cardeña y el inicio de la épica castellana, Alcalá de Henares, Universidad de Alcalá de Henares, col. « Monografías Humanidades » (45), 2013, 200 p.

Texte intégral

1La question de la paternité du Poema de Mio Cid (PMC à partir de maintenant) a fait couler beaucoup d’encre. S’agissait-il d’un auteur unique, était-il cultivé, appartenait-il au clergé, avait-il un lien avec Saint-Pierre de Cardeña, le monastère où il était enterré ? C’est à ces questions que l’ouvrage d’Irene Zaderenko se propose de donner une nouvelle réponse.

2Menéndez Pidal, tenant de la théorie dite « traditionnaliste », considérait que nombre d’œuvres médiévales péninsulaires avaient été perdues et revendiquait la spécificité de la chanson de geste castillane. Le PMC daterait du début du xiie siècle et dépendrait d’un système de représentations bien différent de celui des chansons de geste françaises. Il s’agirait d’une composition non savante et relativement proche, aussi bien dans le temps que dans l’esprit, des faits historiques relatés. À l’autre extrême, pour le courant « individualiste », ou bédiériste, le PMC répondrait aux mêmes conditions de production que la chanson de geste française et serait la création d’un auteur cultivé ayant de bonnes raisons de revendiquer la mémoire du héros.

3Le livre d’Irene Zaderenko s’inscrit dans cette dernière perspective et défend, à la lumière des recherches récentes, l’hypothèse que le PMC aurait été créé à Saint-Pierre de Cardeña pour défendre les intérêts de cet établissement monastique. Étant donné le rôle historique de Rodrigo Díaz, le foisonnement de sa postérité littéraire ou encore le développement des études cidiennes, aborder la question de l’identité de l’auteur du PMC exige la maîtrise de très nombreux dossiers, ce dont Zaderenko fourni la preuve page après page.

4Le premier chapitre (« Épica castellana : historia, leyenda y cultos sepulcrales ») est consacré à la relation que le PMC établit entre Rodrigo Díaz et Cardeña. Il examine également les diplômes, les chroniques et les œuvres poétiques aboutissant à la construction de la figure épique du Cid, ainsi que l’éventuelle dépendance de ces sources vis-à-vis de matériaux élaborés à Cardeña. Ce monastère aurait pu être à l’origine du PMC, car ceci lui aurait permis de réclamer le premier rôle dans la vie du héros et d’inciter d’autres nobles à favoriser cet établissement.

5Le chapitre ii (« Leyendas cardenienses ») étudie le rôle de Cardeña dans la vie de Rodrigo Díaz ainsi que la place occupée par ce monastère dans l’économie du PMC. Pour expliquer cette présence, la thèse de l’existence d’une Estoria caradignense del Cid (un texte quasiment hagiographique consacré à Rodrigo Díaz, d’origine monastique, connu à travers le témoignage de certaines versions de l’Estoria de España d’Alphonse X et de la Crónica de Castilla) est ici réexaminée. Zaderenko y analyse également les falsifications diplomatiques et légendaires créées par ce monastère afin de légitimer sa position face à d’autres établissements religieux.

6Le chapitre iii (« La leyenda cardeniense del Cid, su origen y desarrollo ») montre que la pratique consistant à associer le destin d’un héros à celui d’un monastère était courante chez les bénédictins (le Poème de Fernán González fut rédigé à Saint-Pierre d’Arlanza) et que Cardeña aurait eu tout intérêt, en raison de la crise que cet établissement traversait dans la deuxième moitié du xiie siècle, à exploiter la mémoire du Cid en lui consacrant une chanson de geste. Par ailleurs, l’auteur du PMC semblerait avoir de solides connaissances de la règle bénédictine, comme le montrerait notamment l’épisode où le Cid est l’hôte de Cardeña — il convient de signaler que ce point se fonde avant sur un article de Francisco Serrano Castilla, dignitaire franquiste, Délégué Provincial du Ministère de l’Information et du Tourisme à La Corogne entre 1948 et 1967. Pour Zaderenko, l’éthique du héros et sa caractéristique essentielle, la mesure, seraient également le produit des enseignements bénédictins.

7Le chapitre iv (« Plegarias y fórmulas devotas en el Poema de mio Cid ») met en rapport les prières et les formules dévotes du PMC avec des connaissances bibliques, hagiographiques et liturgiques reflétant la culture cléricale du xiie siècle. Les cultismes, les latinismes et les influences de la chanson de geste française relevés notamment dans la prière de Jimena montreraient que l’auteur du PMC était un clerc.

8Le chapitre v (« La mujer ejemplar, el matrimonio y el divorcio en el Poema de mio Cid ») met en avant l’importance du rôle des femmes et de la famille dans le PMC mais est surtout centré sur les institutions du mariage et du divorce au xiie siècle.

9Le chapitre vi (« El derecho en los monasterios y en las universidades ») soutient que les connaissances juridiques de l’auteur du PMC en feraient un expert en droit, un « sabidor » particulièrement intéressé par la promotion du renouvellement du droit survenu sous Alphonse VIII. Zaderenko estime que les lacunes en matière de droit canonique à propos du divorce ne permettraient pas d’écarter l’hypothèse d’un auteur moine car, d’après les pratiques de l’époque, l’Église n’intervenait dans le divorce des puissants que si ses intérêts étaient en jeu.

10Le chapitre vii (« Origen clerical del Poema de mio Cid y de Las Mocedades de Rodrigo »), reprend les arguments de Deyermond sur l’origine cléricale des Mocedades de Rodrigo et examine les connaissances en matière administrative, légale et historique contenues dans le PMC, avec une attention particulière consacrée aux diplômes cités.

11Le chapitre viii affirme que le caractère oral du PMC tout comme les graphies et les corrections présentes dans le manuscrit s’accordent avec l’hypothèse d’un auteur moine car le poème était sans doute récité devant les pèlerins. De plus, l’origine monastique du PMC expliquerait le rôle d’antagonistes joué par les Infants de Carrión, étant donné que ceux-ci étaient étroitement liés à Cluny et donc opposés aux intérêts de Cardeña. Pour conclure, Zaderenko considère que le fait d’attribuer le PMC à un ou à plusieurs moines de Cardeña, permettrait de comprendre de nombreux traits du poème restés obscurs jusqu’à nos jours. Il convient cependant de signaler que l’hypothèse soutenue soulève une question qui n’est posée à aucun moment : si les moines de Cardeña avaient rédigé le PMC pour faire bénéficier leur centre de la renommée du héros, comment expliquer que cette œuvre ne mentionne jamais le fait que les restes du Cid se trouvaient à Cardeña ?

12Le livre se clôt par une annexe de documents et d’images, par une bibliographie des ouvrages cités et un index onomastique.

13Cet ouvrage constitue un outil de travail fort utile tant par la quantité de dossiers brassés que par le panorama critique proposé sur la question de l’identité de l’auteur du PMC, qui suscite encore de vifs débats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Lacomba, « Irene Zaderenko, El monasterio de Cardeña y el inicio de la épica castellana », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/6674

Haut de page

Auteur

Marta Lacomba

université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org