Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Colette Zytnicki, Les Juifs du Maghreb. Naissance d'une historiographie coloniale

Augustin Jomier
Référence(s) :

Colette Zytnicki, Les Juifs du Maghreb. Naissance d’une historiographie coloniale, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2011, 319 p.

Texte intégral

1À la croisée des études sépharades et de l’histoire coloniale du Maghreb, C. Zytnicki explore la façon dont les juifs du Maghreb, influencés par le développement d’une science juive en Europe, ont écrit leur histoire, tout en devenant eux-mêmes objets d’histoire en contexte colonial. Se fondant sur une lecture exhaustive de la bibliothèque coloniale, des ouvrages souvent oubliés, l’auteur livre une histoire intellectuelle et sociale de l’historiographie du judaïsme maghrébin, construite selon un plan chronologique et qui place alternativement la focale sur un des pays du Maghreb.

2Le premier chapitre porte sur les stéréotypes construits au sujet des juifs du Maghreb, avant 1850, par les récits de voyageurs européens, juifs ou non. Ces discours forment un socle repris ensuite par les savants. Ils oscillent entre antijudaïsme religieux et antisémitisme raciste, mais peuvent aussi être empathiques ou laudatifs, souvent pour des raisons politiques, comme dans les années 1840, lorsqu’il s’agit d’intégrer les juifs d’Algérie au projet français de colonisation.

3Le deuxième chapitre interroge l’entrée, en Algérie, des juifs dans l’historiographie de langue française sur le Maghreb, de 1860 à 1939. Des auteurs israélites promeuvent l’histoire de la judaïcité algérienne, mais elle éveille peu d’intérêt avant 1880 et les crises politiques de la fin du siècle, quand elle devient l’objet d’écrits haineux destinés à contester le décret Crémieux. En réaction, l’histoire des juifs est tantôt un outil pour vanter les projets assimilationnistes d’un judaïsme à la française, tantôt censée faire reculer les présupposés antisémites, ou encore employée pour transmettre au lecteur juif la fierté d’une histoire communautaire. Jusqu’aux années 1930, les scientifiques s’intéressent peu au passé juif du Maghreb, hormis dans son antiquité. La figure privilégiée des historiens est la Kahéna. Son mythe cristallise les représentations multiples des juifs et des Berbères dans le contexte de la conquête arabe.

4Le chapitre iii est consacré à l’origine des Juifs du Maghreb, question par laquelle leur histoire sort des cercles érudits juifs, en Tunisie et au Maroc, entre 1880 et 1939. Les récits diffèrent dans les trois pays du Maghreb, en fonction du passé des juifs et de ses vestiges, de leur place dans la colonisation et, enfin, de l’influence des personnalités qui traitent de la question. C’est en Tunisie que cette quête des origines se développe le plus, de nombreuses traces d’une vie juive antique y étant trouvées dans les années 1880. Au Maroc, la découverte du passé juif est davantage marquée par l’ethnographie des communautés villageoises juives berbérophones, dans le contexte des missions scientifiques envoyées au début du xxe siècle sous l’égide d’Alfred Le Châtelier (1855-1929). Nahoum Slouschz (1872-1966) saisit cette occasion et développe l’idée que la présence israélite remonterait aux temps bibliques. Après la Première Guerre mondiale, il poursuit ses travaux, dans une perspective désormais sioniste, et trace les contours d’une nation juive maghrébine, héritière de migrations plurimillénaires.

5Le quatrième chapitre approfondit la place du passé juif dans les travaux sur le Maroc dans la première moitié du xxe siècle. La politique coloniale prend en main le sort des Berbères et des juifs par le biais de structures savantes. La Mission scientifique du Maroc (1904), investie par les sciences sociales naissantes (sociologie, ethnologie et droit), se saisit, à la marge, de la situation des juifs. Deux objets nourrissent une littérature abondante : le mellah (quartiers juifs des villes du Maroc) et le culte des saints. Cet intérêt témoigne de la fascination pour un monde en décomposition, notamment sous l’effet de la colonisation, et qui témoignerait d’un vieux fonds, berbère et hétérodoxe. Les spécialistes des sciences sociales reprennent les théories échafaudées par N. Slouschz et utilisent l’histoire pour donner corps à des conceptions berbérophiles, diffusant bien des poncifs.

6Le chapitre v envisage la réception de cette historiographie parmi les populations juives, par l’étude des programmes des écoles de l’Alliance Israélite Universelle, en Tunisie et au Maroc, et des publications d’une association de notables, le Bulletin de la Société des conférences juives d’Alger. Le passé transmis aux enfants juifs témoigne d’une progressive sécularisation, un domaine relevant du religieux étant distingué d’une histoire séculière. Les programmes sont marqués par les projets assimilationnistes. Le passé juif est inscrit dans une histoire universelle euro-centrée, au détriment de l’histoire locale. 1789 y marque un aboutissement de l’histoire des Juifs et sa confluence avec l’histoire de France. Du côté des notables algérois, l’usage d’une histoire « volontiers lacrymale, toute entière identitaire et patriotique » est, ad extra, apologétique et suscite, ad intra, la fierté.

7Au terme du parcours, le chapitre vi interroge le remodelage des savoirs après 1945, alors que les cadres de la colonisation sont remis en cause et qu’évolue la discipline historique. L’intérêt porté aux Juifs du Maghreb dépasse les frontières de la France et de son Empire. Les historiens bâtissent un corpus de recherches plus méthodique et critique. Certains, comme Robert Brunschvig (1901-1990), incluent les juifs dans leur environnement politique et culturel maghrébin. Une littérature de vulgarisation perpétue les thèmes et les stéréotypes développés durant un siècle. Relai entre l’historiographie coloniale et les développements ultérieurs, André Chouraqui (1917-2007) appartient aux classes moyennes européanisées qui développent après les indépendances cette historiographie en France.

8C. Zytnicki montre que, si aucun courant historique structuré n’a vu le jour, l’histoire des juifs du Maghreb trouve pleinement sa place dans la bibliothèque coloniale durant le premier xxe siècle, grâce à l’investissement de l’appareil administratif et politique colonial. Elle se montre très attentive à déceler la domination politique qui marque l’élaboration de ce champ d’étude, construit pour des raisons à la fois scientifiques, politiques et sociales, multiples raisons qui expliquent la variété des usages et des finalités qui lui sont assignés. Très riche, l’ouvrage restitue les thèses et les débats, avec une grande précision qui parfois éclipse la démonstration d’ensemble. Deux questions demeurent : si les productions de la période coloniale marquent une rupture dans l’appréhension du passé, qu’en est-il des formes mémorielles qui leur ont préexisté ? Il est par ailleurs regrettable que l’écriture de l’histoire des juifs ne soit pas mise en lien avec les histoires régionales écrites par les populations arabophones et musulmanes du Maghreb. Les travaux de James McDougall permettraient d’intéressantes comparaisons avec l’historiographie algérienne, dans laquelle l’adoption de rationalités historiques européennes sert de support à l’invention de la nation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Augustin Jomier, « Colette Zytnicki, Les Juifs du Maghreb. Naissance d'une historiographie coloniale », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/6676

Haut de page

Auteur

Augustin Jomier

Fondation Thiers-CNRS/CERHIO

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org