Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Antonio Jiménez Estrella y Francisco Andújar Castillo (eds.), Los nervios de la guerra

Didier Ozanam
p. 265-267
Référence(s) :

Antonio Jiménez Estrella y Francisco Andújar Castillo (eds.), Los nervios de la guerra: estudios sociales sobre el ejército de la monarquía hispánica (siglos xvi-xviii). Nuevas perspectivas, Granada, Comares, 2007, 346 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2010.

1On sait que, depuis quelques années, l’histoire dite militaire a pris un nouveau tournant, notamment en Espagne, comme le rappelle l’introduction d’Antonio Jiménez Estrella. À la relation des batailles et des campagnes, à la biographie des généraux s’est substituée l’analyse des facteurs institutionnels, économiques et sociaux : et c’est précisément dans cette ligne de rénovation historiographique que s’inscrit le livre présenté ici, où une douzaine de spécialistes rendent compte de leurs recherches récentes (voir l’introduction, pp. i-xvi). Cette réorientation se doit d’être soulignée, dans la mesure où elle explique à la fois une certaine dispersion des contributions et d’inévitables lacunes géographiques, chronologiques ou thématiques, qui ne permettent pas encore une approche synthétique, pourtant souhaitable à terme.

2On peut néanmoins distinguer, dans cet ensemble, deux grands blocs : le premier, composé de huit articles (pp. 1-230) intéresse pour l’essentiel les xvie et xviie siècles, sous le règne des princes de la maison d’Autriche ; les quatre articles du second (pp. 231-346) concernent plus particulièrement le xviiie siècle, entre l’avènement des Bourbons et l’abdication de Charles IV.

3Pour en revenir à la première partie, on considérera à part l’article de A. Esteban (pp. 191-231), qui est une utile monographie sur la garde du corps flamando-bourguignonne aux xvie et xviie siècles, et on notera le caractère assez général des contributions de J. L. Castellano sur le concept de réputation militaire (pp. 1-13), de I. A. Thompson sur le rôle militaire de la noblesse (pp. 15-35) et de D. Alonso García sur l’inséparable couple guerre-finances (pp. 37-57). Par ailleurs, quatre études sont centrées sur l’analyse de situations locales : Valence (J. F. Pardo Molero, pp. 59-88), le royaume de Grenade (A. Jiménez Estrella, pp. 89-120, et A. Rodríguez Hernández, pp. 149-189) et la Galice (M. C. Saavedra Vázquez, pp. 121-148). On remarquera que cet échantillonnage laisse de côté des régions entières, comme l’Aragon, la Catalogne, la Castille, les provinces basques et la Navarre. Quoi qu’il en soit, le bilan de ces travaux reste fort positif puisqu’on y évoque l’ensemble des problèmes militaires de l’époque : l’abandon par une partie de la noblesse de sa traditionnelle vocation guerrière, l’étroite relation entre le financement de l’armée et les agents de crédit, l’amorce du passage progressif du système des milices à celui de l’armée professionnelle, le rôle de l’institution militaire comme tremplin d’ascension sociale grâce à l’utilisation d’instruments tels que la vénalité, le recrutement privé, la patrimonialisation des offices militaires et leur contrôle par certaines des élites locales.

4La seconde partie s’ouvre sur deux contributions de grande importance. Celle de J.-P. Dedieu (pp. 231-249), qui porte sur la monarchie bourbonienne et « lo militar », précise deux données fondamentales : le pouvoir du roi est supérieur à toutes les lois (d’où les décisions dérogatoires aux ordonnances de l’armée) ; la monarchie des Bourbons – nous n’avons cessé de le répéter – est une monarchie militaire, non par la place qu’elle accorde à l’armée, mais par le recours à la « voie militaire » de préférence à la « voie judiciaire », pratique qui supposel’emploi, dans la gestion de l’État, de personnels issus de l’armée ou de ses services administratifs (capitaines généraux des provinces, gouverneurs politiques et militaires des places, intendants, trésoriers, etc.) auxquels elle procure des opportunités d’ascension sociale. De son côté, F. Andújar Castillo s’intéresse à la relation « nobleza-milicia » (pp. 251-276) et, dans la ligne de sesrécents travaux (notamment El sonido del dinero, 2004), démontre à partir d’exemples grenadins comment l’édifice militaire tel que l’avaient dessiné les ordonnances s’est vu défigurer et affaiblir par des comportements non seulement tolérés, mais encouragés par le pouvoir : vénalité des grades, recrutement privé, concession de patentes en blanc, dispenses libéralement accordées. Tout concourt à la promotion d’officiers sans aucune expérience, qui ne recherchent dans l’armée que l’accession à la noblesse et l’occasion d’une ascension sociale.

5À partir de trajectoires biographiques, les deux derniers articles du recueil traitent de problèmes concrets. O. Recio Morales, à propos du cas emblématique de O. Reilly, aborde l’étude du groupe militaire irlandais et de ses facettes nobiliaire et nationale (pp. 277-315). T. Glesener, pour sa part, s’intéresse à la « Garde royale » (pp. 317-346) en insistant sur les enjeux de pouvoir qui se déroulaient autour de ce corps privilégié. Si riches et si attachantes qu’elles soient, ces contributions n’épuisent pas le sujet. Le cas des Irlandais gagnerait à être comparé à celui des étrangers en général : leur définition (quid par exemple des Flamands ou des Italiens anciens sujets de la monarchie espagnole ?), leur statut en Espagne, leur assimilation dès la seconde génération, l’hispanisationprogressive des unités étrangères, etc. De même, l’étude de la garde du corps en 1784-1808, si instructive soit-elle, peut difficilement être isolée. Certes elle assure la proximité de la haute aristocratie auprès du roi, mais elle n’est pas le seul corps privilégié, source d’avancement et de faveurs. On ne saurait oublier les gardes royales d’infanterie espagnole ou les gardes wallonnes.

6Ces quelques observations nous ramènent à notre propos initial. Les articles de ce recueil constituent autant de précieux jalons sur le chemin qui devra mener à une synthèse globale concernant le rôle du facteur militaire dans l’histoire de la Péninsule. Peut-être pourrait-on s’attaquer d’abord à l’époque bourbonienne qui, du fait de la centralisation de l’État et des progrès du pouvoir royal, présente une situation relativement cohérente. Et, même dans cecadre, que de points restent à éclaircir ou à approfondir ! À commencer par la rupture de 1700 et la naissance de l’armée de métier. Mais on devrait aussi suivre les évolutions. L’Espagne sort de la guerre de Succession avec une armée solide, bien entraînée et bien commandée, dont les campagnes en Sardaigne, en Sicile, à Naples et dans l’Italie du Nord lui vaudront respect et réputation en Europe, même si le financement correspondant est souvent assuré par de ruineux expédients. La paix de 1748 débouche sur les projets du marquis de la Ensenada, encore bien mal étudiés, en dépit ou à cause d’une surabondante documentation. Ce ministre, qui cumule les départements de la Guerre, de la Marine et des Finances, veut créer une marine puissante et disposer d’une armée efficace, c’est-à-dire moins nombreuse, mais plus cohérente sous un commandement unifié : d’où la résistance des corps privilégiés. Parallèlement, ilenvisage de substituer aux expédients financiers un budget régulier fortement augmenté, grâce à la grande réforme de l’Unique Contribution. Après sa chute(1754), provoquée par la coalition de ses ennemis, l’armée change de caractère. Si le pouvoir encourage la formation et le développement des corps techniques (artillerie, ingénieurs), s’il s’informe sur les expériences étrangères, l’armée ne combat plus que rarement et sur des théâtres secondaires, ce qui développe la vie de garnison avec tous ses inconvénients : laisser-aller, désintérêt, absentéisme, etc. La vénalité des grades comme canal d’ascension sociale se répand, et la haute hiérarchie militaire, surtout celle des corps privilégiés, s’investit en politique. On mesure par là toute la tâche qui attend ceux de nos collègues qui ont déjà ouvert la voie à une nouvelle histoire militaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Ozanam, « Antonio Jiménez Estrella y Francisco Andújar Castillo (eds.), Los nervios de la guerra », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 265-267.

Référence électronique

Didier Ozanam, « Antonio Jiménez Estrella y Francisco Andújar Castillo (eds.), Los nervios de la guerra », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://mcv.revues.org/669

Haut de page

Auteur

Didier Ozanam

École des hautes études en sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org