Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Lavinia Barone, El gracioso en los dramas de Calderón

Christophe Couderc
Référence(s) :

Lavinia Barone, El gracioso en los dramas de Calderón, New York, IDEA, Col. « Batihoja » (3), 2012, 169 p.

Texte intégral

1L. Barone publie sous forme d’un ouvrage dense et bref (169 pages) ce qui fut préalablement sa thèse de doctorat. La structure de l’ouvrage, simple, est clairement exposée dans les premières pages : une première partie pour l’approche théorique, et une seconde pour l’analyse des différentes modalités d’insertion du valet comique dans les pièces de Calderón soumises à examen, à savoir sa production de « comedias serias ».

2Synthétique et bien ordonné, le premier chapitre rappelle les principaux repères permettant de documenter l’émergence du terme gracioso, des termes équivalents, et du concept que ceux-ci recouvrent. L. Barone y propose également un utile panorama des antécédents auxquels on peut rattacher la figure du laquais comique à l’espagnole : modèles grecs et latins (Maccus, simplex, Bucco, Sannio, servus) récupérés pour certains dans la tradition du théâtre dell’Arte. Dépendant, dans sa genèse, du fou médiéval, le gracioso l’est plus encore de la figure du berger, présent chez Juan del Encina, Torres Naharro ou Sánchez de Badajoz, comme intermédiaire nécessaire de « múltiples formas de la comicidad, de la parodia y de la burla » (p. 28), ou encore de celle du « simple », présent chez Lope de Rueda, Alonso de la Vega ou Juan de Timoneda. Ce chapitre se termine par un bref rappel de l’histoire de la critique de l’influence du théâtre italien sur la genèse de la Comedia Nueva.

3Le chapitre ii (« Bases teóricas y metodológicas para el análisis del gracioso calderoniano ») commence par une rapide et claire mise au point sur les principes méthodologiques adoptés dans l’étude ; principes qui prennent en compte la souplesse de la formule dramatique de la Comedia Nueva, créée dans un moment charnière de la réception et de la rénovation des codes de l’écriture théâtrale. L. Barone situe son travail dans la perspective de la critique moderne (Vitse, Arellano) qui insiste sur la « reacción emotiva provocada en el espectador » (p. 44) comme principal critère taxinomique discriminant — ce qui constitue, au fond, un critère aristotélicien. L. Barone reprend également à son compte les propositions d’Arelllano, développées notamment dans une importante étude (parue dans Rilce en 2011) sur le mélange tragi-comique comme mélange et non comme fusion (mezcla vs. mixtura). Ce point est en effet fondamental dans l’étude de L. Barone, puisque, toujours inspirée par Arellano, l’auteur organise ensuite son étude en fonction de la différence entre « inserción simple e inserción compleja del personaje » (p. 48). Dans la tragédie « a la española », l’insertion du gracioso, agent comique, est en effet variable suivant l’appartenance générique (ou sous-générique) : dans la perspective tragique, sa marginalité est en principe absolue, et sa participation à l’action demeure limitée parce que c’est une condition de la poétique de la tragédie que le comique soit « un factor aislado respecto a la perspectiva global del drama » ; mais il peut arriver aussi que le gracioso soit transformé en « agente trágico », moyennant une « innovadora anulación de la dimensión risible en que el gracioso no sufre una simple marginación … sino más bien una total alteración de su estatuto convencional » (p. 48). Cet important préambule théorique se termine par un état de la question des travaux portant sur le personnage type du gracioso.

4Le chapitre troisième, et dernier (« Análisis del gracioso »), occupe la moitié du livre, et constitue son deuxième temps. Conformément à ce qui est annoncé précédemment, un premier sous-chapitre est consacré à quelques exemples d’insertion ‘simple’ du gracioso dans une série de tragédies où ses interventions sont sporadiques, autonomes et non nécessaires à la construction de l’action : il y est un « elemento pegadizo, sustancialmente autónomo e independiente de la acción principal » (p. 76). Ses interventions, hautement comiques, peuvent être entendues comme l’expression d’une forme de concession aux goûts du public (celui de la Cour comme celui du corral), et se caractérisent par le recours à des topoi traditionnels, d’autant plus typiques du rôle type du valet que l’action de la pièce est tragique. Les modalités d’insertion ‘complexe’, quant à elles, requièrent des analyses plus fines des textes sollicités. Dans des comedias de santos (El José de las mujeres, ou encore Los dos amantes del cielo), le valet, conventionnel dans sa caractérisation individuelle, participe pareillement de la construction de l’action principale et, plus encore, apporte sa contribution à l’élaboration du message didactique qui accompagne l’intrigue. Une analyse du même ordre est proposée pour El mágico prodigioso et, dans cet exemple comme dans d’autres analysés dans cette partie, il est ainsi loisible de considérer que « la inserción del elemento cómico responde a una doble finalidad, estética y estructural » (p. 96).

5Dans une gradation qui réserve pour la fin les pièces à la fois les plus riches et aussi, le plus souvent, les plus connues (La devoción de la Cruz, El purgatorio de san Patricio, La hija del aire, Las tres justicias en una, Amar después de la muerte, pour finir sur les tragédies de l’honneur et La vida es sueño), la suite de l’analyse est de la même veine. Tout se passe comme si, au moins dans une certaine portion du théâtre grave de Calderón, les caractéristiques conventionnelles du personnage type du laquais de comédie, comme Lope de Vega aimait à l’appeler, étaient réinvesties d’une valeur dramatique en accord avec la trame particulière de l’œuvre en question ; il s’agit là, pour ainsi dire, d’un processus de resémantisation des lieux communs grâce auxquels sont construits les graciosos. Historiettes à rire, déguisement ridicule, contrepoint ou dégradation parodique du maître, etc. : tous ces traits distinctifs, qui sont autant de marqueurs du personnage type du valet comique, peuvent ainsi être à la fois investis de leur pleine valeur conventionnelle, notamment parce qu’ils sont le vecteur du rire, et contribuer à un dépassement du simple archétype. Les graciosos de cette espèce sont dès lors des figures du paradoxe car, sans perdre leur capacité à faire rire, ils font aussi émerger « una dimensión seria y reflexiva » (p. 127).

6Le propos général du livre, ainsi que la méthodologie, sont bien maîtrisés. Certaines pages pourraient prêter à discussion, bien sûr, de même que l’on pourrait formuler quelques regrets (pourquoi si peu d’attention prêtée à Alcuzcuz, le valet morisque de Amar después de la muerte, qui participe activement à l’enchaînement causal menant à la catastrophe tragique ?). Il est également dommage que la réussite indéniable de cet ouvrage soit parfois gâchée par des incorrections (‘en base a’), par des emplois douteux de certains termes, souvent calqués sur l’italien (‘magnilocuencia p. 132), par un nombre non négligeable de coquilles (surtout au début du livre) et une bibliographie finale lacunaire par rapport à un certain nombre d’études référencées dans le développement (Lobato, 1994, Antonucci, 2011, Ponzio, Cruickshank, 1979…), par la surprenante absence, enfin, d’une conclusion générale. Cependant, le livre de L. Barone parvient au bout du propos ou de l’intuition qui est son fondement. Ses conclusions confirment ce que l’on a pu observer à propos d’autres aspects de l’écriture caldéronienne, à savoir la manifestation, souvent moyennant une forme de jeu — qui explique la fréquente métathéâtralité dont sont investis les passages cités — de la pleine conscience qu’a le dramaturge d’être en train de mettre en œuvre un aggiornamento de la poétique de la Comedia nueva.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Couderc, « Lavinia Barone, El gracioso en los dramas de Calderón », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6690

Haut de page

Auteur

Christophe Couderc

université de Paris Ouest Nanterre-La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org