Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Luc Capdevila, Frédérique Langue (dir.), Le passé des émotions d’une histoire à vif, Amérique Latine et Espagne

Évelyne Sanchez
Référence(s) :

Luc Capdevila et Frédérique Langue (dir.), Le passé des émotions d’une histoire à vif, Amérique Latine et Espagne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 206 p.

Texte intégral

1Selon les neurosciences, les émotions génèrent des décisions justifiées a posteriori dans un discours rationnel qui ne serait qu’une exigence du monde social, affirmation qui pourrait nous conduire vers un « irrationalisme esthétisant » déjà dénoncé par Carlo Ginzburg. L’histoire des sensibilités est sans doute le champ de l’histoire le plus à même de résoudre ces questions posées aux sciences sociales. L. Capdevila et F. Langue ont tout d’abord coordonné un volume sur la relation entre histoire et mémoire (Luc Capdevila et Frédérique Langue [dir.], Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009). Avec ce nouveau titre, ils ouvrent un volet de l’histoire hispano-américaine chargée en émotions fortes et en enjeux actuels, souvent politiques mais aussi mémoriels et identitaires. Les émotions banales entrent peu dans le champ de cette histoire qui cherche à comprendre le devenir d’émotions survenues dans des situations extrêmes et qui sont ponctuellement réactivées. Le discours sur le passé est alors essentiel et peut aussi bien servir à la construction d’une histoire officielle — en Argentine, Uruguay, Venezuela — qu’à sa mise en cause, comme au Chili.

2L’ouvrage est divisé en deux parties, sur la mémoire des corps puis sur les émotions de la mémoire. Le premier texte, de Javier Moscoso, constitue un bilan historiographique et un texte programmatique. Il s’agit d’une première réponse aux questions posées par les neurosciences et la non opposition entre rationalité et émotions. L’auteur souligne en effet que l’étude des émotions porte moins sur les émotions en tant qu’objet que sur « les formes culturelles qui les rendent possibles » (p. 17). Suivent quatre chapitres qui portent sur l’expression d’émotions dans des contextes politiques difficiles. Celui de Gildas Brégain analyse l’expression de la colère chez les personnes handicapées en Argentine, au Brésil et en Espagne, trois pays qui ont connu des régimes dictatoriaux dans les années 1960-70. L’auteur décrit l’expression de la colère dans le langage et les attitudes corporelles dans l’espace public. Maud Joly analyse la peur en lien avec le projet politique franquiste. L’auteur montre qu’une violence spectacle est utilisée comme arme de guerre tandis que la violence contre les femmes sert à instituer la terreur à l’arrière. Le chapitre de Moira Cristiá analyse l’usage de la haine politique dans l’Argentine des années 1970 et son rôle dans la « destruction du lien social » (p. 53). Après le renversement du gouvernement de Perón en 1955 et l’interdiction de son parti, la haine collective fut un instrument utilisé pour le positionnement politique. Le texte de Rosalina Estrada tient une place à part car les émotions décrites ne sont pas en lien avec le contexte de violences politiques puisqu’il s’agit de violences privées, et parce qu’il s’agit d’émotions tues car l’assassinat a imposé silence aux victimes. Un texte de Sandra Gayol clôt cette première partie sur les corps avec une analyse comparative des funérailles du président argentin Hipólito Yrigoyen en 1933 et du dictateur Uriburu mort en France en 1932 et dont le corps fut rapatrié. Ces funérailles ont été saisies comme une occasion d’expression publique pour mesurer les forces en présence. Au caractère officiel et militaire des obsèques d’Uriburu s’oppose une organisation civile d’une foule attachée à la symbolique républicaine.

3La seconde partie de l’ouvrage débute par un texte d’Alejandro E. Gómez qui identifie dans la peur de l’altérité la clef de l’homogénéité émotionnelle dans l’espace atlantique. Il s’agit là aussi d’un texte programmatique dans lequel l’auteur établit un bilan des courants qui en neurosciences posent la question des émotions dans la prise de décision. Il y identifie trois axes de recherche (p. 110) qui ont en commun de souligner l’importance de la mémoire et de l’expérience dans la construction des régimes émotionnels. Ces axes constituent des outils mobilisés dans son étude des « statuts rigides basés sur le lignage » et sur les identifications raciales. Frédérique Langue nous offre un texte sur l’usage politique du ressentiment au Venezuela sous la présidence d’Hugo Chávez. La réécriture de l’histoire est ici un instrument essentiel du renforcement du régime. Chávez, censé incarner un Bolivar contemporain dans une réédition de l’indépendance, va chercher à mobiliser le ressentiment exacerbé contre les Etats-Unis. Ce faisant il tend à confondre mémoire collective émotionnellement construite et histoire officielle. L’auteur situe ensuite la construction du ressentiment dans le contexte de la construction politique du Venezuela depuis les années 1940, lorsque s’est imposée une conception prétorienne du pouvoir.

4Sophie Milquet ramène le lecteur dans le contexte de l’Espagne franquiste en analysant les témoignages et les romans qui décrivent le traumatisme des femmes victimes de violences pendant la guerre civile. Elle montre comment la mise en scène et le rituel permettent de construire une identité « en rejoignant une lutte collective » (p. 151). Le chapitre de Manuel Garate Château montre l’écrasement des temporalités opéré par les émotions. Celles-ci, déclenchées par l’arrestation de Pinochet à Londres en 1998 et renforcées par des productions de documentaires et fictions sur la dictature, ont favorisé une mise en cause du modèle économique et social hérité par la nouvelle génération d’étudiants. Le texte de María Laura Reali fait échos à celui de S. Gayol en reprenant le thème de discours politiques opposés et en concurrence. Elle analyse aussi le discours journalistique sur les choix politiques des masses, perçues comme ignorantes et soumises à leurs pulsions. Les commémorations des affrontements qui ont eu lieu au tournant des xixe-xxe siècles servirent alors à élaborer un discours de dignification des mouvements révolutionnaires qui concurrence celui des élites culturelles. Enfin, Luc Capdevila propose une analyse de l’exaltation et de l’enthousiasme dans un contexte improbable : celui de la mémoire de guerre au Paraguay au début du xxe siècle. L’auteur oppose l’enthousiasme — émotion constructive — à l’exaltation qui repose sur une vision d’un passé « nourrie de mythologies » (p. 190). Entre la guerre de la Triple Alliance et celle du Chaco, le discours se durcit pour réhabiliter le régime du dictateur Francisco Solano López, autrefois décrit comme le responsable de la guerre. Un nouveau régime d’historicité revendique alors les aspects épiques des récits des vétérans et l’honneur des soldats tombés.

5On le voit, la distinction entre rationalité et émotion ne peut être qu’artificielle : chaque contribution montre comment les émotions sont replacées dans leur contexte rationnel de production pour pouvoir être comprises, constat qui ratifie l’affirmation de C. Ginzburg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Évelyne Sanchez, « Luc Capdevila, Frédérique Langue (dir.), Le passé des émotions d’une histoire à vif, Amérique Latine et Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6692

Haut de page

Auteur

Évelyne Sanchez

CNRS-FRAMESPA

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org