Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Soledad Carnicer Arribas, Alberto Marcos Martín (coord.), Valladolid, ciudad de archivos

Stéphane Péquignot
Référence(s) :

Soledad Carnicer Arribas, Alberto Marcos Martín (coord.), Valladolid, ciudad de archivos, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2011, 425 p.

Texte intégral

1Dans une description géographique probablement composée au début du xvie siècle, un auteur anonyme estime que Valladolid « tiene una plaça la mejor e más rrica que ay en España, y es tal que puesto un onbre en ella no puede pedir cosa nynguna de las que son nescesarias a la pollicía umana que no las halle en ella, sin que salga del sitio de la plaça, e por esto dizen los que hablan en los logares que Valladolid es el mundo abreuyado, a causa de las cosas que ay en esta plaça » (cité p. 19, d’après les travaux d’A. Rucquoi, notamment Valladolid en la Edad Media, t. II : El mundo abreviado (1367-1474), 1987). Jadis ville-monde, Valladolid est aussi, au fil du temps, devenue une ville d’archives. Leurs histoires, leurs richesses, les conditions de leur accessibilité et de leur mise en valeur sont l’objet de cet ouvrage composé essentiellement par des archivistes, excellents connaisseurs des fonds.

2Le livre offre une vue d’ensemble sur les principales archives conservées dans la ville. La liste en est impressionnante (A. Marcos Martín). Les plus connues sont les Archives Générales de Simancas (près de Valladolid), créées en 1540. Mais auparavant déjà, une documentation considérable avait été produite et préservée par la municipalité (Archivo Municipal), par le Tribunal de l’Audiencia (Archivo de la Real Chancillería), par l’église devenue cathédrale en 1453 (aujourd’hui à l’Archivo General diocesano), ainsi que par l’université (Archivo de la Universidad). De nombreux monastères et couvents avaient leurs propres archives, conservaient des documents dans des caisses, dans des coffres, dans des armoires ou sur des étagères. À l’époque moderne, lorsque certains ordres, tels les mercédaires et les trinitaires, se dédoublèrent en calzados et descalzos, leurs archives suivirent le même mouvement. Les collèges, la Provincia Augustiniana del Santíssimo nombre de Jesús de Filipinas, les paroisses, les confréries ont aussi laissé des archives. Depuis le xixe siècle, plusieurs événements majeurs ont ensuite marqué Valladolid en ce domaine. Les fonds sous contrôle ecclésiastique ont été affectés par les mesures d’exclaustración et de desamortización lancées à partir de 1835. Au xxe siècle, de nouvelles archives ont été créées, l’Archivo Histórico Provincial, puis, à la faveur de la Constitution de 1978 et des réformes de la Transition, l’Archivo de la Diputación Provincial, l’Archivo de las Cortes autonómicas.

3La plupart des contributions du volume envisagent l’une ou l’autre de ces institutions ou bien un type d’archives en particulier. Cela permet d’observer la sédimentation progressive des fonds et les logiques propres à chaque organisme, de déceler des évolutions communes, en fonction des vicissitudes de la ville — résidence de la cour ensuite tombée dans un lent déclin, puis ville industrielle… — et des transformations du rôle même des archives, d’abord réserve de titres et de droits, avant de devenir un lieu de travail pour érudits ou historiens, puis d’être sollicitées par de nouveaux usagers. Les lecteurs pourront trouver là une première orientation dans les fonds, qui ne dispensera pas toutefois, en général, du recours ultérieur aux inventaires et aux catalogues. E. Pedruelo Martín introduit ainsi de façon efficace à l’histoire des archives de Simancas, et fournit un utile tableau de la localisation actuelle de la documentation produite par les organes centraux de l’administration d’ancien régime, dans ces archives et ailleurs (pp. 94-97). C. Emperador Ortega adopte une démarche similaire pour les fonds exclusivement judiciaires de la Real Chancillería. De création bien plus récente, les archives et le sistema de archivos de la communauté autonome sont examinés par M. D. Carnicer Arribas. L’administration de Castille et de León gère les archives des Cortes, celles de la députation de Valladolid. La contribution d’Á. Laso Ballestero permet ensuite d’appréhender les Archives historiques de la Province, dont la gestion a été confiée en 1986 à la Junta de Castilla y León. Dans ces différentes institutions, les critères et les modes d’organisation retenus ne répondent pas à une même norme, mais relèvent de la décision des communautés autonomes, d’où une situation très contrastée à l’échelle de l’Espagne (voir les éloquents tableaux comparatifs dressés par M. D. Carnicer Arribas, p. 184 sq., par C. Alcalde Martín-Calero pp. 271-276). S. Carnicer Arribas évoque pour sa part avec précision l’histoire des Archives de l’Université, dont les statuts stipulent dès 1517-1523, puis rappellent en 1545 que les documents doivent être conservés dans un coffre à trois clefs, l’une pour le recteur, l’autre pour le chancelier, la dernière pour un docteur. C’est là un recours à l’arca de tres llaves également utilisée de façon contemporaine à Madrid et dans les concejos castillans (on renverra à ce propos aux travaux de L. Zozaya). M. Á. Sobaler Seco livre une très utile présentation des Archives diocésaines, qualifiées à juste titre de « générales », car elles abritent en réalité des fonds qui constituaient auparavant des archives à part entière. L’histoire et la répartition complexe du patrimoine documentaire des institutions ecclésiastiques installées dans la ville sont complétées par une étude de J. Burrieza Sánchez. On en retiendra notamment le cas singulier des Archives du Real Colegio de los Ingleses, où sont actuellement regroupées les archives de trois séminaires d’Anglais qui s’étaient établis en Espagne aux xvie et xviie siècles. En revanche, malgré le titre de son article, A. Feijóo Casado ne traite guère des Archives de la ville, préférant retracer à très grands traits son histoire.

4Se terminant par une analyse strictement juridique du droit qui régit actuellement l’accès aux archives espagnoles (I. M. de los Mozos Touya), le volume offre donc une bonne introduction aux fonds vallisolétans. L’affirmation selon laquelle ils seraient « sans pareille dans le monde occidental » (p. 25) paraîtra peut-être exagérée, mais ils n’en demeurent pas moins exceptionnels. L’examen au cas par cas donne par ailleurs à saisir à travers des exemples concrets les tensions budgétaires, les effets de la numérisation, le changement de publics ou l’évolution des modalités d’accès à la documentation, autant d’enjeux contemporains essentiels pour le monde des archives, à Valladolid comme, plus généralement, en Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Péquignot, « Soledad Carnicer Arribas, Alberto Marcos Martín (coord.), Valladolid, ciudad de archivos », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/6695

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org