Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Miguel Ángel Marín, Màrius Bernardó (éd.), Instrumental music in late eighteenth-century Spain

Jean Duron
Référence(s) :

Miguel Ángel Marín, Màrius Bernardó (éd.), Instrumental music in late eighteenth-century Spain, Kassel, Edition Reichenberger, 2014, 470 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif imposant, proposé par deux éminents spécialistes de la musique du xviiie siècle espagnol, Miguel Ángel Marín et Màrius Bernadó, apporte de nouvelles pierres à la recherche musicologique dans un domaine encore trop peu travaillé. Rédigé à la fois en anglais et en espagnol, ce livre est fort bien présenté, avec une riche iconographie consacrée principalement aux sources manuscrites et imprimées espagnoles. Un index des noms soigné, des résumés de chaque texte et une abondante bibliographie viennent compléter cet ouvrage très pratique d’utilisation.

2Après une introduction générale, l’ouvrage est disposé en quatre grandes parties, successivement l’apparition en Espagne des différents genres de musique instrumentale, l’étude de la copie de musique, de son marché et enfin une réflexion sur le style. Quelques personnages servent de fil conducteur à cet ensemble, des mécènes tout d’abord, comme les rois Charles IV et V, le duc d’Alba et la maison d’Osuna y Bonavente, des compositeurs célèbres, comme Haydn, Boccherini et Brunetti, mais aussi des Espagnols à découvrir comme Castel, Blasco de Nebra, Misón ; des théoriciens ; des virtuoses pianistes ou guitaristes ; de nombreux copistes ; sans oublier un important libraire et imprimeur de musique madrilène.

3L’ouvrage est particulièrement homogène du point de vue tant chronologique que géographique. Il est encadré par deux textes complémentaires sur Brunetti, personnage central du livre. On ne sera pas étonné de constater combien les musiciens espagnols se sont nourris de musique instrumentale italienne et allemande, mais aussi combien ils ont su garder une identité propre. En revanche, les musiciens français sont proportionnellement beaucoup moins représentés, même si quelques noms apparaissent au détour d’un inventaire. Cette relative absence souligne-t-elle une réelle difficulté des compositeurs français à exporter leurs œuvres ? une faiblesse des transferts culturels entre les deux royaumes bourbons ? un désintérêt des Espagnols pour le goût français ? ou est-elle due aux choix éditoriaux de cette publication ?

4L’un des éléments les plus remarquables de cet ouvrage se trouve dans l’étude des différents groupes sociaux qui pratiquent, d’une manière ou d’une autre, la musique instrumentale, depuis les compositeurs claviéristes (notamment les organistes), les interprètes, la famille royale, les mécènes, les amateurs, les marchands de musique et les publics disparates. Cette démarche récurrente rend la lecture de l’ouvrage particulièrement agréable.

5Dans une synthèse remarquable, les deux éditeurs analysent les nombreux Problèmes et défis que pose le sujet : une nécessaire classification du répertoire ; la question de la réception des musiques étrangères en Espagne et leur influence sur les musiciens locaux ; une belle définition du classicisme ; et une analyse intelligente de l’évolution du statut de la musique dans de nouveaux espaces et pour de nouveaux publics. Y sont traités successivement l’émancipation de la musique instrumentale, l’émergence de nouveaux genres, l’expansion du marché pour les œuvres et les instruments, l’évolution du rôle social du compositeur, la consolidation du statut de l’amateur, la transition d’un art national à un art européen.

6Joseba Berrocal et Lluis Bertran traitent tous deux de Gaetano Brunetti. Après avoir établi le catalogue de ses sonates pour violon et basse, complétant ainsi l’ouvrage de Germán Labrador (2005), Berrocal met en évidence la grande variété des techniques utilisées ; il souligne le parallèle entre le compositeur et Boccherini. Quant à Bertran, il s’intéresse à l’évolution stylistique du compositeur à travers ses trios, la mettant en relation avec l’entrée, dans le répertoire de la Cour, d’œuvres de musiciens étrangers, surtout, à partir de 1780, de Haydn.

7Christian Speck, Loukia Drosopoulou et Rudolf Rasch apportent trois points de vue complémentaires sur Boccherini. Le premier analyse par le menu la destination et les sources des quintettes avec piano op. 56-57. La seconde présente ses connections avec le personnel musical de la Cour, notamment avec ses copistes. Quant à R. Rash, spécialiste de l’édition musicale européenne, il apporte un jour nouveau aux premières publications madrilènes d’œuvres (pour la plupart perdues) de Boccherini chez le libraire del Castillo qui « grave et imprime à Madrid ». Entre l’examen minutieux des annonces de presse (1771-1773) et l’étude de l’inventaire du magasin (1787), Rash tente avec finesse de définir la probabilité d’une édition madrilène de chaque recueil de Boccherini.

8Stephen C. Fisher, pour sa part, propose un texte passionnant sur les sources des symphonies de Haydn conservées en Espagne, identifiant les copistes de la Cour, des collections du duc d’Alba et de la Maison d’Osuna y Bonavente. Il note la grande popularité de la musique de Haydn en Espagne à partir des années 1770 et rappelle la commande de Cadiz en 1786 pour Les sept paroles du Christ sur la croix.

9Ces grandes figures du xviiie siècle européen représentent la moitié du volume. L’autre moitié aborde des sujets plus pointus. José Carlos Gosálvez présente une synthèse de l’édition musicale madrilène et décrit les particularités du marché éditorial espagnol, marché de petite dimension réservé à une clientèle locale, mettant en valeur les compositeurs étrangers installés ou visitant le pays, et quelques musiciens locaux, dont les œuvres circulent plus généralement en manuscrit. On trouvera dans ce texte une bonne réflexion sur le statut des sources.

10Ana Lombardía s’appuie sur un corpus d’une centaine de duos de violons conservés à Madrid. On y trouve les compositeurs à la mode de Paris ou de Londres, mais aussi des Espagnols comme José Castel ou Manuel Pla. L’auteur souligne la grande variété de formes et de niveaux techniques de ces pièces, distinguant les divertissements construits sur des danses ou des airs à la mode de Vienne, les ouvrages strictement didactiques et de véritables œuvres plus complexes pour le concert.

11Judith Ortega se penche sur les copistes du roi à l’époque des rois Charles III et IV. Elle étudie le contexte institutionnel, les positions sociales et propose une classification des mains des copistes titulaires ou occasionnels, différenciant les réalisations pour la Chambre ou pour la Chapelle.

12W. Dean Sutcliffe défend avec conviction les œuvres pour clavier de Manuel Blasco de Nebra (1750-1784), organiste de la cathédrale de Séville et important collectionneur d’œuvres pour clavier parmi lesquelles se trouvent plusieurs pièces de compositeurs français. Son corpus rassemble 59 mouvements écrits dans le style galant que l’auteur définit par l’éloquence de la voix soliste, l’ornementation mélodique, les appoggiatures, et par une forte inclination à la syntaxe symétrique.

13À partir des traités de compositions espagnols et d’œuvres pour guitare, Thomas Schmitt poursuit cette réflexion, montrant comment les Espagnols s’approprièrent l’art de « composer avec élégance en style simple » établi par Riepel (1752) et l’organisation syntaxique proposée par Koch (1787), ouvrages qui inspirèrent le Tratado de Teixidor (1816). La publication entière d’un mouvement de sa Sonata en Do et le tableau qui l’accompagne permettent de mieux comprendre la démarche analytique proposée, même si la description des fonctions tonales est parfois discutable.

14Enfin, Xosé Crisanto Gándara nous offre une charmante excursion dans le Portugal du premier xviiie siècle, qui nous fait découvrir le très intéressant manuscrit MM-63 de Coimbra, copié par un moine du couvent de Santa Cruz et qui témoigne de la réception des sonates italiennes de Corelli et Albinoni, mais aussi du rôle considérable qu’ont joué les institutions monastiques dans la diffusion de la musique instrumentale en Europe.

15L’organisation originale de ce volume, les articles qui se répondent les uns aux autres, les fils conducteurs qui parcourent le volume, la qualité et l’originalité des textes, donnent à ce livre un côté attachant et une grande unité. Le lecteur sera particulièrement intéressé par la réflexion permanente de chacun des auteurs sur le statut et les fonctions des sources.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Duron, « Miguel Ángel Marín, Màrius Bernardó (éd.), Instrumental music in late eighteenth-century Spain », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6700

Haut de page

Auteur

Jean Duron

Centre de musique baroque de Versailles

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org