Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Alejandro Quiroga Fernández de Soto, Goles y banderas. Fútbol e identidades nacionales en España

Severiano Rojo
Référence(s) :

Alejandro Quiroga Fernández De Soto, Goles y banderas. Fútbol e identidades nacionales en España, Madrid, Marcial Pons, coll. « Historia », 2014, 318 p.

Texte intégral

1En 2014, Alejandro Quiroga Fernández de Soto, professeur d’histoire à Newcastle University, a publié chez Marcial Pons Goles y banderas. Fútbol e identidades nacionales en España, un ouvrage traduit de l’anglais par Elena Gustrán Montaner et sorti en 2013 chez Palgrave-Macmillan sous le titre de Football and National Identities in Spain. The Strange Death of Don Quixote. Cette étude de 318 pages analyse la fonction du football dans la création, le façonnement et la consolidation des identités nationales en Espagne, des années 1920 à nos jours. Pour cela, elle examine, d’une part, la façon dont le pouvoir et l’administration (centrale et régionale) instrumentalisent le football afin de renforcer voire affaiblir les identités espagnole, basque et catalane et, d’autre part, le rôle des médias dans l’émergence et l’enracinement de certains mythes et stéréotypes associés au « ballon rond », qui alimentent la représentation de ces trois identités en Espagne et à l’étranger (Allemagne, France, Grande-Bretagne et Italie). L’auteur aborde donc une question qui a été étonnamment peu étudiée et ce, malgré l’importance sociale et politique du football dans le pays.

2Essentielle à la compréhension d’une société où ce sport est omniprésent, cette étude se compose de sept chapitres et s’articule selon une logique tant chronologique que thématique. Il en résulte un plan peu problématisé et assez surprenant. De fait, le premier chapitre (14 pages) sert de complément à l’introduction (7 pages), alors qu’il aurait très bien pu y être intégré et rendre la structure de l’ouvrage beaucoup plus dynamique. Cette option, de surcroît, aurait donné plus de corps à l’introduction, puisque le premier chapitre propose des éléments qui doivent théoriquement y figurer : méthodologie employée, bilan des recherches menées sur la question… L’auteur y décrypte aussi le principal récit identitaire sur lequel a été fondée, jusqu’aux années 2000, la représentation de l’équipe nationale : le « récit de la fureur et de l’échec » (narrativa de la furia y el fracaso). Condensé du jeu de l’équipe d’Espagne dont l’engagement légendaire a été à la hauteur de la déception qu’a engendrée son élimination lors des compétitions internationales, ce récit a eu pour fonction d’expliquer tant les victoires (la fureur renvoyant au courage et à la passion) que les défaites (échec pour fatalité, faiblesse psychologique des Espagnols, complot). À cette fin, il présente le jeu de l’équipe nationale comme façonné par les prétendues tares et qualités ancestrales du peuple espagnol. Dans le premier chapitre, l’auteur affirme également que la multiplication des moyens de communication et l’accroissement considérable de la présence du « ballon rond » dans les médias n’ont cessé de renforcer depuis 1920 (date de création de l’équipe nationale) l’impact des récits véhiculés par le football. Ce sport est ainsi devenu un vecteur identitaire que le pouvoir (dictatorial et démocratique) a su parfaitement exploiter, phénomène dont l’analyse se poursuit dans les chapitres deux à cinq. Ces quatre chapitres sont suivis de deux autres qui examinent le lien entre football et identité en Catalogne et au Pays Basque depuis 1975. On y apprend, notamment, que les nationalistes catalans et basques ont eu tendance à dépeindre l’équipe d’Espagne et celle du Réal Madrid à partir de stéréotypes négatifs pour renforcer le rejet de l’État espagnol. La justesse de ces analyses conduit cependant à regretter l’impression que génère le plan de l’ouvrage : non seulement, il est déséquilibré mais, qui plus est, il fait apparaître la question du football en Catalogne et au Pays Basque comme un rajout que matérialiseraient les deux derniers chapitres. Cette impression est renforcée par le fait que l’auteur se trouve dans l’obligation d’aborder dans les quatre parties consacrées à l’équipe d’Espagne des points relevant a priori de ces deux derniers chapitres (nationalistes et football en Catalogne et au Pays Basque sous le franquisme, identification d’une partie des Basques et des Catalans avec l’équipe espagnole voire l’Espagne, etc.). Il en résulte un sentiment d’inachevé qui pourrait s’expliquer de la façon suivante : l’étude de la problématique « football, médias et question identitaire en Espagne » ne peut faire l’économie d’une analyse globale, les phénomènes observés dans les différents territoires étant intimement imbriqués. Dès lors, il eût été plus judicieux de fondre les chapitres deux à sept et de les organiser selon une structure beaucoup plus ambitieuse, fondée sur une chronologie unifiée. L’auteur aurait ainsi évité de proposer des parties débutant en 1920 (équipe d’Espagne) et d’autres à la fin du franquisme (football basque et catalan).

3En dépit de ces observations, l’auteur propose une réflexion solide et de qualité, bâtie autour de trois idées importantes. La première rappelle que les récits identitaires évoluent en fonction de la conjoncture socio-économique et politique. Cela conduit l’auteur à contextualiser en permanence ses analyses et à insister sur les conséquences des principales ruptures qu’a connues la société espagnole (Guerre civile, franquisme, démocratie, crise de 2008). L’auteur montre aussi que l’importance accrue du football sur le plan socio-économique, politique et médiatique nourrit le nationalisme qui se manifeste, notamment, lors des victoires de l’équipe d’Espagne entre 2008 et 2012 (deux coupes d’Europe et une coupe du monde). Au xxie siècle, le « ballon rond » a ainsi contribué à une certaine récupération populaire de l’identité espagnole. Perçue pendant de nombreuses années comme indissociable du régime franquiste, cette identité, avec le changement de siècle, a fait l’objet de fortes revendications, phénomène renforcé par le fait qu’elle est devenue synonyme de modernité grâce, en partie, aux succès de l’équipe d’Espagne et, paradoxalement, à ceux du FC Barcelone. Sur ce point, l’auteur souligne très judicieusement que la question identitaire en Espagne est synonyme de diversité et de complémentarité. C’est pour cette raison que de nombreux Espagnols ont été et sont supporters de la Roja et du FC Barcelone.

4Une seconde idée importante : les constructions identitaires véhiculées par le football en Espagne se sont forgées à partir d’un dialogue permanent entre les moyens de communication nationaux et les médias étrangers. Ainsi, à partir de 1920, les représentations du football espagnol dans des pays comme l’Allemagne ou la France, visions fréquemment négatives et synonymes d’irrationalité ou de sous-développement, donnent naissance en Espagne au « récit de la fureur et de l’échec ». Ce phénomène repose sur une inversion sémantique qui transforme la « fureur » en une valeur positive, cette dernière reflétant le courage ancestral du peuple espagnol incarné par l’équipe nationale. Ce dialogue ne cesse d’évoluer au point qu’en 2008 ce récit s’estompe, remplacé par le « récit du succès ». Si les victoires de l’équipe d’Espagne sont déterminantes, les stéréotypes négatifs, néanmoins, reprennent aujourd’hui de la vigueur à l’étranger, alimentés par la profonde crise économique et politique que traverse le pays.

5Enfin, une troisième idée organise cette étude : l’association football-conflits identitaires n’est pas le propre de l’Espagne. Il s’agit d’un phénomène global qui a concerné et concerne de nombreux pays et qui est devenu, depuis les années 1990, symptomatique des transformations parfois brutales que génère le processus de mondialisation. De ce point de vue, Goles y banderas. Fútbol e identidades nacionales en España enrichit nos connaissances, d’autant que l’auteur apporte un éclairage essentiel à la compréhension des graves dérives qu’entraîne l’instrumentalisation du football à l’heure des « médias planétaires ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo, « Alejandro Quiroga Fernández de Soto, Goles y banderas. Fútbol e identidades nacionales en España », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/6707

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo

Aix Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org