Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Antonio Miguel Bernal, España, proyecto inacabado

Annie Molinié
p. 267-269
Référence(s) :

Antonio Miguel Bernal, España, proyecto inacabado. Costes/beneficios del Imperio, Madrid, Marcial Pons Historia-Fundación Carolina, 2005, 612 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 novembre 2010.

1L’historien Antonio Miguel Bernal, professeur d’histoire économique à l’université de Séville, est bien connu pour ses travaux sur la Carrera de Indias et sur la monarchie et son empire colonial. Il a obtenu le « Premio Nacional de Historia » pour son livre España, proyecto inacabado, paru en octobre 2005. Il a également publié en 2007, un ouvrage – le troisième de la Historia de España – intitulé précisément Monarquía e imperio (Crítica, Marcial Pons).

2España, proyecto inacabado, au titre quelque peu étonnant de prime abord, est un livre remarquable de 612 pages qui se veut une réflexion, une très longue méditation sur les liens qui unissent l’Ancien et le Nouveau Monde, l’Espagne et les Indes de Castille, l’Espagne et l’Empire, et sur le coût et les bénéfices de cette entreprise sur la longue durée. L’historiographie du xixe au xxe siècle présente les conséquences économiques négatives des colonies pour l’Espagne. La Castille, néanmoins, occupa dès le xvie siècle une place centrale dans l’économie-monde. Il s’ensuit une réflexion et sur le mercantilisme espagnol avec le Memorial précurseur de Luis Ortiz en 1558 et sur le phénomène « colonial » et ses répercussions dans l’économie de la Castille avec le paradoxe que constituent les Indes pour l’Espagne. A. M. Bernal analyse ce que fut le système colonial espagnol et la perception qu’on en a eue. Il rappelle que les Indes n’apparaissent ni chez Soto ni chez Azpilcueta. Il est évident que découvrir un Nouveau Monde était sans précédent en Europe. Le système colonial castillan devint dès lors un paradigme.

3Antonio Miguel Bernal retrace avec brio la construction de l’État moderne et la création de l’Empire universel au temps de Charles Quint. Il souligne l’énorme bénéfice que représentait l’arrivée des métaux précieux à Séville, mais aussi en contrepartie le coût important – plus difficile à mesurer, déjà signalé en son temps par Pierre Chaunu – qu’ont représenté les Indes. En effet, les Indes occidentales étaient le monopole de la couronne de Castille. Cette exclusive renvoie à la diversité des possessions de la Monarchie Catholique des premiers Habsbourg. L’une des difficultés de l’Espagne fut la transformation des royaumes péninsulaires en Monarchie et l’identification, problématique, de ceux-ci à l’État, sans oublier l’ambigüité de la titulature. L’auteur établit alors une comparaison originale avec la Grande-Bretagne dont l’empire constitua un facteur d’unité et qui sut, aussitôt après l’indépendance de ses colonies, rétablir des liens. L’Espagne, en revanche, n’en profita pas pour construire la nation ! Pour A. M. Bernal, la construction de l’Empire est parallèle à la construction de l’État moderne. Il s’agit alors d’analyser les rapports entre ces deux constructions et de montrer « le rôle intégrateur des colonies ». Tout converge vers l’« entreprise impériale », d’où la belle formule : « Lo más español de España en los siglos xvi y xvii fue América ». Un empire colonial castillan qui dura trois siècles, avec des évolutions qui affectèrent l’Espagne et l’Amérique.

4Ce thème majeur et récurrent est abordé ici d’un point de vue économique (par exemple le chapitre V consacré à l’économie coloniale et à la monarchie espagnole) avec les coûts et les bénéfices – contenus dans le titre même – mais également d’un point de vue social et institutionnel. A. M. Bernal insiste sur le décalage entre le politique et l’économie, ayant entraîné un coût élevé pour l’Espagne.

5Les différentes institutions, sises pour la plupart à Séville, nées de la découverte du Nouveau Monde, donnent lieu à de longs développements sur des sujets connus des spécialistes, comme la Casa de Contratación, le Consulado et la Lonja, qui s’assurent le droit d’établir la périodicité du départ des flottes et le contrôle du marché colonial, la Casa de la Moneda ou encore l’Université de Mareantes (p. 179) et, bien évidemment, le Consejo de Indias. A. M. Bernal montre à cet effet comment l’administration et le gouvernement des Indes se « bureaucratisent » au cours du xviie siècle et aussi le rôle joué par les étrangers de la Carrera de Indias, lesquels « se hacían ricos y prósperos con el comercio colonial » (p. 195).

6La Monarchie entreprit ainsi la construction d’un système colonial en fonction des possibilités et des limites économiques des Indes et de la Castille. Elle mit la plus grande partie de ses richesses, pour des raisons essentiellement fiscales, au service exclusif de l’hégémonie politique mondiale, en négligeant les intérêts du royaume de Castille.

7Avec ce livre important et suggestif, c’est à un survol de siècles auquel Antonio Miguel Bernal nous convie. L’historien poursuit en effet sa réflexion sur les empires, initiée avec la Grèce et l’empire romain, jusqu’à l’époque contemporaine, dans un superbe chapitre en guise d’épilogue intitulé, avec un ultime clin d’œil au jeu des échecs « el enroque español ».

8Ajoutons que cette longue et riche méditation, qui mobilise une énorme information, semble avoir été le prélude à un ensemble d’ouvrages sur le thème de l’Empire, parus en 2006 et 2007 : Imperios del mundo atlántico : España y Gran Bretaña en América (1492-1830) de John H. Elliott ; Del imperio a la decadencia : los mitos que forjaron la España moderna de Henry Kamen, sans oublier le livre déjà cité de A. M. Bernal, Monarquía e imperio, de mars 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Molinié, « Antonio Miguel Bernal, España, proyecto inacabado », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 267-269.

Référence électronique

Annie Molinié, « Antonio Miguel Bernal, España, proyecto inacabado », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://mcv.revues.org/673

Haut de page

Auteur

Annie Molinié

Université de Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org