Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Yvan Lissorgues, Leopoldo Alas, Clarín, en sus palabras (1852-1901)

Carole Fillière
p. 272-274
Référence(s) :

Yvan Lissorgues, Leopoldo Alas, Clarín, en sus palabras (1852-1901), Oviedo, Ediciones Nobel, 2007, 1176 p.

Texte intégral

1Le regard adopté dans cette biographie, fruit de l’étroite intimité du chercheur avec l’œuvre et la pensée de Clarín, est éminemment bergsonien : alors que le biographe s’interroge sur « l’innommé » biographique, il retrouve les principes d’écriture de Clarín lui-même, peintre des « almas todas ». Yvan Lissorgues saisit la scission entre le « moi social » de l’individu, inventoriable en dates, en actions et en événements, et son « moi profond ». À l’aspect fragmentaire de l’existence, il ajoute la temporalité fluide, la continuité de l’intime et de la conscience. Ce parti pris exploratoire implique deux lignes de force : la recherche de l’historien et de l’analyste littéraire est doublée par le travail, moins rationnel et définitivement empathique, du « sondeur d’âme », qui cherche à atteindre en Clarín « l’homme intérieur », masqué par l’existence « mate et sans relief d’un professeur de province » (p. 13).

2Le discours est au centre de cette saisie vitale : le lecteur est immergé dans la vie de Clarín à partir du seuil que ses textes constituent. En privilégiant le mot d’auteur, le biographe crée un processus narratif qui ménage l’écart entre la distance critique et la sympathie, toutes deux nécessaires au projet. Il en résulte une actualisation des documents et une vitalisation de la voix de Clarín. L’auteur justifie longuement sa méthode : le refus des commentaires interprétatifs de son narrateur repose sur le rejet d’une lecture figée et omnisciente ; il ne résout aucun des doutes ou problèmes qu’il s’efforce, au contraire, de soulever. Clarín apparaît donc dans toute sa complexité de « palimpseste de virtualités infinies » (p. 18).

3L’ouvrage suit un découpage chronologique en deux périodes définies selon des critères géographiques. La première court de la naissance de Clarín en 1852 à son installation comme professeur de droit romain à Oviedo en 1883 et elle se caractérise par sa grande mobilité, due à ses déplacements familiaux et estudiantins. La deuxième période, de 1883 à 1901, correspond à la sédentarité asturienne du « provincial universel », qui craint les déplacements et la séparation d’avec les siens. Ôtant toute lisibilité initiale, le biographe rejette les titres thématiques globaux. Il préfère une saisie temporelle neutre, par années, se déployant ensuite sur des séquences plus détaillées dans les sous-titres. Cette succession de dates rend sensible le continuum temporel sur lequel l’individu n’a pas de prise, mais que Clarín cherche néanmoins à saisir dans ses écrits. Ainsi, apparaît dans sa complexité l’activité d’écriture réactive de Clarín, en prise sur l’actualité, de même qu’est manifesté l’aspect fragmentaire de l’historicité d’une vie.

4Ce livre extrêmement dense repose sur l’analyse minutieuse et sur l’effort sérieux de mise en relation de documents ambivalents, par leur profusion et leurs lacunes, que le biographe souligne avec justesse. Le fonds documentaire réunit les œuvres de création, les articles de presse et les multiples documents conservés dans des archives publiques et privées. Grâce à cette densité informative, l’auteur montre, sans les surévaluer, les points d’intersection vitaux et textuels entre les différents aspects de la personnalité de Clarín, bientôt reliés en faisceau par un fil plus douloureux, la maladie. Les étapes intellectuelles de Clarín apparaissent telles qu’il les a lui-même identifiées et interprétées. La gémellité de son écriture, journalistique et dramaturgique, ainsi que le krausisme, vécu comme une expérience philosophique d’enseignement plutôt que comme un système, sont deux des fondements intimes de l’œuvre et de la pensée de Clarín. La continuité est le maître mot de cette biographie. Yvan Lissorgues rend sensible l’approfondissement et la maturation de germes initiaux : Clarín se montre, avec ses mots, identique à lui-même dans la durée, « de manière plus consciente, plus réfléchie, plus profonde […] et par conséquent plus compréhensive » (p. 464).

5Le lecteur participe au travail minutieux de recomposition et d’enquête à partir du matériel journalistique. Son expérience est double : il devient « lecteur contemporain » de Clarín, et il ne lit plus ce dernier au travers de sa création fictionnelle dans un processus psychocritique. Au contraire, le travail d’édition, mené en collaboration avec J.-F. Botrel, des six volumes d’articles des Obras Completas, permet à Y. Lissorgues de dévoiler ici la densité scripturale de cet œuvre dont le potentiel est encore inexploité. La biographie n’offre pas une lecture rétroactive de l’homme par ses textes, mais une lecture immédiate et continue de Clarín dans ses réactions textuelles. Ainsi, les œuvres littéraires apparaissent comme des émanations de l’homme intérieur perceptible en filigrane.

6L’intensité réactive et créative de Clarín est ambivalente, écho de sa claudication entre enthousiasme et inquiétude. L’élan du Clarín combattant, plume à la main, le porte à rechercher un espace de parole libre, à se créer une place sur la scène publique, éditoriale et théâtrale, afin de dépasser l’éphémère de la collaboration journalistique. Yvan Lissorgues montre un homme vif, à l’affût, qui a envie et besoin de dire, de montrer, d’expliquer, de dénoncer, de créer son propre magistère, pour lequel il se sent apte et prêt. Corrélat de cette fébrilité interventionniste, la faiblesse de Clarín transparaît dans le profond questionnement identitaire, esthétique et métaphysique qui jalonne ses textes. Son doute s’appuie sur un fond d’inquiétudes concrètes – économiques, administratives et universitaires –, et il rebondit sur celles du créateur et du critique, qui doute de la valeur de son œuvre littéraire tout comme de la portée de son travail ; celles du croyant dérouté et de l’individu à l’identité problématique, qui se confie à Giner ; et celles du malade dont l’opacité du corps nourrit une inquiétude souterraine qui affleure ponctuellement. Il apparaît vite que, davantage qu’une trajectoire vitale, s’écrit une trajectoire intellectuelle et spirituelle : on assiste au travail de toute une vie, à l’effort, jusqu’à épuisement, de l’esprit et du corps de cet « homme-plume ».

7Yvan Lissorgues s’attache à incarner les idées de Clarín dans sa réflexion et son activité quotidiennes. Sa solitude n’a jamais été complètement synonyme d’isolement : Clarín s’insère dans une dynamique intellectuelle collective et il prend part – souvent de manière oblique, par des manifestations écrites de soutien, parfois de manière directe, en y participant lui-même – aux grands projets développés par ses amis et ses proches, ainsi qu’aux activités des institutions culturelles les plus avancées. Son engagement politique est perçu dans toutes ses vicissitudes et contraintes. La progressive transcription des réactions de Clarín face aux événements de Cuba et à la question régénérationniste permet de comprendre combien le positionnement politique de Clarín correspond de fait à sa conception intime de la religiosité et de la métaphysique. À la fin de sa vie, Clarín se sent plus philosophe qu’écrivain, non à la suite d’une découverte propre à l’âge adulte, mais dans un processus de maturation chez un esprit toujours animé par la réflexion métaphysique, qui a toujours voulu apprendre et enseigner la philosophie. En effet, s’il ne fallait retenir qu’un aspect de la vie et de la pensée de Clarín, il s’agirait de son magistère. Direct ou indirect, en chaire ou « en texte », Clarín s’affirme comme un médiateur de savoir, un guide et un maître. L’art de penser, premier à toute réalisation concrète postérieure, qu’elle soit politique, scientifique ou littéraire, est au cœur de son œuvre socratique.

8La sympathie du biographe est si forte que, parfois et en dépit des avertissements initiaux, pointe le portrait de « son » Clarín. Non pas tant dans l’interprétation psychologique que dans une contagion affective et stylistique. Ainsi, le narrateur distancié disparaît au détour des évocations du processus de création littéraire : c’est un narrateur enthousiaste qui prend le relais et offre une lecture vitaliste des « pulsions créatives » (p. 379) et des virtualités poétiques de la prose clarinienne. Cette empathie informe le style du biographe, envahi par des procédés typiquement clariniens : il en va ainsi des multiples allusions éclairantes et des rapprochements faits sur le mode de la citation. L’acmé de l’émotion du biographe est atteint dans l’évocation des « tristesses de l’âge mûr » (p. 569) : au cours de la présentation des lentes et longues années de pénible écriture de Su único hijo, Yvan Lissorgues accède à la véritable authenticité biographique, comme si le rapprochement entre l’auteur Clarín et la créature Reyes impliquait une empathie similaire entre le biographe et son objet. Enfin, il faut mentionner le processus d’écriture temporalisée de cette biographie : puisqu’elle suit la répétition et les cycles d’une vie intensifiés par le regard journalistique, elle produit une écriture répétitive pour laquelle le retour n’est jamais une clôture. Ce système rend sensible le ressassement et la réminiscence, soit le fonctionnement même de la mémoire de Clarín, qui est la base de sa pensée et de son œuvre, entre « permanence et rénovation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Fillière, « Yvan Lissorgues, Leopoldo Alas, Clarín, en sus palabras (1852-1901) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 272-274.

Référence électronique

Carole Fillière, « Yvan Lissorgues, Leopoldo Alas, Clarín, en sus palabras (1852-1901) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/678

Haut de page

Auteur

Carole Fillière

Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org