Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Juan Bautista Vilar, La España del exilio

Geneviève Dreyfus-Armand
p. 274-275
Référence(s) :

Juan Bautista Vilar, La España del exilio. Las emigraciones políticas españolas en los siglos xixxx, Madrid, Editorial Síntesis, 2006, 495 p.

Texte intégral

1Voilà une belle synthèse que nous donne Juan Bautista Vilar, historien spécialiste des relations internationales contemporaines et des divers courants migratoires qui ont marqué l’Espagne au cours des deux derniers siècles. Cette synthèse est rendue possible par les nombreux travaux que l’historien a consacrés lui-même depuis plusieurs décennies aux émigrations issues de la péninsule Ibérique, en particulier en direction des pays de l’Afrique méditerranéenne.

2Dans le présent livre, Juan Bautista Vilar s’attache aux émigrations politiques espagnoles aux xixe et xxe siècles, focalisant son propos sur « l’exil comme expression de l’intolérance » de la société espagnole durant une longue période de son histoire contemporaine. L’auteur met en évidence le caractère « pendulaire des situations institutionnelles successives [qui] ont fait qu’une émigration politique se trouvait suivie d’une autre de couleur opposée ». Ainsi, pendant ces deux siècles, une partie de l’Espagne se trouvait toujours hors d’Espagne. Un tel phénomène historique se devait donc d’être étudié dans la longue durée pour mieux appréhender les mécanismes déclencheurs des départs, mesurer la diversité des destinations géographiques, évaluer les activités des exilés à l’extérieur et les répercussions sur les pays d’exil comme sur l’Espagne elle-même. L’auteur a dû compenser cependant le déséquilibre historiographique qui marque un déficit notable par rapport aux exils antérieurs à 1936. Douze chapitres denses ponctuent l’ouvrage, clôturé par une abondante bibliographie, qualifiée cependant de « basique » ; elle est pourtant extrêmement complète même si l’abondante production en langue française sur la question est un peu sous-représentée.

3Juan Bautista Vilar débute son ouvrage avec la Révolution française et le termine avec la fin de l’exil républicain et l’avènement de la démocratie actuelle. L’auteur attache avec raison une grande importance à la multiplicité des pays d’accueil des exilés, même si quelques-uns – notamment la France ou divers pays américains – en accueillent de façon récurrente un grand nombre. À juste titre, il fait bénéficier le lecteur de sa parfaite connaissance des émigrations espagnoles en Afrique du Nord, mais il évoque aussi largement d’autres pays, comme la Grande-Bretagne et les États-Unis. Il fait vivre les différents exils politiques au travers de personnages emblématiques, de José Marchena et Teresa Cabarrús à Alphonse XIII en passant par José María Blanco White et José Joaquín de Mora. Des destins individuels très divers sont ainsi retracés et replacés dans l’épaisseur historique de ces périodes.

4Malgré le nombre important d’exils politiques qui l’ont précédée, l’émigration suscitée par la fin de la guerre civile a été incomparablement plus importante en nombre de réfugiés ; sa durée a surpassé largement les exils précédents et sa nature a été sensiblement différente. Tout un pan de la société espagnole a quitté la Péninsule, composé dans les mêmes proportions de toutes les catégories sociales présentes dans le pays à cette époque. Aussi, Juan Bautista Vilar consacre-t-il trois chapitres à cet exode massif et sans précédent. Un chapitre traite de la France, un pays où une majorité de réfugiés s’est installée durablement en dépit des conditions difficiles de l’arrivée. Il sous-évalue cependant le nombre de réfugiés qui gagnent la France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (dix mille par an à la fin des années quarante) et, ensuite, le flux plus réduit mais jamais arrêté des migrants. L’auteur s’attache aussi, très utilement, à décrire l’exil républicain dans des pays moins étudiés, comme le Danemark, la Suisse ou la République dominicaine. Au total, un livre synthétique et complet sur un phénomène historique qui a profondément marqué la société espagnole pendant deux siècles. Livre indispensable pour une réflexion sur le fonctionnement d’une société pré-démocratique et sa longue marche vers une stabilisation de sa vie politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Dreyfus-Armand, « Juan Bautista Vilar, La España del exilio », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 274-275.

Référence électronique

Geneviève Dreyfus-Armand, « Juan Bautista Vilar, La España del exilio », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/681

Haut de page

Auteur

Geneviève Dreyfus-Armand

Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org