Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

José María Alvarez Martinez, Antonio Carvalho, Carlos Fabião (éd.), Lusitania romana: Origen de dos pueblos / Lusitania romana: origem de dois povos

Susana Marcos
Référence(s) :

José María Álvarez Martinez, Antonio Carvalho, Carlos Fabião (éd.), Lusitania romana: Origen de dos pueblos / Lusitania romana: origem de dois povos, catalogue d’exposition (Mérida, Museo nacional de arte romano, 23 mars au 30 septembre 2015), Mérida, 2015, 387 p.

Texte intégral

1Dirigé par J. M. Álvarez Martínez, A. Carvalho et C. Fabião, Studia Lusitania, Lusitania Romana. Origen de dos pueblos / Lusitânia Romana. Origem de dois Povos est le catalogue d’exposition d’un projet d’envergure inédite. Fruit de la collaboration du Museo Nacional de Arte Romano (MNAR) de Mérida — à l’origine de l’initiative — et d’une quinzaine d’institutions espagnoles et portugaises, plus de 200 pièces de ce patrimoine commun ont pu être réunies. L’ouvrage s’ancre ainsi dans le prolongement des travaux de ces dernières décennies : la volonté est d’estomper une frontière contemporaine anachronique et de revenir aux limites historiques romaines, effort d’unité dont témoignent le choix du seul espagnol comme langue d’expression et la mobilité de l’exposition — inaugurée à Mérida en mars 2015, présentée à Lisbonne depuis janvier 2016, avant de se diriger ultérieurement vers Madrid. À travers les fiches du catalogue, dont les thématiques sont toutes introduites par l’étude d’un ou plusieurs spécialistes de la question, l’objectif est de mettre en valeur l’héritage romain de la province de Lusitanie.

2Le chapitre « La mirada del otro » ouvre le recueil sur la réalité préromaine : A. Guerra (pp. 25-34) analyse une série de topoi véhiculés par les auteurs gréco-romains et qui alimentent une vision simplificatrice de cette province dont témoigne le nom qui lui est donné. En outre, l’étude de cas de J. Cardim Ribeiro (pp. 35-40) revient sur un document exceptionnel : une inscription en lusitanien qui, malgré la difficulté d’interprétation, permet d’éclairer les pratiques religieuses locales.

3Une part importante de l’ouvrage est consacrée à l’administration de la nouvelle province. « El contacto. El impacto de la presencia romana » donne l’occasion à M. Salinas de Frías (pp. 63-72) de revenir sur les diverses étapes de la présence romaine : depuis la conquête militaire — et un contexte de défense péninsulaire et de contrôle des richesses — jusqu’à la création de cités et l’organisation de la Lusitanie. Le chapitre suivant, « La puesta en hora del territorio lusitano », regroupe les réflexions de trois chercheurs qu’inaugure P. Le Roux (pp. 99-108). À travers son analyse, il évoque les nouveaux apprentissages supposés par cette étape transitoire qu’est la construction administrative romaine. L’auteur insiste particulièrement sur la nécessité de revenir désormais sur le concept de romanisation. À son tour, V. Gil Mantas (pp. 109-118) intervient sur le lien étroit et complémentaire qui existe entre le réseau de voies de communication (terrestres et fluviales) et le développement des noyaux urbains. Des rééquilibrages, reliant les centres de l’intérieur avec le littoral, permettent de garantir une administration efficace, un transport rapide et à moindre coût des marchandises. Enfin J. C. Saquete (pp. 119-124) met en exergue le rôle stratégique — tant géographique qu’économique — de la création ex nihilo de la colonie de vétérans éméritaine, destinée à devenir ultérieurement caput provinciae.

4Symbole de la réorganisation romaine, la vie des cités est aussi au cœur de l’analyse. Th. Schattner (pp. 143-155) envisage la civitas comme un modèle d’organisation original qui induit une nouvelle lecture du paysage. Un intérêt particulier est porté à la diversité de l’urbanisme lusitanien dont les formes sont tout aussi fonctionnelles que symboliques. Autre temps d’adaptation, E. Cerillo et M. Cruz retracent le processus de transformations du Bas-Empire (pp. 299-306). Avec les invasions germaniques l’espace urbain rétrécit, le public se privatise, tandis que le développement du christianisme crée une nouvelle hiérarchie ecclésiastique et urbaine. En complément, V. H. Correia (pp. 165-173) considère dans le cinquième chapitre les divers aspects de la vie quotidienne de la population, mieux connue de Conimbriga. Enfin, la nouvelle organisation du monde rural est abordée par l’étude des villae de F. G. Rodríguez Martín et A. Carvalho (pp. 237-247). Plus elles sont éloignées du modèle de la civitas, plus ces unités de production structurent l’espace. Gagnant en importance et complexité, elles deviennent le lieu de matérialisation du prestige.

5Les aspects économiques sont l’objet d’un chapitre à part entière. À partir des sources littéraires et archéologiques, J. Edmonson (pp. 189-199) dresse le tableau des ressources et de la production. Sans nul doute, le marbre et les métaux précieux constituent la véritable richesse de la province. C. Fabião, quant à lui, change d’échelle et replace la province au sein de l’empire auquel les échanges lusitaniens s’intègrent pleinement (pp. 201-205). Son travail retrace les flux à partir de la diffusion des amphores, reflet de l’évolution de la production, de la consommation et des circuits économiques.

6Enfin, en ce qui concerne les aspects culturels, la religion est traitée par J. d’Encarnação (pp. 267-273) : l’accent est mis sur les phénomènes de rupture et de continuité, d’acculturation et de syncrétisme, de la Lusitanie occidentale, depuis l’époque préromaine jusqu’au christianisme, étape supplémentaire d’adaptation. Introduit par J. M. Álvarez Martínez, directeur du MNAR (pp. 323-324), le dernier chapitre est, par ailleurs, consacré à l’héritage artistique romain de la Lusitanie pour lequel J. L. de la Barrera étudie la monumentalisation des centres urbains (pp. 325-340). Outil politique, le programme édilitaire, impulsé par l’idéologie impériale, change la physionomie de la cité qui s’habille de marbre : les espaces publics sont remodelés et les édifices rénovés. T. Nogales Basarrate (pp. 341-353) s’intéresse, elle, à la diffusion des modèles iconographiques venus de Rome, expression du changement culturel et politique. Au mimétisme provincial initial, fondé sur la mobilité des artisans métropolitains, suivent l’adaptation et les variations des ateliers locaux qui doivent répondre à une demande croissante des élites. Pour finir, J. Lancha analyse les mosaïques les plus marquantes de la province (pp. 355-366), tant d’Augusta Emerita que des principales villae.

7Concernant le catalogue en lui-même, le choix et la diversité des objets exposés fournissent un corpus d’une rare richesse. La présentation de chaque fiche est méthodique et la qualité photographique des plus appréciables. Si quelques erreurs d’édition se sont glissées dans l’ouvrage (répétition d’illustrations, classement erroné, carte, etc.), cela n’affecte bien évidemment en rien le sérieux du contenu.

8La volonté de lier l’apport scientifique à sa diffusion didactique nous semble une idée essentielle. Néanmoins, le dialogue entre l’un et l’autre aurait pu être poussé plus avant, en faisant — et ce n’est là qu’une suggestion personnelle — davantage le lien entre les études spécialisées et les objets retenus pour chacune des parties.

9D’abord destiné au grand public, l’ouvrage se clôt néanmoins par une ample bibliographie de plus de 500 entrées (pp. 367-387) : autant de références fondamentales pour l’étude de la Lusitanie romaine, et qui donnent donc une vision pleinement spécialisée de la question. Nous ne pouvons que saluer une telle initiative et la qualité d’un tel travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Susana Marcos, « José María Alvarez Martinez, Antonio Carvalho, Carlos Fabião (éd.), Lusitania romana: Origen de dos pueblos / Lusitania romana: origem de dois povos », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6826

Haut de page

Auteur

Susana Marcos

université de Perpignan

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org