Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Julian González, José Carlos Saquete (éd.), Colonias de César y Augusto en la Andalucía romana

Françoise des Boscs
Référence(s) :

Julian González, José Carlos Saquete (éd.), Colonias de César y Augusto en la Andalucía romana, « L’Erma » di Bretschneider, Rome, 2011, 342 p.

Texte intégral

1Ce livre est l’aboutissement d’un projet d’investigation d’excellence financé par la Junta de Andalucía. Il se propose de faire le point, à la lumière des nouvelles découvertes archéologiques et épigraphiques, sur les colonies romaines fondées dans l’ancienne province de Bétique à partir de l’époque de César qui a constitué une rupture dans la politique romaine, non seulement par le nombre de colonies créées, mais aussi par l’implantation de nombre d’entre elles dans les provinces.

2Après cette courte introduction qui revient aussi sur les problèmes de datation des fondations et l’utilisation des noms Iulia, Iulia Augusta ou Augusta comme moyen de distinguer les établissements césariens de ceux d’Auguste, l’ouvrage se présente sous la forme de dix contributions réalisées par différents auteurs. Chacune concerne l’une des neuf colonies fondées par César ou Auguste et une dixième s’intéresse à Iulia Traducta et aux colonies d’Auguste dans le nord du Maroc. Toutes sont suivies d’une bibliographie et enrichies de plans et photographies qui complètent utilement le propos.

3La première contribution (pp. 9-46) est consacrée à Cordoue et émane de D. Vaquerizo, J. A. Garriguet, et J. F. Murillo. Comme son titre « Novedades de arqueología en Corduba, Colonia Patricia » l’indique, elle a pour objectif de faire le point sur l’apport des dernières opérations de fouilles menées dans la cité. Elle suit un plan chronologique distinguant la Cordoue préromaine (pp. 9-10), républicaine (pp. 10-19), impériale (pp. 19-30) et tardo-antique (pp. 30-32). À chaque époque est associé un ou plusieurs plans de la cité. Cette contribution très complète cherche à présenter pour chaque période aussi bien l’urbanisme, que les espaces publics, les maisons et les espaces funéraires. Son intérêt est de mettre en évidence, pour la période républicaine, l’existence de deux noyaux distincts, l’ancienne Cordoue turdétane ayant continué à fonctionner, tout en s’affaiblissant progressivement, à côté du nouveau noyau fondé par C. Marcellus, dont le centre civique et monumental s’est développé dès le milieu du iie s. av. J.-C. Pour l’époque impériale, elle met en évidence l’importance du modèle romain aussi bien dans la décoration sculptée du nouveau forum augustéen que dans l’articulation entre les différents espaces (forum/cirque) qui s’apparente à des modèles bien connus de la capitale.

4Suit une contribution (pp. 47-97) consacrée à « Colonia Romula Hispalis. Linéas esenciales de su dinámica histórica y arqueológica » par S. Ordoñez Agulla et D. González Acuña. Cette contribution, suivant elle aussi la chronologie présente l’intérêt de chercher à mettre en relation l’évolution urbanistique de la cité avec le contexte socio-économique et particulièrement le rôle de plus en plus important d’Hispalis comme port centralisateur de l’économie oléicole et l’émergence en son sein d’une oligarchie provinciale puissante dont sont issues plusieurs familles sénatoriales (p. 61) à partir de la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. Après les déductions césarienne et augustéenne, la cité connaît un premier essor entre Tibère et Néron (mis en lien avec la politique de Claude pour développer le transport et le commerce) qui se traduit par une extension de la cité sur la rive gauche du Guadalquivir (pp. 58-61) où s’établissent des activités artisanales liées au trafic portuaire. Cette évolution se renforce à la fin du ier s et au iie s. (pp. 66-71) s’accompagnant du développement de noyaux résidentiels luxueux (p. 66), mais aussi d’un quartier où se concentrent toutes les activités liées au transport et au commerce de l’huile ainsi qu’en témoignent quelques récentes découvertes épigraphiques (pp. 69-71). Finalement, les auteurs concluent sur les récentes découvertes de la Encarnacíon qui attestent la permanence d’une certaine vitalité urbaine du ive au vie s. (pp. 76-79).

5La contribution suivante (pp. 99-128), réalisée par S. García-Dils de la Vega, porte sur la Colonia Augusta Firma Astigi (Ecija) et s’intéresse principalement à la structure urbaine, en s’appuyant sur une série de fouilles menées dans la période 2002-2010 qui ont fait l’objet d’un traitement S. I. G. Ces fouilles ont permis de confirmer l’existence d’un noyau indigène antérieur à la fondation romaine et situé dans le secteur sud-est de la future colonie, sur un promontoire dénommé Cerro de Alcazar. Bien que ce soit encore sujet à débat (pp. 103-104), l’auteur pense qu’il faut identifier cet oppidum avec l’Astigi Vetus de Pline. À propos de la colonie elle-même, s’il subsiste des hésitations sur la date de sa fondation (entre 25 et 19 av. J.-C. ou en 16 et 14 av. J.-C.), il est clair que la deductio a été réalisée avec des vétérans des légions IV Macedonica, VI Victrix et II Pansiana et une nouvelle inscription suggère que Marcus Agrippa en fut le patronus (p. 106, mais on peut regretter que le texte n’en soit pas donné). Les données archéologiques permettent de dire qu’il s’agit d’une fondation ex novo, établie après que toutes les structures précédentes ont été arasées et qui a eu un impact important sur le territoire (p. 106). Les paragraphes suivants sont consacrés à l’étude de la muraille (pp. 107-111), du réseau viaire (pp. 111-114), de l’assainissement avec la mise en évidence de canalisations pour les eaux usées (pp. 114-116) datant de l’époque de la fondation et de l’approvisionnement en eau (pp. 117-118).

6Ensuite, C. González Roman s’intéresse à la Colonia Augusta Gemella Tucci (Martos, Jaén) (pp. 129-165). Après avoir rappelé les données littéraires et archéologiques dont nous disposons aujourd’hui (pp. 129-138), l’auteur revient (pp. 138-148) sur la fondation de la colonie, la signification des éléments Tucci (vieux toponyme indigène) et Augusta dans le nom de celle-ci, la datation (entre 16 et 13 av. J.-C) et la provenance des colons et la première société coloniale à travers l’épigraphie et l’étude onomastique. Une dernière partie s’intéresse à l’évolution de la colonie et met en évidence l’intensification de l’exploitation du territoire (pp. 150-151) avant d’étudier le corpus épigraphique et les informations qu’il donne sur l’élite municipale, puis les pratiques religieuses parmi lesquelles se détache l’importance du culte d’Hercule. Claritas Iulia (Ucubi) et Virtus Iulia font ensuite l’objet d’une courte mise au point de J. C. Saquete (pp. 167-186). Celle-ci met l’accent sur le problème de la création des deux colonies, qui apparaît comme une mesure de représailles au soutien de cette zone à Pompée, sur leurs territoires respectifs et leur évolution qui se fait essentiellement à travers l’étude d’un dossier épigraphique peu fourni. Suit une contribution sur Urso (Osuna) écrite par J. A. Pachón Romero (pp. 187-222) qui, après une mise au point historiographique sur les publications concernant le bronze d’Osuna (pp. 187-190) et une présentation des fouilles, notamment celle de la nécropole rupestre qui emprunte à une tradition de construction plongeant ses racines dans les temps préromains, propose une synthèse de l’archéologie d’Osuna précoloniale et coloniale (pp. 192-197). Centrée sur les hauteurs de Los Paredones, la cité républicaine aurait ensuite évolué à partir d’Auguste vers une sorte de dipolis, processus que l’on retrouve aussi à Cordoue, Italica et Mirobriga. Enfin une dernière partie plus novatrice traite de l’archéologie du territoire (pp. 202-207). L’auteur met en évidence un processus d’abandon des sites turdétans et une croissance considérable du nombre de sites romains (dont des villaes nombreuses) synthétisé dans la fig. 9. Au sujet d’Hasta Regia abordé par J. González, (pp. 223-247), le thème le plus intéressant est la reprise du dossier épigraphique concernant M. Petrucidius M. f. (pp. 226-230). Pour J. González, en fin de compte, ce personnage serait un légat propréteur de l’époque augustéenne, chargé par l’empereur de réparer les dommages soufferts par les cités privilégiées à cause des guerres civiles, de les embellir et/ou de les restructurer selon les canons de l’idéologie impériale et cette légation se situerait au plus tard en 15/13 av. J.-C. Enfin, tandis que les deux dernières contributions nous offrent un panorama somme toute assez classique sur les colonies d’Asido quae Caesarina (par J. González, pp. 273-296) et de la Colonia Iulia Gemella Acci (Guadix, par C. González Román) revenant sur un contexte historique déjà assez largement balisé, la contribution d’E. Gozalbes Cravioto sur « Iulia Traducta y las colonias de Augusto en el Norte de Marruecos » (pp. 249-272) présente le mérite de fournir une synthèse efficace de la politique nord-africaine d’Auguste (pp. 249-252) et de cette expérience originale des créations coloniales rattachées à la Bétique. Chacune des colonies est présentée brièvement, puis viennent ensuite les propositions sur ce qui pose problème et fait encore discussion, la localisation (Zilil, p. 256, Babba Campestris, pp. 259-261), le statut et son évolution (Tingi, p. 265-267).

7Au total, on ne peut que saluer un ouvrage plutôt complet qui cherche à faire état des nouveautés et à mettre en avant les nouvelles recherches, notamment sur l’évolution de l’occupation des territoires coloniaux. Néanmoins, la forme de présentation choisie, une contribution par colonie, entraîne des redites, notamment en ce qui concerne le contexte historique, les discussions sur les dénominations, les dates de fondations, etc. et nuit à une vision d’ensemble de la politique coloniale en Bétique et sur ses marges marocaines. On peut regretter qu’il n’y ait pas eu au moins une conclusion générale tentant de faire le bilan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise des Boscs, « Julian González, José Carlos Saquete (éd.), Colonias de César y Augusto en la Andalucía romana », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/6837

Haut de page

Auteur

Françoise des Boscs

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org