Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Rafael Narbona Vizcaíno, En l’horitzó de la història ibèrica. Pobles, terres, sobiranies (segles v-xv)

Fabia P. Guillén
Référence(s) :

Rafael Narbona Vizcaíno, En l’horitzó de la història ibèrica. Pobles, terres, sobiranies (segles v-xv), Catarroja – Barcelona, Afers, col. Recerca i pensament (77), 2015, 428 p.

Texte intégral

1Depuis la hauteur, depuis l’unité d’une péninsule Ibérique saisie dans le tracé du portulan qui orne sa couverture, nous rejoignons, conviés par le titre, le monde sublunaire et l’horizon où terre et ciel se rejoignent, où la vue peut s’étendre dans toutes les directions. Un long périple nous attend, du ve au xve siècle, à travers « terres », « pobles » et « soberanies », accompagnés d’un narrateur dont la sémantique prudente s’efforce d’écarter tout a priori. Une langue d’écriture aussi, le valencien, familière à son auteur, et dont l’expressivité maniée avec art nous enveloppera dans ce voyage de recherche et de pensée (Recerca i pensament), à travers les affaires (Afers) du monde.

2Une préface aux allures d’« excusatio » annonce l’intention d’une synthèse historique et son cortège de contraintes : concision stylistique, longue durée, conditionnements géographiques et paradigmes socio-politiques structurants. Tant il est vrai, l’auteur le souligne, qu’il est « impossible de presentar [l’histoire de la péninsule] sota una pàtina d’uniformitat davant la riquesa i la varietat dels continguts regionals ». L’histoire de la péninsule Ibérique s’écrit sur fond d’hétérogénéité de ses peuples et de ses formations culturelles ; originelles, irréductibles. Précisant ses contours, le livre se déclare « manual universitari », outil d’enseignement et d’apprentissage, exposé raisonné d’une histoire « générale », texte de référence. Ébauchant ses récepteurs privilégiés — étudiants, historiens en herbe ou dilettantes — il suggère une première forme de lecture : discontinue ; et des usages : ponctuels.

3À hauteur d’homme, sur la ligne d’horizon, il n’y a pas de « centre unívoc » depuis lequel se construirait l’homogénéité toute idéale d’une époque. L’analyse réservée à l’aventure politique des Banu Qasi (pp. 125-126) en offre un bel exemple. La politique califale y rencontre les embryons des pouvoirs pyrénéens, la frontière s’y montre, espace négocié et réversible comme les processus de conversion et d’islamisation qui s’y jouent, sensible aux révolutions de la roue de la déesse Fortune qui fait et défait les destins, aveuglément. Cette leçon se lit et se relit dans toute l’architecture de la narration et dans une prose limpide qui favorise l’intelligibilité des « nœuds » de l’intrigue historique en séquences chronologiques et thématiques parfaitement étayées. Au cours des premiers chapitres [chap. iii, « La formació dels primers nuclis enfront de la dominación andalusina (722-1035) »], après avoir offert des analyses pondérées, soucieuses d’échapper aux engoncements traditionnels, la visée tourne et se pose successivement sur un versant puis l’autre des terres occidentales de la péninsule (serralada cantábrica, orígens del regne d’Astúries y primera frontera en una terra buida), puis se porte au nord (el regne de Pamplona, comtats d’Aragó, Sobrarb i Ribagorça) pour finir à l’orient (Catalunya comtal), dans une représentation spéculaire des évolutions géopolitiques. Conquêtes, colonisations, repeuplement, institutions, souverainetés défilent dans leurs différences et leurs répétitions. Se déploie alors le champ de forces de ces interdépendances qui font ce « joc comú » millénaire auquel nulle entité ne pouvait historiquement, non plus qu’elle ne voulait, se soustraire. Passée l’étape des genèses, les chapitres s’attachent à suivre l’étoile de chaque souveraineté dans une démarche comparatiste. Appropriation et exploitation des terres ; mutation des sociétés gentilices et différenciations de « classes » ; processus divers de féodalisation et d’urbanisation ; émergence des élites, mobilités et ankyloses sociales sont explorées. Puis les représentations politiques avec leur cortège de legs, d’emprunts, d’imitations idéologiques (« gotització » y « neogotització » au royaume des Asturies, de Pampelune et plus tard de Castille-León) ; les rationalisations et les projections remarquables de l’agressivité, où s’incluent violences seigneuriales et Reconquista, mais encore guerres civiles, hérésies et inquisitions, sont passées au crible. L’effet de composition est saisissant ; une vision kaléidoscopique qui culminerait au chapitre viii, « Les fortes identitats de les vores ibèriques » (Les fortes identités des marges ibériques) dans un contraste significatif avec le chapitre ix intitulé « La monarquía hispànica dels Reis Catòlics » (La monarchie hispanique des Rois Catholiques).

4Dans l’apparat didactique, des cartes et des généalogies servent l’intention pédagogique autant que les extraits documentaires, qui déploient le vaste échantillon par où se fait l’histoire politique. Avec des jeux de reflets et d’échelles qui ne manquent pas d’ironie. Ainsi le face-à-face entre la relation de Covadonga, extraite de la Crónica de Alfonso III de Asturias, (pp. 108-109) et la notice biographique de Pélage du calame d’Al-Maqqari (pp. 113-114). L’attachement aux signes de l’érudition académique fera peut-être regretter l’absence de notes, le renvoi en fin de volume des bibliographies capitulaires ou le traitement allusif des traditions historiographiques. On devine cependant que cette « rhétorique de la mention » murmure l’impermanence de toute interprétation.

5Car, au détour d’une litote qui cernerait d’autres enjeux, il se nomme « tipus d’assaig », une sorte d’essai. Et sous ce jour, le texte appelle à une autre lecture, continue, et qui épouserait la projection tendue du regard sur plus d’un millénaire. Terres, peuples, souverainetés, pouvoirs, idéologie, dynastie, possibilités, hasard ouvrent un accès au substrat complexe du récit. Les pages consacrées à la monarchie des Rois Catholiques (pp. 379-381) et à l’Inquisition (pp. 411-419) intitulées Matèria de fe en offrent, dans une mise en abyme de l’idéologie politique au cœur du récit historique, une belle occurrence. Serait-ce à la lumière d’une histoire intellectuelle — ou conceptuelle — du politique que cet essai pourrait être lu ? Histoire politique dans la mesure où la sphère politique est le lieu d’articulation du social et de sa représentation ; conceptuelle car c’est autour de concepts comme ceux de féodalité, de monarchie, de souveraineté ou d’empire que s’éprouve l’intelligibilité des situations et leurs principes dynamiques. L’écriture nous rapproche alors d’objets de toute première importance comme celui de modernité politique et nous infuse la sensation d’appréhender l’histoire des hommes à l’instant même où elle se fait, quand elle n’est rien d’autre encore qu’une possibilité, avant qu’elle ne s’immobilise dans son « état passif de nécessité » (P. Rosanvallon, « Note sur la question de l’histoire politique conceptuelle », 1986). Le « jeu commun » péninsulaire y est à découvert, la friction millénaire des stratégies de satisfaction d’intérêts provisoires et réversibles, des dialectiques variables de l’ami et de l’ennemi, des opportunités et des opportunismes qui rendent tout à la fois illusoire et illégitime toute représentation réifiante ou essentialiste. Posant que « la història medieval d’Espanya tampoc no es pot assumir des d’una perspectiva que avança el futur amb les explicacions del passat, i menys encara quan es consideren els processos globals des d’un centre unívoc que hauria de dirigir la construcció de toda una època », l’auteur rejoint le même historien français qui affirme que « dès lors que le passé est évalué depuis un présent qui demeure impensé, l’histoire devient un obstacle à la compréhension du présent ». En ces temps où l’essentialisation des identités fait rage, Rafael Narbona Vizcaíno fait « à l’horizon de l’histoire ibérique » et dans une langue qui lui épargne le soupçon aveugle, œuvre de pédagogue, d’historien et de citoyen.

6Sur cette ligne de fuite entre terre et ciel, deux empires se faisaient face ; tandis que l’un voyait pâlir son étoile, l’autre pensait voir se lever la sienne. Comment reprocher à ce texte de ne pas se conclure, puisque, Michelet nous le rappelle, « Chaque époque rêve la suivante… ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabia P. Guillén, « Rafael Narbona Vizcaíno, En l’horitzó de la història ibèrica. Pobles, terres, sobiranies (segles v-xv) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/6842

Haut de page

Auteur

Fabia P. Guillén

Université de Pau-Pays de L’adour

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org