Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époque moderne et contemporaine

Luisa Elena Delgado, La nación singular. Fantasías de la normalidad democrática española (1996-2011)

Brice Chamouleau
Référence(s) :

Luisa Elena Delgado, La nación singular. Fantasías de la normalidad democrática española (1996-2011), Madrid, Siglo XXI de España, 2014, 332 p.

Texte intégral

1L’historiographie sur la question nationale en Espagne est pléthorique. L’ouvrage d’Elena Delgado, La nación singular. Fantasías de la normalidad democrática española (1996-2011), publié par Siglo XXI de España (2014), s’y distingue pourtant brillamment en faisant le pari d’une étude critique des discours de l’« Espagne plurielle », européiste et moderne. L’ouvrage se propose d’analyser les imaginaires nationaux post-franquistes autour d’une définition dissensuelle de la communauté démocratique espagnole : le « consensus » post-franquiste, gage de la « normalisation » espagnole après les violences politiques, est porteur d’une politique des savoirs saisie à la lumière des voix hétérodoxes qu’elle produit, qu’il s’agisse des communautés basques, catalanes, galiciennes en démocratie, de leurs littératures, ou des luttes du 15-M de la Puerta del Sol.

2L’originalité de la proposition tient dans son arsenal théorique, exposé dans le chapitre i. Pour mener sa démonstration, l’auteure s’appuie en premier chef sur des philosophes contemporains du politique, Jacques Rancière et Chantal Mouffe principalement, qui font le pari, dans le moment post-politique des démocraties occidentales après 1989, d’une pensée du dissensus. La catégorie analytique du « dissensus » permet d’injecter un regard discordant dans les savoirs d’une communauté qui institue la Transition comme son moment épistémologique fondateur et recteur. E. Delgado inscrit d’autre part son ouvrage dans une histoire post-sociale du temps présent, à savoir une histoire des subjectivités politiques qui incorpore l’organisation symbolique du social par la médiation discursive : l’ouvrage est traversé par l’usage que font Slavoj Žižek et Yannis Stavrakakis de la théorie lacanienne, qui permet à l’auteure de penser la communauté nationale non pas comme une formation politique stabilisée, mais en avènement, organisée autour d’un thelos fantasmé, celui de la « normalité » entendue comme alignement sur les États occidentaux. Le fantasme est alors rendu signifiant par ses symptômes, qui renvoient les métarécits sur la nation espagnole à leur dimension idéologique excluante : ce qui est « espagnol » relève d’un sens commun indiscutable, ce qui en est exclu ressortit de l’irrationnel, retrouvant une conception schmittienne de la politique réifiée autour de l’opposition ami/ennemi (pp. 60-61). Le trope ortéguien de la « vertébration » de l’Espagne fonctionne à plein, en particulier dans la production de subalternités culturelles et politiques, celles des communautés qui prennent difficilement part à la célébration d’un État qui universalise une culture espagnole, renvoyant les autres péninsulaires à des particularismes subalternisés.

3Dans le chapitre suivant, l’ouvrage explore les contours de ce qui est entendu par « culture » dans l’Espagne post-franquiste, adossée à un projet d’État qualifié d’« essentiel » par la Constitution de 1978. Dans le moment post-politique des démocraties occidentales, la « culture » semblerait être ce lieu symbolique où toutes les différences politiques peuvent enfin se côtoyer. Par une étude de la constitution du champ littéraire post-franquiste et des politiques éducatives, l’auteure montre comment l’impératif de cohésion culturelle nationale devient un moyen de combler ce qu’ailleurs le ministre Wert qualifiait d’« anorexie patriotique », ce manque originel espagnol devant se résorber dans un patriotisme constitutionnel exacerbé par la culture où l’Espagne « se vertèbre » autour de produits culturels consommables et exportables à l’étranger. La projection vers l’extérieur des différentes pratiques culturelles péninsulaires façonne une cohésion nationale étroitement dépendante de la modalité par laquelle l’Espagne s’insère dans l’occident du capitalisme tardif : la promotion de la « marca España ».

4Le chapitre iii approfondit l’étude de la naturalisation de ce sentiment d’appartenance nationale, à un « destin culturel » commun à toutes les communautés qui habitent l’Espagne. La culture post-franquiste, médiatisée par la politique des savoirs issue de la transition, incorpore en son sein les voix discordantes à la condition expresse de délier leur critique de l’objet qu’elles visent : la singulière identité espagnole universalisée. C’est le cas de la réception de El Hereje de Delibes, loué comme dénonciation à valeur universelle des fanatismes sans que celle-ci ne soit jamais reversée dans une critique du rôle de l’Église catholique dans la production d’une orthodoxie espagnole catholique. Les expressions culturelles non castillanes sont elles partie prenante de l’édifice national à condition d’être dûment traduites à l’étranger et présentées à l’extérieur comme « espagnoles » : ces littératures basques, catalanes, galiciennes appartiennent à la littérature nationale par élimination — de leur langue et des fractures qu’elles opèrent dans le champ des lettres espagnoles. L’auteure s’emploie à montrer l’irréductibilité des altérités politiques en s’intéressant à ces « realidades afectivas y percepciones que se resisten a ser traducidas: que resultan, literalmente, ininteligibles » (p. 191), à l’instar de la production du militant de l’ETA et écrivain basque Joseba Sarrionandia qui constitue un exemple d’hétérodoxie non normalisable pour le fantasme national espagnol. L’auteure injecte dans cette lecture une perspective post-coloniale, en abordant l’exigence de concevoir ces expressions culturelles et linguistiques à la lumière d’un paradigme post-monolingue capable de désassujétir ces voix de leur rapport subalterne à la langue de la nation (pp. 183-184). Prises dans une perspective relationnelle, ces voix qui posent problème à la centralité du castillan incarnent une rupture dans l’identification émotionnelle à ce fantasme d’un état de normalité aconflictuel espagnol.

5C’est autour de la valeur émotionnelle du fantasme national que s’organise le chapitre iv, en prenant appui principalement sur la médiatisation de la victoire espagnole à la Coupe du Monde de football de 2010, pour montrer qui prend part et qui ne peut pas prendre part à cette jouissance patriotique, à la fois viscérale et structurée légalement. E. Delgado s’appuie sur la proposition de Lauren Berlant d’un espace public construit par des subjectivités affectives associées autour de « actos, valores y sentimientos privados » mis en commun (p. 244) et propose d’analyser le mouvement du 15-M comme le lieu d’invention d’une « democracia sensible » où se jouent des transferts d’affects intimes vers l’espace public en créant des liens sociaux et politiques qui échappent à la représentation de l’État et à ses narrations.

6Dans le dernier chapitre, E. Delgado reconduit cette réflexion sur la démocratie sensible pour proposer une interprétation du commun comme lieu de projections affectives irréductibles à ce que l’État en dit. Au sein de cette « démocratie sensible » où les affects et l’idéologique tiennent ensemble, il est en jeu un paradigme d’interprétation dynamique et relationnel des formations sociales dans l’Espagne post-franquiste et de leurs rapports symboliques et effectifs. La communauté politique, comme catégorie d’analyse et politique puisée dans les travaux de Roberto Esposito, permet de concevoir le commun non pas comme ce qui est d’avance saturé sémantiquement, mais comme un manque, « un vaciado de lo que se siente como propio en favor de un encuentro basado en una impropiedad radical » (p. 294), fondé sur la reconnaissance de l’altérité radicale des éléments qui font le choix de s’impliquer à part égale dans la communauté.

7Cette contribution est précieuse parce qu’elle affermit un champ de production des savoirs sur les citoyennetés en Espagne qui refuse d’assumer comme naturelle la position dominante d’une culture d’État sur d’autres qui sont effectivement vécues en Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Chamouleau, « Luisa Elena Delgado, La nación singular. Fantasías de la normalidad democrática española (1996-2011) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mcv.revues.org/6851

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org