Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

Sainteté et miracles dans les royaumes de France et d’Espagne des lendemains du concile de Trente aux décrets d’Urbain VIII

Thèse de doctorat soutenue le 3 novembre 2007 à l’Université François Rabelais de Tours (dirigée par Gérald Chaix)*
Axelle Guillausseau
p. 279-281

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Gérald Chaix (recteur de l’Académie de Strasbourg), Université François Rabe (...)

1Pendant le second xvie siècle et le premier xviie siècle, le culte des saints et la quête du miracle sont au cœur de la controverse religieuse car, à travers ces motifs, c’est la question du salut qui est inlassablement reposée. Aussi, pour souligner la légitimité des pratiques qui définissent le rapport catholique au divin, les pères conciliaires rappellent-ils, lors de la dernière séance du concile de Trente, la réversibilité des mérites et les liens unissant les Jérusalem terrestre et céleste, et insistent-ils sur l’efficacité didactique des supports inscrits dans le sensible. Par la suite, la rénovation profonde de la procédure de canonisation engagée par SixteV (1585-1590) et menée à son terme par Urbain VIII (1623-1644) refonde selon des critères et des règles stricts, susceptibles de répondre aux dénonciations et aux mises en cause, la reconnaissance et l’écriture de la sainteté. Dans ce cadre, la publicité du culte des serviteurs de Dieu est subordonnée aux enquêtes menées en vue des canonisations, la vénération des fidèles morts en odeur de sainteté étant vigoureusement encadrée à partir de 1625 par une série de décrets promulgués par la congrégation du Saint-Office. Ces normes nouvelles modifient en profondeur les pratiques hagiographiques ; l’interdiction de publier des vies des serviteurs de Dieu avant qu’ils ne soient canonisés remet notamment en cause les fonctions de diffusion et d’enracinement des nouveaux cultes traditionnellement assignées à ce genre textuel.

2Ces contradictions, révélatrices de la complexité des enjeux qui sous-tendent l’évolution de l’écriture de la sainteté, sont au cœur de notre thèse. Pour les ressaisir, nous sommes partie de la recension et de l’analyse de documents hagiographiques relatifs aux sept saints issus de la péninsule Ibérique élevés aux honneurs des autels entre 1563 et 1644 : Diego d’Alcalá (1588), Raymond de Peñafort (1601), Ignace de Loyola (1622), François Xavier (1622), Thérèse de Jésus (1622), Isidore le Laboureur (1622) et Élisabeth de Portugal (1625). Un travail d’inventaire des imprimés produits pendant cette période dans les royaumes d’Espagne et de France et dans les Pays-Bas méridionaux s’imposait comme un préalable indispensable. Il a été mené dans une quarantaine de bibliothèques (espagnoles, portugaises, françaises, italiennes, anglaises, belges, mais aussi américaines). Les résultats de cette enquête figurent en annexe de la thèse sous forme d’un catalogue et d’une base de données informatisée qui permet d’accéder, par des liens URL, aux versions numérisées d’un certain nombre d’ouvrages.

3Trois axes de recherche principaux ont été retenus. Tout d’abord, tandis que les lieux communs qui découlent en partie des conceptions véhiculées par les hagiographes eux-mêmes tendent à opposer aux textes médiévaux une littérature post-tridentine rapportée sans nuance à l’idéal critique qu’incarnent les Acta Sanctorum, nous nous attachons à démontrer que les pratiques hagiographiques de cette période sont marquées, dans le prolongement de la transformation de la procédure de canonisation, du sceau de la complexité. Elles allient les logiques apparemment exclusives de la justification biblique et de la pensée humaniste du monde et elles recourent à un système de preuve fondé, d’une part, sur la raison et, d’autre part, sur des autorités. Destinée à répondre à la contestation réformatrice dans ses différents aspects, cette coexistence révèle une transformation tant des sources employées par les hagiographes que des fins assignées à leurs textes : outre la composition de leurs bibliothèques (qui voient s’adjoindre aux textes bibliques et patristiques des documents romains produits dans le cadre des procès de canonisation mais aussi des ouvrages humanistes témoignant d’un appétit de savoir) et les méthodes critiques appliquées aux documents retenus, l’orientation de leurs œuvres évolue. Celles-ci sont alors placées au service d’un double mouvement apologétique et pastoral. L’évocation incontestable de miracles considérés comme des signes tangibles par lesquels est renouvelée l’Alliance doit, dans ce contexte, permettre de réaffirmer la légitimité des pratiques votives qui sont au cœur de la vie des fidèles depuis les temps de l’Église primitive, tout autant que l’autorité du successeur de saint Pierre.

4Nous étudions ensuite la façon dont le « faire croire » est adapté aux enjeux de la controverse et au nouveau medium qu’est l’imprimé. À un moment où la réforme du Bréviaire vise à imposer une uniformité dans le domaine dévotionnel, les « légendes hagiographiques » des serviteurs de Dieu récemment canonisés sont diffusées de façon à saturer l’espace public grâce à des supports toujours plus nombreux et plus variés (Vies, extraits de Flos Sanctorum ou de chroniques, sermons, panégyriques, pièces de théâtre, récits de fêtes, poèmes, documents romains produits dans le cadre des procès de canonisation puis imprimés, pliegos de cordel). Les récits de fêtes en sont de bons exemples dans la mesure où s’y côtoient les gravures, les descriptions de processions, les sermons, les concours de poésies, les pièces de théâtre, les hiéroglyphes… Incarnations à la fois de l’infaillibilité pontificale et de l’idéal de réforme, les figures de sainteté alors glorifiées doivent en réalité créer une communion dans la dévotion et véhiculer une conception rénovée du rapport aux saints, dégageant le culte des intercesseurs des accusations de paganisme et de matérialisme qui l’entachaient jusqu’alors. Pour autant, ce renouveau témoigne lui aussi des contradictions qui caractérisent l’écriture hagiographique : la quête d’efficacité qui régit ces textes implique qu’ils soient, tout à la fois, ancrés dans la culture des fidèles, et spiritualisés. Ils doivent en effet répondre aux attentes du lectorat – notamment dans le domaine miraculaire –, mais également multiplier les stratégies didactiques et les passages interprétatifs.

5Enfin, ce travail pose la question de savoir en quoi, dans un contexte de prédominance espagnole dans le champ de la sainteté, les hagiographies consacrées aux nombreux saints issus de la Péninsule élevés sur les autels constituent le fer de lance d’un mouvement de dématérialisation et d’homogénéisation des pratiques votives. Largement diffusées, elles sont inlassablement traduites, notamment au sein des ordres religieux qui, impliqués dans l’œuvre de réforme catholique, cherchent à proposer des « exemples domestiques » à leurs membres et de nouvelles figures de piété aux laïcs. Ces textes se voient ainsi assigner la double mission d’impulser une rénovation spirituelle en propageant des modèles conformes aux idéaux et aux besoins de cette période de confrontation, et de rompre avec les spécificités cultuelles. Les figures du fondateur de la Compagnie de Jésus, de la réformatrice du Carmel aussi bien que d’Isidore le Laboureur sont autant d’exemples de ces visées holistes. Néanmoins, s’imposent rapidement les limites de cette circulation et la nature fondamentalement particulariste du culte des saints. L’exemple des passages hagiographiques hispano-français l’atteste : plus que des dévotions nouvelles, ce sont des modèles d’écriture qui sont récupérés au-delà des Pyrénées et placés au service d’une hagiographie favorisant, à Rome, les causes de sujets du Roi Très-Chrétien. Ainsi, la diffusion des Vies de Thérèse de Jésus au nord des Pyrénées fonde en grande partie la légende hagiographique de Marie de l’Incarnation au moment où les rois de France interviennent auprès du pontife pour obtenir la reconnaissance de sa sainteté. De même, la composante française du destin d’Ignace de Loyola est mise en lumière et réécrite de façon à auréoler de sa gloire le royaume du Roi Très-Chrétien. Dans un contexte de surnaturalisation des histoires, marqué par les rôles joués par les différentes terres de chrétienté dans l’avènement de la Jérusalem céleste, les « légendes hagiographiques » donnent lieu à des récupérations et à des subversions qui révèlent que, si l’aspiration à une réforme religieuse est largement partagée par une élite intellectuelle et religieuse, elle s’incarne dans des figures diverses selon les royaumes et participe, au-delà, de la construction, dans une logique d’affrontement, des imaginaires collectifs. L’idéal d’une Église universelle communiant dans une unique piété achoppe, en définitive, sur l’émergence des sentiments nationaux.

6« Continuité » et « changements » : tels sont, en somme, les deux termes qui nous semblent pouvoir être retenus pour caractériser l’évolution de la pensée et de l’écriture de la sainteté pendant le siècle qui suit le concile de Trente. Cette période de division confessionnelle, largement décrite comme un temps de ruptures décisives, de refondations radicales imposées par l’affrontement religieux, voit en réalité s’institutionnaliser des pratiques existant depuis les temps primitifs et s’épanouir des transformations engagées au Moyen-Âge. Une normalisation, qui est toujours aussi inscription dans une tradition, s’opère dans les domaines de la canonisation, de l’hagiographie et des pratiques votives. Nous avons ainsi tenté de montrer que, si elle est héritage, cette justification du culte des saints est aussi fondamentalement historique, marquée par les débats religieux, intellectuels et politiques qui caractérisent l’époque moderne. Elle est, en un mot, témoignage de la complexité des enjeux de la réforme, tout autant que manifestation concrète de la construction de l’Église romaine.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Gérald Chaix (recteur de l’Académie de Strasbourg), Université François Rabelais de Tours ; Pierre Civil, Université Paris III ; Jean-Pierre Dedieu, CNRS ; Isabelle Poutrin, Université Paris XII ; Alain Tallon, Université Paris IV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Axelle Guillausseau, « Sainteté et miracles dans les royaumes de France et d’Espagne des lendemains du concile de Trente aux décrets d’Urbain VIII », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 279-281.

Référence électronique

Axelle Guillausseau, « Sainteté et miracles dans les royaumes de France et d’Espagne des lendemains du concile de Trente aux décrets d’Urbain VIII », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/687

Haut de page

Auteur

Axelle Guillausseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org