Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époque moderne et contemporaine

Federico Palomo (coord.), La memoria del mundo: clero, erudición y cultura escrita en el mundo ibérico (siglos xvi-xviii)

Alexandra Merle
Référence(s) :

Federico Palomo (coord.), La memoria del mundo: clero, erudición y cultura escrita en el mundo ibérico (siglos XVI-XVIII), Madrid, Publicaciones de la Universidad Complutense de Madrid, Cuadernos de Historia Moderna, Anejos (13), 2014, 262 p.

Texte intégral

1Spécialiste d’histoire religieuse dans la péninsule Ibérique, en particulier des missions intérieures des jésuites et des franciscains, sujets sur lesquels il a déjà publié de remarquables travaux, Federico Palomo inscrit ce volume collectif dans un domaine de recherche en plein essor, qui renouvelle l’histoire religieuse et politique en la croisant avec une histoire de la culture écrite prenant en compte, au-delà de leurs contenus, les modes de production et les voies de diffusion des livres et des manuscrits.

2Partant d’une double constatation, la foisonnante production d’écrits de nature diverse liée aux missions et la circulation très ample des livres religieux dans le monde ibérique à l’époque moderne, l’ouvrage entend apporter sa contribution à l’étude de la relation étroite entre clergé et culture écrite qui a déjà été signalée par de nombreux travaux, en montrant toute la richesse de cette thématique grâce à des approches variées. Alors que la recherche s’est beaucoup intéressée à l’importance de l’écrit au sein de la Compagnie de Jésus, que ce soit en tant qu’instrument d’articulation entre les différentes provinces et de création d’une identité, ou comme vecteur de promotion de l’œuvre des jésuites, le présent volume souhaite également mettre en valeur le rôle joué par les religieux d’autres ordres dans la formation et la diffusion des savoirs. Quant à l’espace considéré, décrit comme « monde ibérique », il s’étend aux territoires atlantiques des monarchies espagnole et portugaise — en envisageant même des prolongements asiatiques —, avec cette originalité que les phénomènes de circulation entre les continents sont considérés dans leur globalité et non à sens unique.

3Le découpage du volume en deux parties rigoureusement équilibrées — puisque composées de cinq contributions chacune — traitant d’abord des conditions de production et de circulation des écrits émanant de religieux (« Les religieux et leurs écrits : circulation, édition et commerce »), puis de la contribution de ces écrits à l’érudition, à la mémoire et aux « savoirs du monde », reflète bien la volonté de diversifier les approches, tout en combinant études thématiques de grande ampleur et analyses concentrées sur des figures singulières.

4Ouvrant la première partie, la contribution de F. Bouza offre de précieuses informations sur un aspect essentiel (mais peu étudié jusqu’ici) de la publication d’ouvrages religieux aux xvie et xviie siècles : le financement de ces publications, par des particuliers (le plus souvent imprimeurs ou libraires) ou bien par les ordres religieux eux-mêmes — les jésuites, en particulier, étaient très impliqués dans l’impression de leurs ouvrages. En s’intéressant aux soubassements économiques de ce qui était alors un marché éditorial très rentable, et en montrant l’influence que les différents « costeadores » pouvaient avoir sur le choix des ouvrages publiés, F. Bouza ouvre une voie d’un grand intérêt tout à la fois pour l’histoire du livre et celle de la culture religieuse.

5Sont évoqués ensuite les usages de la littérature religieuse à bord des navires de la Carrera de Indias, où les périls et la longueur de la traversée favorisaient le recours à ce type de lecture (C. A. González Sánchez), et le rôle des collèges jésuites dans la transmission des nouvelles notamment grâce aux lettres édifiantes dont la composition était étroitement réglementée et qui étaient diffusées au sein de la Compagnie par le biais de copies manuscrites ou parfois imprimées, afin de favoriser une identité collective jésuite (P. Nelles).

6Les deux dernières contributions de cette première section traitent de cas particuliers, mais choisis pour leur représentativité : Á. Barreto Xavier analyse la Relação Defensiva rédigée par un franciscain portugais originaire des Indes orientales lors de son voyage à Madrid, à Lisbonne et à Rome dans les années 1630, et s’interroge sur la place de l’écrit par rapport à ce type de voyage, entrepris pour résoudre des problèmes de juridiction. Enfin, F. Palomo s’intéresse à un autre franciscain portugais, fray Apolinário da Conceiçao, qui appartient à une autre époque, puisqu’il mourut en 1755. Rattaché à la province de Rio de Janeiro mais circulant entre le Brésil et Lisbonne, ce personnage, auteur d’écrits de nature diverse (dont certains consacrés à la présence des franciscains au Portugal et dans le Nouveau Monde), se distingue aussi par le rôle d’intermédiaire qu’il joua — comme sans doute d’autres religieux à la même époque — pour promouvoir la diffusion des livres dans l’Amérique portugaise.

7La seconde partie du volume présente un éventail de productions littéraires dues à des religieux : ainsi, l’article d’A. Castillo Gómez, offrant une synthèse des connaissances sur la littérature épistolaire produite par des religieuses (et notamment sainte Thérèse et María de Ágreda, dont les correspondances obéissent à des visées et à des codes différents), voisine avec une étude des collections de portraits et d’opuscules concernant l’histoire du Portugal réunies par Diogo Barbosa Machado, un érudit membre de la congrégation de l’Oratoire au xviiie siècle (R. Bentes Monteiro).

8Fort logiquement, la part la plus importante revient aux récits de missions et aux chroniques, dans trois belles contributions qui mettent en évidence l’importance des rivalités entre les ordres missionnaires — dont bien sûr les jésuites —, dans des espaces et en des temps différents. J. L. Betrán Moya livre une analyse approfondie des écrits jésuites relatant les missions aux frontières septentrionales et orientales du Pérou entre la fin du xviie et le début du xviiie siècle, et décrypte les finalités de ces textes, ainsi que les modèles d’écriture auxquels ils empruntent. Z. Biedermann propose une nouvelle lecture d’une chronique écrite à Goa par un franciscain portugais dans les années 1630 et dont les particularités (absence de l’espace et omniprésence de l’histoire biblique) sont reliées à une volonté de valorisation de l’œuvre spirituelle de l’ordre, face aux avancées des jésuites. A. Romano, enfin, met en relation trois récits sur la Chine élaborés entre 1569 et 1615 par des religieux de différents ordres (un dominicain, un augustin qui reprend des manuscrits franciscains, et un jésuite), et révèle les interactions et les stratégies qui les habitent.

9Au total, ces dix contributions forment un volume intelligemment construit qui, sans prétendre épuiser son sujet, propose plusieurs approches nouvelles et ouvre des perspectives de recherche passionnantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Merle, « Federico Palomo (coord.), La memoria del mundo: clero, erudición y cultura escrita en el mundo ibérico (siglos xvi-xviii) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/6870

Haut de page

Auteur

Alexandra Merle

Université de Normandie (UNICAEN)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org