Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Thèses soutenues par d’anciens membres de la Casa de Velázquez

La Bourse et la vie. Destin collectif et trajectoires individuelles des marchands français de Cadix de l’instauration du comercio libre à la disparition de l’empire espagnol (1778-1824)

Thèse de doctorat soutenue le 17 novembre 2007 à l’Université d’Aix-Marseille I (dirigée par Gérard Chastagnaret)*
Arnaud Bartolomei
p. 284-287

Texte intégral

  • *  Composition du jury : Michel Bertrand, Université de Toulouse II ; Gilbert Buti, Université d’Aix- (...)

1Dans les dernières années du xviiie siècle, la colonie marchande française de Cadix, qui comptait plus de cinq cents membres, fut confrontée à une crise d’une ampleur inédite : la disparition du commerce colonial du port provoquée par le blocus maritime britannique, puis par le mouvement des indépendances coloniales. Pourtant, les marchands français, loin de quitter massivement la ville, y demeurèrent nombreux jusqu’à la guerre d’Indépendance, voire au-delà. Ce constat amène à s’interroger sur les considérations économiques et sociales qui ont conduit des individus, supposés mus par la recherche du profit et peu enracinés, à rester dans une place qui ne leur offrait plus les conditions commerciales avantageuses qui avaient suscité leur installation. Derrière les trajectoires atypiques de ces individus, ce sont donc les logiques de la décision économique qui sont explorées et les fondements mêmes de la rationalité marchande qui sont questionnés.

2L’ampleur de la perte qu’a représenté, pour les marchands français de Cadix, l’anéantissement du commerce colonial de la ville après 1796 est tout d’abord mise en évidence par une étude systématique des secteurs d’activités sur lesquels reposait leur présence en Andalousie. De fait, il apparaît que tous les marchands français de Cadix, qu’ils opèrent dans le commerce, la banque, l’armement ou les assurances, dépendaient directement ou indirectement des échanges effectués dans la Carrera de Indias, que le port andalou continuait à monopoliser en dépit des réformes de 1778 et de l’autorisation de commercer avec l’Empire dont avait bénéficié une dizaine d’autres ports péninsulaires. Les mesures protectionnistes prises pour libérer l’Espagne de la tutelle des commerçants étrangers n’affectèrent pas davantage les assises de la colonie française qui se fondaient sur un siècle et demi d’accumulation de capitaux, d’expériences et de contacts noués de part et d’autre de l’océan. L’analyse des réseaux internationaux des marchands français et de leur insertion dans le tissu mercantile local permet de comprendre pour quelles raisons leurs établissements étaient un rouage essentiel dans les circuits commerciaux liant les producteurs de l’Europe du nord-ouest (Angleterre, Bretagne, Picardie, Flandres, Lyonnais, Silésie) aux consommateurs créoles : ils étaient les seuls à disposer de réelles relations de confiance à la fois avec les négociants des principales places marchandes européennes et avec les cargadores gaditans, seuls autorisés à expédier des marchandises aux Indes. Cette rente de situation leur garantissait des profits commerciaux confortables et suffisamment attractifs pour susciter une immigration constante de jeunes marchands bretons, béarnais, lyonnais ou languedociens qui renouvelaient la colonie et en assuraient la perpétuation. La dégradation des relations franco-espagnoles à partir de la Révolution française et l’expulsion des ressortissants français d’Espagne décrétée lors de la guerre de la Convention ne constituèrent qu’une parenthèse dans l’histoire de la présence française à Cadix. Dès 1796, la colonie s’était déjà largement reconstituée sur des bases tout à fait similaires à celles de la période précédente, et elle comptait encore plus de 350 individus.

3À partir de cette date, les conditions commerciales offertes par Cadix se dégradèrent rapidement. La guerre contre l’Angleterre, à laquelle prit part l’Espagne en 1796, se traduisit par la défaite navale du cap Saint-Vincent, le blocus du port par les Britanniques, l’interruption des expéditions coloniales et, finalement, l’autorisation accordée aux pays neutres d’armer des navires pour les Indes espagnoles. Par ailleurs, la ville fut décimée par deux épidémies de fièvre jaune, en 1800 et en 1804, et sa bourgeoisie fut considérablement appauvrie par l’effondrement du cours des vales reales, qui dévalorisa les investissements considérables consentis depuis vingt ans dans la dette publique espagnole. Pourtant, la présence marchande française demeura importante et, en 1808, au moment où l’insurrection espagnole contraignit les ressortissants français de la ville à un nouveau départ, près de trois cents d’entre eux y exerçaient encore le commerce. Deux hypothèses sont successivement examinées pour expliquer une telle persévérance : le maintien d’une forte rentabilité des compagnies françaises en dépit de la conjoncture déprimée du port et l’intensité des liens sociaux, familiaux et sentimentaux noués par les marchands français au sein de la ville et de sa population. La première de ces deux hypothèses semble tout à fait plausible si l’on considère les profits spectaculaires qui furent réalisés au moment de la paix d’Amiens (1802-1804), les capacités d’adaptation dont surent faire preuve les marchands français en recourant à des voies alternatives pour poursuivre leurs échanges (cabotage, navigation neutre, voie de terre), ou encore les investissements considérables qu’ils effectuèrent dans la course, avec un certain succès, dans un premier temps tout au moins. Les spéculations financières et la desamortización de Godoy constituèrent par ailleurs d’autres occasions qu’ils surent saisir. Pourtant, si ces diverses opportunités canalisèrent tout au long des années 1796-1808 les capitaux et les énergies des marchands français, elles ne semblent pas avoir suffi à la préservation de leurs fortunes, et les indices témoignant de l’appauvrissement des grandes familles négociantes comme des acteurs plus modestes de la colonie abondent. Reste alors la question de l’intégration des marchands français à la société locale et l’hypothèse que, quoique conscients de leur déclassement, ils aient fait le choix de se maintenir à Cadix pour des raisons dépassant la seule logique du profit. Les sources – recensements, testaments, cartas de naturaleza – sont particulièrement riches pour éclairer ce point. Leur traitement statistique révèle cependant les faux-semblants de l’intégration des marchands français : si, dans l’ensemble, ils paraissent tous enracinés dans la ville (les séjours en Andalousie de plus de 20, 30, 40 voire 50 ans sont légion), seule une petite minorité semble avoir renoncé à l’idée d’un retour en France. Peu nombreux sont en effet ceux qui se marient avec des Espagnoles ou sollicitent leur naturalisation, et tous manifestent un profond attachement à la communauté française de Cadix et, plus généralement, à l’identité nationale française.

4Il faut finalement replacer la décennie 1796-1808 dans la longue durée de l’histoire de la Carrera de Indias et de la colonie française de Cadix pour éclairer les logiques qui ont conduit les marchands français à demeurer dans la ville. En effet, leur attachement à Cadix ne s’est pas démenti après 1808, en dépit de circonstances de plus en plus défavorables. Lors de la guerre d’Indépendance, ils mirent tout en œuvre pour rester dans la ville ou dans ses environs. Un grand nombre d’entre eux prêtèrent le serment de fidélité à Ferdinand VII exigé en juin 1808, ce qui leur permit de rester durant l’été mais ne leur évita pas d’être emprisonnés et détenus sur les pontones lorsque la guerre tourna à l’avantage des armées napoléoniennes. D’autres s’exilèrent à Tanger, et nombreux furent ceux qui revinrent avec l’armée française lorsque celle-ci assiégea la ville en février 1810. En 1815 encore, alors que les mouvements indépendantistes s’affirmaient partout en Amérique et que l’exclusif colonial espagnol ne devenait plus qu’une fiction, des dizaines d’anciens marchands français revinrent à Cadix, rouvrirent leurs comptoirs et y demeurèrent jusqu’à leur mort. Souvent, leurs héritiers reprirent leurs affaires et, durant tout le xixe siècle, ils continuèrent à exercer le commerce dans des conditions que l’on devine médiocres puisque très peu d’entre eux jouèrent un rôle d’importance dans le second essor capitalistique que connut Cadix dans les années 1850. Cette incapacité à se reconvertir ou à délocaliser leurs affaires vers des espaces plus porteurs (Marseille, Rouen, Paris, Madrid, les mines ou le Levant espagnol) révèle finalement un visage méconnu du négociant : son inertie, sa difficulté à se défaire de l’expérience du monde dont il a hérité pour penser la nouveauté et s’y adapter. Les vraies richesses des marchands français de Cadix étaient faites de créances sur les cargadores, de stocks d’invendus, d’une connaissance experte de la place où ils résidaient et de ses subtilités et, enfin, de contacts professionnels forgés avec le temps. Ce capital, matériel et immatériel, qui se transmettait au sein de la colonie, de génération en génération, n’avait de valeur que dans le commerce de Cadix : partir, c’était renoncer à ces actifs et devoir tout recommencer ailleurs. Les quelques négociants qui firent ce choix et dont nous avons pu reconstituer le parcours en France semblent avoir finalement réussi leur pari. Mais comment s’étonner qu’ils ne soient qu’une minorité et que, dans leur ensemble, les marchands français se soient accrochés au peu qu’il leur restait plutôt que se risquer dans une aventure à l’issue incertaine ?

5Cette histoire des dernières décennies de la colonie française de Cadix, si elle confirme la capacité des négociants d’Ancien Régime à s’adapter aux épreuves du temps court et invite à nuancer l’ampleur de la crise que connurent les négoces maritimes au moment des guerres révolutionnaires et impériales, révèle par ailleurs leurs difficultés à penser et à anticiper les révolutions profondes, politiques, économiques et technologiques, qui accompagnèrent le changement de siècle. Maîtres dans l’art de spéculer, les négociants étaient en revanche mal préparés pour concevoir le temps long et s’y projeter.

Haut de page

Notes

*  Composition du jury : Michel Bertrand, Université de Toulouse II ; Gilbert Buti, Université d’Aix-Marseille I ; Gérard Chastagnaret, Université d’Aix-Marseille I ; Carlos Martínez Shaw, Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED), Madrid ; Olivier Pétré-Grenouilleau, Institut d’études politiques de Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Bartolomei, « La Bourse et la vie. Destin collectif et trajectoires individuelles des marchands français de Cadix de l’instauration du comercio libre à la disparition de l’empire espagnol (1778-1824) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 284-287.

Référence électronique

Arnaud Bartolomei, « La Bourse et la vie. Destin collectif et trajectoires individuelles des marchands français de Cadix de l’instauration du comercio libre à la disparition de l’empire espagnol (1778-1824) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/691

Haut de page

Auteur

Arnaud Bartolomei

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org