Navigation – Plan du site
Transferts culturels dans le monde hispanique

Unanimité ou uniformité ?

Les hagiographies espagnoles post-tridentines : des modèles de sainteté aux modèles d’écriture
¿Unanimidad o uniformidad? Las hagiografías españolas post-tridentinas: de los modelos de santidad hasta los modelos de escritura
Unanimity or uniformity? Spanish post-Tridentine hagiographies: from models of sainthood to models of writing
Axelle Guillausseau
p. 15-37

Résumés

Les vies de saints sont au centre de l’intense mouvement de diffusion des livres hispaniques au-delà des Pyrénées qui marque le second xvie siècle et le premier xviie siècle. À partir de l’étude cartographiée de quelques grands succès hagiographiques post-tridentins consacrés à des serviteurs de Dieu engagés dans la réforme catholique, cet article vise à étudier la circulation de ces textes et les finalités qui lui sont assignées, mais aussi à analyser la réception de ces ouvrages, c’est-à-dire les adaptations et les appropriations auxquelles donnent lieu leurs lectures françaises. De fait, ces vies placées au service de l’universalisme chrétien – et, notamment, de la diffusion de la réforme tridentine et de l’uniformisation des dévotions imposée par le Bréviaire réformé– diffusent des modèles de sainteté tout autant que des modèles d’écriture. Elles contribuent ainsi à remodeler en profondeur une hagiographie française, qui sert, à Rome, les causes des sujets du roi très chrétien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Épître dédicatoire du Père Denis de la Mère de Dieu « A Madame la Reverendissime Abbesse de Montmar (...)

« … C’estoit grande pitié de voir que ce tresor riche, & digne des yeux de tout un monde, fust croupissant dans la sterilité & bornes affamées d’une seule langue Espagnole. Or il a pleu à Dieu luy faire meshuy franchir le destroit de ces bornes, & luy donnant le langage françois le donner reciproquement à nostre France1 ».

  • 2 Cité par Mellot, 1995, p. 55.
  • 3 Pensons, par exemple, au Catalogue du fonds hispanique ancien (1492-1808) de la Bibliothèque Sainte (...)
  • 4 Foulché-Delbosc, 1912-1914.
  • 5 Cioranescu, 1977.

1Dans l’épître par laquelle il dédie au cardinal de Richelieu sa traduction de L’instruction des Prestres du jésuite espagnol Antonio Molina, René Gaultier affirme que les livres hispaniques « sont aujourd’huy les mieux receus par toute la Chrestienté en matiere de devotion2 ». Nombreux sont les ouvrages qui, tels les catalogues des fonds hispaniques de bibliothèques françaises ou les bibliographies hispano-française3, confirment l’importance de la diffusion de ces ouvrages religieux au-delà des Pyrénées pendant les dernières années du xvie siècle et la première moitié du siècle suivant. Ainsi, sur les 1110 titres répertoriés pour la période 1563-1644 dans la Bibliographie hispano-française de Raymond Foulché-Delbosc4, 385 (soit 35 %) relèvent de ce champ. De même, sur les 2124 titres recensés pour la période 1600-1644 dans la Bibliografía franco-española établie par Alejandro Cioranescu5, 757 (soit un peu plus du tiers) ressortissent à ce domaine.

2Au sein de la catégorie des livres religieux, une rubrique se distingue particulièrement, celle des hagiographies. La Bibliografía franco-española d’Alejandro Cioranescu l’atteste : sur les 757 œuvres religieuses recensées, 124 sont des rééditions ou des traductions de Vies de saints. Parmi ces titres, trois reviennent notamment à de très nombreuses reprises, ce qui témoigne de leur succès au-delà des Pyrénées : la Vita Ignatii Loyolæ de Pedro de Ribadeneyra, la Vita Francisci Xaverii d’Horace Tursellin et La vida de la Madre Teresa de Jesús de Francisco de Ribera. Le succès de ces ouvrages, qui tous sont consacrés à des figures de la réforme catholique issues de la Péninsule, est particulièrement intéressant. Il doit en effet être replacé dans un contexte où le Bréviaire est réformé de façon à faire disparaître les cultes non attestés, mais aussi à mettre en place un calendrier unique alors que, jusque-là, les dévotions variaient d’un royaume et même d’un évêché ou d’une ville à l’autre. La circulation des hagiographies de ces saints récents, qui sont canonisés tous les trois en 1622, renvoie donc à la fois à la diffusion de l’idéal d’une rénovation de l’Église et à l’imposition des mêmes figures de sainteté dans les différentes terres de la chrétienté.

  • 6 Civil, 2005, p. 225.
  • 7 De fait, comme le rappelle Jean-Frédéric Schaub, « la présence de la culture espagnole en France ne (...)

3Ce rôle de « “productrice” de modèles6 », qui incombe à l’Espagne et la très faible diffusion, en retour, de Vies de saints étrangers dans la Péninsule conduisent à s’intéresser au rôle joué par ces textes et à la place qu’ils tiennent dans la réforme catholique. Sur ce plan, l’approche strictement bibliographique montre rapidement ses limites7 et la diversité des problématiques soulevées légitime le recours au concept de « transfert culturel ». Cet outil conceptuel permet en effet de dépasser la seule description du processus de diffusion et de saisir non seulement les finalités assignées à ces circulations textuelles, mais aussi la réception de ces titres, c’est-à-dire des adaptations et des appropriations auxquelles donnent lieu leurs lectures françaises. En somme, c’est en étudiant les différents aspects de ces passages hagiographiques que nous tenterons de voir si, pour être unanime, l’aspiration à une réforme de l’Église est pour autant uniforme, dans les différentes terres de chrétienté.

Étude cartographiée des (ré)éditions et des traductions de quelques hagiographies hispaniques

4À partir des bibliographies mentionnées, mais aussi grâce à un travail de catalogage mené dans de nombreuses bibliothèques, nous avons recensé les éditions latines, espagnoles et françaises de ces hagiographies de Ribadeneyra, de Tursellin et de Ribera, qui ont été éditées dans la péninsule Ibérique, le royaume de France et les Pays-Bas méridionaux pendant les dernières années du xvie siècle et la première moitié du xviie siècle. Ces résultats nous ont permis de réaliser quatre cartes (1 à 4, pp. 18-19), la Vita Ignatii Loyolæ ayant donné lieu à deux versions successives. Seules ont été ajoutées les éditions princeps publiées en dehors des espaces considérés. Étudier conjointement les diffusions de ces textes permet de souligner la diversité des circuits empruntés et, par là même, la complexité de la notion de « livre hispanique » : aux titres en latin répondent, en effet, les traductions en français d’ouvrages écrits en espagnol ; aux impressions réalisées dans le royaume de France, les œuvres traduites et éditées en français dans les Pays-Bas méridionaux.

Carte 1. – Éditions de la première version de la Vita Ignatii Loyola de Pedro de Ribadeneyra (1572-1607)

Carte 1. – Éditions de la première version de la Vita Ignatii Loyola de Pedro de Ribadeneyra (1572-1607)

L’édition princeps de ce texte est publiée en latin à Naples en 1572. Le Père Ribadeneyra traduit son ouvrage en espagnol dès 1583. Une version française paraît ensuite en Avignon en 1599.

Carte 2. – Éditions de la deuxième version de la Vita Ignatii Loyola de Pedro de Ribadeneyra (1601-1641)

Carte 2. – Éditions de la deuxième version de la Vita Ignatii Loyola de Pedro de Ribadeneyra (1601-1641)

L’édition princeps de ce texte est publiée en espagnol à Madrid en 1601. La première traduction en français paraît à Paris en 1608. Une version latine est publiée à Ypres en 1612.

Carte 3. – Éditions de La vida de la Madre Teresa de Jesus de Francisco de Ribera (1590-1621)

Carte 3. – Éditions de La vida de la Madre Teresa de Jesus de Francisco de Ribera (1590-1621)

L’édition princeps de ce texte est publiée en espagnol à Salamanque en 1590. La première version en français paraît à Paris en 1602.

Carte 4. – Éditions de la Vita Francisci Xaverii de Horace Tursellin (1594-1621)

Carte 4. – Éditions de la Vita Francisci Xaverii de Horace Tursellin (1594-1621)

L’édition princeps de ce texte est publiée en latin à Rome en 1594. La première version en espagnol paraît à Valladolid en 1600. Une version en français paraît à Douai en 1608.

  • 8 Par souci d’exactitude, nous n’avons pris en compte que les reprises d’éditions antérieures.

5Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ces cartes. Apparaît tout d’abord l’unanimité du succès remporté par ces titres, aussi bien dans la Péninsule qu’au-delà de ses frontières. Le graphique 1 l’atteste8 : près de 60 % des éditions représentées sur ces cartes sont éditées dans le royaume de France ou dans les Pays-Bas méridionaux, ce qui traduit l’importance de la diffusion, au-delà des Pyrénées, tant de ces textes que des figures des saints auxquels ils sont consacrés. Ce chiffre révèle, outre le fait que les écrits de Ribadeneyra, de Tursellin, et de Ribera sont placés entre les mains de lecteurs non-espagnols, que les figures d’Ignace de Loyola, de François-Xavier et de Thérèse de Jésus, sont inlassablement proposées à ces derniers comme exemples.

Graphique 1. – Répartition géographique des éditions et des traductions des succès hagiographiques hispaniques

Graphique 1. – Répartition géographique des éditions et des traductions des succès hagiographiques hispaniques

6S’impose ensuite la longévité du succès rencontré par ces œuvres qui, toutes, sont régulièrement rééditées pendant une quarantaine d’années. La première version de la vieécrite par Ribadeneyra connaît ainsi quatorze éditions en 35 ans, la seconde version 25 éditions en 40 ans (cette importance étant un peu particulière, puisqu’elle découle notamment de l’insertion de ce texte dans le Flos Sanctorum), la vie de François-Xavier par Horace Tursellin est éditée dix fois en 27 ans et l’hagiographie thérésienne de Ribera six fois en 31 ans. La rapidité des rééditions (en particulier lorsqu’il s’agit d’un même imprimeur) confirme le succès commercial de ces ouvrages. L’atelier d’Alonso Gómez publie ainsi la vie d’Ignace de Loyola pour la première fois en 1583 et la réédite en 1584 et 1586 (deux éditions, l’une en latin, l’autre en espagnol, sortant des presses cette année-là). Dans ce domaine, il est aussi possible d’évoquer le procédé – couramment employé par les libraires – qui consiste à reprendre une même édition en opérant un simple changement de millésime sur la page de titre. Cette pratique révèle certes l’existence d’invendus, mais elle traduit également l’espérance de voir un titre trouver finalement, longtemps après sa première publication, un public. Aussi l’éditeur lyonnais Rigaud reprend-il, en 1620 et en 1628, l’œuvre de Ribera publiée en 1616, et son collègue Jean Pillehotte fait-il de même en 1612 puis en 1626 avec l’édition de 1611 du texte d’Horace Tursellin.

7Outre ces données chiffrées, la diversité des lieux où sont publiés ces ouvrages révèle l’étendue de leur diffusion. La carte récapitulative des lieux d’édition (carte 5) et la répartition de la production en valeur relative sont, de ce point de vue, éclairantes. Plus de la moitié des éditions portées sur ces cartes sont publiées soit à Madrid, soit à Lyon, soit à Paris. Au-delà, une première moitié se répartit de façon relativement homogène entre Anvers, Arras, Ypres et Douai, le quart restant étant disséminé entre des lieux variés. Cette carte est en somme sans surprise : apparaissent à la fois la primauté des « citadelles » du livre catholique qui, telles Madrid, Paris, Lyon, Anvers ou Douai, sont les porte-étendards de l’idée d’une réforme religieuse et, à travers le semis des lieux d’édition secondaires, la dispersion extrême et l’omniprésence de la production hagiographique.

Carte 5. – Les lieux d’édition des succès hagiographiques hispaniques (1572-1641)

Carte 5. – Les lieux d’édition des succès hagiographiques hispaniques (1572-1641)

8La seconde réflexion à laquelle invite la lecture de ces cartes concerne les passages de ces textes d’une langue et d’un espace à l’autre. L’analyse du processus de traduction révèle tout d’abord la diversité et la complexité des enjeux qui sous-tendent la diffusion des hagiographies. De fait, tandis que Pedro de Ribadeneyra traduit lui-même en espagnol, dès 1583, la première version de sa Vita Ignatii Loyolæ publiée en latin en 1572 (une version en français voyant le jour dès 1599) et que la Vita Francisci Xaverii d’Horace Tursellin, éditée pour la première fois en latin en 1594, est traduite en espagnol dès 1600 et en français dès 1608, la deuxième version du texte de Ribadeneyra (composée en espagnol) est traduite en latin par le Jésuite Gaspar Quartemont en 1612, cette version connaissant trois éditions dans trois villes différentes (Ypres, 1612 ; Lyon, 1613 ; Madrid, 1622).

Graphique 2. – Répartition des éditions des succès hagiographiques hispaniques par lieux et langues

Graphique 2. – Répartition des éditions des succès hagiographiques hispaniques par lieux et langues

9La répartition statistique des éditions par pays et par langues (graphique 2) éclaire cette double traduction vers les langues vulgaires et vers le latin. S’imposent à la fois la prédominance des langues vulgaires (elles représentent un total de 42 éditions, soit près de 80 % de l’échantillon retenu) et la très large diffusion géographique du latin, qui compense sa faiblesse relative. De fait, si ce dernier reste très présent dans le champ religieux, il n’en est pas de même dans le domaine hagiographique, où les traductions et les compositions en vernaculaire se multiplient dès la fin du xvie siècle en raison du goût manifesté par le public. Pour autant, le latin demeure incontournable lorsqu’il s’agit de servir des visées universalistes : partagé par une élite culturelle et religieuse, il permet une circulation étendue, indépendamment des frontières langagières. En somme, parallèlement à la volonté de diffuser ces ouvrages auprès du plus grand nombre, se dessine le souci d’atteindre, par le recours au latin, un vaste lectorat lettré, composé tant de serviteurs de Dieu que de laïcs. Les traductions auxquelles donnent lieu ces textes témoignent donc d’un double mouvement d’élargissement des horizons géographiques et de diversification du lectorat.

  • 9 Sauvage, inédit, p. 74.

10Les cartes et graphiques réalisés, aussi bien que ces premières analyses, conduisent à souligner le rôle central que jouent les Pays-Bas méridionaux dans cette diffusion en langue vulgaire et en latin. De fait, les trois titres que nous étudions sont publiés dans cet espace (pour deux d’entre eux en français et en latin), ces éditions représentant près du quart de l’échantillon pris en compte. Ceci tient à ce que cette terre est un lieu de contact fondamental entre les espaces français et ibérique puisque, dominée politiquement par la couronne d’Espagne, elle est depuis fort longtemps perméable aux influences culturelles françaises. Il convient en outre de constater qu’il s’agit de la région dans laquelle se trouvent le plus d’éditions latines des titres de notre échantillon, et ce tant en valeur relative qu’en valeur absolue. Cette surreprésentation s’explique notamment par la place qu’y occupe la Compagnie de Jésus. Dans son étude consacrée aux « traductions d’ouvrages religieux dans les Pays-Bas méridionaux de 1570 à 1650 », Olivia Sauvage rappelle ainsi que les Jésuites « sont les relais et les initiateurs d’un formidable réseau de transferts de textes à travers l’Europe9 », réseau dans lequel les Pays-Bas méridionaux sont un centre névralgique. La forte densité des collèges et des universités explique le dynamisme de cet espace, qui constitue, dès lors, un relais fondamental dans cette circulation de textes.

  • 10 Civil, 2005, p. 226.

11De là, la nécessité de poser, en dernier lieu, la question des « stratégies éditoriales liées aux politiques d’auto-promotion de certains ordres religieux10 ». Les épîtres dédicatoires des traducteurs sont des sources de premier plan, dans la mesure où elles éclairent à la fois leurs motivations et les visées qu’ils assignent à leurs œuvres. Le caractère stéréotypé des paratextes des versions françaises des hagiographies consacrées à Ignace de Loyola et à François-Xavier révèle que ces ouvrages servent tous une même fin. Ainsi, à l’épître placée par le Père Coyssard en préambule de la Vie de l’évangélisateur des Indes :

  • 11 Tursellin, La vie du Bien-heureux Pere François Xavier, « A haute et puissante Dame, D.Louyse d’Anc (...)

Apres que mes Superieurs, m’eurent donné la Vie du B. P. Xavier pour la revoir, & en polir un peu le langage, je m’efforçay de le faire le moins mal, qu’il me fut possible, […] & ce d’autant plus volontiers, que je voyois que nos Peres, & Freres avecque plusieurs autres tant Religieux, que Seculiers la desiroient grandement pour le profit, qu’ils esperoient d’en recueillir, estant remplie de singuliers Exemples, & rares Documents, au droict niveau desquels toute Personne devote peut bien facilement dresser la sienne, comme j’entens11,

fait écho l’adresse au lecteur du traducteur de la première version de la Vita Ignatii Loyolæ de Ribadeneyra :

  • 12 Ribadeneyra, La Vie du R. Pere Ignace de Loyola, p. 4.

Ceste nouvelle traduction, & enrichissement historique de la vie de nostre R. P. Ignace d’heureuse memoire, sera […] pour contenter en particulier la devotion d’un bon nombre de nos freres Coadjuteurs, lesquels n’ayant jamais apprins autre langue que la Françoise, seront bien aises de pouvoir lire, & entendre dans ceste vie, ce qu’ils desirent imiter en la leur […]. Affin donc que ceux qui desirent cognoistre au vray l’arbre duquel ils ont gousté les fruicts, ne soyent point frustrez de leur desir, & que nul de ceux, qui ont voüé leur service à Jesus Christ soubs ce drapeau, se trouve privé d’exemples domestiques, de la perfection religieuse à laquelle il aspire, nous leur proposons ceste histoire comme une belle image de vertu, illuminee de ces nouvelles couleurs12.

  • 13 Ibid., p. 4.

12Si ces traducteurs visent à proposer à l’assemblée des fidèles les figures d’Ignace de Loyola et de François-Xavier, ils destinent, de façon plus spécifique, leurs œuvres aux membres de la Compagnie de Jésus, à la méditation desquels il est nécessaire de soumettre des « exemples domestiques13 ». Le fait que trois des cinq traducteurs du corpus jésuite ici retenu appartiennent à l’ordre et le double passage vers le latin et vers les langues vernaculaires corroborent ce constat, en ce qu’ils témoignent d’une double prise en compte de l’implantation internationale de cette institution religieuse et de la diversité des niveaux de culture des disciples d’Ignace de Loyola, des novices aux pères les plus érudits. De fait, malgré l’insistance avec laquelle est réaffirmée, dans les Constitutions, l’importance du latin, certains frères de la Compagnie maîtrisent mal cette langue, comme le souligne le Père Emmanuel Teixeira dans sa censure de la Vita Ignatii Loyolæ :

  • 14 Dalmases, 1965, p. 964 : « Nosso Senhor por sua imfinita misericordia page a V. R. a consolação e a (...)

Que Notre Seigneur, dans son infinie miséricorde, vous récompense, R. P., pour la consolation et la joie que vous avez donnée à toute cette Province d’Inde ou, plus exactement, à toute notre Compagnie, avec la Vie que vous avez consacrée à notre bienheureux Père Ignace, de sainte mémoire, celle que vous avez écrite il y a bientôt quinze ans en latin de même que celle que vous avez composée en cette année 1584 en langue vulgaire et que vous nous avez envoyée et qui fut assurément une très grande source de consolation, de joie et d’enseignement pour tous ceux de notre Compagnie. Et cette charité est aujourd’hui d’autant plus grande que cette œuvre fut complétée, corrigée et rendue accessible universellement en cette langue à tous nos pères et frères, même ceux qui ne savent pas le latin, qui la désiraient tant ; ce qui me fait croire que vous recevrez, R. P., une grande récompense de notre Seigneur, puisque, grâce à vous, nous accédons tous à la vie et aux vertus de notre bienheureux Père Ignace et que vous nous proposez à tous ses si nombreux et si grands exemples pour que nous les imitions14.

13Dans ce passage, le missionnaire rappelle qu’il est fondamental de proposer des modèles aux membres de la Compagnie de Jésus et, dès lors, de s’adapter à un lectorat qui n’est pas uniquement composé de latinistes. En somme, l’attention portée à cette problématique rend compte du rôle particulier assigné aux figures fondatrices et, au-delà, à leurs vies.

14L’étude de la traduction du texte de Ribera permet d’approfondir cette analyse. C’est après de multiples démarches restées vaines que Jean de Quintanadueñas, seigneur de Brétigny, prêtre rouennais d’origine espagnole, décide de traduire les œuvres de Thérèse de Jésus, puis l’hagiographie que lui a consacrée le père jésuite. Ces versions françaises visent à la fois à diffuser les pratiques spirituelles théorisées par la sainte et à introduire en France sa réforme de l’ordre d’Élie. Selon les contemporains, elles atteignent leur but, dans la mesure où elles permettent de gagner à cette cause le cercle dévot de l’hôtel Acarie et le futur cardinal de Bérulle. André du Val indique ainsi, dans La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, Religieuse Converse en l’Ordre de Nostre Dame du Mont Carmel, & fondatrice d’iceluy en France, que :

  • 15 Val, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, chap. VIII, pp. 165-166 : « Comme Dieu luy re (...)

Les livres de la saincte Mere Terese, avec sa vie, composée par le Pere Ribera, de la Compagnie de Jesus, ayans esté traduits d’Espagnol en François par le Reverend Pere Dom du Chevre, Prieur lors de la Chartreuse de Bourgfontaine, se debiterent à Paris, & furent leuz par les personnes de devotion. Or comme ceux-là hantans en la maison de sœur Marie de l’Incarnation luy en eurent fait cas, elle desira qu’on luy en leust quelques chapitres15.

15Bien que l’historiographie ait démontré la composante mythique de ce récit des origines – l’hagiographie thérésienne n’ayant sans doute joué qu’un rôle marginal dans la promulgation par Henri IV, en juillet 1602, des lettres patentes autorisant la fondation du premier monastère à Paris –, la mise en scène de cette lecture des œuvres et de la viede la sainte réformatrice est éclairante. Elle donne à voir de façon assez précise le projet tel que le concevaient Jean de Brétigny et ses contemporains et elle témoigne du rôle assigné à ces traductions dans l’extension et dans le développement des institutions religieuses de création récente.

La réception des hagiographies hispaniques dans le royaume de France

  • 16 Ces propos de René Gaultier sont cités dans Mellot, 1995, p. 66, note 16.

16Cet exemple de la traduction du texte de Ribera nous invite, en réalité, à prendre en compte, pour aborder la question des buts poursuivis par les hagiographes et celle de la réception dans le royaume de France des hagiographies hispaniques, le climat du lendemain des guerres de religion. À cette époque, René Gaultier, l’un des principaux traducteurs de littérature religieuse espagnole du début du xviie siècle, écrit, dans l’avant-propos de sa traduction des Sermons du Père Cristóbal Fonseca : « La France est stérile de piété et de dévotion ; de façon que nous sommes forcez de mendier chez nos voisins ce qu’ils avoient jusqu’icy emprunté de nous16 », et il résume par cette formule un sentiment assez largement partagé. L’idéal, incarné par sa fondatrice, de lutte contre l’hérésie explique en grande partie le succès du Carmel déchaussé dans le royaume de France. Rappelons, par exemple, les mots sur lesquels s’ouvre le Chemin de perfection de Thérèse de Jésus :

  • 17 Thérèse de Jésus, Libro llamado Camino de perfeccion, II, p. 1.

En este tiempo [cuando se fundó este monasterio de san Joseph de Ávila] vinieron a mi noticia los daños de Francia, y el estrago que avian hecho estos Luteranos, y quanto yva en crecimiento esta desventurada seta, diome gran fatiga17.

17Ce passage fut largement exploité par les tenants de l’implantation en France de la réforme du Carmel, comme l’illustre la lettre adressée par Jean de Brétigny au Père Francisco de la Madre de Dios, Général des Carmes Déchaussés d’Espagne, le 30 septembre 1603 :

  • 18 Sérouet, 1971, pp. 68-69, Lettre XXVI, « De Valognes, au Père Francisco de la Madre de Dios, Généra (...)

Souvenez-vous que l’intention & la fin que Dieu donna à la sainte Mere fondatrice de cette sacrée Religion des Carmes Deschaussez, lors qu’elle commença ses premiers Monasteres, fut, comme elle dit elle-mesme qu’ayant ouÿ parler du grand nombre d’ames qui se perdoient en France par l’heresie, pour concourir en quelque façon au remede d’un si grand mal, elle assembla ses filles, afin de s’appliquer à l’Oraison, & penitence, pour impetrer de Dieu des Predicateurs & Defenseurs de l’Eglise18.

  • 19 Malgré les efforts faits par Jean de Brétigny dès 1583, il faut attendre octobre 1604 pour que des (...)

18Cette missive, qui s’inscrit dans une longue série de suppliques destinées à obtenir l’installation de carmélites espagnoles en France19, présuppose l’image d’une Péninsule héraut de la Réforme catholique. À un moment où le royaume du Roi Très-Chrétien est confronté à l’hérésie, cette terre de chrétienté semble susceptible d’impulser une rénovation de l’Église, d’ouvrir un chemin de perfection. La façon dont l’héritage thérésien est évoqué en conclusion d’un panégyrique français anonyme de 1639 le confirme :

  • 20 Panegyrique de Saincte Therese, pp. 52-53.

N’en doutez point Messieurs Therese vit encores en la personne de ses bien-heureux Descendans, ses generositez ne moururent pas avec elle ; & si son corps prisonnier du tombeau opere tous les jours des Miracles, son esprit enfermé dans ses Regles & respandu dans ses Livres agist d’une façon incomparablement plus eminente & ne s’attachant pas à la guerison des Corps, porte ses remedes jusques aux blessures de l’Ame20.

  • 21 Ainsi, Anne de Jésus, compagne illustre de Thérèse de Jésus, dirigea, dès sa fondation, la maison d (...)

19La pensée d’une continuité spirituelle au sein de l’ordre sous-tend cette réception française du Carmel déchaussé : c’est parce qu’elles sont les héritières de la sainte réformatrice que les sœurs l’ayant côtoyée sont considérées comme susceptibles de permettre un renouveau spirituel du royaume et, dès lors, placées à la tête des maisons françaises21.

20Cet idéal est également au cœur de la diffusion des hagiographies jésuites. Bien des préfaces révèlent la volonté de consolider l’implantation la Compagnie de Jésus dans le royaume de France afin de transformer en profondeur le clergé. L’évocation que fait le Père Coyssard, en préambule à sa vie de François-Xavier, en témoigne :

  • 22 Tursellin, La vie du Bien-heureux Pere François Xavier, p. 4.

[Des] grandes liberalitez [de la dédicataire de son œuvre, Louise d’Ancezune], faites autres fois à l’Eglise de ce College, & depuis au Novitiat de la Compagnie, fondé […] en la Ville d’Avignon, d’où sont des-ja sortis, comme de l’Escole de Vertu, & sortiront à l’advenir tant de bons Serviteurs de Dieu, s’évertuant à l’envy de suivre les traces du Benoist P. Xavier, personnage vrayement Apostolique, & parfait Disciple de son principal Maistre, nostre Bien-heureux P. Ignace22.

21Le traducteur place son œuvre dans la droite ligne de l’action de sa dédicataire : il vise à participer non seulement à l’implantation et à la floraison de l’ordre fondé par Ignace de Loyola, mais aussi à la rénovation (si nécessaire et tant attendue dans les milieux soucieux de réforme) du sacerdoce. C’est ainsi, davantage en tant que miroirs de cet idéal qu’en tant que saints aux vertus héroïques et aux miracles extraordinaires, que ces deux jésuites sont présentés dans ce texte.

22Au-delà de ces aspects de la rénovation religieuse du royaume, il convient d’évoquer, pour mettre au jour les usages, les réceptions et les influences des Vies des saints hispaniques, la façon dont ces dernières contribuent à remodeler, au-delà des Pyrénées, le champ des lectures hagiographiques. À un moment de crise de l’édition française, après l’échec, au cours de la deuxième moitié du xvie siècle, d’une rénovation hagiographique interne, les Vies importées, et notamment les Vies hispaniques (de même, notons-le, que les Vies germaniques et italiennes) semblent venir combler un manque dans le domaine de la littérature d’édification. Aussi, la traduction du Flos Sanctorum de Ribadeneyra peut-elle être interprétée comme une tentative pour suppléer l’échec, au milieu du xvie siècle, de l’édition française d’un martyrologe. De même, ces hagiographies étrangères sont considérées comme des autorités, ainsi qu’en témoigne le Père Morin lorsqu’il justifie l’hagiographie qu’il consacre en 1622 à Ignace de Loyola par ces mots :

  • 23 Morin, La Vie du glorieux S. Ignace de Loyola, « Au lecteur », p. [12].

Il n’y a rien du mien : le tout est de ce bon Pere [Ribadeneyra], auquel vous pouvez bien donner ceste creance, que tout ce qu’il en a escrit est veritable23.

  • 24 Précisons que cette hagiographie du Père Morin n’est pas un exemple isolé. L’imprimeur Julian Thore (...)

23Plus qu’une œuvre originale, c’est une sorte de résumé en français que propose cet hagiographe, et il est loin de constituer une exception24. Enfin, l’étude des traductions révèle l’idéal qu’incarne l’hagiographie hispanique : à une époque pourtant largement marquée par la production de « belles infidèles », le choix de structures grammaticales et de mots proches reflète la volonté, très généralement partagée par les traducteurs, de proposer une sorte de décalque des textes originaux. Tous ces éléments confirment que les hagiographes français sont alors marqués par l’image mythique d’une hagiographie hispanique, incarnation d’un idéal d’écriture objective et de simplicité de style.

24Pour autant, si les œuvres espagnoles occupent une place centrale dans les lectures édifiantes des sujets du Roi Très-Chrétien et si elles constituent un véritable parangon, elles jouent également un rôle de modèle, comme le révèle la multiplication, dans les textes composés dans le royaume de France, des recensions de sources, passages obligés des hagiographies hispaniques depuis le second xvie siècle. Les « Autheurs qui ont composé [l]a Vie [de Thérèse de Jésus] » évoqué par Estienne Cavet l’attestent :

  • 25 Cavet, Pourtraicts racourcis, pp. 151-152.

Don Diego Yepez, Evesque de Tarasconne.
Le Reverend Pere Ribera, Jesuiste.
Le Reverend Pere Jesus Maria, General des Carmes Déchaussés.
Le sieur André du Val, Docteur de Sorbonne.
Le Reverend Pere Dominique de Jesus Carme, en son Traitté, intitulé Acta Publica Canonizationis S. Theresiæ.
Louys de Leon, de l’Ordre des Augustins, Docteur de Salamanque.
Thomas Bosius, en son livre De signis Ecclesiæ25.

25La diversité et la multiplicité des ouvrages utilisés et le recours aux Actes de la canonisation de la sainte traduisent une volonté d’imiter les pratiques importées. Les textes hispaniques font ainsi évoluer en profondeur le rapport aux sources et la logique de la preuve des auteurs français : représentatifs de nouveaux canons, ils sont des exemples d’une écriture critique, conforme aux exigences du mouvement de réforme religieux et intellectuel qui caractérise la période. Ils permettent le renouvellement d’une hagiographie française à laquelle, comme en témoigne l’évocation d’André du Val ou de Dominique de Jésus, il devient peu à peu possible d’accorder un certain crédit.

26Loin de se limiter à ces aspects méthodologiques, l’influence des hagiographies hispaniques se traduit également par une récupération des modèles de sainteté proposés, et c’est sans doute là que la notion de « transfert culturel » est la plus pertinente. Les mises en regard des figures françaises et espagnoles se multiplient alors, comme l’illustre l’épître par laquelle le Père Denis de la Mère de Dieu dédie à l’Abbesse de Montmartre sa traduction de l’Histoire des fondations des Sœurs Carmelines Déchaussées de Thérèse de Jésus. Celui-ci établit un parallèle entre la réforme bénédictine engagée par sa dédicataire et les fondations thérésiennes :

  • 26 Thérèse de Jésus, Histoire des fondations des Sœurs Carmelines Déchaussées, p. 5.

J’estois recherchant parmy les ruines de l’estat Monastique en ce desolé royaume, quelque personne heritiere de l’esprit, & des desseins de nostre S. Mere, en son sexe : & de qui pareillement les mœurs & la profession symbolisassent avec les choses traittées en ceste histoire, pour luy en dedier avec proffit & decence la traduction. Sur quoy je vous ay à bon droict regardée, Madame, parce qu’il semble que toute la France vous regarde d’un œil pareil à celuy dont toute l’Espagne regarda en son temps l’esprit, la pieté & le courage invincible de nostre B. mere Terese. Je dis plus, car il semble que l’Ordre tres-ancien, & tres-auguste du P. S. Benoist vous regarde aussi, & attende de vous un pareil secours & lustre, que le nostre des Carmes a receu d’elle26.

27Apparaissent ainsi les adaptations auxquelles donnent lieu les « transferts » hagiographiques : si la sainte d’Ávila est érigée au rang de modèle, la diffusion du récit de son œuvre vient servir l’idéal de réforme au sens large. Denis de la Mère de Dieu promeut ici la nécessaire réforme des règles anciennes et construit, in fine,un portrait de l’abbesse de Montmartre en réformatrice. Le recours – traditionnel dans les épîtres dédicatoires – au mode encomiastique conduit alors à l’écriture d’une véritable hagiographie de la religieuse française.

  • 27 Marin, La Vie de la servante de Dieu, Sœur Marie de l’Incarnation, chap. XXXIV, pp. 199-205.
  • 28 Ribera, La vida de la Madre Teresa de Jesus, livre V, chap. IV, p. 528 : « Y si algunas [monjas] ha (...)
  • 29 Val, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, livre III, chap. II, pp. 756-757 : « Une autr (...)

28Dans ce domaine, les hagiographies consacrées à Marie de l’Incarnation permettent de souligner la complexité de la réception, dans le royaume de France, de la figure de Thérèse de Jésus. Ses hagiographes successifs établissent, en effet, un ensemble de correspondances entre sa « légende hagiographique » et celle de la sainte d’Avila. Tous évoquent avec insistance le fait que Marie de l’Incarnation « [soit] soulagée en ses peines interieures, par les frequentes apparitions des Anges, de sainte Therese, & de Jesus-Christ27 », motif qui renvoie à une composante centrale de l’hagiographie thérésienne. De même, ils mettent en perspective ses miracles et ceux de la sainte espagnole, comme l’illustrent les multiples allusions à l’obéissance à la règle. Tandis que Thérèse de Jésus se manifeste pour rappeler les moniales au respect des temps de silence28, Marie de l’Incarnation donne à une sœur la voix nécessaire pour chanter lors de l’office29. Cette pratique d’écriture conduit, en définitive, à ériger l’introductrice de la réforme du Carmel en France en relais de cette spiritualité rénovée. Estienne Cavet, auteur de « Pourtraicts raccourcys » de saints de la réforme catholique, conclut ainsi le texte qu’il consacre à cette dernière par ces mots :

  • 30 Cavet, Pourtraicts racourcis, pp. 221-222.

La vie d’une Saincte Religieuse, étant un canal par lequel se distillent les affections dont le vulgaire s’abreuve, un feu qui transforme en sa nature ceux qui s’en approchent, un exemple qui coule aux Sœurs de son Ordre, comme la defluxion du chef sur ses membres ; les jugements qu’on a fait de cette B. H. Sœur, nous doivent servir de canal, de feu & d’exemple, pour sainctement vivre, & en meriter de semblables30.

29On retrouve ici l’idée d’une sainteté fondatrice, modèle de perfection, si récurrente dans l’hagiographie thérésienne. À des échelles différentes, la sainte d’Avila et Marie de l’Incarnation incarnent une même autorité spirituelle supérieure, un même exemple de perfection religieuse. Ces réécritures et ces récupérations révèlent en somme que, placées à l’origine au service de la diffusion de figures de sainteté, les Vies hispaniques sont peu à peu devenues des modèles, permettant une rénovation de l’écriture hagiographique et de la sainteté françaises.

Vers une remise en cause de la prédominance des hagiographies hispaniques

  • 31 Cioranescu, 1965-1966.

30Les dépouillements de la Bibliografía franco-española et de la Bibliographie de la littérature française du xviie siècle31 d’Alejandro Cioranescu confirment cette conclusion, dans la mesure où ils permettent de comparer les évolutions, pendant le premier xviie siècle, des productions hagiographiques hispanique et française (graphique 3). Deux moments d’intense circulation des hagiographies hispaniques au-delà des Pyrénées se distinguent. D’une part, la première moitié des années 1610 (ce mouvement s’esquissant en réalité dès les dernières années de la décennie 1600), période de la « France italo-espagnole » de Marie de Médicis, au cours de laquelle sont béatifiés Ignace de Loyola (en 1610) et Thérèse de Jésus (en 1614). La conjonction d’un rapprochement politique – qu’incarnent notamment les mariages princiers – et des premières marques d’une suprématie espagnole dans le domaine de la sainteté explique l’importance de la diffusion des Vies de saints, aussi bien que des ouvrages de mystique, d’exégèse, d’édification ou de controverse produits dans la Péninsule. D’autre part, ces diagrammes mettent en lumière la croissance spectaculaire de la production dans les années 1620, croissance qui traduit notamment la volonté de la papauté de promouvoir les serviteurs de Dieu alors élevés sur les autels. Ces deux périodes d’essor révèlent que l’image dont jouit, à l’étranger, l’Espagne de la Réforme catholique influence en profondeur la conjoncture du marché du livre : la prépondérance espagnole dans le domaine de la rénovation religieuse et, au-delà, dans les canonisations du début du xviie siècle, gomme pour une part les différends politiques et autorise ce mouvement de traduction sans précédent.

Graphique 3. – Évolution chronologique de la production des hagiographies françaises et hispaniques (1600-1644)

Graphique 3. – Évolution chronologique de la production des hagiographies françaises et hispaniques (1600-1644)

31Néanmoins, ce schéma indique également qu’un net ralentissement de la propagation des œuvres hispaniques se produit dès la seconde moitié de la décennie 1620, ce recul graduel devant être mis en rapport avec l’évolution de la production française. Grâce, notamment, à l’intense diffusion des œuvres hispaniques, le renouvellement hagiographique qui est en germe dans les autres pays d’Europe dès la fin du xvie siècle se manifeste en France à partir de la fin des années 1610, comme le confirme l’évolution de la composition de cette production hagiographique (graphique 4). Alors que jusqu’à la moitié des années 1620, les hagiographies hispaniques représentent en moyenne entre 40 et 50 % de la production, ce chiffre tombe nettement au-dessous de 30 % à partir de la deuxième moitié des années 1620. Parallèlement, la proportion des hagiographies consacrées à des saints français, à l’origine de l’ordre de 10 %, dépasse le seuil des 30 % à partir de cette date.

Graphique 4. – Évolution de la composition de la production hagiographique française (1600-1644)

Graphique 4. – Évolution de la composition de la production hagiographique française (1600-1644)

32Ces évolutions révèlent que, si elle s’est légèrement dissipée en cette période de paix relative, l’antinomie hispano-française est néanmoins restée un élément constitutif de la construction des sentiments nationaux. Bien des sources contemporaines le confirment, à l’image de ce passage de l’épître dédicatoire sur laquelle s’ouvre la Viede Marie de l’Incarnation composée par André du Val :

  • 32 Val, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, pp. 3-4.

Je me souviens qu’en la naissance de vostre Ordre en ce Royaume, quelques-unes d’entre vous prenans un singulier plaisir à la lecture de la Vie des Saincts, me prierent d’ajouster à ceux qu’avoit fidelement & disertement recueillis le Pere Ribadeneira, & que Monsieur Gautier avoit eloquemment traduit, les vies des plus illustres & renommez de nostre France, que ce sçavant Pere comme n’estant pas originaire du païs, avoit obmis. J’acquiesçay à leur juste & saincte requeste, & y en adjoustay jusques au nombre de quarante, qui n’ont pas esté mal receües. Cecy m’a invité de vous en offrir une autre que j’espere vous devoir d’autant plus esmouvoir, qu’elle vous est purement domestique : C’est la vie de la tres-vertueuse, & bien-heureuse sœur Marie de l’Incarnation32.

33L’auteur rappelle ici l’origine de l’adjonction, aux versions françaises du Flos Sanctorum de Ribadeneyra, d’un livre supplémentaire consacré aux saints locaux et de la rédaction d’une vie de l’introductrice de la réforme du Carmel en France. À une époque où le Bréviaire réformé vise à gommer les particularismes et à mettre un terme au foisonnement des cultes spécifiques, ces deux travaux révèlent ainsi les limites d’une écriture hagiographique à vocation universelle et d’un calendrier unique régissant les dévotions de l’ensemble des fidèles. Parallèlement, ils témoignent d’une rénovation de l’hagiographie française qui traduit à la fois une compétition dans le domaine de la sainteté et la nécessité, dans le contexte d’un contrôle romain sans cesse accru, de se prévaloir de modèles à partir desquels se réélabore une orthodoxie.

34De fait, les hagiographies des sujets du Roi Très-Chrétien récemment décédés et dont on tente d’introduire la cause à Rome en vue d’une canonisation se multiplient. Dans cette production, trois cas doivent être distingués : la mise en valeur de figures qui, telle Marie de l’Incarnation, sont très liées à la Péninsule ; l’éloge de personnages qui, quoique impliqués dans d’autres expériences de rénovation religieuse, à l’image de César de Bus, sont néanmoins inspirés par des expériences étrangères ; enfin, les serviteurs de Dieu très inscrits dans un contexte français, comme les pères jésuites Jacques Salès et Guillaume Sautemouche, martyrisés à Aubenas en 1593. Dans tous les cas, ces textes visent à démontrer l’existence manifeste de signes de sainteté. Ainsi, à l’évocation, par Jean de Rechac de Sainte Marie, de la fama sanctitatis du frère prêcheur Yves Mahyeuc :

  • 33 Rechac de Sainte Marie, Les Vies et actions memorables de trois des plus signalez Religieux en sain (...)

Ce grand nombre de Veux, presens, & tableaux appendus aux environs du sepulchre du B. Yves, en l’Eglise Catedrale de Rennes, les Miracles frequens à son invocation, la devotion extraordinaire des peuples envers luy, le procez intenté à Rome pour sa canonization, & la vie exemplaire qu’il a menée, soit dans l’Etat Religieux, soit dans le degré le plus haut de la Hierarchie Ecclesiastique, m’obligent à luy donner rang en ce Volume, comme etant un de ceux, que la voix commune des hommes, autorizée de signalés Miracles, a déja canonizé, sans attendre la decision de notre Souverain & dernier Oracle de Rome33,

répondent les différents points de l’argumentaire d’Odo de Gissey, dans son hagiographie de Jacques Salès et de Guillaume Sautemouche qui est publiée en 1627, au moment où s’ouvre la procédure visant à leur béatification :

  • 34 Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche son Compagnon, chap. (...)

C’est une grande merveille de voir que dans le chef du B. Guillaume, il y eut encore pour lors, après tant de temps, de la cervelle, laquelle n’était point sèche ni gâtée, et de laquelle toutefois, ne sortait aucune mauvaise odeur34.

  • 35 Ibid., chap. XIX, pp. 96-97.

Notre-Seigneur a doué le B. P. Salez d’une grâce pareille à plusieurs Saints qui, pendant la course de leurs jours, ayant été molestés de divers maux, et depuis leur bienheureux trépas, étant réclamés en telles infirmités, ont coutume de venir aux réclames, et de prêter la main à ceux qui invoquent leur secours.
Ainsi Saint Roch est propice aux pestiférés ; Saint Malo, autrement Saint Marcoul, à ceux qui sont frappés des écroüelles […]. Le B. P. Salez, tandis qu’il a vécu en ce monde, a été merveilleusement affligé d’un asthme et courte haleine ; et plusieurs, depuis son triomphant martyre, s’étant pour ce sujet recommandés à lui, s’en sont trouvés allegés35.

35Ces textes, publiés immédiatement après la mort des serviteurs de Dieu – ils dérogent donc aux décrets promulgués par Urbain VIII en 1625 et en 1634, qui interdisent la publication de Vies des serviteurs de Dieu non encore élevés sur les autels –, renvoient à la fonction première des hagiographies, celle de participer de la construction d’une réputation de sainteté. L’« Advertissement au lecteur » sur lequel s’ouvre l’hagiographie qu’André du Val a consacré à Marie de l’Incarnation le confirme, le scripteur y évoquant, dans un même mouvement, les interdits romains et son choix d’y contrevenir :

  • 36 Val, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, pp. 7-9.

Combien que la bien-heureuse sœur Marie de l’Incarnation se soit renduë admirable tant en sa vie qu’en sa mort, & se rende encore journellement telle depuis l’heure de son decez ; si est-ce qu’on a esté aucunement en doute si l’on devoit escrire sa vie. Quelques-uns tenoient absolument pour la negative, estimans que c’estoit assez de declarer verbalement aux Religieuses de son Ordre ce qui en est […] Les autres disoient qu’il la faloit escrire presentement, tandis que la memoire en est toute recente dans les esprits, mais qu’il en faloit suspendre & reserver l’impression à l’advenir, pource que l’antiquité qui est de soy grandement venerable, donneroit à ce qu’on en escriroit plus de creance : Toutefois apres plusieurs considerations sur ce sujet, & beaucoup de poursuittes de toutes parts, mesmes des nations estrangeres, aux oreilles desquelles le bruit des admirables graces de ceste vertueuse Religieuse avoit desja volé, on a jugé qu’il ne faloit point differer, pour ce qu’autrement on frustreroit les personnes de nostre temps du fruit qui se pourra remporter de cette lecture, & priveroit-on la France d’un tres-grand honneur, & la ravaleroit-on par ce moyen au dessous des autres nations qui ont esté en ce siecle favorisées du Ciel, de Saincts fort illustres ; comme l’Italie de sainct Charles Borromée, & l’Espagne du bien-heureux Ignace, fondateur de l’Ordre de la Compagnie de Jesus, & la bien-heureuse mere Terese36.

36Cette vie, comme la grande majorité des Vies de saints français, est ainsi composée pour concurrencer une suprématie de l’Europe méridionale dans le domaine de la sainteté, suprématie à nouveau soulignée par la quintuple canonisation de 1622 : dans le but de servir le culte de l’introductrice française de la réforme du Carmel et d’accélérer la reconnaissance de sa sainteté, André du Val fait primer la diffusion de sa renommée de sainteté sur l’obéissance aux normes romaines. Il s’inscrit, en cela, dans une aspiration très largement partagée, illustrée notamment par l’exceptionnel écho d’un texte qui ne connaît pas moins de neuf éditions entre 1621 et 1638. Dans le champ d’une hagiographie française rénovée en profondeur, cette exaltation particulariste devient ainsi un devoir de l’hagiographe.


   

37En somme, le renouvellement hagiographique qui est en germe dans les autres pays d’Europe dès la fin du xvie siècle se manifeste en France à partir de la fin des années 1610 grâce, notamment, à l’intense diffusion, dans le royaume, des hagiographies hispaniques. Celles-ci, destinées à l’origine à diffuser l’idéal de la réforme religieuse et à impulser une rénovation spirituelle, véhiculent des modèles de sainteté mais aussi des modèles d’écriture qui sont récupérés. Dès les années 1620, une hagiographie française transformée en profondeur se développe donc pour servir, à Rome, les causes de sujets du Roi Très-Chrétien. Si l’aspiration à une réforme religieuse est un motif structurant des mentalités collectives, elle s’incarne néanmoins dans des figures diverses selon les terres de chrétienté. En un mot, pour être unanime, cette volonté de rénovation religieuse n’en est pas moins protéiforme.

Haut de page

Bibliographie

Bresson, Odette (1994), Catalogue du fonds hispanique ancien (1492-1808) de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, Paris.

Cavet, Estienne, Pourtraicts racourcis de Sainct Charles Borromée, Saincte Therese, Sœur Marie de l’Incarnation, Et du B.H. François de Sales, Evesque de Geneve. Tirez par… Chanoine, Lyon, 1632.

Cioranescu, Alejandro (1965-1966), Bibliographie de la littérature française du xviie siècle (3 vol.), Paris.

Cioranescu, Alejandro (1977), Bibliografía francoespañola (1600-1715). Anejos del Boletín de la Real Academia Española, Madrid.

Civil, Pierre (2005), « Hagiographies espagnoles dans la France du début du xviie siècle », dans Ana Clara Santos (coord.), Relações Literárias Franco-Peninsulares, Lisbonne, pp. 225-237.

Dalmases, Cándido de (S. J., le P.), Fontes Narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Jesu initiis, Monumenta ignatiana, Rome [vol. 93 de Monumenta historica Societatis Jesu], 1965.

Foulché-Delbosc, Raymond (1912-1914), Bibliographie hispano-française [1540-1700] (3 vol.), New York.

Gissey, Odo de (S. J., le P.), Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche son Compagnon Tous deux Religieux de la Compagnie de Jésus, Avignon, Aubanel Frères, 1869 [reprise de l’édition parue chez Pierre d’Estey, Toulouse, 1642].

Iglesias-Diestre, Antonio et Oddos, Jean-Paul [avec la collab. de Christian Péligry] (1988), Deux siècles espagnols. Catalogue des livres espagnols des xvie et xviie siècles conservés à la Bibliothèque municipale de Troyes, Bordeaux.

Marin, Maurice, La Vie de la servante de Dieu, Sœur Marie de l’Incarnation, religieuse converse, & Fondatrice de l’Ordre de Nostre-Dame du Mont-Carmel en France. Par le R. Pere D. …, Religieux de la Congregation de S. Paul, dite des Barnabites, Paris, 1642.

Mellot, Jean-Dominique (1995), « La librairie rouennaise et le livre hispanique (fin xvie siècle-fin xviie siècle) », La Normandie et le monde ibérique, Cahiers du CRIAR, 15 (sept.), pp. 49-69.

Molina, Antonio (S. J., le P.), L’instruction des Prestres Qui contient une tres-importante Doctrine pour cognoistre l’excellence du Saint Sacerdoce, Avec le moyen de s’en acquiter dignement. Tiré des Peres et Docteurs de l’Eglise. Par… Chartreux de Miraflores. Traduicte de l’Espagnol par M. René Gautier A. G., Paris, 1624.

Morin, Pierre (S. J., le P.), La Vie du glorieux S. Ignace de Loyola, Fondateur de l’Ordre de la Compagnie de Jesus. Divisée en quatre Livres. Et dediée à Monseigneur le Cardinal de la Roche-Foucaud. Par le R. P. … de la mesme Compagnie, Paris, 1622.

Ott Schneider, Virginie (2000), Catalogue du Fonds hispanique ancien de la Bibliothèque municipale de Nancy (1477-1810), Paris.

Panegyrique de Saincte Therese, s. l., s. n., 1639.

Rechac de Sainte Marie, Jean de (O. P.), Les Vies et actions memorables de trois des plus signalez Religieux en sainteté & vertu, de l’Ordre des Freres Précheurs de la Province de Bretaigne en France. Du B. Yves Mahyeuc Evéque de Rennes. Du B. Alain de la Roche, Docteur en Theologie. Du Venerable Pere Pierre Quintin. Avec l’explication et l’institution de la nouvelle devotion du Rosaire perpetuel. Le tout extrait des Euvres du R. Pere…, Religieux du même Ordre, des Peres Jacobins Reformez de la rüe neuve S. Honoré de Paris, composez avec Approbation & permission du Reverendissime Pere General, Paris, 1644.

Ribadeneyra, Pedro de (S. J., le P.), La Vie du R. Pere Ignace de Loyola, Fondateur de la Compagnie de Jesus. Nouvellement traduicte du Latin du Reverend Pere Pierre Ribadenera, de ladicte Compagnie : & enrichie de plusieurs choses tirees du Reverend P. Pierre Maffee, de la mesme Compagnie, Avignon, 1599.

Ribadeneyra, Pedro de (S. J., le P.) [Binet, Estienne (S. J., le P.)], Abregé des vies du glorieux Pere Sainct Ignace de Loyola, Patriarche & Fondateur de la Religion de la Compagnie de Jesus : & du bien-heureux Pere Sainct François Xavier son compagnon, surnommé l’Apostre des Indes, canonisez le 12. de Mars 1622. Par Nostre S. P. le Pape Gregoire 15. à l’instance du Roy tres-Chrestien Louys 13. & des autres Princes & Potentats de la Chrestienté. Avec le Bref de nostre S. Pere touchant l’Indulgence pleniere pour la feste de la canonisation. Et la Lettre de sa Majesté à sa Saincteté pour obtenir ladite canonisation, Poitiers, 1622.

Ribera, Francisco de (S. J., le P.), La vida de la Madre Teresa de Jesus, fundadora de las Descalças y Descalços Carmelitas, Compuesta por el P. Doctor Francisco de Ribera de la Compañia de Jesus, y repartida en cinco libros. Van en estos libros añadidas muchas cosas a lo que ella escrivio de su vida, y otras muchas declaradas ; y fuera deso van añadidas las fundaciones de los monesterios, y lo demas que hizo en veynte años que vivio despues de lo que escrivio de su vida, y lo que a sucedido de su cuerpo y de los milagros que se an hecho, Salamanque, 1590.

Sauvage, Olivia (inédit), Les traductions d’ouvrages religieux dans les Pays-Bas méridionaux de 1570 à 1650, DEA d’histoire moderne soutenu à l’université de Paris IV en 2002.

Schaub, Jean-Frédéric (2003), La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris.

Sérouet, Pierre (éd.) (1971), Quintanadueñas. Lettres de Jean de Brétign (1556-1634), fasc. 53 de la « Bibliothèque de la Revue d’histoire ecclésiastique », Louvain.

Thérèse de Jésus (O. C. D.), Libro llamado Camino de perfeccion, que escrivio para sus monjas la madre Teresa de Jesus fundadora de los monesterios de las Carmelitas descalças, a ruego dellas, in Los libros de la madre … fundadora de los monesterios de monjas y frayles Carmelitas descalços de la primera regla, Salamanque, 1588.

Thérèse de Jésus (O. C. D.), Histoire des fondations des Sœurs Carmelines Déchaussées, escritte par leur Bien-heureuse Mere Fondatrisse Terese de Jesus. Contenant les choses les plus memorables que l’esprit de Dieu luy a revelées, pour servir de guide & d’instruction aux ames devotes & religieuses. Traduite d’Espagnol en François par le R. Pere Denys de la mere de Dieu, Religieux du mesme Ordre. Et Dediée à Madame l’Abbesse de Montmartre, & à ses devotes Religieuses, Paris, 1616.

Tursellin, Horace (S. J., le P.), La vie du Bien-heureux Pere François Xavier, Qui le premier de la Compagnie de Jesus, a presché le S. Evangile aux Indiens : & devant tout autre, aux Japonois. Mise en François, & maintenant corrigée sur la Latine du P. Horace Turselin, Par le Père Michel Coyssard, de la mesme Compagnie, Lyon, 1611.

Val, André du, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, Religieuse Converse en l’Ordre de Nostre Dame du Mont Carmel, & fondatrice d’iceluy en France, appellée au monde, la Damoiselle Acarie. Par… Docteur en Theologie, l’un des Superieurs dudit Ordre en France, Paris, 1622 [1re éd. 1621].

Haut de page

Notes

1 Épître dédicatoire du Père Denis de la Mère de Dieu « A Madame la Reverendissime Abbesse de Montmartre », dans Thérèse de Jésus, Histoire des fondations des Sœurs Carmelines Déchaussée, p. 4.

2 Cité par Mellot, 1995, p. 55.

3 Pensons, par exemple, au Catalogue du fonds hispanique ancien (1492-1808) de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris d’Odette Bresson, au Catalogue du Fonds hispanique ancien de la Bibliothèque municipale de Nancy (1477-1810) de Virginie Ott Schneider, ou encore à Deux siècles espagnols. Catalogue des livres espagnols des xvie et xviie siècles conservés à la Bibliothèque Municipale de Troyes d’Antonio Iglesias-Diestre et Jean-Paul Oddos.

4 Foulché-Delbosc, 1912-1914.

5 Cioranescu, 1977.

6 Civil, 2005, p. 225.

7 De fait, comme le rappelle Jean-Frédéric Schaub, « la présence de la culture espagnole en France ne saurait être mesurée à la proportion des livres espagnols dans les bibliothèques. » (Schaub, 2003, p. 331).

8 Par souci d’exactitude, nous n’avons pris en compte que les reprises d’éditions antérieures.

9 Sauvage, inédit, p. 74.

10 Civil, 2005, p. 226.

11 Tursellin, La vie du Bien-heureux Pere François Xavier, « A haute et puissante Dame, D.Louyse d’Ancezune Douairiere de S. Chamond. », p. [3].

12 Ribadeneyra, La Vie du R. Pere Ignace de Loyola, p. 4.

13 Ibid., p. 4.

14 Dalmases, 1965, p. 964 : « Nosso Senhor por sua imfinita misericordia page a V. R. a consolação e alegria que a toda esta Provincia da India deu, ou, pera melhor dizer, a toda nossa Companhia com a Vida que escreveo de nosso bendito P.e Ignacio, de sancta memoria, assy com a que averá 15 annos que en latim escreveo, como com a que este anno de 84, em limgoajem, cá nos mandou, que certo foy de muita consolação e alegria e ensino pera todos os de nossa Companhia. E tanto esta charidade foy agora maior, quanto ella vem mais acrecemtada e emmendada e universal nesta limgoa pera todos nosos Padres e Irmãos, ainda os que não sabem latim, que tanto a desejavão ; de que creio V. R. terá grande premio diante de Nosso Senhor, pois por elle soubemos todos a vida e virtud[es d]e nosso bem-avemturado P.e Ignacio, e nos propôs a todos tantos e tan grandes exemplos seus que immitasemos. »

15 Val, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, chap. VIII, pp. 165-166 : « Comme Dieu luy revela de fonder l’Ordre de la saincte Mere Terese de Jesus en France, & qu’elle y seroit un jour sœur Laye. »

16 Ces propos de René Gaultier sont cités dans Mellot, 1995, p. 66, note 16.

17 Thérèse de Jésus, Libro llamado Camino de perfeccion, II, p. 1.

18 Sérouet, 1971, pp. 68-69, Lettre XXVI, « De Valognes, au Père Francisco de la Madre de Dios, Général des Carmes Déchaussés d’Espagne, le 30 septembre 1603. »

19 Malgré les efforts faits par Jean de Brétigny dès 1583, il faut attendre octobre 1604 pour que des Carmélites espagnoles s’implantent en France.

20 Panegyrique de Saincte Therese, pp. 52-53.

21 Ainsi, Anne de Jésus, compagne illustre de Thérèse de Jésus, dirigea, dès sa fondation, la maison de Paris.

22 Tursellin, La vie du Bien-heureux Pere François Xavier, p. 4.

23 Morin, La Vie du glorieux S. Ignace de Loyola, « Au lecteur », p. [12].

24 Précisons que cette hagiographie du Père Morin n’est pas un exemple isolé. L’imprimeur Julian Thoreau publie ainsi en 1622, à Poitiers, un Abregé de la vie du Glorieux P. S. Ignace. recuelli par le R. P. Pierre Ribadeneyra, des cinq Livres que luy mesme à composé de sa vie, & divisé en trois parties (voir Ribadeneyra, Abregé des vies du glorieux Pere Sainct Ignace de Loyola, pp. 1-228).

25 Cavet, Pourtraicts racourcis, pp. 151-152.

26 Thérèse de Jésus, Histoire des fondations des Sœurs Carmelines Déchaussées, p. 5.

27 Marin, La Vie de la servante de Dieu, Sœur Marie de l’Incarnation, chap. XXXIV, pp. 199-205.

28 Ribera, La vida de la Madre Teresa de Jesus, livre V, chap. IV, p. 528 : « Y si algunas [monjas] hablavan en tiempo de silencio a acontecido algunas vezes oyr tres golpes a la puerta de la celda, como que estava alli la madre, y las avisava que callassen. »

29 Val, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, livre III, chap. II, pp. 756-757 : « Une autre n’ayant point de voix pour chanter l’office avec les autres au chœur, s’advisa de se recommander à elle, à ce qu’elle luy impetrast de Dieu la force de pouvoir chanter l’office. Apres s’y estre recommandée elle eut charge de commencer l’Introite de la Messe, elle l’entonna si bien & si aysément que les Religieuses continuans apres elle s’estonnerent comme elle avoit eu & la force & la dexterité de si bien chanter : et ce qui est remarquable, c’est que ceste force luy continuë encore, & est aujourd’huy une des bonnes voix de la maison pour tenir le chœur. »

30 Cavet, Pourtraicts racourcis, pp. 221-222.

31 Cioranescu, 1965-1966.

32 Val, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, pp. 3-4.

33 Rechac de Sainte Marie, Les Vies et actions memorables de trois des plus signalez Religieux en sainteté & vertu, pp. 1-2.

34 Gissey, Vie et martyre du Père Jacques Salez et du Frère Guillaume Sautemouche son Compagnon, chap. XX, p. 103.

35 Ibid., chap. XIX, pp. 96-97.

36 Val, La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation, pp. 7-9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. – Éditions de la première version de la Vita Ignatii Loyola de Pedro de Ribadeneyra (1572-1607)
Légende L’édition princeps de ce texte est publiée en latin à Naples en 1572. Le Père Ribadeneyra traduit son ouvrage en espagnol dès 1583. Une version française paraît ensuite en Avignon en 1599.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Carte 2. – Éditions de la deuxième version de la Vita Ignatii Loyola de Pedro de Ribadeneyra (1601-1641)
Légende L’édition princeps de ce texte est publiée en espagnol à Madrid en 1601. La première traduction en français paraît à Paris en 1608. Une version latine est publiée à Ypres en 1612.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Carte 3. – Éditions de La vida de la Madre Teresa de Jesus de Francisco de Ribera (1590-1621)
Légende L’édition princeps de ce texte est publiée en espagnol à Salamanque en 1590. La première version en français paraît à Paris en 1602.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Carte 4. – Éditions de la Vita Francisci Xaverii de Horace Tursellin (1594-1621)
Légende L’édition princeps de ce texte est publiée en latin à Rome en 1594. La première version en espagnol paraît à Valladolid en 1600. Une version en français paraît à Douai en 1608.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 1. – Répartition géographique des éditions et des traductions des succès hagiographiques hispaniques
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Carte 5. – Les lieux d’édition des succès hagiographiques hispaniques (1572-1641)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 2. – Répartition des éditions des succès hagiographiques hispaniques par lieux et langues
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 3. – Évolution chronologique de la production des hagiographies françaises et hispaniques (1600-1644)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 4. – Évolution de la composition de la production hagiographique française (1600-1644)
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/695/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Axelle Guillausseau, « Unanimité ou uniformité ? », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 15-37.

Référence électronique

Axelle Guillausseau, « Unanimité ou uniformité ? », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/695

Haut de page

Auteur

Axelle Guillausseau

Département d’histoire, Université d’Aix-MarseilleI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org