Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Eduard Juncosa Bonet, Estructura y dinámicas de poder en el señorío de Tarragona. Creación y evolución de un dominio compartido (ca. 1118-1462)

Henri Dolset
Référence(s) :

Eduard Juncosa Bonet, Estructura y dinámicas de poder en el señorío de Tarragona. Creación y evolución de un dominio compartido (ca. 1118-1462), Barcelona, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Institució Milà i Fontanals, 2015, 494 p.

Texte intégral

1Ce livre correspond à la partie la plus importante d’une thèse de doctorat soutenue à Madrid en 2014. Son but est de mettre en évidence les mécanismes et les dynamiques du pouvoir à Tarragone, à travers le partage de celui-ci dans l’exercice d’une seigneurie commune par l’archevêque de Tarragone et le comte de Barcelone, roi d’Aragon, mais aussi à travers l’émergence d’une communauté urbaine en quête d’autonomie. Pour ce faire, l’auteur se fonde sur un corpus de sources riches, diverses et pour la plupart inédites, qu’il manie avec une grande maîtrise, comme le montre la façon remarquable dont il critique et il combine les sources fiscales pour en tirer des informations fiables.

2L’ouvrage est divisé en deux parties (chacune comptant trois chapitres) : la première, consacrée à la « constitution et structure juridico-politique de la coseigneurie tarragonaise », sert de cadre à la seconde, portant sur les « dynamiques institutionnelles et expressions du conflit juridictionnel », que l’auteur qualifie lui-même de cœur de l’ouvrage. On pourrait s’étonner du fait que, sur une période aussi longue, un plan chronologique n’ait pas été privilégié, mais il s’agit d’un choix assumé, celui de se concentrer sur la période de formation de la coseigneurie (xiie s.) et plus encore sur la période de cristallisation et d’éclatement des conflits (dernier tiers du xive et deux premiers tiers du xve s.).

3Le chapitre i retrace les différentes tentatives pour restaurer l’archevêché de Tarragone, le plus souvent in partibus et sans réoccupation permanente de la cité, située dans une zone frontalière entre les territoires chrétiens et musulmans, et la genèse mouvementée de la coseigneurie tarragonaise, entre la donation en 1118 de Tarragone et de ses campagnes par le comte de Barcelone à l’évêque de Barcelone, élevé à la dignité d’archevêque de Tarragone par le pape, et l’accord de 1173 entre l’archevêque et le comte-roi, qui établit les fondements d’une coseigneurie en indivision.

4L’évolution démographique est étudiée dans le second chapitre, à partir de différents recensements de feux élaborés pour établir l’assiette de la taille. Le déclin démographique de la cité est tel qu’elle perd entre 1358 et 1497, en comptant les lieux-dits proches rattachés à son territoire (« Faldes »), quasiment la moitié de ses habitants.

5Le chapitre iii traite quant à lui du gouvernement municipal. C’est en 1336 que les représentants municipaux prennent définitivement le nom de consuls. Au nombre de trois, ils sont désignés pour un an dans le cadre d’un système alliant cooptation et élection. Suite à un privilège royal de 1388, cette élection peut se faire soit à la majorité simple, soit par tirage au sort parmi les candidats arrivés en tête. Les consuls représentent le plus souvent chacun un des trois groupes socio-professionnels hiérarchisés de la communauté urbaine. Une fois élus, ils nomment eux-mêmes les membres du Conseil, organe qui oriente et contrôle leur action et dont les domaines de compétence sont très vastes.

6Dans le chapitre iv sont examinés les rituels et cérémonies d’intronisation à la seigneurie, à l’occasion des entrées de rois, reines et archevêques dans la ville, qui soulignent pour les coseigneurs les prérogatives qu’ils exercent sur place, mais sont aussi l’occasion pour la communauté d’obtenir le renouvellement de ses privilèges.

7Le chapitre v s’intéresse à l’accès à la communauté à travers les critères qui définissent le bourgeois. Les obligations de ce dernier sont de résider sur place, de payer impôts et taxes et de respecter les règlements municipaux. Certaines catégories de personnes en sont exclues : esclaves et serviteurs, femmes et enfants, juifs et musulmans, pauvres mais aussi nobles et clercs. Le déclin démographique et économique de la ville engendre une politique d’attraction de nouveaux bourgeois, du moment que leur profil est jugé avantageux pour la communauté. La concession du statut de bourgeois se double de celle d’une charte de franchise détaillant les exemptions fiscales et les aides financières accordées à l’impétrant pour une durée limitée.

8Le dernier chapitre est consacré aux élections, ligues et partis municipaux. Ces derniers naissent de l’affrontement entre les coseigneurs qui tentent chacun à des périodes différentes d’évincer leur partenaire et rival de la seigneurie. La tentative de Pere IV d’Aragon d’inclure la cité dans le domaine royal entre 1373 et 1377 avec l’assentiment des consuls et conseillers est à cet égard révélatrice car elle déchaîne une série de ripostes légales, d’usurpations et de violences. Ces affrontements répétés au long des décennies conduisent dans les années 1430 à la constitution de deux partis antagonistes, les « bourgeois » partisans du roi et les « plaignants » partisans de l’archevêque.

9Même s’il s’agit d’une monographie consacrée à l’exercice du pouvoir politique, l’auteur n’adopte pas une vision étriquée de son sujet : d’une part, il sait étudier les aspects démographiques, économiques, sociaux et culturels qui peuvent influer sur les décisions prises par les coseigneurs ou la communauté urbaine ; d’autre part, il rapproche souvent la situation tarragonaise de situations de villes contemporaines pour en faire ressortir, selon le cas, l’originalité ou la banalité. On peut juste regretter l’absence de comparaison avec d’autres exemples de coseigneuries, urbaines ou même rurales, qui auraient pu permettre de mettre davantage en évidence la spécificité de la tarragonaise. Le livre d’Hélène Débax sur La seigneurie collective. Pairs, pariers, paratge. Les coseigneurs du xie au xiiie siècle aurait pu être à cet égard utile, même s’il ne se rapporte pas au Bas Moyen Âge, période sur laquelle se concentre le cœur de cette étude.

10Au total, Eduard Juncosa Bonet livre une étude solide et rigoureuse, qui renouvelle la connaissance de l’histoire tarragonaise, mais aussi la facilite grâce à la publication de 18 textes d’archives et de tableaux exhaustifs recensant les bénéficiaires du droit de bourgeoisie avec les avantages qui leur sont offerts et les trois consuls désignés année après année avec leur mode d’élection. Néanmoins, l’intérêt principal de cette étude n’est pas d’ordre local. L’auteur met à nu la nature d’un pouvoir seigneurial qui ne s’accommode pas d’une situation de partage et recherche constamment l’acquisition d’un monopole ; il éclaire aussi la genèse d’un pouvoir municipal qui s’affirme en jouant des dissensions entre les coseigneurs et grâce aux privilèges obtenus de chacun d’entre eux, tout en étant lui-même secoué par les contrecoups de cette lutte au sommet ; il met enfin en lumière les facteurs d’une relative démocratisation de la vie politique municipale et ceux, plus pesants, qui donnent à l’oligarchie urbaine une influence décisive. Il s’agit donc bel et bien d’un apport original et majeur à la connaissance du pouvoir seigneurial et du gouvernement urbain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Dolset, « Eduard Juncosa Bonet, Estructura y dinámicas de poder en el señorío de Tarragona. Creación y evolución de un dominio compartido (ca. 1118-1462) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/7270

Haut de page

Auteur

Henri Dolset

Professeur d’histoire-géographie dans le Secondaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org