Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Faouzi Mahfoudh, Lumières des sources. Regards des auteurs arabes sur le passé antique de l’Ifriqiya

Ridha Ghaddhab
Référence(s) :

Faouzi Mahfoudh, Lumières des sources. Regards des auteurs arabes sur le passé antique de l’Ifriqiya, Tunis, Presses Universitaires de La Manouba, 2014, 260 p.

Texte intégral

1Voilà enfin un livre fondamental pour tout chercheur qui veut appréhender dans sa globalité le passé antique de l’Ifriqiya à travers les auteurs arabes. Il vient s’ajouter aux études antérieures, parfois ponctuelles mais toujours utiles, d’Houcine Jaïdi (Les sites antiques de l’Ifriqiya et les géographes arabes, Tunis, 1977), d’Ahmed Siraj (L’image de la Tingitane. L’historiographie arabe médiévale et l’antiquité nord-africaine, Rome, Collection de l’École française de Rome, 209, 1995) et de l’auteur lui-même (Faouzi Mahfoudh, « Le Nord de la Petite Syrte au Moyen Âge : questions de toponymie », Revue de l’Institut des belles-lettres arabes [IBLA], 61, n° 182, 1998, pp. 193-222).

2L’ouvrage se compose de deux parties structurées autour de deux grands axes de recherche. La première, intitulée Perception de l’Africa antique à travers les sources arabes, comprend, après une introduction épistémologique (pp. 13-22), une analyse consacrée à Carthage (pp. 23-65) et une étude traitant du commerce du marbre et du remploi dans les monuments de l’Ifriqiya médiévale (pp. 66-87). La deuxième partie, intitulée Toponymie et organisation du territoire : l’apport des sources arabes à la connaissance des agglomérations antiques, rassemble, après un cadrage de la question (pp. 89-94), plusieurs exposés qui concernent divers territoires, routes, relais et villes ifriquiens, dont Sousse (pp. 95-98), le Cap Bon (pp. 99-113), Aïn Tébournouk (pp. 114-125), Palerme (pp. 126-139), la route Tunis-Kairouan (pp. 140-160), le nord de la petite Syrte (pp. 160-202) et l’archipel des Kerkennah (pp. 203-242). Une bibliographie, où sont utilement inventoriées toutes les sources arabes utilisées, clôt l’ouvrage (pp. 243-253).

3Même s’il s’agit formellement d’une compilation d’articles, publiés ou inédits, et que de ce fait l’ouvrage n’échappe pas aux travers structurels de l’exercice, il est captivant de bout en bout. On ne peut s’empêcher de le rapprocher d’un livre à tiroirs avec pour trame de fond une seule et même interrogation : l’apport et les limites des sources arabes à la connaissance des passés de l’Ifriqiya.

4Soulignons d’emblée la grande rigueur de l’auteur dans l’établissement des témoignages des auteurs arabes. Il n’a de cesse d’attirer notre attention sur la prudence qui s’impose aux chercheurs à l’heure d’aborder ce type de sources, écrites par des auteurs qui ne connaissaient ni le grec, ni le latin, à l’exception des écrivains andalous qui avaient certaines connaissances des ouvrages de l’époque classique. La majorité de ces auteurs sont des compilateurs. La littérature de voyage (Rihla), notamment celle de Tijani, qui a amassé des informations concernant des sites qu’il n’a jamais visités, en puisant dans des sources antérieures qu’il ne cite pas, en est la meilleure illustration.

5L’ouvrage est également stimulant. Chaque étude pose les bases solides de futurs projets de recherche. Au fil des articles, l’auteur, en repartant des sources arabes et en faisant fi des interprétations contemporaines, réunit tous les éléments permettant de poser les bonnes questions, sans prétendre résoudre toutes les difficultés, ni parvenir à des conclusions fermes et définitives. Cette addition de mémoires scientifiques parvient néanmoins à faire la lumière sur quelques cas précis que nous exposons ci-dessous.

6À travers une enquête exhaustive des sources arabes, le chapitre concernant Carthage pose la question de son état dans la période post-antique et celle de l’apport de cette catégorie de sources à la connaissance de la topographie de la ville antique. L’auteur parvient non seulement à démontrer l’occupation du site après l’Antiquité, et jusqu’à une date avancée dans le Moyen Âge, mais également à cerner les moments forts de cette histoire post-antique. Il établit notamment les péripéties de la conquête de la métropole africaine par les musulmans et donne une réponse convaincante à la question du changement du nom de la ville durant cette période, passant de Carthagenna, qui était le quartier des ports et par extension la partie basse de la cité durant l’Antiquité et le haut Moyen Âge, à La Maalga, c’est-à-dire « sur les hauteurs », soit la colline de Byrsa, à partir du xie siècle ; on suit alors en filigrane le déplacement et la nature de l’occupation des lieux.

7La notice sur Qasr al-Ukhtayn de Carthage est également édifiante. Elle vient clarifier une incompréhension séculaire des commentateurs des sources arabes qui ont abordé la question de la topographie de la ville antique. Pour ce qasr, l’auteur a démontré qu’il s’agit d’une structure architecturale imposante, construite sur les rivages de la mer et alimentée par une conduite d’eau. Ce monument possédait une très vaste pièce (« énorme » selon el-Bekri), de très grandes colonnes dont une de 40 coudées, une gigantesque coupole, remarquable par sa hauteur, ainsi que de vastes salles pavées de mosaïques. La confrontation de ces indications avec les témoignages archéologiques antiques mis au jour dans la ville et surtout l’identification de la coupole qui couvrait le caldarium avec celle décrite par el-Bekri ont permis à l’auteur d’établir définitivement que Qasr al-Ukhtayn n’est rien d’autre que les thermes d’Antonin.

8S’agissant du commerce du marbre, l’auteur a démontré la continuité des relations commerciales entre les Ommeyades d’Andalousie et les Fatimides d’Ifriqiya, bien qu’un conflit oppose ces deux États. C’est une piste prometteuse qui va dans le sens des travaux de Noureddine Harrazi qui, le premier, a démontré à travers l’étude de chapiteaux d’importation l’existence d’un trafic commercial entre l’État vandale et Constantinople malgré la rupture de leurs relations diplomatiques.

9L’article concernant Palerme est aussi exemplaire. Il permet de préciser le processus aboutissant au paysage de la ville médiévale qui « avait fini, elle aussi, par s’octroyer le titre de Médine, marquant du coup sa prédominance sur les autres agglomérations ». Nous avons désormais un repère solide pour comprendre la topographie d’une ville de l’époque médiévale arabe : « au centre il y a toujours le noyau primitif et le qasr ; à l’intérieur, le decumanus et le cardo maximus qui desservaient la mosquée, le diwan et le palais du gouverneur pour les grandes villes : le complexe religieux et civil ». Cependant l’idée maîtresse développée par l’auteur est la séparation entre le public et le privé dans la ville médiévale, une conception radicalement différente de la ville impériale romaine. Il aurait été, nous semble-t-il, plus judicieux de mettre en parallèle la ville de l’époque byzantine car, en Afrique du Nord, à l’exception de Kairouan et plus tard de Mahdia, c’est sur les structures de la ville byzantine que reposent celles de l’époque médiévale.

10Enfin, l’article traitant du nord de la Petite Syrte au Moyen Âge révèle tout l’apport des sources arabes à la connaissance de l’héritage antique. En plus de l’identification et de l’établissement de plusieurs toponymes antiques, l’auteur fait la lumière sur la question méconnue de la permanence de l’armature foncière antique, ce qui l’amène à proposer en conclusion une transition « douce » entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

11D’un bout à l’autre de ce livre, on ne peut que louer l’honnêteté et la grande prudence intellectuelle de l’historien. Néanmoins, on s’étonne parfois de ses excessives retenues devant la clarté de certains faits, ou au contraire de quelques rares prises de position qui reposent sur de fragiles indices. Prenons quelques exemples :

  • Monastir Uthmân (ou Henchir el-Mestir de la Carte archéologique de la Tunisie et de la Carte topographique de la Tunisie, Houch en Mestir de l’époque coloniale, soit Bir Chaouch Ali Ben Khlifa, ou Bir Chaouch actuellement) : le nom antique du site n’est pas connu. L’auteur s’interroge pour savoir si le toponyme Monastir n’évoque pas le souvenir d’un vieux monastère. À notre avis, la réponse ne peut qu’être affirmative. Mais à qui le rattacher ? Deux possibilités s’offrent alors : soit à un personnage illustre (un saint ou un homme d’État), soit à une localité. La première possibilité est à exclure car : d’un côté, on ne peut pas rapprocher le monastère à un nom illustre arabe qui ne pourrait pas être un musulman, et de l’autre côté, nos recherches sur les saints chrétiens n’ont pas permis de rencontrer un nom qui rappelle ou évoque celui de Uthman. Il reste la seconde possibilité : relier ce monastère à un toponyme, à une localité. Dans cette perspective, Vthmensis plebs serait un bon candidat. Cet évêché, connu par un seul témoignage, celui des Actes de la conférence de Carthage (Gesta I, 126, l. 42), est représenté à cette dernière par l’évêque catholique Petilianus ; son rival l’évêque donatiste Felix est absent. S. Lancel, se fondant sur une note de A. Beschaouch qui a reconnu dans un recueil de biographes du début du xe siècle la forme Vthmas (Beschaouch, Azedinne, « De l’Africa latino-chrétienne à l’Ifriqiya arabo-musulmane : questions de toponymie », CRAI, 1986, p. 545), a restitué la forme Vthmes (Lancel, Serge, Actes de la Conférence de Carthage en 411. IV, Paris, 1991, p. 1528). Mais aucune identification et aucune localisation n’ont été proposées à cet évêché depuis Joseph Mesnage (L’Afrique chrétienne, Paris, 1912, p. 236). Or, une solution est possible. Partant du fait que Monastir Uthmân est dans la province de la Byzacène, si on enlève la désinence –sis, qui disparaît souvent avec la transcription arable (l’exemple le plus connu est celui de la métropole de Syrie Damascus devenus Damasc), on retrouve Uthmen, ou Uthman. Reste encore à saisir comment, du point de vue linguistique, on est passé de Vthmen à ʿUthmen. Si cette déduction est bonne, voilà une nouvelle identification d’une localité antique que F. Mahfoudh a contribué à résoudre, à l’exemple de l’évêché de Tharsa (Tars et/ou Tars-Asbate, actuelle Henchir Tribi, ou Henchir Dhahb), situé à 2 km à l’ouest de Djebeniana (pp. 179-180). Pour Monastir Uthman, l’auteur a en effet examiné tous les éléments topographiques permettant d’identifier à la fois la ville impériale romaine et surtout un deuxième secteur, situé à 1 000 m du cœur de l’agglomération antique et occupé intensément à partir de l’Antiquité tardive, qui porte précisément le nom de Henchir el-Mestir, où « la céramique islamique est en grande quantité, [elle est] souvent associée à la sigillée et la céramique byzantine », là où il y a les traces d’un « grand fort antique » (p. 149). C’est ce dernier site qui était vraisemblablement le relais dont parlent les auteurs de l’époque médiévale, l’examen des vestiges permet en outre d’identifier le monastère initial qui a évolué vers un relais routier. Mais, au lieu de soutenir cette conclusion très plausible, F. Mahfoudh a préféré ne pas se prononcer.

  • La localisation de Fondok Chekel (pp. 152-159), qui apparaît dans les sources arabes comme un grand village situé à une étape aussi bien de Tunis que de Monastir Uthman, pose également problème. Son identification avec Thuburbo Maius paraît, selon l’auteur, « assez fondée ». Toutefois, un problème sérieux demeure pour accepter cette identification : l’absence de tout indice d’une occupation médiévale dense dans cette cité antique. Il n’y a pas même un tesson de la céramique datable de l’époque du haut Moyen Âge à l’intérieur de l’agglomération…

  • Avec l’identification du toponyme antique Bararus (actuelle Rougga) et sa permanence au moins jusqu’au xe siècle s’ouvre un pan de l’histoire urbaine (pp. 167-174). Cette identification pose une question fondamentale relative au réseau urbain de l’époque médiévale et à sa relation avec celui de l’époque antique : celle de la permanence du toponyme antique (comme dans la majorité des agglomérations de second rang) et, à l’inverse, de l’effacement de ceux des « métropoles régionales » de l’Empire romain tel Thysdrus, devenue El-Jem, et Acholla, ignorée à l’époque médiévale. En corollaire à cette question, on peut s’interroger sur un possible changement sociologique majeur au moment de l’abandon du toponyme ancien et de sa substitution par celui de Rougga à partir du xie siècle. Il est fort possible que le site soit alors occupé par des gens externes à la région, voire à la province. L’historien a ouvert une perspective qui reste à approfondir par des études globales.

12Ce recueil remplit parfaitement son objectif, celui de mettre en valeur la contribution des sources arabes à la connaissance des legs antiques. Toutefois, bien que scrupuleuses et laborieuses, dans le sens noble du terme, les études ainsi rassemblées laissent parfois une impression de discontinuité et d’inachevé. La structure compilatoire de l’ouvrage certes, mais également la faible qualité de certains documents figurés — le plan de Sousse, basé sur les témoignages de Daux, p. 98, ou encore la Carte Pisane signalant le Bayt en face des Kerkennah, p. 213 —, le manque de réactualisation et d’exhaustivité des références bibliographiques concernant les monuments antiques, ainsi que des résultats par trop circonspects réduisent quelque peu l’impact de l’ouvrage, pourtant fondamental. Ce que l’on retiendra surtout, c’est la grande générosité scientifique de F. Mahfoudh qui a ouvert de multiples et stimulantes perspectives de recherche pour les générations futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ridha Ghaddhab, « Faouzi Mahfoudh, Lumières des sources. Regards des auteurs arabes sur le passé antique de l’Ifriqiya », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/7277

Haut de page

Auteur

Ridha Ghaddhab

Université de Sousse (Tunisie), Faculté de Lettres et de sciences humaines

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org