Navegación – Mapa del sitio
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

José Manuel Nieto Soria, De Enrique IV al emperador Carlos. Crónica anónima castellana de 1454 a 1536

Sophie Hirel
Referencia(s):

José Manuel Nieto Soria, De Enrique IV al emperador Carlos. Crónica anónima castellana de 1454 a 1536, Madrid, Sílex, 2015, 343 p.

Texto completo

1Le nouveau volume que nous livre l’historien José Manuel Nieto Soria est l’histoire d’une chronique que l’on tenait pour perdue ou inexistante. L’auteur n’en est pas à sa première trouvaille, comme l’atteste son édition (en 2000) de l’Ordenamiento Real de Álcala del Campo de 1433. C’est, cette fois-ci, dans la British Library de Londres (Additional Collection, Ms. 15.568) [dorénavant BL-Ms] qu’il a trouvé une chronique castillane anonyme qui, en bien des points, se distingue du modèle historiographique habituel : plus brève que ce que son genre impose (136 folios dont 17 de documents annexes), elle sélectionne rigoureusement les éléments exposés et établit par sa chronologie (1454-1536) un lien pour le moins inattendu entre le règne d’Henri IV de Castille et celui de l’empereur Charles Quint. La continuité dans la mémoire dynastique de l’empereur induite par ce découpage est perçue comme une « anomalie » (p. 12) par José Manuel Nieto Soria et est, à ce titre, analysée comme le moteur du projet historiographique de l’œuvre. Ce dernier consisterait en effet à créer et à légitimer la dignité de la mémoire trastamare, antécédent illustre du nouveau modèle héroïque qu’est Charles Quint pour l’Espagne de la Renaissance.

2Reprenant certains travaux qu’il avait présentés sur ce manuscrit londonien ces dernières années (cf. « ¿La segunda parte del Catálogo Real de Castilla de Gonzalo Fernández de Oviedo en un manuscrito de la British Library? », En la España medieval, 37, 2014, pp. 403-434), José Manuel Nieto Soria nous livre en deux temps le fruit de ses recherches : dans une première partie, il offre aux lecteurs une étude de l’œuvre en 6 points (pp. 17-102). Dans une deuxième partie, il propose une édition de cette chronique jusqu’alors totalement inédite (pp. 103-312). L’ensemble, pièces annexes incluses, comporte 343 pages.

3Lors d’une présentation générale — bienvenue pour ce manuscrit jusqu’alors méconnu — le volume est dûment décrit, tant dans son contenu que d’un point de vue codicologique, et l’auteur pointe le déséquilibre d’une narration qui fait la part belle aux années 1516-1536 (qui occupent à elles seules 80 folios, soit plus de la moitié de la chronique). Il souligne par ailleurs qu’il s’agit probablement d’un brouillon d’une chronique sans doute inachevée, à en croire la série de documents annexes (fos 119-136) qui aurait pu servir de support pour de plus amples développements narratifs.

4Les liens qu’entretient l’auteur anonyme avec chacun des règnes relatés sont méthodiquement mis en évidence (pp. 25-37) : sa défense, brève mais efficace, d’un Henri IV victime de son époque ; sa vision particulièrement claire et ordonnée du règne des Rois Catholiques ; son malaise face au règne de Jeanne et de Philippe Ier, considéré comme une période sombre de l’histoire de l’Espagne ; son admiration sans bornes pour la régence exemplaire de Ferdinand le Catholique ; et enfin, sa véhémence quand il s’agit de défendre les intérêts de l’empereur Charles Quint.

5Toutefois, au-delà de ces différences de traitement d’un règne à l’autre, José Manuel Nieto Soria souligne, dans un troisième chapitre de son étude, la récurrence de « thèmes » (pp. 39-49) et de « perceptions » (pp. 49-51) dans l’œuvre, formulant de très prudentes (mais convaincantes) hypothèses sur les sources utilisées par l’auteur anonyme et sur l’identité possible de ce dernier. L’ensemble de ces éléments sert essentiellement à étayer l’hypothèse selon laquelle Gonzalo Fernández de Oviedo (généralement connu pour être l’historiographe des Indes [cf. Gonzalo Fernández de Oviedo, Sumario de la historia natural de las Indias, 1526, Barcelone, Red-ediciones, 2011]) est l’auteur de cette chronique, idée que l’historien développe avec encore plus de conviction dans la dernière partie de sa présentation.

6Une quatrième et courte partie souligne de nombreuses coïncidences textuelles entre le manuscrit londonien et deux autres textes : l’anonyme Continuación de la crónica de los Reyes Católicos de Pulgar (notamment pour le récit concernant la période comprise entre 1474 et 1516) et la Crónica del emperador Carlos V de Alonso de Santa Cruz (pour les événements postérieurs à 1529).

7À la lumière de tous ces éléments, José Manuel Nieto Soria fait alors l’hypothèse (p. 59) — déjà très présente dans sa troisième partie — selon laquelle le BL-Ms est la continuation du projet historiographique de Gonzalo Fernández de Oviedo tel qu’il l’avait annoncé dans son Catálogo Real de Castilla y de todos los reyes de las Españas. Il entame alors une des parties les plus fournies de sa présentation pour étayer son hypothèse sur l’autorité du texte, recourant massivement à des arguments d’ordre biographique. Sont invoqués, par exemple, l’activité guerrière de Gonzalo Fernández de Oviedo, son passage à Naples, son titre de rois d’armes honoraire, son admiration pour les Rois Catholiques — déjà sensible dans d’autres textes de sa plume —, les descriptions précises qu’il fait de Madrid (sa ville natale) et des Amériques (où il a séjourné) comme autant de points de raccordement de l’auteur à cette œuvre. La correspondance entre les éléments narrés et la trajectoire vitale de l’auteur supposé est renforcée par les prises de position idéologiques bien trempées qui témoigne — selon José Manuel Nieto Soria — de l’implication personnelle de Gonzalo Fernández de Oviedo dans son œuvre (ses leçons de morale au roi de France François Ier sont particulièrement savoureuses).

8D’autres arguments, d’ordre idéologique, quantitatif, stylistique ou historiographique sont également versés au dossier. José Manuel Nieto Soria compare en effet le manuscrit en question à cinq autres œuvres de Gonzalo Fernández de Oviedo et, si les hypothèses s’enchaînent parfois (« si aceptamos la contextualización del manuscrito de la British Library en la obra de Fernández de Oviedo, cabríá plantear la hipotesis de un proceso de redacción… », p. 83), le scénario proposé des processus de rédaction de la chronique est on ne peut plus cohérent (pp. 85 à 91).

9La deuxième partie du volume est consacrée à la chronique elle-même, transcrite et accompagnée de profuses notes de bas de page. On peut seulement regretter que cette édition ne soit assortie d’aucune reproduction photographique qui aurait pu donner au lecteur une idée — sur quelques folios — de l’aspect du manuscrit. Une bibliographie (courte mais actualisée) de sept pages et un index des personnes et lieux, fort utile pour se repérer dans la chronique, complètent cette transcription.

10Il s’agit donc là d’un travail extrêmement convaincant qui nous offre un nouveau témoignage de cette époque de transition, dans un découpage chronologique peu habituel et à ce titre fort intéressant.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sophie Hirel, « José Manuel Nieto Soria, De Enrique IV al emperador Carlos. Crónica anónima castellana de 1454 a 1536 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En línea], 46-2 | 2016, Publicado el 15 noviembre 2016, consultado el 25 marzo 2017. URL : http://mcv.revues.org/7280

Inicio de página

Autor

Sophie Hirel

université Paris-Sorbonne

Inicio de página

Derechos de autor

© Casa de Velázquez

Inicio de página
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org