Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Philippe SÉNAC (éd.), Villa 4. Histoire et archéologie de l’occident musulman (viie-xve siècle) : Al-Andalus, Maghreb, Sicile

Abdallah Fili
Référence(s) :

Philippe Sénac (éd.), Villa 4. Histoire et archéologie de l’occident musulman (viie-xve siècle) : Al-Andalus, Maghreb, Sicile, Toulouse, Méridiennes, coll. « Études Médiévales Ibériques », 2012, 285 p.

Texte intégral

1Sous ce titre général et ambitieux, cet ouvrage rassemble une bonne partie des communications du quatrième colloque de la collection Villa qui a eu lieu du 20 au 25 septembre 2010 à la Fondation des Treilles en Provence. Il s’inscrit dans une collection, bien connue aujourd’hui, qui vient d’atteindre sa cinquième publication. L’organisation et l’édition de ces actes sont portées par Ph. Sénac, à l’époque professeur à l’université de Toulouse, bénéficiant du soutien du Framespa de Toulouse et de l’Islam Médiéval de Paris.

2Le thème de ces journées a été choisi sur proposition de Pierre Toubert (Collège de France), et y ont pris part seize des plus actifs historiens et archéologues en France, en Espagne et au Portugal. Même si J.-P. Van Staëvel a intégré deux chercheurs marocains dans sa contribution, aucun Maghrébin n’a été invité à cette rencontre ; se pose ainsi le problème de limiter la recherche sur le Maghreb aux travaux des Européens, et plus précisément des Français. D’ailleurs, il est dommage de constater qu’à chaque fois qu’il est question de projets binationaux, Ph. Sénac ne mentionne que le codirecteur français. La publication ne renferme pas toutes les communications présentées à cette rencontre : elle rassemble douze contributions, une introduction et une conclusion en trois langues (français, espagnol et italien). La moitié des articles concerne al-Andalus, occupant plus d’un tiers du volume (100 pages). Sans que cela soit justifié, ils sont placés au début du livre et seul celui d’A. Malpica a été décalé vers la fin des études sur le Maghreb. La « centralité » d’al-Andalus pour l’organisateur est certainement justifiée par les débats théoriques et archéologiques que cette région a suscités depuis plus de trente ans maintenant. Le reste est partagé, d’une façon paritaire, entre le Maghreb (trois interventions en 64 pages) et la Sicile (trois interventions en 64 pages).

3On ressent que les communications sont animées par un même souffle, peut-être voulu et concerté préalablement, insistant sur le bilan historiographique des recherches, sur les institutions porteuses des projets et sur les résultats des recherches en cours. Il aurait été appréciable que ces choix méthodologiques soient explicités dans un avant-propos introductif à cette publication ; à la place, Ph. Sénac a axé son introduction sur le bilan historiographique de la recherche française sur l’époque médiévale en Occident méditerranéen depuis l’époque coloniale jusqu’aux derniers investissements sur le terrain ou sur les dernières soutenances de thèses dans les universités françaises.

4Les contributions sur al-Andalus concernent deux volets : trois communications (E. Manzano, S. Gutiérrez et A. Canto) abordent des thématiques historiographiques transversales qui ont donné lieu, depuis plus de trente ans, à des batailles houleuses sur la période islamique dans la péninsule Ibérique, tandis que les trois autres portent sur des expériences régionales qui concernent respectivement l’Estrémadure (S. Gilotte), le Portugal (S. Macías) et Ilbîra (A. Malpica). Pour le premier groupe, la position hypercritique d’E. Manzano porte notamment sur la formation d’al-Andalus et la continuité entre la période antique et la période islamique. Il vise à réévaluer notamment les thèses de P. Guichard et de M. Barceló sur l’organisation de la société andalouse, de manière à ouvrir de nouvelles perspectives à la recherche sur al-Andalus. L’une des thématiques où l’auteur marque une rupture avec les travaux de P. Guichard est l’inexistence, selon lui, des tribus dans la péninsule Ibérique et, par conséquent, du concept de segmentarité, sauf à considérer peut-être les tribus berbères. Cette approche a eu, en partie, une réponse concrète dans l’étude de S. Gutiérrez qui, partant de ses travaux sur des sites de transition au Sud-Est de l’Espagne, a considéré que l’archéologie du terrain est l’outil le plus adapté pour saisir la question de la transition. Elle constate que les séquences archéologiques urbaines marquent une continuité entre le viie et le ixe siècle pour connaître de nouveaux changements touchant essentiellement l’organisation territoriale. La question monétaire a fait l’objet d’une étude par A. Canto, qui relève les réalisations en matière d’études numismatiques sur l’Espagne musulmane. Il remarque que les émissions en argent sont largement majoritaires jusqu’au ixe siècle. La monnaie en or est restée très peu diffusée et détient plutôt un rôle symbolique. D’ailleurs les deux monnaies ne se côtoient que très rarement, ce qui prouve l’existence de différentes sphères de circulation monétaire. La monnaie en cuivre (fulûs) joue, pour sa part, une fonction fiduciaire et est réservée au paiement des soldes des contingents militaires. L’auteur s’arrête enfin sur un curieux phénomène encore très peu étudié et complètement ignoré des sources littéraires, à savoir la fragmentation des monnaies.

5Le deuxième groupe de communications en relation avec al-Andalus porte sur le bilan des recherches régionales voire locales. L’étude de S. Gilotte sur l’Estrémadure met en évidence les acquis et les limites de la recherche archéologique dans cette région, au même titre que ses moteurs. L’auteure présente également les acquis de la recherche archéologique dans les milieux urbains (Badajoz, Caceres et surtout Mérida) et sur les sites ruraux (Pozo de la Cañada, Valdelobos…). Pour sa part, S. Macías présente l’état des recherches archéologiques sur la période islamique au Portugal en se référant à quatre thématiques : les territoires et les espaces agraires, les villes, l’étude de la céramique et les espaces funéraires et religieux. Il note les spectaculaires évolutions depuis la fin des années quatre-vingt, mais relativise les réalisations sur le dernier thème à l’exception de la fouille du ribât d’Arrifana, lié au mouvement mystique d’Ibn Qâsî. De son côté, A. Malpica fait état de ses recherches en cours dans la ville d’Ilbîra. Il affirme la création andalouse de la ville au ixe siècle et en présente les composantes spatiales, ses limites et les caractéristiques de l’occupation.

6Les trois études consacrées au Maghreb touchent des thématiques différentes mais complémentaires. P. Cressier présente une étude transversale sur la ville médiévale au Maghreb d’après les recherches archéologiques. Elle y présente la synthèse de ses recherches personnelles au Maroc, en Tunisie et plus récemment en Algérie. Un état de la question a été dressé d’Est en Ouest du Maghreb. Il constate, en Tunisie par exemple, la domination des recherches sur les villes créées et les villes de pouvoir par rapport aux centres urbains occupés sur le long terme. Il en résulte que l’attention a été portée plus particulièrement sur les palais aux dépens des autres composantes fonctionnelles de la ville, mais aussi que le phénomène de la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge n’a pas eu l’occasion d’être approché comme c’est le cas en al-Andalus. La seconde étude est celle de P. Guichard qui présente son projet sur le Haut Tell algéro-tunisien, entamé avec peu de moyen depuis sa retraite et reflétant d’anciens engagements, plus affectifs que scientifiques, en Algérie. Il retrouve ici une thématique sur laquelle il a largement travaillé en al-Andalus et dont il a, avec A. Bazzana et P. Cressier, contribué à renouveler l’approche. L’auteur décrit la région comme une zone tribale, nomade où les relations sont égalitaires et segmentaires. De ce fait, il y souligne la limite du fait urbain, Tébessa, Tabarka et Haidra mis à part. Les raisons de cette transformation du peuplement entre l’époque antique et médiévale restent obscures. La dernière étude sur le Maghreb concerne l’actualité de la recherche archéologique au Maroc avec la présentation des résultats de trois projets, dont un sur la fouille de sauvetage de la mosquée al-Qarawiyyîn à Fès effectuée par A. Ettahiri dans le cadre du projet de la restauration de l’édifice. Les deux autres concernent deux programmes archéologiques en cours. L’un sur la ville d’Aghmat (A. Fili, R. Messier) dont les fouilles se sont concentrées sur le centre monumental de la ville autour du Hammam (xe-xive siècle), du palais et de la grande mosquée. L’autre porte sur le site d’Igîlîz des Hargha (J.-P. Van Staëvel, A. Ettahiri, A. Fili), le lieu de naissance d’Ibn Tûmart et l’épicentre de la révolution almohade. La valeur historique mise à part, l’étude a présenté les premiers résultats de la fouille de la zone de commandement ainsi que les caractéristiques du système défensif remontant au début du xiie siècle, et notamment les portes monumentales présentant des plans très complexes pour l’époque. Préalablement à la présentation de ces trois sites et leurs montages institutionnel et financier très différents (allant d’une fouille de sauvetage à un programme de coopération internationale en passant par un projet financé par les fonds privés), les auteurs ont dressé un bilan sur les activités archéologiques sur la période islamique au Maroc.

7La transition entre ce volet maghrébin et le volet réservé à la Sicile a été entamée logiquement par l’étude de H. Bresc sur « La Sicile et le Maghreb ». Elle atteste les liens étroits entre les deux contrées, mais en même temps met en relief l’apport local dans l’évolution politique de l’île. De son côté, A. Molinari soulève le problème des interprétations des questions épineuses comme l’émigration, l’acculturation en Sicile par les archéologues. Elle défend l’idée que la Sicile présente une société multiculturelle où le changement n’est pas dépendant des flux migratoires. Pour elle le changement en question ne commence à s’opérer qu’à partir du xe siècle, où le rôle des élites de Palerme serait déterminant. En revanche, dans le milieu rural, seule la fiscalité permet de faire le lien entre les populations rurales et le pouvoir étatique. L. Arcifa, A. Bagnera et A. Nef présentent de nouvelles réflexions sur la période islamique de la Sicile en reposant de nouvelles bases chronologiques grâce à la céramique polychrome qui représentent un fossile directeur important dont il faut renouveler l’interprétation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdallah Fili, « Philippe SÉNAC (éd.), Villa 4. Histoire et archéologie de l’occident musulman (viie-xve siècle) : Al-Andalus, Maghreb, Sicile », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/7289

Haut de page

Auteur

Abdallah Fili

Université d’El-Jadida, Maroc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org