Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Rafael Carrasco, La empresa imperial de Carlos V y la España de los albores de la modernidad

Alexandra Merle
Référence(s) :

Rafael Carrasco, La empresa imperial de Carlos V y la España de los albores de la modernidad, Madrid, Cátedra, « Historia. Serie mayor », 2015, 528 p.

Texte intégral

1D’emblée, dans l’introduction, le ton est donné : Raphaël Carrasco entend se dissocier de l’historiographie récente sur le règne de Charles Quint, y compris des nombreuses productions liées à la commémoration de la naissance de l’empereur, au début de ce siècle, et récuse notamment les débats engagés sur le caractère « européen » de sa politique, tout comme il rejette les images trop apologétiques et héroïques diffusées par un certain nombre d’historiens au cours du xxe siècle. En cela, il est fidèle aux positions qu’il défendait voici une dizaine d’années, dans l’introduction de l’ouvrage collectif qu’il avait dirigé sur L’empire espagnol de Charles Quint (Ellipses, 2004) et, surtout, dans son propre Charles Quint et la monarchie espagnole (Ellipses, « Les essentiels. Civilisation espagnole », 2005), où il mettait en garde contre la tentation d’ériger Charles Quint en « figure tutélaire » de l’Europe de notre temps et de faire du passé une lecture faussée par le présent.

2Dans ce nouvel ouvrage qui doit beaucoup au précédent mais qui est destiné à un public différent, il propose donc une révision de l’histoire du règne, détachée de problématiques qu’il considère comme « caduques » et dépourvues d’intérêt réel (telles que l’« idée impériale » de Charles Quint, sa progressive « hispanisation », la tension entre idéaux médiévaux et modernité) et privilégiant les faits. Le propos général étant de lier l’entreprise impériale aux royaumes espagnols, non pas pour démontrer la part que ces derniers ont prise au soutien et au financement de la politique conduite par l’empereur (ce qui a déjà été amplement exposé dans un grand nombre d’écrits, que ce soit de façon critique, depuis le temps des Ilustrados, ou au contraire pour glorifier l’Espagne), mais plutôt pour examiner les conséquences de cette politique et de façon plus ample les répercussions du règne de Charles Quint sur la société espagnole.

3Cet objectif justifie la structure du livre en deux parties, dont la première, consacrée à « l’Espagne dans l’entreprise impériale de Charles Quint », est assez classique dans sa conception — elle aborde tour à tour la situation des royaumes espagnols à la veille de l’arrivée de Charles de Habsbourg, les « convulsions » des premières années en Castille et en Aragon et leur répression, puis les grands chapitres de la politique impériale que sont les guerres d’Italie, la lutte contre les Turcs et les barbaresques, et les interventions en Allemagne pour tenter d’empêcher la propagation du luthéranisme, prélude aux abdications —, tandis que la seconde, portant le titre très évocateur de « Sombras en el cuadro », traite quelques questions de fond relatives à la politique religieuse et aux réalités sociales dans l’Espagne du temps.

4La volonté revendiquée de s’en tenir aux faits et de rejeter les étiquettes trop hâtives ou ingénues, en principe d’une belle rigueur, n’interdit pas toutefois de hasarder quelques interprétations, parfois plurielles : ainsi, si Raphaël Carrasco disqualifie l’image de « dernier chevalier » de l’empereur, souvent évoquée en particulier à propos de son attitude envers François Ier au lendemain de Pavie, attitude qu’il préfère d’abord expliquer par des considérations politiques, lui-même suggère par la suite d’autres possibilités en évoquant la « louable magnanimité » de l’empereur qui décida en cette occasion de « se préoccuper seulement du bien commun et de la paix de la chrétienté » (p. 190).

5De même, s’il souhaite éviter le débat trop usé sur les intentions de Charles Quint — la « domination du monde » ou l’unification de la chrétienté pour lutter contre l’infidèle —, au triple motif que seules les actions comptent, que la part de l’improvisation n’est sans doute pas négligeable, et qu’il est vain de prétendre reconstituer un programme par l’analyse de quelques discours de circonstance, ces questions ne se laissent pas aisément écarter et Raphaël Carrasco est conduit à émettre à son tour quelques jugements. S’il affirme, suivant les conclusions de Giuseppe Galasso, que « Charles Quint ne resta pas prisonnier d’on ne sait quelle idée mystique et sacrée de l’empire, et encore moins d’une stratégie dynastique, mais fut mû par un dessein de raison d’État moderne », privilégiant la recherche de l’efficacité politique (p. 51), s’il écrit sans ambages que l’empereur « s’est servi des érasmistes et a suivi son propre chemin qui n’a jamais croisé celui de ses défenseurs enthousiastes » (p. 153), il lui prête aussi la volonté acharnée de défendre la foi (plus précisément, le catholicisme romain) contre les infidèles et contre les hérétiques — programme qui fait toute la cohérence de la politique « extérieure » de l’empereur et de son œuvre dans ses royaumes espagnols, traitée dans la seconde partie de l’ouvrage.

6Cette seconde partie du livre, la plus importante, s’ouvre, elle aussi, sur l’affirmation d’une nécessaire révision des thèmes polémiques que sont l’Inquisition, le refus de la réforme, le traitement des minorités judéoconverse et morisque, et la pauvreté dans l’Espagne du temps de Charles Quint. En fin connaisseur de ces sujets sur lesquels il a abondamment publié depuis trente ans (de sa thèse, Inquisisión y represión sexual en Valencia, Barcelona, Laertes, 1986, jusqu’à un ouvrage consacré en 2009 à l’expulsion des morisques, Deportados en nombre de Dios. Los moriscos que tuvieron que coger el camino del exilio, Barcelona, Destino, 2009, sans oublier une anthologie consacrée au Débat sur les pauvres et la pauvreté dans l’Espagne du Siècle d’or préparée avec Michel Cavillac en 1991, pour ne citer que les livres), Raphaël Carrasco replace le fonctionnement de l’Inquisition et la répression des hérésies dans un cadre chronologique qui excède les strictes limites du règne de Charles Quint, afin de mettre en valeur une certaine continuité, des Rois Catholiques à Philippe II. À ses yeux l’empereur, loin d’être étranger ou indifférent à la consolidation du Saint-Office pendant son règne, aurait vu très tôt les avantages de l’institution et travaillé à accroître son autorité et à amplifier son champ d’action. Raphaël Carrasco minimise donc ici les réticences généralement prêtées à l’empereur au début de son règne à l’endroit de l’Inquisition — et rectifie au passage l’opinion communément répandue à propos de l’inquisiteur général Manrique, qu’il soupçonne de n’avoir pratiqué qu’un érasmisme et un esprit de tolérance « de façade » (p. 245) — tout comme il s’emploie à réfuter l’idée selon laquelle Charles Quint aurait été hostile à ce « préjugé espagnol » qu’était la pureté de sang.

7Même si, dans ses conclusions, Raphael Carrasco se défend d’avoir voulu donner une image trop sombre et négative de l’empereur et de son règne, et s’il concède que l’époque fut indéniablement brillante, marquée par l’expansion démographique et économique des royaumes péninsulaires, par un essor des arts, un embellissement des villes et un déploiement du mécénat sans précédent, ces derniers aspects ne sont pas traités dans ce livre qui a choisi de montrer dans cette période cruciale de l’histoire de l’Espagne la genèse de la fermeture idéologique dont est souvent taxé le règne de Philippe II. On appréciera donc dans cet ouvrage, rédigé d’une plume acérée et résolue, volontiers provocatrice même, une vision personnelle de Charles Quint et de son règne qui ne manque pas d’intérêt, et que le lecteur aura le loisir de contraster avec d’autres interprétations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Merle, « Rafael Carrasco, La empresa imperial de Carlos V y la España de los albores de la modernidad », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://mcv.revues.org/7292

Haut de page

Auteur

Alexandra Merle

université de Normandie, UNICAEN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org