Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Alejandro Nieto, La rebelión militar de la Generalidad de Cataluña contra la Repùblica. El 6 de octubre de 1934 en Barcelona

Nicolas Berjoan
Référence(s) :

Alejandro Nieto, La rebelión militar de la Generalidad de Cataluña contra la Repùblica. El 6 de octubre de 1934 en Barcelona, Madrid, Marcial Pons, 2014, 414 p.

Texte intégral

1Comme le confesse Alejandro Nieto dans son introduction, l’histoire de l’insurrection catalane du 6 octobre 1934 est maintenant bien connue. Les travaux les plus récents produits sur la question, telle que la thèse de Manuel López Esteve (M. López Esteve, Els fets del 6 octubre 1934, Barcelona, Base, 2013) ou le recueil d’articles publié par ce même auteur avec Arnau González Vilalta et Enric Ucelay da Cal (E. Ucelay da Cal, A. González Vilalta, M. López Esteve, 6 d’octubre. La desfeta de la revolució catalanista, Barcelona, Base, 2014) offrent une lecture complexe, nuancée et précise de l’événement. Mais l’actualité brûlante de la politique catalane à l’approche la consultation populaire sur l’indépendance organisée le 9 novembre 2014, 80 ans après l’insurrection de la Generalitat contre le gouvernement Lerroux, constituait une opportunité pour publier un livre en castillan sur ces événements. Opportunité dont a voulu profiter Alejandro Nieto, professeur émérite de droit administratif de l’université Complutense, qui, sans exploiter de sources nouvelles, prétend tout de même apporter un éclairage nouveau sur la question, que l’on pourrait résumer en trois points : un effort pour relier le soulèvement catalan à un contexte politique espagnol plus large et pour tisser des liens entre une historiographie catalane autarcique et une historiographie espagnole qui ne lit que le castillan, la lecture des faits comme une guerre civile catalane entre la droite et la gauche locale et, finalement, une leçon de morale historique sur ce qui advient quand les ponts se rompent entre des acteurs politiques qui devraient collaborer.

2Le meilleur de l’ouvrage tient à la reprise par l’auteur des travaux de López Esteve, lorsqu’il explique la complexité de la rébellion qui a embrasé la Catalogne en octobre 1934. Car il y a, au-delà d’une insurrection ouvrière et d’une insurrection paysanne, provoquées par la gravité des tensions sociales, et qui embrasent largement les comarques catalanes, une autre politique, barcelonaise, déclenchée par le président Lluís Companys. C’est sur cette dernière qu’Alejandro Nieto veut se concentrer. Mais cette rétraction en annonce une autre, plus problématique, car en revenant à une histoire très politique, qui observe les « grands acteurs », Alejandro Nieto se prive de discuter les causes structurelles de la révolte. Il s’efforce bien, dans une première partie dédiée aux antécédents du 6 octobre 1934, de contredire toutes les raisons invoquées pour la justifier, depuis la suspension de la loi agraire catalane par le Tribunal de garanties constitutionnelles jusqu’à l’entrée de la CEDA de Gil Robles dans le gouvernement Lerroux, en passant par l’animosité régnant entre l’administration de la justice et le gouvernement de la Generalitat. Selon lui, l’émotion suscitée par la première décision s’est évanouie à l’automne 1934, l’inquiétude concernant les penchants fascisants de la CEDA et l’hostilité du gouvernement vis-à-vis de l’autonomie catalane sont surtout le reflet du victimisme de la société locale, et les tensions entre la Generalitat et la justice tiennent à la volonté d’Esquerra Republicana de Catalunya de réprimer plus durement le mouvement anarchiste. Arrivé là, on s’est déjà éloigné de la fine compréhension des motifs de l’insurrection que propose López Esteve. On s’en éloigne encore plus quand on comprend que celle-ci est essentiellement le fruit d’un climat de haine entretenu conjointement par des forces politiques indépendantistes catalanes, comme Estat català, et de forces réactionnaires espagnoles, qu’il ne mentionne pas. Et plus encore que cela, du caractère dépressif du président de la Generalitat Lluís Companys qui, sans tenir compte de l’opinion publique ni de l’avis des forces politiques locales, décidera de se lancer dans une aventure insensée à la recherche du martyr catalaniste.

3Sur son chemin il trouvera heureusement la loyauté et la « fortuna » du général Batet et de ses soldats — auxquels le livre est dédié —, qui parviendra à écraser le soulèvement en quelques heures d’opérations relatées dans la seconde partie. Une partie s’achevant sur de nouvelles considérations concernant le geste de Companys, qui auraient mérité un meilleur sort. Car Alejandro Nieto commence, reprenant une fois de plus les explications de López Esteve, par mentionner le fait que Companys voulait remettre la République dans le sillon fédéral que lui avait tracé Francesc Macià en avril 1931. Puis réplique, sans étayer son propos, que les forces politiques espagnoles n’étaient pas opposées au fédéralisme. Et termine en dénonçant Companys qui, par son action inconsidérée, a lui-même empêché toute discussion en la matière. Dans un troisième et dernier temps, Alejandro Nieto décrit la répression comme mesurée mais politiquement ratée. Les insurgés du 6 octobre finiront par passer pour des héros de la cause catalane et républicaine. Et la revanche sociale qui frappera les catégories populaires après ces événements accusera encore un peu plus la haine politique qui débouchera sur la guerre civile de 1936.

4En refermant ce livre, le lecteur qui connaît l’historiographie catalane sur la question aura l’impression d’un pas en arrière épistémologique. Et qu’en tirera le lecteur espagnol qui ne la connaît pas ? Qu’un président de la Generalitat déséquilibré a pris une décision illégale, entraînant la rébellion d’une partie de l’État contre l’État. Que ce coup de force injustifiable, ouvrant la porte à toutes les aventures totalitaires possibles — les allusions au nazisme et au stalinisme ne manquent pas —, a été stoppé par l’impeccable réponse d’une armée fidèle aux institutions de la République. Qu’il a été improductif puisqu’il s’est soldé par la suspension de l’autonomie catalane, et qu’il a rendu impossible tout dialogue sur la réforme de l’État. L’argumentaire, dans ses affirmations comme dans ses omissions, est proche de celui visant à disqualifier le procés independantista catalan autour de la consultation du 9 novembre 2014. Et l’on peut se demander si ce contexte brûlant n’a pas pesé sur l’écriture d’Alejandro Nieto, dont l’ouvrage permettra au lectorat castillanophone de se faire une petite idée de l’historiographie catalane récente sur les faits d’octobre 1934, sans y apporter vraiment de nouvelles connaissances factuelles, et sans ouvrir de nouveaux espaces de débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Berjoan, « Alejandro Nieto, La rebelión militar de la Generalidad de Cataluña contra la Repùblica. El 6 de octubre de 1934 en Barcelona », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://mcv.revues.org/7304

Haut de page

Auteur

Nicolas Berjoan

université de Perpignan-Via Domitia

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org