Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Ignacio Sánchez-Cuenca, La desfachatez intelectual. Escritores e intelectuales ante la política

Isabelle Touton
Référence(s) :

Ignacio Sánchez-Cuenca, La desfachatez intelectual. Escritores e intelectuales ante la política, Madrid, Los Libros de la Catarata, 2016, 221 p.

Texte intégral

1L’essai La desfachatez intelectual. Escritores e intelectuales ante la política d’Ignacio Sánchez-Cuenca (professeur de Sciences Politiques à l’université Carlos III de Madrid) cherche à démontrer qu’une génération d’écrivains, (sous-)formée politiquement à l’Université franquiste (thèse qui ne prend pas en compte les autres canaux de formation) et consolidée pendant la Transition, occupe une place qu’il considère disproportionnée dans les médias les plus diffusés. À partir de nombreux exemples de déclarations dans la presse ou de textes d’opinion publiés par des écrivains comme Javier Cercas, Félix de Azúa, Fernando Savater, Jon Juaristi, Arturo Pérez-Reverte, Álvaro Pombo ou Mario Vargas Llosa, l’auteur montre comment « l’impudence intellectuelle » de ces plumes — dont il ne remet pas en question le talent littéraire — qui sacrifient rarement à un travail d’analyse scrupuleux, bénéficie d’une sorte d’impunité liée à leur statut.

2Le premier chapitre, « La maldición del escritor » (La malédiction de l’écrivain) explique comment, forts de leur aura, de leur autorité morale et d’un style brillant, ces écrivains qui ont évolué de l’anticapitalisme de leur jeunesse antifranquiste vers des positions sociales-démocrates pendant la Transition, jusqu’à revendiquer plus récemment un certain libéralisme économique et des valeurs plutôt conservatrices, livrent sur la place publique des analyses dont l’objet est assez réduit : le nationalisme catalan, le terrorisme basque, la décadence du système éducatif, l’identité espagnole. L’obsession, qui était déjà celle de la génération de 98, pour le « problème de l’Espagne », c’est-à-dire pour la recherche dans le caractère national ou la psychologie autochtone de l’origine de la décadence collective, et pour la question des « nationalismes » basques et catalans, les aurait rendus partiellement aveugles aux bouleversements qu’a connus l’Espagne depuis 2008. Sánchez-Cuenca précise bien qu’il ne souhaite pas que le débat public soit confisqué par les « experts » (politologues, économistes, sociologues) mais que la parole des écrivains ou historiens médiatiques soit soumise à la même exigence d’honnêteté intellectuelle. Pour y parvenir, il propose un changement de paradigme : il faudrait que la culture que Diego Gambetta appelle « holistique », dont la principale force repose sur l’argument d’autorité, l’érudition et la réticence à céder du terrain à l’adversaire intellectuel, laisse place à une culture analytique, produisant des discours fondés sur un travail de recherche et des arguments construits et articulés par inférence logique. Certains journalistes espagnols, accuse-t-il aussi, sont à leur tour victimes d’un tropisme littéraire et commettent des essais politiques ou historiques qui négligent leurs sources au profit d’une version romancée du passé.

3Bien que cela soit évident, aucun des commentateurs du livre ne semble l’avoir vu : les intellectuels et romanciers de la génération de la Transition mis en accusation sont exclusivement des hommes. Rosa Montero, Almudena Grandes et Elvira Lindo, par exemple, sont mentionnées au sein de deux ou trois listes d’auteurs fréquemment publiés dans la presse généraliste, mais leur discours n’est jamais analysé. Soit Sánchez-Cuenca considère qu’elles ne sont pas dignes d’intérêt, soit il pense que ces romancières n’ont pas connu la même évolution politique, ne se limitent pas aux mêmes sujets ou produisent un discours plus sérieux : dans ce cas-là, il aurait été intéressant de le préciser, quitte à les présenter comme des contre-exemples (comme il le fait pour Juan José Millás ou Rafael Reig, valorisés pour leurs lectures humoristiques ou satiriques de l’actualité). Il n’en va pas de même des déclarations des femmes politiques, rendues plus visibles grâce à la politique des quotas, qui sont plus volontiers critiquées. Par ailleurs, le concept de « machisme discursif » que l’auteur reprend de Diego Gambetta aurait pu être pensé en lien avec un machisme théorique, avec la domination masculine que l’on peut encore observer dans le champ littéraire espagnol, et avec ce que recouvre historiquement le terme « d’intellectuel » comme construction androcentrée et patriarcale d’une figure publique.

4Le deuxième chapitre, « La obsesión nacional » (L’obsession nationale) analyse de manière détaillée les positions prises par ces mêmes intellectuels contre les nationalismes basques et catalans : tout d’abord celle du lien établi entre violence armée et nationalisme politique par des intellectuels comme Jon Juaristi et ceux qui se sont unis autour de « ¡Basta Ya! », un collectif dont l’auteur souligne par ailleurs le courage exemplaire dans sa lutte contre l’ETA. Il analyse aussi en détail l’exemple de Fernando Savater qui publia des textes relativement compréhensifs envers l’ETA au moment où le nombre d’assassinats était à son comble mais, quelques années plus tard, condamna violemment le dialogue et le « processus de paix ». Dans une claire défense du bilan politique de Rodríguez Zapatero sur cette question, Sánchez-Cuenca reproche donc à ces intellectuels, non pas d’avoir dénoncé la violence de l’ETA, mais d’avoir assimilé terrorisme et nationalisme basque de toute obédience, accusant les partisans de la négociation de complicité avec les terroristes ou de traîtrise. Le reste du chapitre est consacré à la vindicte de ces écrivains contre le nationalisme « civique et pacifique » catalan. En tant que citoyen espagnol, l’auteur dit ne pas être nécessairement favorable à l’indépendance de la Catalogne, mais en tant que démocrate, il démonte les arguments qui sont opposés à la tenue d’un référendum. Il n’y a pas eu, nous dit-il, parmi les intellectuels, de réponse au livre du philosophe Joan Vergés, La nació necessària (La nation nécessaire) à la hauteur de celui-ci. Étonnamment, la question du nationalisme espagnol, pourtant présente en filigrane, n’est pas abordée de front.

5Le troisième et dernier chapitre intitulé « La crisis : merecíamos algo mejor » (La crise : nous méritions mieux) livre une analyse serrée de l’essai littéraire d’Antonio Muñoz Molina, Todo lo que era sólido (Tout ce qui était solide), consacré à l’étude des causes de la « crise » économique et politique qui a frappé l’Espagne ces dernières années. Sánchez-Cuenca réfute l’idée d’une obsession collective pour la guerre civile qui aurait aveuglé la société espagnole et réprouve la généralisation de la responsabilité des politiques, tous renvoyés dos à dos grâce au concept de « élites extractivas », c’est-à-dire des élites dont le seul objectif aurait été de détourner, « extraire », de l’argent public pour leur bénéfice propre. Le chapitre s’achève sur la déconstruction de quelques textes signés par des économistes, politologues ou juristes néo-libéraux, appelés « réformistes », dont les analyses sont, de l’avis de l’auteur, limitées par une perspective exclusivement nationale. Implicitement, Sánchez-Cuenca conteste aussi les interprétations d’une partie de la gauche radicale, alternative ou « anti-hégémonique » : un certain esprit « anti-politique » qui accuse les élus de tous les maux et déresponsabilise les citoyens, et une lecture « provinciale » de carences démocratiques pourtant communes à la plupart des pays européens qui ont abandonné progressivement l’État-providence pour plus de dérégulation néo-libérale — je pense à l’intéressant essai collectif dirigé par Guillem Martínez, CT o cultura de la Transición, qui attribue essentiellement ce déficit démocratique à une particulière « culture de la Transition », qui n’aurait pas consommé sa rupture avec le franquisme.

6Dans cet essai, Sánchez-Cuenca propose donc une pratique plus éthique, ouverte et inclusive du débat public, où chaque argument pourrait être débattu quel que soit le prestige de son auteur. Il fait ce qu’il prêche : avec grande minutie, il reprend un à un les arguments avancés dans les textes incriminés pour les soupeser, me semble-t-il, avec la plus grande honnêteté intellectuelle. On peut peut-être lui reprocher de ne considérer que l’un des pôles de la communication littéraire, négligeant quelque peu le rôle des médias qui promeuvent ces auteurs (à l’exception de celui de El País), mais surtout celui des lecteurs. La renommée comme columnistas de ces auteurs a été construite par l’écho qu’elle a trouvé chez les récepteurs, soit parce qu’ils reformulent brillamment les lieux communs qui circulent dans « l’opinion publique », soit parce qu’ils ont réussi à former, sur le moyen terme, un lectorat à leur mesure, soit parce que ce « machisme discursif » séduit davantage que des analyses rigoureuses, grâce à la violence cathartique et faussement carnavalesque qu’il permet : les textes imprécatoires et injurieux de Pérez-Reverte sont ainsi des hits sur les réseaux sociaux. Enfin, il me semble que la juste dénonciation de l’utilisation d’un style rhétorique et ampoulé comme cache-misère ne devrait pourtant pas faire renoncer les écrivains à une écriture littéraire qui, au service d’une réflexion argumentée, peut en refléter toute la complexité et la subtilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Touton, « Ignacio Sánchez-Cuenca, La desfachatez intelectual. Escritores e intelectuales ante la política », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://mcv.revues.org/7318

Haut de page

Auteur

Isabelle Touton

Université Bordeaux-Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org