Navigation – Plan du site
Transferts culturels dans le monde hispanique

Le lacanisme en Espagne

Histoire d’un « détour » argentin
El lacanismo en España: historia de un «détour» argentino
Lacanism in Spain: history of an Argentinian «detour»
Anne-Cécile Druet
p. 81-95

Résumés

À partir de l’apport théorique que représente le concept de « transfert culturel », cet article propose une analyse des caractéristiques des débuts du mouvement psychanalytique lacanien en Espagne. À la fin des années 1970 et au début des années 1980 naît en Espagne un courant psychanalytique lacanien autour d’analystes argentins exilés et, surtout, d’Oscar Masotta qui avait été le principal introducteur du lacanisme en Argentine. La naissance de ce courant, son institutionnalisation et la formation initiale des futurs analystes espagnols s’inscrivent par conséquent dans une histoire triangulaire dans laquelle une première réception des théories lacaniennes dans un pays, l’Argentine, marque à son tour l’introduction de ces théories dans un autre pays, l’Espagne. Après avoir présenté le contexte de l’Espagne freudienne de 1975, nous tentons de souligner les changements connus par le domaine psychanalytique à partir de l’arrivée d’Oscar Masotta et d’analyser, dans la perspective du transfert culturel qui se produit alors, les modalités de la formation du mouvement lacanien en Espagne.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son Histoire de la psychanalyse en France, Élisabeth Roudinesco écrit :

  • 1 Roudinesco, 1994 a, p. 14.

Il n’y a pas de psychanalyse française mais une situation française de la psychanalyse1.

  • 2 Breuer et Freud, 1893.

2Pour reprendre ces termes, la situation espagnole de la psychanalyse n’a cessé, depuis la réception initiale de l’œuvre freudienne dans le pays, de présenter des spécificités qui l’ont conduite à occuper une place singulière dans l’histoire du freudisme. Pionnière au niveau mondial dans le domaine des traductions – c’est à Barcelone que parut, en 1893, la première traduction connue d’un texte psychologique de Freud2, et c’est à l’initiative du philosophe Ortega y Gasset que la première traduction des œuvres complètes de Freud fut entreprise dans les années 1920 –, l’Espagne a connu en revanche une institutionnalisation du mouvement psychanalytique tardive et, sous le franquisme, de longues décennies de hargne anti-freudienne dans le discours psychiatrique officiel.

  • 3 Sur la présence de Lacan dans la presse spécialisée avant 1975, voir Druet, 2007 a.

3S’agissant de transfert culturel, ce sont les caractéristiques d’une autre étape de l’histoire de la psychanalyse en Espagne qui revêtent un intérêt particulier. À partir de 1975, en effet, le système de pensée élaboré en France par Jacques Lacan commence à pénétrer en Espagne non pas par les Pyrénées mais par l’Atlantique, lorsque certains analystes argentins émigrent à Barcelone et à Madrid en apportant dans leurs bagages une théorie jusque-là pratiquement absente des débats psychanalytiques espagnols3. Cette importation a, sans tarder, des effets qui modifient profondément et de façon durable le paysage psychanalytique du pays, et qui se font également sentir dans le domaine culturel. Le transfert qui a lieu alors s’inscrit dans le prolongement de celui qui avait mené à l’introduction du lacanisme en Argentine, et la figure centrale de ces deux processus est la même, à savoir le philosophe Oscar Masotta, acteur principal d’un parcours doublement transatlantique.

4C’est la deuxième étape de ce parcours, celle qui conduit à l’implantation du lacanisme en Espagne dans l’immédiat post-franquisme, qui fait l’objet de cet article. Après avoir présenté le contexte d’accueil de ces théories – contexte évidemment marqué par l’histoire du freudisme et de sa situation pendant la dictature –, il s’interroge sur les modalités du transfert culturel qui se produit alors, en mettant l’accent sur l’œuvre de son principal artisan, Masotta, et sur la première conséquence de ce transfert pour le domaine psychanalytique espagnol, la naissance d’un mouvement lacanien.

La situation de la psychanalyse en Espagne en 1975

  • 4 Voir, entre autres, Roudinesco, 1994 b, p. 71.
  • 5 Sur l’introduction de la psychanalyse dans le domaine psychiatrique avant la guerre civile, voir, e (...)
  • 6 Ibid., p. 33.

5Au moment où éclate la guerre civile, la psychanalyse a pénétré en Espagne par les deux voies qu’Élisabeth Roudinesco a identifiées comme celles de l’implantation du freudisme en France, la voie médicale et thérapeutique, d’une part, et la voie intellectuelle et artistique, de l’autre4. Dans les années 1920, alors qu’à l’initiative d’Ortega y Gasset la maison d’édition Biblioteca Nueva entame la publication des œuvres complètes de Freud en castillan et que l’on voit artistes, juristes et pédagogues y faire de plus en plus fréquemment référence, le domaine psychiatrique commence à être le lieu d’un débat suivi sur la question, permettant ainsi une véritable réception critique de la psychanalyse et une incorporation de certaines techniques freudiennes aux méthodes thérapeutiques. Ces deux phénomènes se poursuivent jusqu’en 19365. Toutefois, alors que dans d’autres pays d’Europe, et notamment en France, la naissance d’un courant favorable aux idées freudiennes mène à la création des premières sociétés de psychanalyse membres de l’International Psychoanalytical Association (IPA) fondée par Freud, rien de tel ne se produit en Espagne où domine alors, selon les termes de Valentín Corcés, un discours autour de la psychanalyse et non un discours psychanalytique à proprement parler6. Certes, ce projet d’institutionnalisation fut ébauché par le premier psychanalyste espagnol reconnu par l’IPA, Ángel Garma, mais la guerre civile vint mettre un terme à ses ambitions et c’est à Buenos Aires, où il émigra, que Garma contribua à fonder l’Asociación Psicoanalítica Argentina.

  • 7 Carlos Castilla del Pino a rédigé sur cette question un essai dans lequel il reproduit de multiples (...)

6La victoire franquiste a comme conséquence de priver l’Espagne des représentants du courant psychiatrique qui s’était montré le plus ouvert aux théories freudiennes. À partir de 1939, l’élite de la discipline est réorganisée et prise en main par ceux qui appartiennent au camp des vainqueurs, dans un nouvel esprit caractérisé par la recherche d’une psychiatrie de caractère national, ancrée dans une tradition d’assistance chrétienne et fondée avant tout sur le respect du dogme religieux. L’objectif primordial poursuivi par le médecin est de permettre la réinsertion du malade dans l’ordre moral établi, une fois décrétée l’équivalence entre bonne santé mentale et respect des valeurs nationales-catholiques7. Ceci supposait que l’un des traits les plus caractéristiques de cette élaboration théorique fût son anti-freudisme, par ailleurs sans commune mesure, dans son intensité, avec l’acceptation dont la psychanalyse avait bénéficié au sein du monde médical avant la guerre civile. Cette idéologie n’est guère soumise à la contradiction en raison de la structure hiérarchique de la science, complètement inféodée au discours universitaire qui la diffuse. Dépositaires du savoir et gardiennes de l’orthodoxie, les chaires de psychiatrie ne laissent place ni à l’assimilation des courants étrangers contemporains, ni à la recherche autochtone. La formation qui y est assurée est la seule à laquelle ait accès la nouvelle génération de psychiatres. C’est du décalage entre cet enseignement et les réalités cliniques que naissent les aspirations de quelques jeunes médecins à de nouveaux horizons thérapeutiques.

  • 8 Sur la formation des groupes espagnols liés à l’IPA, voir Bermejo Frígola, 1993.
  • 9 Ibid.

7Parmi ces médecins se détachent deux noyaux initialement indépendants l’un de l’autre, le premier à Barcelone et le second à Madrid8. Leurs membres suivent une formation psychanalytique à l’étranger avant de rentrer en Espagne où ils ont, comme Garma avant la guerre civile, le projet de fonder la première société de psychanalyse reconnue par l’association internationale. En 1959, après la réunion des cercles catalan et madrilène, c’est chose faite. En juillet, la société est acceptée comme société membre de l’IPA et, deux mois plus tard, elle est inscrite au registre des associations et ses statuts sont reconnus par le Ministerio de la Gobernación. Cette société, dont le nom actuel est Sociedad Española de Psicoanálisis (SEP) connaît, au cours des années suivantes, une croissance extrêmement lente en termes d’admission de nouveaux membres  et une scission entre Catalans et Madrilènes du groupe ; celle-ci aboutit à la présence en Espagne de deux sociétés reconnues par l’IPA, l’une dans la capitale catalane, l’autre à Madrid9.

8Parmi les caractéristiques les plus remarquables de la SEP qui constituent autant de données fondamentales de la situation de la psychanalyse en Espagne en 1975, il faut noter que les activités institutionnelles de la Société ne s’accompagnent pas d’une production théorique écrite significative – le noyau historique des psychanalystes catalans ne crée pas de revue de psychanalyse avant 1984 – et que l’absence de visibilité de l’institution est presque totale en dehors du domaine psychiatrique. Ce parti pris de discrétion et de très grande rigidité dans les processus d’admission et de formation des membres s’articule autour de l’idée que le groupe reconnu par l’IPA est investi d’une mission qui est moins de diffuser le plus largement possible les théories psychanalytiques que de garantir l’orthodoxie d’une pratique. Ce choix gouverne toutes les décisions prises au long de l’histoire de la Société et détermine par conséquent grandement celle-ci ; il s’effectue, en outre, dans un contexte politique qui fait que ce pan d’histoire de la SEP sera, dans la transition démocratique, sujet à polémiques. Bien qu’il ne soit pas simple, dans ce domaine, de déterminer où sont les causes et où sont les effets, la décision de mettre l’accent sur la formation interne s’accompagne d’un certain repli sur soi qui, d’une part, exclut la présence et la contestation sociale et, de l’autre, facilite, sinon la reconnaissance, du moins la tolérance de la psychiatrie franquiste et de ses tout-puissants catedráticos. Ceux-ci, en effet, malgré des positions anti-freudiennes réitérées à l’envi, ne créent pas d’obstacles infranchissables, ni à l’existence d’un mouvement psychanalytique institutionnalisé, ni à la participation de ses membres aux rencontres officielles de la discipline psychiatrique. Violemment critiquée par le courant lacanien pendant la transition démocratique, la tactique de prudence adoptée par les analystes sous le franquisme a toujours été pleinement assumée par ceux-ci. Ils reconnaissent cependant les limites qu’elle impliquait :

  • 10 Bofill, 1987, p. 105.

En los contactos con los colegas de todo el mundo, muchos nos preguntaban cómo podíamos iniciar nuestra trabajo y, más aún, cómo podíamos iniciar nuestra organización en un régimen de doble dictadura, política y moral. Creo que esta situación nos influenció en bastantes situaciones : tuvimos algunos fallos, fue limitada nuestra actividad exterior, fue limitado y lento el crecimiento interno, realizábamos muy escasas publicaciones… Pero los escasos psicoanalistas existentes no hicimos especiales esfuerzos ni concesiones para ser aceptados e integrados, sino que fuimos conquistando parcelas de presencia y de libertad, con prudencia, sin provocaciones innecesarias, pero con seriedad y firmeza, centrándonos en lo esencial, sin ceder en lo que considerábamos fundamental del psicoanálisis. Siempre que había una posibilidad, exponíamos nuestros conceptos y posiciones, tanto en el plano teórico como en el clínico […]. Con nuestra actividad intentábamos lograr que en el futuro existiera en España un núcleo de psicoanalistas, formados lo más sólidamente posible primero y que pudieran aportar más tarde una contribución a los cambios que deseamos en la psiquiatría y en la sociedad española10.

  • 11 On trouve, par ailleurs, ces critiques exprimées avec une virulence plus ou moins grande dans de no (...)

9Dans les dernières années du franquisme se produit en Espagne un regain d’intérêt pour la psychanalyse, notamment chez les étudiants qui se forment en psychiatrie et en psychologie. Certains d’entre eux, qui cherchent alors un savoir contre l’enseignement universitaire reçu dans ces filières, se tournent tout naturellement vers les sociétés freudiennes espagnoles, à Barcelone et à Madrid. Parmi ces étudiants, on trouve certains des futurs lacaniens. La rencontre avec les analystes des sociétés de l’IPA, loin de leur ouvrir la voie d’une formation alternative, provoque chez eux une réaction de rejet. La rigidité des institutions et de leurs membres, leur insertion dans la psychiatrie franquiste et les compromis faits par les psychanalystes dans ce contexte historique semblent intolérables à ces jeunes universitaires qui, quant à eux, cherchent Freud dans le cadre de mouvements contestataires, un Freud susceptible de venir s’ajouter aux références de l’opposition à l’ordre établi, comme en témoigne la psychanalyste Carmen Gallano11 :

  • 12 Entretien avec Carmen Gallano cité dans Druet, 2006, vol. 1, pp. 146-147.

À Barcelone, je me suis adressée à l’IPA dans le but de commencer une analyse. Quand j’ai vu la procédure, j’ai été découragée. Nous venions de la gauche militante, de la lutte anti-asilaire, de l’anti-franquisme, de la critique culturelle, de la critique de la famille… Et voilà qu’à l’IPA, je vois une secrétaire qui me dit : « Écrivez une lettre de motivation à la main ». […] Le côté bureaucratique de la chose m’est apparu comme insupportable. En plus, on me demande : « Vous êtes psychiatre ? Dans ce cas, allez voir Untel ». Le « Untel » en question, pour moi, c’était quelqu’un de bourgeois, de réactionnaire, de conventionnel… C’était impensable. Ce qui m’intéressait, moi, c’était le versant subversif de la psychanalyse. Ces analystes de l’IPA, on aurait dit qu’ils ne prenaient pas la mesure de ce que nous étions comme jeunes psychiatres engagés dans la contestation du système12.

10En raison de leur passé et de leurs positions théoriques, les sociétés espagnoles de l’IPA ne pouvaient en aucun cas incarner ce versant subversif du freudisme – ou, de façon plus générale, une voie de formation en rupture avec un système figé et paternaliste ; la nouvelle génération de candidats à la formation psychanalytique, avec quelques exceptions bien sûr, rejette dès lors un panorama dans lequel ses aspirations ne trouvent aucun écho.

Oscar Masotta en Espagne

11Dans ce contexte où, bien que l’on ne puisse pas parler de demande, existe une convergence d’éléments historiques vers un terrain fertile pour la naissance d’un mouvement en rupture avec le légitimisme freudien et ses représentants en Espagne, la situation politique argentine provoque l’émigration d’une partie d’un groupe particulièrement persécuté, les psychanalystes, qui abandonnent un pays dans lequel les théories lacaniennes avaient été introduites précédemment. Selon les témoignages des dirigeants argentins des premiers groupes lacaniens en Espagne, ils ont quitté l’Argentine à partir de 1974 dans des conditions souvent difficiles ; ils ont parfois – bien que ce ne soit pas une règle générale – craint pour leur vie et abandonné leur pays natal dans la précipitation. Le choix de l’Espagne comme terre d’accueil répond à des motivations diverses, mais c’était, dans tous les cas, un pays d’exil où certaines difficultés qu’ils auraient dû affronter ailleurs n’existaient pas, comme l’apprentissage d’une nouvelle langue et, pour les universitaires, les problèmes liés à la reconnaissance des titres puisque des accords existaient alors entre les deux pays, notamment pour les diplômes de médecine.

  • 13 La date du 20 octobre 1975 est celle qui figure sur les affiches placardées dans Barcelone qui anno (...)

12S’il fallait choisir une date qui marque le début d’un important mouvement d’importation du lacanisme d’Argentine vers l’Espagne – avec les réserves qu’impose le caractère symbolique d’un tel découpage chronologique bien sûr –, cette date serait celle du 20 octobre 1975. Un mois, jour pour jour, avant la mort de Franco, Oscar Masotta, principal introducteur des théories lacaniennes en Argentine, commence un séminaire sur Freud et Lacan à Barcelone13.

13Masotta avait quitté l’Argentine en 1974, peu après y avoir fondé l’Escuela Freudiana, et il s’était installé à Londres, où il résida environ un an et demi. Pendant cette période, des liens s’établirent entre lui et l’Espagne de plusieurs façons. En Angleterre, Masotta côtoie quelques psychiatres espagnols qui, en pleine vague antipsychiatrique, travaillent dans les hôpitaux londoniens. Parmi ces psychiatres figurent Alicia Roig et Carmen Gallano qui, toutes deux, retrouveront par la suite Masotta à Barcelone. À Oxford, Masotta rencontre également le psychiatre galicien José Eiras qui organisera, en 1976, les premières conférences de Masotta à Vigo. L’Argentin est, en outre, en contact avec son compatriote Marcelo Ramírez Puig qui, quelques années auparavant, s’était installé à Barcelone. Sur l’invitation de celui-ci, Masotta commence à voyager régulièrement de Londres à Barcelone en 1975.

  • 14 Alberto Cardín, décédé en 1992, et Federico Jiménez Losantos comptent tous deux parmi les principau (...)
  • 15 Voir la lettre d’Oscar Masotta du 16 juillet 1976, citée par García, 1999, p. 131.

14Dans la capitale catalane, le premier groupe d’étude de Masotta est rejoint principalement par des personnes qui le connaissaient. Parmi celles-ci, la psychiatre Alicia Roig, le philosophe Eugenio Trías, l’anthropologue Alberto Cardín et le philologue Federico Jiménez Losantos, qui avait à l’époque des centres d’intérêt très éloignés de ses préoccupations actuelles14. Par la suite, grâce aux affiches placardées dans Barcelone et grâce au bouche à oreille, le nombre d’élèves croît et les groupes se multiplient suffisamment pour que Masotta prenne la décision de venir vivre à Barcelone ; en juillet 1976, il annonce son projet de s’installer dans la capitale catalane au mois de septembre suivant15.

15Le succès de ces premiers groupes d’étude amène donc la création d’autres cercles du même type, à Barcelone d’abord, dans d’autres villes d’Espagne ensuite. Considérés comme le « degré zéro » du lacanisme en Espagne, les séminaires de Masotta se caractérisent par l’hétérogénéité de leur auditoire. Certains élèves sont des Argentins exilés qui reprennent une formation entamée à Buenos Aires avec Masotta, les autres sont de jeunes Espagnols, nés pour la plupart autour de 1950, qui s’inscrivent de différentes façons dans la mouvance culturelle de la transition démocratique et qui tous sont bien entendu intéressés par la psychanalyse. Dans ce cadre, certains ont approché les sociétés espagnoles de l’IPA sans que ces dernières répondent à leurs attentes. Ils ont lu Freud et, souvent, les Écrits de Lacan, tout en ayant conscience de ne pouvoir poursuivre seuls cette lecture. Au-delà de cela, c’est la diversité qui prévaut, à la fois dans la formation préalable des élèves et dans les chemins que prendront leurs vies après avoir suivi l’enseignement de Masotta puisque tous ne sont pas devenus analystes. Psychiatres, psychologues, étudiants, artistes, juristes, philosophes constituent ce public. Certains ont suivi un cursus universitaire qui les a laissés insatisfaits, d’autres ont étudié à l’étranger, en France ou en Belgique notamment, où ils ont reçu un enseignement davantage ouvert à la psychanalyse, d’autres encore participent simplement du mouvement de regain d’intérêt pour le freudisme en Espagne.

  • 16 Il ne nous a pas été possible de déterminer avec exactitude combien de groupes d’étude existaient a (...)
  • 17 Masotta, 1992.

16Dans un premier temps, les cours se déroulent dans l’atelier du peintre Josep Guinovart. Pour ce qui est de leur fonctionnement, les groupes d’étude sont constitués de huit à quinze personnes qui se réunissent durant deux heures16. Les cours de Masotta sont enregistrés, ce qui permet d’en faire des transcriptions qui circulent à l’époque et dont certaines sont publiées par la suite17. Le psychanalyste Enric Berenguer a livré ses souvenirs et son analyse des séminaires auxquels il prenait part :

  • 18 Berenguer, 1999, pp. 156-157.

El trabajo en los grupos de lectura combinaba dos consignas. Una, estructuralista : buscar la « estructura » del texto, su carácter de sistema. Otra, lacaniana : hacer responder al texto por las preguntas que plantea. Si se quiere, la primera perspectiva supone encontrar y disponer sobre un esquema todo lo que el texto tiene, sin olvidar ningún detalle, ni siquiera el más insignificante, pues podría revelar alguna clave. La segunda, por el contrario, apunta más bien a captar los problemas, las dificultades con las que el texto tropieza, examinar la elaboración destinada a resolverlas y, finalmente, subrayar todo aquello que queda sin respuesta. Masotta, a veces, frente a la tarea de comentar un texto de Freud, se hacía y nos hacía esta pregunta, invitándonos a conservarla siempre con nosotros como una brújula : « ¿ Qué falta en el texto ? ». Qué falta en un texto puede entenderse desde distintos registros : lo que queda por responder de aquello que el texto se pregunta ; lo que es silenciado, deliberadamente o sin saberlo ; el concepto que permitiría resolver las dificultades que no se resuelven, ausente hasta que una nueva elaboración lo introduzca allí donde faltaba18.

  • 19 « Hace poco todavía leí en alguna parte […] esta negación explícita : “Masotta no tuvo analizantes” (...)

17Oscar Masotta se présente avant tout en Espagne comme celui qui lit Lacan et qui enseigne à lire Freud et Lacan, bien que l’idée tenace qu’il n’aurait pas eu, par ailleurs, de véritable pratique clinique soit formellement démentie par certains19. Ses auditeurs d’alors s’accordent à saluer la lecture ordonnée, précise et bien pensée qu’il effectuait de l’œuvre freudienne à partir de la relève lacanienne, ainsi que les qualités pédagogiques dont il faisait preuve dans ses rapports avec ses élèves et dans sa maîtrise de la structure du groupe.

18Masotta voyage beaucoup et d’autres groupes d’étude se forment en dehors de Barcelone. Les différents centres qu’il crée ainsi avec l’aide de ceux qui, sur place, jouent un rôle semblable à celui de Marcelo Ramírez à Barcelone constituent les bases du panorama lacanien espagnol des années 1980. En mars 1977, sont constitués deux groupes de travail dirigés par Masotta à Vigo ; ceux-ci se donnent pour objectif la création d’un espace qui deviendra la Biblioteca Galega de Estudios Freudianos, présidée par José Eiras. L’Argentin dispense aussi son enseignement dans d’autres villes espagnoles, notamment à Madrid et à Valence.

  • 20 Masotta, 1976 a.
  • 21 Masotta, 1977 c.
  • 22 Masotta, 1976 b ; Masotta, 1977 a.
  • 23 Masotta, 1977 b ; Masotta, 1978.

19En plus des groupes d’études, Masotta multiplie les activités autour de la diffusion de la pensée lacanienne. Ces initiatives sont emblématiques de l’effort de l’Argentin pour élargir le débat autour de la psychanalyse en cherchant les publics les plus divers, aussi bien au sein du monde médical que des cercles culturels. Masotta fait ainsi une intervention sur la psychose dans le département de psychiatrie de l’université de Barcelone, allocution publiée par la suite dans la revue du département de philologie hispanique de la même université, la Revista de Literatura20. Une autre revue, apparue un peu plus tard et dirigée par les mêmes intellectuels, Trama, publie une conférence de Masotta donnée à la Fondation Miró sur « Freud y la estética21 ». Dans le domaine éditorial, l’Argentin publie en 1976 les Ensayos lacanianos et, en 1977, les Lecciones de introducción al psicoanálisis, qui reprennent les conférences prononcées à Vigo l’année précédente22. Il rédige également les prologues des éditions espagnoles de Los cuatro conceptos fundamentales del psicoanálisis, et de La familia de Lacan23. En outre, Masotta commence à organiser des cycles de conférences qui rassemblent les intellectuels qui l’entourent alors. En janvier et en février 1977, a ainsi lieu, à l’Institut allemand de Barcelone, un séminaire intitulé « Lecturas de Freud », où ces intellectuels s’expriment. Masotta se charge de la conférence inaugurale, puis interviennent successivement le philosophe Eugenio Trías, les analystes argentins Germán García et Arturo López Guerrero, l’anthropologue Alberto Cardín, Federico Jiménez Losantos et le juriste Alejandro Sáez.

  • 24 Sur la presse espagnole et la psychanalyse durant ces années, voir Druet, 2006, vol. 2, pp. 308-330

20Masotta meurt le 13 septembre 1979, à l’âge de quarante-neuf ans. Quatre années après son arrivée en Espagne, et en grande partie du fait de celle-ci, le panorama psychanalytique du pays n’est plus celui de 1975. Certes, ce phénomène de transformation ne s’arrête pas à la seule personne de Masotta ; d’autres analystes argentins, parmi lesquels Masotta ne faisait pas toujours l’unanimité, ont fondé leurs propres groupes en marge des siens et ils continueront à le faire après la disparition du philosophe ; d’autres encore travaillent au sein de diverses institutions espagnoles contribuant ainsi à une ouverture de celles-ci sur le domaine psychanalytique. Toutefois, la capacité de rassemblement que Masotta a démontrée –  tout à fait inédite, par ailleurs, dans le paysage freudien espagnol – fait de lui le principal artisan de ces changements, et la quasi-totalité des analystes dits « historiques » du courant lacanien espagnol ont fait partie de ses groupes d’étude. Avec Masotta, en outre, le freudisme sort des cercles fermés auxquels il avait été confiné en Espagne pendant des décennies. À l’effacement et à l’appropriation médicale de la psychanalyse qui avaient caractérisé le fonctionnement du mouvement psychanalytique sous la dictature, Masotta oppose une tentative de réintroduction du freudisme dans les débats culturels, avec un certain succès si l’on en croit le retentissement donné par la presse aux activités des cercles lacaniens formés autour de lui24. Cette ouverture, bien qu’elle n’ait jamais pris les proportions qui furent les siennes en Argentine, représente au niveau espagnol un tournant dans l’histoire de la psychanalyse. Pilier de ce tournant, Masotta est aussi à l’origine de la fondation de la Biblioteca Freudiana, première institution lacanienne d’Espagne et centre du mouvement lacanien naissant.

La fondation de la Biblioteca Freudiana de Barcelone

21Dans la capitale catalane, les différentes activités de diffusion de la pensée lacanienne mises en œuvre par Masotta donnent naissance à un mouvement suffisamment important pour que l’Argentin puisse mener à bien son projet de fonder une institution : le 18 février 1977 est signé l’acte de constitution de la Biblioteca Freudiana de Barcelone, première institution lacanienne d’Espagne.

22Au moment de sa fondation officielle, la bibliothèque commence à éditer un bulletin interne, baptisé Hojas de la Biblioteca Freudiana de Barcelona, dont le premier numéro donne à connaître les objectifs poursuivis par l’institution, dans ce qui prend valeur de texte fondateur :

  • 25 Hoja de la Biblioteca Freudiana de Barcelona, (1), s. d., Archives personnelles de Joan Salinas.

La « Biblioteca Freudiana de Barcelona » consiste en el proyecto […] de un grupo de personas, analistas, escritores, profesores, psicólogos, profesionales o trabajadores en el área de la salud mental, que se proponen promover el estudio del psicoanálisis, y crear al mismo tiempo las condiciones mínimas que posibiliten la propia formación en ese campo de la investigación, el estudio y la práctica.La creación de la « Biblioteca Freudiana de Barcelona » tiene como objetivo prioritario un proyecto « libresco », en el sentido más literal y material del término : a saber, la adquisición de libros y revistas internacionales, su clasificación inteligente y su disposición en un local adecuado, abierto al público y al servicio en primer lugar de las necesidades de investigación y estudio de estos profesionales o trabajadores de la salud mental.La selección y compra de los libros prevee [sic] su realización de acuerdo a un criterio moderno y académico a la vez ; quiere decir, obras en idioma original y/o traducciones en ediciones reconocidas por su valor ; las obras de los pioneros en primer lugar, Freud, Ferenczi, Abraham, etc., y de los autores que se constituyeron en hitos mayores de la historia ulterior de la Teoría, Melanie Klein y Jacques Lacan. La « Biblioteca » se definirá, sin embargo, según un determinado acento con respecto a sus prioridades de adquisición : a saber, las obras de la tendencia teórica más moderna, las que definen el campo del psicoanálisis en relación a los estudios del lenguaje, las disciplinas constituidas o en vía de su constitución y vueltas a la indagación del « Texto » y la « significación » […]
La « Biblioteca Freudiana de Barcelona » eligirá [sic] como referencia internacional y como autoridad a la que informará del conjunto de sus actividades permanentes, a la École freudienne de Paris, la institución de investigación psicoanalítica que en Francia dirige Jacques Lacan25.

  • 26 Le terme cartel désignait la cellule de base de l’École freudienne de Paris. Chaque cartel est form (...)
  • 27 Toutes ces informations proviennent du dépouillement des publications internes de la Biblioteca où (...)

23À la rentrée 1977, après la convocation d’une première assemblée générale qui s’est tenue – cela ne s’invente pas – dans un local de la rue Buenos Aires, débute le premier séminaire organisé par la bibliothèque où n’interviennent que les analystes argentins. À la même période est créé un comité des cartels qui coordonne le travail effectué au sein de chacun d’entre eux26 ; au moment où naissent ses activités, le comité en compte six. La constitution de la bibliothèque proprement dite se déroule initialement dans des conditions difficiles en raison de l’absence de local adéquat, et les ouvrages sont stockés dans un secrétariat où un horaire est établi pour leur consultation. Des comités bibliographiques sont chargés de l’acquisition des livres et les différents cartels transmettent également des listes bibliographiques en fonction de leurs thèmes de travail. Les publications de la Biblioteca démarrent dès 1978 avec, d’une part, les Textos de la Biblioteca Freudiana de Barcelona et, de l’autre, les Fichas. Toutes deux à usage interne, ces publications reprennent, pour les premières, les interventions prononcées lors de séminaires ou de journées de psychanalyse et, pour les secondes, des traductions en espagnol de textes psychanalytiques, sur le modèle de ce qui se faisait à l’Escuela Freudiana de Buenos Aires. Outre un séminaire régulier, la Biblioteca organise aussi des conférences et des journées de psychanalyse. Annuelles, ces dernières réunissent, en 1978 et en 1979, un large éventail d’intervenants où se mêlent analystes, psychiatres et philosophes, espagnols et argentins. Durant l’année 1979, la bibliothèque prend de nouvelles initiatives : des contrôles en groupe sont organisés pour les membres qui ont une pratique clinique et un cabinet de lecture est créé, dans lequel différents intervenants présentent et commentent un ouvrage de leur choix. La première Hoja bibliográfica, publication interne destinée à informer des récentes acquisitions de la bibliothèque, est distribuée en mars de cette année. Jacques Lacan est l’auteur qui y apparaît avec la plus grande fréquence : ses textes arrivent en nombre sur les étagères de la bibliothèque, non pas, la plupart du temps, en provenance directe de Paris, mais via Buenos Aires, où ils sont traduits et publiés sous la forme de fichas par l’Escuela Freudiana27.

24Lorsque Masotta meurt en septembre 1979, deux ans et demi après sa fondation, la Biblioteca Freudiana est une institution qui, si l’on peut dire, « tourne ». Le « proyecto libresco » se matérialise et, après un premier déménagement, est fondé un véritable lieu d’étude ouvert chaque jour pour la consultation des ouvrages. La bibliothèque a en outre une présence sociale – la presse commence à en parler – et l’organisation d’activités dans les locaux d’autres institutions culturelles de Barcelone, ainsi que les invitations fréquentes à des personnalités du monde non analytique, contribuent à l’ouverture souhaitée sur la cité.

  • 28 Parmi ces remises en question, on notera celle de Carmen Gallano qui, dès 1976, prend la décision d (...)
  • 29 Jacques Lacan a prononcé deux interventions publiques en Espagne, la première en 1958 et la seconde (...)
  • 30 Masotta avait rencontré Lacan à Paris en 1975, lorsqu’il était allé présenter à l’École freudienne (...)

25Pour ce qui est de sa dynamique intérieure, plusieurs éléments caractérisent le fonctionnement de la bibliothèque du vivant de Masotta. Il y a tout d’abord, au sein de celle-ci, un très net clivage entre deux groupes ; d’une part les formateurs, tous Argentins et analystes, de l’autre les jeunes Catalans, dont la formation n’a au mieux débuté que quatre années auparavant et qui, pour la plupart, n’ont aucune pratique clinique. Les seconds, sauf exception, sont tous en analyse avec les premiers, puisqu’il était presque impossible de faire une analyse dite lacanienne à Barcelone ailleurs que dans le cercle argentin et que, par ailleurs, c’était vers ces Argentins que Masotta dirigeait les demandes d’analyses qui lui étaient soumises. En outre, les séminaires réguliers de la bibliothèque fonctionnent avec un nombre très réduit d’intervenants. Le compte est vite établi : en plus de Masotta, quatre personnes participent de façon systématique à l’ensemble des activités de formation sur cette première période, Mónica Torres, Sara Glasman, Arturo López Guerrero et Adolfo Berenstein, tous Argentins. Autour d’eux gravite un second noyau d’Argentins et une série d’intervenants non-analystes, espagnols cette fois, dont font partie les philosophes Eugenio Trías et Víctor Gómez Pin. Il n’y a par conséquent personne, dans ce cercle, qui soit à la fois analyste et élève de Lacan ou d’un disciple direct de celui-ci : ce sont des lecteurs de Lacan, analysés sur des divans la plupart du temps kleiniens à Buenos Aires, qui ont à leur charge à la fois les analyses et la formation théorique des jeunes Catalans. Cet état de fait, qui n’est remis en question que par une petite minorité d’élèves espagnols à l’époque, est une des caractéristiques les plus marquantes des débuts du courant lacanien28. Pratiquement personne ne semble désireux d’aller écouter Lacan qui est pourtant en vie et poursuit son enseignement à quelques heures de train de Barcelone. Paradoxe de la situation espagnole : Lacan aura eu des contacts, à Barcelone, avec le milieu psychiatrique et avec les psychanalystes de l’IPA, mais jamais avec ceux qui se réclament de son enseignement29. En outre, les contacts avec l’École freudienne de Paris sont rarissimes à la bibliothèque ; tout au plus quelques invitations sont-elles lancées à l’un ou l’autre de ses membres, à titre individuel, pour une conférence ou une intervention lors de Journées. Plusieurs explications peuvent être avancées, notamment le fait que le groupe formé à Barcelone n’avait pas atteint un degré de maturité susceptible d’une véritable reconnaissance de Paris, et que, en ce sens, le temps a manqué. Cependant, la distance maintenue avec l’institution parisienne trouve probablement aussi sa source dans les rapports ambigus que Masotta lui-même entretenait avec la personne de Lacan, et la rencontre entre les deux hommes n’avait pas marqué le début d’un rapprochement pourtant facilité par l’arrivée de l’Argentin sur le continent européen30. À la suite de Masotta, c’est tout le groupe barcelonais qui, pendant ces années, continue à ne pas aller à Paris.

26Après la mort de Masotta et une étape de transition, cette situation changera du tout au tout et « l’époque argentine » de la formation des Espagnols laissera la place à une « époque française », à l’organisation d’un séminaire donné par les enseignants du département de psychanalyse de l’université de Paris VIII et à de nouvelles tranches d’analyse avec les élèves directs de Lacan. En 1979, ce rapprochement est encore loin et ce sont les modalités d’un transfert argentino-espagnol qui caractérisent le fonctionnement de l’institution fondée à l’initiative de Masotta et, plus généralement, ce sont ces modalités qui dessinent le panorama lacanien de l’Espagne.

27Si le nom de l’Espagnol Ángel Garma est inscrit en lettres indélébiles dans l’histoire de la psychanalyse en Argentine, celui de l’Argentin Oscar Masotta marque l’un des principaux tournants qu’ait connu l’histoire de la psychanalyse en Espagne. Incarnation de l’analyse laïque, figure charismatique, intellectuel autodidacte en exil, Masotta apparaissait comme le représentant d’un freudisme subversif inexistant en Espagne au sortir du franquisme. Son enseignement, sa capacité de rassemblement et tout ce qu’il mit en œuvre en Espagne pour créer et diffuser le débat psychanalytique font de lui le principal initiateur d’un mouvement qui continue, malgré des dissensions internes, de se développer après sa mort. En quatre années, Masotta est devenu la figure centrale du plus grand bouleversement connu par le domaine psychanalytique espagnol depuis la création des groupes liés à l’IPA.

  • 31 Le Champ freudien est une fondation créée par Jacques Lacan en 1979. Lié à l’École de la Cause freu (...)

28Ces changements, si on les envisage à plus long terme, ont des conséquences qui se font sentir aujourd’hui encore. Non seulement la quasi-totalité des membres « historiques » du courant lacanien espagnol ont été les élèves d’Oscar Masotta, mais une partie du mouvement initié par celui-ci en Espagne a, en quelque sorte, bouclé la boucle en retraversant les Pyrénées et en instaurant une très forte relation avec le Champ freudien parisien dans la deuxième moitié des années 198031. L’Espagne a pris une part de plus en plus grande dans l’expansion internationale du courant lacanien dirigé par Jacques-Alain Miller et elle compte aujourd’hui un certain nombre d’institutions de cette tendance, ou d’autres du lacanisme, qui ont démontré une stabilité semblable à celle de leurs homologues françaises. Celle qui fut historiquement la première, la Biblioteca Freudiana, existe toujours et fait à l’heure actuelle partie du réseau des bibliothèques du Champ freudien.

Haut de page

Bibliographie

Berenguer, Enric (1999), « Masotta : su agalma », dans Marcelo Izaguirre (coord.), Oscar Masotta. El revés de la trama, Buenos Aires,pp. 153-161.

Bermejo Frígola, Vicent (inédite), La institucionalización del psicoanálisis en España en el marco de la API (2 vol.), thèse de doctorat soutenue à l’université de Valence en 1993.

Bofill, Pere (1987), « Aspectos históricos de la relación entre el psicoanálisis y la psiquiatría en España hasta 1978 », Informaciones Psiquiátricas, 108, pp. 99-108.

Breuer, Josef et Freud, Sigmund (1893), « Mecanismo psíquico de los fenómenos histéricos », Revista de Ciencias Médicas de Barcelona, 19 (3-4), pp.54-59 et 85-89.

Carles, Francisco, Muñoz, Isabel, Llor, Carmen et Marset, Pedro (2000), Psicoanálisis en España (1893-1968), Madrid.

Castilla del Pino, Carlos (1977), « La psiquiatría española (1939-1975) » dans Carlos Castilla del Pino et al., La cultura bajo el franquismo, Barcelone, pp. 79-102.

Corcés Pando, Valentín (2005), Freud ante Cervantes. El psicoanálisis y la cultura española en el primer tercio del siglo xx, Valence.

Druet, Anne-Cécile (inédite), La psychanalyse dans l’Espagne post-franquiste [1975-1985] (2 vol.), thèse de doctorat soutenue à l’université de Paris IV en 2006.

Druet, Anne-Cécile (2007 a), « Jacques Lacan en la prensa psiquiátrica española antes de 1975 », Freudiana, 49, pp. 91-101.

Druet, Anne-Cécile (2007 b), « La psychanalyse en Espagne : un bilan historiographique », Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série, 37 (2), pp. 223-241.

Gallano, Carmen et Salinas, Joan (2001), « El movimiento lacaniano en España », dans AePCL [Asociación española de Psicoanálisis del Campo Lacaniano], Actas I. Historia del psicoanálisis en España. Repercusiones clínicas (ponencias de las jornadas celebradas en Madrid en enero de 2001), s. l., pp. 12-24.

García, Germán (1999), « Una escuela fallida », dans Marcelo Izaguirre (coord.), Oscar Masotta. El revés de la trama, Buenos Aires,pp. 121-132.

Guilanyà, Elvira (1984), « Datos para una historia », Otium Diagonal, 7, pp.88-102.

Masotta, Oscar (1976 a), « Psicosis », Revista de Literatura, 8-9, pp. 25-33.

Masotta, Oscar (1976 b), Ensayos lacanianos, Barcelone.

Masotta, Oscar (1977 a), Lecciones de introducción al psicoanálisis, Barcelone.

Masotta, Oscar (1977 b), « Prólogo », dans Jacques Lacan, Los cuatro conceptos fundamentales del psicoanálisis. Seminario XI, Barcelone, pp. 7-12.

Masotta, Oscar (1977 c), « Freud y la estética », Trama. Revista de Pintura, 1-2, pp. 8-11.

Masotta, Oscar (1978), « Prólogo », dans Jacques Lacan, La familia, Barcelone, pp. 7-10.

Masotta, Oscar (1992), Lecturas de psicoanálisis. Freud, Lacan, Buenos Aires.

Roudinesco, Élisabeth (1994 a), Histoire de la psychanalyse en France. 1885-1939, Paris.

Roudinesco, Élisabeth (1994 b), Généalogies, Paris.

Vicens, Antoni (1981), « Sociedad Española de Psicoanálisis, normas para la formación de psicoanalistas », Sínthoma, 1, pp. 137-139.

Haut de page

Notes

1 Roudinesco, 1994 a, p. 14.

2 Breuer et Freud, 1893.

3 Sur la présence de Lacan dans la presse spécialisée avant 1975, voir Druet, 2007 a.

4 Voir, entre autres, Roudinesco, 1994 b, p. 71.

5 Sur l’introduction de la psychanalyse dans le domaine psychiatrique avant la guerre civile, voir, entre autres, Carles et al., 2000 ; pour le domaine artistique à la même période, voir Corcés Pando, 2005.

6 Ibid., p. 33.

7 Carlos Castilla del Pino a rédigé sur cette question un essai dans lequel il reproduit de multiples citations de psychiatres partisans de cette idéologie et, notamment, ces mots de Francisco Marco Merenciano : « Verdaderamente, la mejor sanidad de mente es un pensamiento católico y un obrar en todo momento como católico […] Sepamos, pues, los médicos que en esta labor tan trascendente de higienización de nuestra raza no podemos separar un momento los ojos de Dios, y todo lo hemos de hacer por España » (Castilla del Pino, 1977, p. 90).

8 Sur la formation des groupes espagnols liés à l’IPA, voir Bermejo Frígola, 1993.

9 Ibid.

10 Bofill, 1987, p. 105.

11 On trouve, par ailleurs, ces critiques exprimées avec une virulence plus ou moins grande dans de nombreux textes historiques rédigés par les psychanalystes lacaniens espagnols, et, notamment, dans Vicens, 1981 et Guilanyà, 1984. Sur cette question, voir Druet, 2007 b.

12 Entretien avec Carmen Gallano cité dans Druet, 2006, vol. 1, pp. 146-147.

13 La date du 20 octobre 1975 est celle qui figure sur les affiches placardées dans Barcelone qui annoncent le début des séminaires de Masotta, et dont un exemplaire au moins est conservé dans les archives personnelles du psychanalyste Joan Salinas, premier président de la Bibliothèque freudienne de Barcelone.

14 Alberto Cardín, décédé en 1992, et Federico Jiménez Losantos comptent tous deux parmi les principaux artisans des deux publications qui sont au centre du processus d’introduction du lacanisme dans le domaine culturel, la Revista de Literatura et Diwan.

15 Voir la lettre d’Oscar Masotta du 16 juillet 1976, citée par García, 1999, p. 131.

16 Il ne nous a pas été possible de déterminer avec exactitude combien de groupes d’étude existaient alors. Ces informations, ainsi que les listes d’élèves et une série d’éléments pratiques (lieux des séminaires, dates de commencement, horaires, etc.), devaient être en possession de Marcelo Ramírez Puig, le secrétaire de Masotta. Marcelo Ramírez est décédé en avril 1989 et, de l’avis de toutes les personnes interrogées à ce sujet, ses archives ont été détruites après sa mort.

17 Masotta, 1992.

18 Berenguer, 1999, pp. 156-157.

19 « Hace poco todavía leí en alguna parte […] esta negación explícita : “Masotta no tuvo analizantes”. Celebro tener la oportunidad de desmentirlo categóricamente, porque yo conozco a algún analizante de Masotta (y no hablo de un análisis presentado de entrada como didáctico, sino de una cura motivada por un síntoma que, eso sí, tuvo a la larga sus consecuencias didácticas, en el sentido más analítico de la palabra). » (ibid., p. 156).

20 Masotta, 1976 a.

21 Masotta, 1977 c.

22 Masotta, 1976 b ; Masotta, 1977 a.

23 Masotta, 1977 b ; Masotta, 1978.

24 Sur la presse espagnole et la psychanalyse durant ces années, voir Druet, 2006, vol. 2, pp. 308-330.

25 Hoja de la Biblioteca Freudiana de Barcelona, (1), s. d., Archives personnelles de Joan Salinas.

26 Le terme cartel désignait la cellule de base de l’École freudienne de Paris. Chaque cartel est formé de trois à cinq personnes et d’un « plus-un », qui dirige les travaux.

27 Toutes ces informations proviennent du dépouillement des publications internes de la Biblioteca où sont systématiquement annoncées ces activités, qu’elles soient ponctuelles ou régulières, et les différentes décisions qui concernent le fonctionnement de l’institution.

28 Parmi ces remises en question, on notera celle de Carmen Gallano qui, dès 1976, prend la décision de poursuivre sa formation à Paris. Elle écrira plus tard un texte dans lequel elle dira : « [Oscar Masotta] se definía m[á]s como lector de Lacan que como analista, a diferencia de otros, que con escasos y a veces « dudosos » análisis realizados en Argentina, priorizaban en el estándar que ponían en circulación, lo segundo. Para la mayoría habían sido análisis efectuados con analistas de la A[sociación] P[sicoanalítca] A[rgentina] o disidentes de la misma, que en el mejor de los casos eran « lectores » de Lacan, y la clínica y dirección de la cura se derivaba de esa lectura. Y la transmisión también » (Gallano et Salinas, 2001, p. 13).

29 Jacques Lacan a prononcé deux interventions publiques en Espagne, la première en 1958 et la seconde en 1972, les deux fois à l’invitation du psychiatre catalan Ramón Sarró ou des proches collaborateurs de celui-ci.

30 Masotta avait rencontré Lacan à Paris en 1975, lorsqu’il était allé présenter à l’École freudienne son homonyme argentine. L’on sait très peu de choses sur l’entretien qui eut lieu alors, si ce n’est qu’il se déroula en anglais et qu’il ne marqua pas le début d’une relation suivie entre les deux hommes, qui ne se revirent jamais.

31 Le Champ freudien est une fondation créée par Jacques Lacan en 1979. Lié à l’École de la Cause freudienne, il se charge de promouvoir les échanges internationaux, notamment par l’organisation d’activités de formation et de rencontres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Cécile Druet, « Le lacanisme en Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 81-95.

Référence électronique

Anne-Cécile Druet, « Le lacanisme en Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/744

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Druet

UFR Sciences du langage, de l’homme et de la société, section d’espagnol, Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org