Skip to navigation – Site map
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Antoni Ferrer Abárzuza, Captius i senyors de captius a Eivissa. Una contribució al debat sobre l’esclavitud medieval (segles xiii-xvi)

Henri Bresc
Bibliographical reference

Antoni Ferrer Abárzuza, Captius i senyors de captius a Eivissa. Una contribució al debat sobre l’esclavitud medieval (segles xiii-xvi), Valence, Universitat de València, 2015, 592 p.

Full text

1A. Ferrer Abárzuza publie une version augmentée de sa thèse doctorale sur l’esclavage à Eivissa (Ibiza) entre 1235 et 1600 ; le noyau (pp. 126-538) comprend cinq chapitres (conquête et premiers captifs, pourvoiement en captifs, captifs et maîtres, tâches des captifs, société de captifs), dont une monographie sur les salines (pp. 321-344) et une étude approfondie et à part sur l’emploi des esclaves aux travaux publics (pp. 344-445), qui utilise les registres des clavaires (1373, 1418, 1453, 1473, 1483, 1489, 1561, 1590). À ce noyau, l’auteur a ajouté 125 pages d’introduction et 26 pages de conclusions, non sans de nombreuses redites ; il s’agit de justifier l’emploi de « captif », imposé par Miguel Barceló, sans que « captif » ait ici un sens différent d’« esclave », utilisé par Charles Verlinden en particulier, et contrairement à l’usage qu’en font Antoni Furió et Michel Fontenay (le captif est encore rachetable, l’esclave est esclave à vie). La théorie de référence est le « ventre de fer et d’argent » de Claude Meillassoux, fondée sur l’observation des sociétés de l’Afrique de l’Ouest : capture de peuples païens par les traitants musulmans, renouvellement par le marché, absence de reproduction du groupe, sans parenté, sans famille, sans descendance, absence de distinction sexuée dans le travail, absence de distinction entre « captivité domestique » et labeur agricole.

2Les sources ne se prêtent guère, à Eivissa, à une vérification de cette théorie, ou plutôt de ce schéma durci, dont l’anthropologue décrivait l’assouplissement dans la pratique (rachat, affranchissement, « famille seconde » pour les concubines mères de garçons). Faute de registres notariés et de papiers personnels, Eivissa ne permet pas de pénétrer l’intériorité du cercle domestique : ni testaments ni inventaires, mais seulement de rares comptes municipaux, concernant les travaux publics et l’extraction du sel de la saline naturelle de l’Étang, qui ne permettent de connaître que le travail physique des captifs, la crainte de leur fuite et les mesures de prudence prises par la municipalité.

3La bibliographie, extrêmement abondante, est dominée par les analyses d’une « société féodale » selon Josep Torró, c’est-à-dire de petits propriétaires emphytéotes, sans fief ni seigneurie. A. Ferrer Abárzuza prolonge également, avec plus de bonheur, la réflexion d’Antoni Furió : dans cette société, le recours à l’esclavage est exceptionnel, un substitut du salariat, une forme de « travail bridé », selon la formule de Yann Moulié-Boutang, poreuse et ouverte sur le salariat contractuel.

4Voyons l’image que la documentation donne de l’esclavage : peu nombreux (150 individus en moyenne, 76 recensés en 1623 sur 9 596 habitants), comptant pour 1 % environ de la population, le stock de captifs se renouvelle régulièrement par des achats aux corsaires ou aux traitants (un captif sur sept chaque année). La part des femmes est étroite, une sur six seulement des 1 702 captifs recensés sur quatre siècles. Comme les femmes libres des pays catalans et du Midi français et provençal, elles sont employées aux champs et rien ne dit que les tâches des captives soient des plus dures : p. 362, une esclave employée à la saline est cuisinière. La part des enfants nés des concubines captives est également modeste, 2,2 % du stock, traités en majorité comme des esclaves et non comme des libres. Ils sont peu nombreux dans chaque foyer : en moyenne moins de deux, un ou deux, avec quelques équipes de trois jusqu’à douze. Ce stock permanent d’environ 150 esclaves est possédé par une centaine de maisons de l’île, des marchands, des officiers, des artisans, peu d’exploitants agricoles, de pagesos. Jusqu’ici, rien de particulier ne signale Eivissa et la réflexion de l’auteur est tout à fait recevable : l’île n’abrite pas une société esclavagiste, mais une société à esclaves, avec des situations et des conduites variables.

5Pourtant, l’argumentaire des corsaires, des traitants, du Conseil de ville, répète à l’infini, en 1335, en 1580, en 1663, en 1783 encore, que tous les travaux agricoles et les labeurs physiques, totes los obres rusticals, sont accomplis par les esclaves et qu’il faut donc en favoriser l’achat. Cette clef, à toutes portes, est reprise en 1528 dans l’Isolario de Benedetto Bordone : les captifs sont indispensables au travail de la saline naturelle de l’Étang, pour casser la croûte de sel à la fin l’été et l’acheminer au caregador. Les analyses de A. Ferrer Abárzuza limitent la part du travail servile qui oscille autour de 10 %.

6L’originalité de l’étude, et celle de l’île par là même, apparaît aux pp. 217-235 : ce sont les semainiers, setmaners, qui constituent un tiers du groupe des captifs dans une stabilité séculaire. Libres par contrat de leurs mouvements, de chercher du travail et d’habiter en ville, ils payent une somme fixe chaque semaine jusqu’à la valeur de leur « taille » et l’affranchissement définitif, au risque de tout perdre, dans un accident ou par l’effet de la maladie. Cette forme de travail bridé se retrouve en Sicile, en Catalogne, etc. Partout elle génère la solidarité entre les semainiers, qui se portent collectivement garants de leurs camarades. La liberté définitive acquise, les affranchis constituent encore un pourcentage non négligeable et plus ou moins stable de la population servile (et post-servile), 10 % environ, où l’on relève d’anciens captifs baptisés, mais aussi des musulmans non convertis au xive siècle, des Grecs enfin dans la longue durée. Ils ont le droit d’émigrer contre le paiement d’une taxe douanière. C’est une contradiction massive avec la théorie du « ventre de fer et d’argent ». Mais c’est aussi son complément : dans une société isolée, pauvre de compétences techniques, l’intégration de bons artisans pouvait passer par la violence de la captivité et le levier du retour à la liberté, jusqu’au chantage.

Top of page

References

Electronic reference

Henri Bresc, « Antoni Ferrer Abárzuza, Captius i senyors de captius a Eivissa. Una contribució al debat sobre l’esclavitud medieval (segles xiii-xvi) », Mélanges de la Casa de Velázquez [Online], 47-1 | 2017, Online since 15 April 2017, connection on 19 October 2017. URL : http://mcv.revues.org/7615

Top of page

About the author

Henri Bresc

Université Paris 10 (émérite)

Top of page

Copyright

© Casa de Velázquez

Top of page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org