Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Nuria Silleras-Fernandez, Chariots of ladies: Francesc Eiximenis and the court culture of medieval and early modern Iberia

Xavier Renedo
Référence(s) :

Nuria Silleras-Fernandez, Chariots of ladies: Francesc Eiximenis and the court culture of medieval and early modern Iberia, Ithaca – Londres, Cornell University Press, 2015, 312 p.

Texte intégral

1Nuria Silleras-Fernandez se propose plusieurs objectifs dans ce livre. D’un côté, analyser deux œuvres de Francesc Eiximenis (vers 1330-1409) écrites à la fin du xive siècle et s’adressant à un public féminin : le « Llibre de les dones », dédié à Sanxa Ximenes d’Arenós, comtesse de Prades, et « Scala Dei » dédié à Maria de Luna, l’épouse du roi Martí Ier. Il s’agit de deux des œuvres les plus lues et les plus traduites d’Eiximenis en Catalogne et en Espagne entre la fin du xive et le début du xvie siècles. D’autre part, N. Silleras se propose de montrer comment ces deux œuvres offrent des « modèles courants de vertu féminine parmi les femmes et plus spécifiquement parmi les reines et les dames nobles » (p. 4).

2Il faut dire en premier lieu qu’il n’est pas facile de travailler sur ces questions, car pour le « Llibre de les dones » il n’existe qu’une édition, fort défectueuse, de Frank Naccarato, publiée en 1981, et pour le « Scala Dei », une traduction partielle en catalan moderne. Heureusement, nous avons une magnifique édition récente du « Carro de las donas », l’adaptation castillane du xvie siècle du « Llibre de les dones », par Carmen Clausell. Malgré ces difficultés, N. Silleras offre au public anglo-saxon une très bonne présentation d’un auteur de l’importance d’Eiximenis (chap. i) ; une étude du « Llibre de les dones » (chap. ii) et de « Scala Dei » (chap. iii), et une analyse très intéressante de la pénétration et de l’influence des œuvres d’Eiximenis sur la littérature castillane des xve et xvie siècles (chap. iv et v). Il faut aussi lui savoir gré de présenter des documents de première main, résultat d’un travail d’archives patient, sur la biographie de Sanxa Ximenes d’Arenós et sur la protection qu’elle reçut de la reine Maria de Luna. On peut regretter toutefois certaines lacunes bibliographiques portant sur les éditions de textes (par exemple l’anthologie de pages pédagogiques d’Eiximenis publiée par l’éditorial Barcino en 2007) ou sur les études récentes ou déjà classiques sur Eiximenis (le travail capital d’Albert Hauf, publié en 1980, sur les relations entre la spiritualité catalane médiévale, qui trouve en Eiximenis l’un de ses principaux auteurs, et la devotio moderna, est insuffisamment mis en valeur et n’est cité qu’une seule fois).

3L’interprétation que fait N. Silleras du « Libre de les dones » et de « Scala Dei » est très intéressante, bien que de mon point de vue l’auteur surinterprète parfois le texte. Il est vrai que le long exemplum du chapitre lvi du « Llibre de les dones », situé à Naples et qui a pour personnages principaux Sancia de Majorque et Robert d’Anjou, est une critique de ce qu’Eiximenis appelle les « dissolucions franceses », localisées à la cour et centrées sur le relâchement des normes suivant lesquelles la morale chrétienne médiévale régulait les rapports entre hommes et femmes. Il est vrai aussi que l’exemplum du début de « Scala Dei » dont les personnages sont Sancia de Majorque et Robert d’Anjou contient une critique contre les rois qui se relâchent et négligent leurs obligations politiques et militaires. Il me semble toutefois excessif de présenter le couple formé par Robert d’Anjou et Sancia de Majorque comme un reflet littéraire de Martí Ie et de Maria de Luna, qui montent sur le trône en 1396 à la mort de Joan Ier. À ce propos, il faut ajouter qu’Eiximenis n’est pas toujours critique à l’égard de Robert d’Anjou. Il ne me semble pas qu’il le soit dans la « Llibre de les dones », parce que dans l’exemplum cité il apparaît uniquement au début pour fixer le cadre chronologique du récit. Par contre, il est critique dans l’exemplum de « Scala Dei », mais il faut dire que dans d’autres œuvres d’Eiximenis on peut lire des éloges du même personnage. Au chapitre 727 du « Dotzè del Crestià », par exemple, il en fait un grand éloge et le présente comme un grand « clerc » capable, pour ne pas tomber dans le péché d’orgueil, de parler avec une grande simplicité et humilité. Je ne crois pas non plus qu’Eiximenis fasse dans « Scala Dei » une critique du rôle de Maria de Luna comme lieutenant du roi, ni de Martí Ie comme un roi plus préoccupé par la vie spirituelle que par les problèmes politiques (pp. 130 et 137). Il me semble qu’on peut trouver dans cette interprétation un écho des articles de Curt Wittin présentant le « Dotzè del Crestià » comme une sorte de roman à clefs, plein d’allusions critiques au gouvernement du roi et aux problèmes politiques du moment. Bien que je pense que la doctrine politique défendue dans le « Dotzè » est quelquefois très critique à l’égard du pouvoir royal, Eiximenis n’a nul besoin d’expliquer des histoires sous forme de roman à clefs dans ses œuvres. Je crois aussi qu’Eiximenis ne formule plus ces critiques dans ses ouvrages écrits immédiatement après la grave crise politique qu’ont été les pogroms de 1391, c’est-à-dire dans le « Llibre dels àngels », le « Llibre de les dones » et « Scala Dei ».

4Dans le même ordre d’idées, je ne crois pas non plus que le « Llibre de les dones » et le « Scala Dei » soient à cent pour cent des œuvres écrites sur mesure pour Sanxa Ximenes, comtesse de Prades, ou pour la reine Maria de Luna. Le « Dotzè del Cristià » est dédié à Alfons el Vell, duc de Gandie, mais n’est aucunement un livre fait exclusivement pour son destinataire. De fait, le « Dotzè » a commencé à être écrit à Barcelone, sans penser au duc de Gandie, qui en a été seulement le destinataire, une fois la rédaction de l’œuvre bien avancée, après le déménagement d’Eiximenis à Valence (1382). Il pourrait en avoir été de même pour le « Llibre de les dones » et « Scala Dei » : c’est-à-dire que des matériaux qui en principe étaient destinés à former la grande encyclopédie du « Crestià » — qui aurait dû comporter treize volumes, mais qui n’en a comporté que quatre — aient fini par faire partie de ces œuvres. Je crois, donc, que quand Eiximenis décida d’écrire le « Llibre de les dones », un traité encyclopédique sur les divers états de la condition féminine, il pensait à un public plus large, qui devait inclure aussi bien de nobles dames comme Sanxa Ximenes d’Arenos que des matrones bourgeoises. Et quand, recyclant en partie des matériaux du « Llibre de les dones », il commença à écrire « Scala Dei », il me semble que son objectif était de composer une introduction à la vie contemplative qui serait utile aussi bien à une reine dévote comme Maria de Luna qu’à d’autres dames, nobles ou bourgeoises. En fait, c’est ce qui est finalement arrivé avec ces deux œuvres, comme on peut le voir dans les travaux de Josep Hernando sur la présence d’œuvres d’Eiximenis dans les bibliothèques privées de la Barcelone du xve siècle.

5En ce qui concerne la conception du mariage défendue dans le « Llibre de les dones », il ne me semble pas que, selon Eiximenis, la vie matrimoniale « was to be enjoyed for the sole purpose of procreation » (p. 91). Il est certain que, selon la doctrine classique de l’Église, le « bonum prolis » était l’une des finalités du mariage, mais pas la seule. Parmi les autres, Eiximenis considérait aussi, comme on peut le vérifier au chapitre 72 du « Llibre de les dones » et dans d’autres ouvrages, le « solaç de la vida humanal » (l’agrément de la vie humaine), c’est-à-dire la compagnie, l’aide et le soutien que l’épouse pouvait et devait offrir à son mari, et le mari à son épouse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Renedo, « Nuria Silleras-Fernandez, Chariots of ladies: Francesc Eiximenis and the court culture of medieval and early modern Iberia », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-1 | 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/7621

Haut de page

Auteur

Xavier Renedo

Universitat de Girona

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org