Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Philippe Rabaté, Hélène Tropé (éd.), Autour de « Don Quichotte » de Miguel de Cervantès

Nadine Ly
Référence(s) :

Philippe Rabaté, Hélène Tropé (éd.), Autour de « Don Quichotte » de Miguel de Cervantès, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, Travaux du Centre de Recherches sur l’Espagne des xvie et xviie siècles, 2015, 205 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif bilingue, édité et présenté par Philippe Rabaté et Hélène Tropé à l’occasion de la célébration à Paris du quatrième centenaire de la publication de la Deuxième partie du Quichotte (1615-2015), et publié par les Presses de la Sorbonne Nouvelle, s’organise en trois parties bien équilibrées — L’intertextualité, Élaboration d’une nouvelle poétique et Dire, voir et recevoir le monde de don Quichotte — entre lesquelles se répartissent dix-sept contributions. À tous seigneurs tous honneurs : il revient à Augustin Redondo, Michel Moner et Jean Canavaggio d’ouvrir chacune des trois parties du livre dont l’introduction, de 18 pages, signée par les éditeurs, choisit de rendre compte du succès du double livre en France.

2À la lecture de l’ouvrage, j’ai pu observer qu’un dialogue semblait s’instaurer entre certaines études et que des relations d’analogie, thématiques ou méthodologiques, permettaient d’en regrouper d’autres. J’ai choisi de m’appuyer librement sur cette recomposition qui jette des ponts entre les trois parties de l’ouvrage : traitant du Quichotte, elles ne pouvaient pas être étanches et cette possible circulation n’est pas leur moindre mérite.

Trois dialogues intertextuels

3Lues à la suite l’une de l’autre, l’étude de Luc Torres et Hélène Tropé, « Don Quichotte de Cervantès (1605-1615) au miroir de Palmerin d’Angleterre de Francisco de Moraes (Tolède, 1547-1548) » (pp. 37-53), celle de Philippe Rabaté « Figures du temps dans Guzmán de Alfarache et dans Don Quichotte » (pp. 73-82), et celle enfin de David Alvarez Roblin « La riposte de Cervantès à Avellaneda dans le Don Quichotte de 1615 : leçon d’écriture ou dialogue ? » (pp. 83-90), offrent, avec trois approches complémentaires de l’imitatio créatrice, la déclinaison des stratégies cervantines d’appropriation, de rejet et de dépassement de trois contre-modèles auxquels s’est affrontée l’écriture du Quichotte.

4La première des trois extrait de l’examen de la bibliothèque de don Quichotte l’un des livres sauvés du feu, « esta palma de Inglaterra », pour montrer les liens qui le relient au Quichotte. On apprécie le courage des auteurs face à la très grande difficulté qu’il y a à identifier des points de contact précis entre les romans de chevalerie qu’a pu lire Cervantès et sa propre création. Sans méconnaître l’important travail d’exploration effectué par les auteurs, la première partie de l’article ne parvient pas à convaincre, tant son approche de « la forme et du fond » (p. 40 et suivantes) reste obligatoirement superficielle. Il est dommage qu’une allusion concrète à la pratique du zeugme dans le Palmerin (p. 42) ne donne lieu à aucun développement, alors que Claude Allaigre et Jean-Marc Pelorson en ont montré l’importance pour l’écriture de Cervantès. La deuxième partie de l’étude, centrée sur trois motifs, le « corps mort », la « barque enchantée » et le « Jugement des dames » (Pleito de damas), corrige bien des défauts de la première et justifie l’intérêt des auteurs pour la difficile mise en relation du Quichotte avec l’un de ses possibles modèles.

5Philippe Rabaté propose de rendre compte de la stratégie de différenciation mise en œuvre par Cervantès vis-à-vis de l’autre fondateur du roman dit moderne, à partir de l’analyse de trois figures temporelles communes au Guzmán et au Quichotte : la « naissance du protagoniste », les notions de « temps et expérience » et le couple « actualité et anachronisme ». La première donne lieu à un commentaire incontestable, mais pour ce qui est du temps de l’expérience, une dissymétrie s’installe dans l’analyse sans qu’aucune comparaison entre l’alternance d’états de fortune et d’infortune pour Guzmán et le temps propre des (més)aventures initiatiques de don Quichotte éclaire le parti pris cervantin. Enfin, la mise en regard des deux œuvres sous le titre de « Actualité et anachronisme », laisse le lecteur sur sa faim. L’exercice de comparaison, « à la fois instructif et frustrant » (p. 81), valait la peine d’être tenté, mais la perspective temporelle dépassait l’espace imparti à l’analyse.

6Après le contre-modèle occulté, c’est aux relations ambiguës entre le Quichotte de 1614 et le Quichotte cervantin de 1615 que, dans le prolongement de sa thèse (qui traitait aussi de la suite « illégitime » du Guzmán : De l’imposture à la création : le Guzmán et le Quichotte apocryphes, Madrid, Casa de Velázquez, 2004), David Alvarez consacre le dernier des trois dialogues intertextuels. Après avoir utilement caractérisé « le projet d’écriture d’Avellaneda », l’auteur démontre dans « De la “vengeance” à la “riposte” cervantine » que la suite apocryphe acquiert le statut de source d’inspiration susceptible de favoriser « le mûrissement du projet romanesque cervantin » (p. 87), notamment par le biais d’emprunts directs au rival ; le dernier point de l’analyse « “Réplique” [réponse et copie] ou “contamination textuelle” ? », montre de manière convaincante que Cervantes « fait fructifier » des pistes simplement ébauchées par Avellaneda. La mise en regard des deux textes est particulièrement utile pour rendre compte de détails apparemment insolites de la deuxième partie cervantine.

Autour des galériens, de la violence et de la justice (trois études)

7L’aventure des galériens, I, 22, retient l’attention de trois auteurs. Bénédicte Torres (« Enjeux de la violence dans Don Quichotte de Cervantes », pp. 131-140) l’associe à d’autres épisodes pour dégager divers aspects de la violence de don Quichotte. En s’appuyant (au-delà des études classiques d’A. Close, J. Canavaggio, M. Joly, A. Redondo ou P. Vilar) sur René Girard, Michel Onfray ou María Zambrano, elle fait de don Quichotte le bouc émissaire ou la victime sacrificielle d’une communauté projetant hors d’elle une « violence indifférenciée ». La proposition ne manque pas d’intérêt mais n’est pas étayée. La communauté, par exemple, n’est nulle part définie et la mise en relation de la violence justicière du personnage avec « le vécu personnel de l’auteur », très succincte, propose une hypothèse qui n’est vérifiable, principalement, que dans les textes cervantins. Même si c’est important, ce n’est pas suffisant.

8Susan Byrne (« Las leyes en el Quijote, de 1605 a 1615 », pp. 123-130), après avoir rappelé utilement la distinction entre « letras humanas » et « letras jurídicas » et les conflits entre justice ecclésiastique et justice civile, observe finement que l’épisode des galériens est le seul où don Quichotte ne parle pas de « desfacer tuertos » ni de « desfacer agravios », mais de « desfacer fuerzas ». En fonction du sens juridique de « fuerza », elle revendique une lecture subversive de l’épisode en ce que don Quichotte permet aux galériens de faire appel des condamnations alors que, dans la deuxième partie, il se soumet aux lois de la justice commutative.

9Jean Canavaggio (« Don Quijote entre burlas y veras : la aventura de los galeotes », pp. 153-163) semble répondre aux deux études antérieures en contextualisant ou en historicisant les lectures qui ont envisagé l’épisode sous le double sceau de la justice punitive (rappelée par Sancho) et d’une justice corrompue (invoquée par don Quichotte). Des lectures « extrapolatrices » qui se placent sur le terrain d’une supposée « théorie » cervantine de la justice et de la contre-lecture comique qu’en donne un Anthony Close — et qui ne dépasse pas le xviiie siècle —, il passe au surgissement d’un nouvel horizon d’attente, configuré par le Romantisme. Opportunément rappelé par Canavaggio, le « détail » de l’absence de jugement de valeur d’un Cide Hamete sur les galériens justifie que la fable cervantine soit devenue, de siècle en siècle et de lecture en lecture, une « authentique mythologie ».

Les déboires de la pastorale et de l’épopée (trois études)

10Avec ses « Pastoralia en el Quijote : las bodas de Camacho » (pp. 55-62), Isabel Lozano choisit d’aborder l’épisode en référence aux genres mineurs, liés à l’oralité, de la pastorale, dont elle prend bien soin de signaler qu’elle ne saurait se réduire à l’espèce bucolique. Définissant les noces de Camacho comme un épithalame au sens large, dégagé du cadre épidictique, Isabel Lozano y découvre les traces, relayées par le théâtre du xvie siècle, de la tradition populaire des carmina Fescennina, ces vers ou ces chants grossiers que, dans la Rome antique, les invités de la noce entonnaient une fois les mariés retirés. À propos de trois moments majeurs de l’épithalame : l’éloge des futurs époux, les festivités nuptiales et la dextrarum iunctio qui scellait le contrat entre les mariés, elle relève efficacement tout ce qui « casse » la pureté d’une belle noce paysanne. Remarquable confirmation finale de cette interpénétration générique, elle justifie l’acceptation apparemment stoïque de son échec par Camacho, berné par son rival Basilio et obligé de renoncer à Quiteria, par la licencia fescenina : pour ces tours ou ces farces liés aux célébrations nuptiales, il n’existait aucun droit de réponse.

11Juan Diego Vila aborde des chapitres beaucoup plus mélancoliques, comme l’indique son titre : « “Que está ya duro el alcacel para zampoñas” : melancolía y defección en la clausura del Quijote de 1615 » (pp. 63-71). Le parcours épico-pastoral que Juan Diego Vila effectue dans les derniers chapitres de la deuxième partie consigne une série d’échecs. La fingida Arcadia, divertissement de jeunes gens oisifs et le rêve de don Quichotte d’une vie pastorale paradoxalement heureuse, piétiné par des porcs, signent la mort d’un genre dont l’écrivain ne peut plus rien tirer. Quant à l’aventure épique, c’est à Sancho qu’il revient d’en tirer la leçon, tel un nouvel Ulysse (pp. 66-67). Passé le seuil de la maison, que devient « el ejercicio de narrar » ? (p. 67). C’est cette impossible réinsertion dans l’univers magique de la fiction que montrent les dernières pages de l’article (fin de la p. 67 à p. 71). En indiquant à don Quichotte les voies pieuses et routinières de la vie qu’il doit mener et, surtout, en le comparant à de l’orge desséchée et dure, au grain stérile, la nièce lui signifie qu’il ne peut plus ressusciter dans de nouvelles aventures et qu’il ne lui reste plus qu’à mourir.

12Il revient à l’analyse présentée par Augustin Redondo « De l’épisode taurin à la porcine aventure (Don Quichotte, II, 58 et 68) : une nouvelle approche » (pp. 27-35) d’éclairer le désastre pastoral et chevaleresque et, plus largement, le parcours dégradé de don Quichotte, en portant une attention aiguë au fil conducteur des mentions qu’il fait d’Hercule et aux aventures qui inversent comiquement (tel en II, 17, le défi au lion) ou de manière infâme (les taureaux et les porcs) certains des travaux du demi-dieu : le Lion de Némée, le taureau d’Acheloos et le Sanglier d’Erymanthe. À l’écoute des échos, directs ou indirects, que la figure d’Hercule anime dans le roman c’est le profond travail que ses représentations littéraires (jusqu’à l’apocryphe de 1614), mythologiques, emblématiques et flokloriques opèrent sur l’écriture de Cervantès que l’article invite à contempler. C’est aussi la cohérence profonde du destin de don Quichotte, au croisement de la lettre du texte et de ses multiples implications culturelles, qu’il met en lumière.

Du rire aux rires et du texte à l’image (trois études)

13Après la mélancolie, le rire, même s’il est pris au sérieux. Il me semble intéressant ici de rapprocher l’analyse de Marina Mestre « Le rôle du rire dans le Don Quichotte de Cervantès » (pp. 103-111) de deux études qui portent l’une sur l’ekphrasis qui donne à voir, dans le texte, une représentation picturale, « Retórica visual : ékfrasis y teoría de la ilustración gráfica en el Quijote » (pp. 175-181) de Mercedes Alcalá Galán, et l’autre, de José Manuel Lucía Megías, sur la diffusion iconographique européenne des traits risibles de don Quichotte : « Tan al natural y propio como le pintan en su libro : de las primeras representaciones del Quijote a las lecturas iconográficas de los siglos xvii y xviii » (pp. 183-194).

14S’emparant d’une formule non développée d’Anthony Close, la catharsis comique, et s’appuyant sur deux remarques significatives de López Pinciano (pp. 105-106), Marina Mestre met en question la fonction de purgation du rire en tant que produit de la non-identification du lecteur avec le personnage comique. En inscrivant au contraire le plaisir et le rire dans le cadre de la fonction morale et rationnelle que Cervantès attribue à la fiction ; dans le souhait, exprimé par l’ami du Prologue, qu’elle soit capable de faire rire tous les hommes et de les intéresser tous, en toute liberté, et dans la « réversibilité » de don Quichotte (Redondo), souvent proche du lecteur en dépit du ridicule, Marina Mestre fait de « chaque éclat de rire », conçu comme réponse à une émotion, le moteur efficace susceptible de déclencher, chez le lecteur, le travail de la réflexion.

15La contribution de Mercedes Alcalá Galán qui, avec les manifestations de l’ekphrasis dans le Quichotte, participe autant de « la culture textuelle » du rire que de sa « culture visuelle », évoque d’abord les œuvres et les faits majeurs de l’époque « philoscopique » (le xvie siècle notamment) qui voit naître le Quichotte. Elle relie l’exceptionnelle capacité de Cervantès à imaginer et à décrire les illustrations de son texte, qui n’existent que par ce texte (la représentation de la bataille avec le Biscayen dans les papiers de Cide Hamete), à sa tout aussi exceptionnelle capacité à créer, sans décrire, des images qui deviendront des icônes (l’attaque des moulins par exemple ; on pense aussi à la double silhouette immortalisée par Picasso) et à prophétiser, dans la deuxième partie, que son livre se métamorphosera en images…

16Ces images, abondamment reproduites par José Manuel Lucía Megías, retiennent les traits ridicules de don Quichotte et de Sancho, mais affublent parfois les deux personnages d’accessoires qui n’apparaissent pas dans le texte de Cervantès. Elles sont associées, dès la publication de la première partie, aux fêtes et mascarades qui saluent, par exemple, la naissance en avril 1605 du futur Philippe IV (et non III, comme dans le texte p. 184, l. 8) et si elles témoignent de l’engouement pour la littérature chevaleresque en Europe (en déclin en Espagne), elles révèlent aussi que « comicidad, risa, carcajadas serán el primer ambiente de recepción de la obra » (p. 186). C’est la folie caricaturale du personnage qui explique son succès iconographique en France, en Allemagne ou en Angleterre, mais il faudra attendre l’édition illustrée du Quichotte, réalisée en 1780 par la Real Academia, pour que l’iconographie respecte les portraits cervantins écrits.

À partir du détail (trois études)

17L’analyse d’Isabelle Rouane-Soupault, « L’aventure en chambre : don Quichotte et la duègne Rodríguez, le personnage en question » (pp. 113-122) se caractérise par son attention à divers « détails », à partir desquels elle élargit l’espace de la chambre aux questionnements qui agitent la Cueva de Montesinos. La rencontre entre don Quichotte et l’intéressante dueña Rodríguez, ce « combat amoureux dont la chambre est le décor » (peut-on y voir un écho au « camaranchón », I, 16, théâtre d’une aventure érotico-repoussante, entre don Quichotte et Maritornes ?), est analysée en fonction d’une figure (l’inclusion), d’un motif (la réclusion) et d’une poétique, celle de « l’enveloppement ». Au cœur même du burlesque : deux vieillards comme deux fantômes, enveloppés de pudeur dans une situation scabreuse, sourd l’espoir inouï de voir renaître le désir. Un « détail singulier », la ressemblance « exacte » entre la Belerma de la Cueva et doña Rodríguez, permet à Isabelle Rouane-Soupault d’affirmer la plurivocité de l’aventure en chambre, la nature hybride de ses protagonistes, entre corps usés et esprits ou fantômes et la place de la chambre, en tant que grotte dégradée et domestique, dans les mésaventures quichottesques de la deuxième partie.

18L’observation, à nouveau, d’un détail, celui des « palabras híbridas », « bivocales », permet à José Manuel Martín Morán, avec un titre dont il dévoile le mystère (p. 173) : « Tranca, retranca y trancazo. La doble intención en los diálogos del Quijote » (pp. 165-173), de démontrer leur fonction diégétique, la mise en scène du conflit dialogique de visions contrastées du monde et la caractérisation des interlocuteurs. Martín Morán évoque notamment le détournement des propos de don Quichotte à des fins de moquerie ou de tromperie mais il relève aussi des mots pour lesquels « la segunda intención funciona como instrumento de venganza para el vencido por don Quijote » avec l’exemple spectaculaire du chapitre I, 19 : le bachiller Alonso López, immobilisé sous sa mule, la jambe cassée, y renvoie à la tête de don Quichotte une éblouissante et énergique variation sur les termes « enderezando tuertos y desfaciendo agravios », dont il démontre la catastrophique malfaisance. Bien qu’il soit plus délicat de suivre Martín Morán lorsqu’il évoque des personnages échappant à leur narrateur pour devenir autonomes, le parcours transversal qu’il effectue à travers les manifestations de ce traitement particulier du langage permet d’éclairer un vaste pan des stratégies narratives et romanesques du Quichotte.

19« Amplificateur d’indices », le paratexte verbal ou interne du récit de Ruy Pérez de Viedma, présente à qui sait les déceler et les entendre des notes discordantes qui permettent à Michel Moner « Étude d’un “paratexte verbal” : les paradoxes de l’encadrement du récit du Captif », Don Quichotte, I, 37-42) de revoir de fond en comble l’idée selon laquelle le récit du Captif réalise une synthèse entre le vraisemblable et le merveilleux, entre l’Histoire et la Légende. Le relevé lucide des indices contradictoires proposé par Moner montre que l’Histoire est singulièrement malmenée : l’évocation de la victoire Lépante interrompue par deux sonnets, cède la place au souvenir de la défaite (la Goulette et un fortin) et de soldats inutilement sacrifiés. Et si le récit de Ruy Pérez apparaît à certains comme une mise en cause de la légende mariale, c’est en raison du caractère énigmatique et contradictoire de Zoraida « une figure, constituée d’une mosaïque de personnages, qui transcende ses différents avatars, à commencer par celui de la Vierge de Liesse… » (p. 101).

20Je soulignerai, ici comme ailleurs dans l’ouvrage, l’efficacité méthodologique de l’observation des détails, brillamment exposée pour la peinture par un Daniel Arasse.

L’adieu à la poésie et la crise de la conscience européenne

21J’ai choisi de refermer cette lecture, quelque peu retournée, de l’ouvrage Autour du « Don Quichotte » de Cervantès, par l’étude de José Montero Reguera « Elogio y defensa de la poesía por Cervantes : capítulo final (Don Quijote, II, 16 y 18) », pp. 141-149, et par celle de Jesús Pérez-Magallón, « Cervantes en el tiempo de la crisis de la conciencia europea », pp. 195-202. Toutes deux, dans des perspectives différentes (autobiographique et littéraire pour l’une, critique et historique pour l’autre), entrent en singulière résonance avec les échecs et la tristesse des derniers chapitres du Quichotte.

22Dans sa défense de la poésie devant don Diego de Miranda, don Quichotte énonce les idées (sans originalité) de Cervantès sur cette science, qui se sert de toutes les autres et les autorise toutes, mais lorsqu’il qualifie don Lorenzo de grand poète, titre que le jeune homme refuse, il s’étonne de trouver un poète qui ne se prenne pas pour le meilleur. À quoi don Lorenzo, endossant à son tour le rôle de porte-parole de Cervantès, réplique : « No hay regla sin excepción […], y alguno habrá que lo sea y no lo piense ». L’article de José Montero Reguera apporte sur cet « alguno », désabusé et en butte aux critiques, une intéressante et convaincante information. Il incite à rapprocher la défense de la poésie (I, 16) de la défense de la science chevaleresque (I, 18), « que es tan buena como la de la poesía, y aun dos deditos mejor », la science des sciences, et qui renvoie autant à la « folie » ambiguë du chevalier, « loco bizarro », qu’aux potentialités du livre auquel Cervantès, poète et auteur, fait peut-être allusion.

23Quant à la brillante étude de Jesús Pérez-Magallón qui clôture l’ouvrage recensé comme elle clôture cette recension, je n’en retiendrai que deux éléments. Le premier concerne l’époque choisie pour y visiter la réception du Quichotte : la « crise de la conscience européenne », 1680-1715, selon le titre de Paul Hazard, coïnciderait, selon Michael Iarocci avec « la amputación simbólica de España del gran relato de la modernidad europea ». Le deuxième est relatif à l’idée, qui s’impose d’abord en Angleterre, de la responsabilité « de Cervantes y el Quijote en la eliminación y destierro de la caballerosidad y galantería » (p. 201). En revanche, après la publication de la Vida de Miguel de Cervantes par Mayans, l’édition londonienne du Quichotte en 1738 s’ouvre sur une Dédicace à la comtesse de Montijo dans laquelle John Carteret va jusqu’à reconnaître au livre, comme l’indique Pérez-Magallón, le pouvoir de « enmendar el genio de una nación, que va mucho más allá de desterrar la afición a las novelas de caballerías » (p. 202). Il est vrai que Carteret créditait Cervantès, par le biais de son livre, d’avoir favorisé l’expulsion des morisques d’Espagne « sin efusión de sangre, ruina de familias, ni inconveniente alguno ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Ly, « Philippe Rabaté, Hélène Tropé (éd.), Autour de « Don Quichotte » de Miguel de Cervantès », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-1 | 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://mcv.revues.org/7627

Haut de page

Auteur

Nadine Ly

Université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org