Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Thomas Devaney, Enemies in the Plaza. Urban Spectacle and the End of Spanish Frontier Culture

Isabelle Poutrin
Référence(s) :

Thomas Devaney, Enemies in the Plaza. Urban Spectacle and the End of Spanish Frontier Culture, 1460-1492, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, « The Middle Ages Series », 2015, 246 p.

Texte intégral

1L’auteur s’intéresse aux spectacles publics comme moyens de communication politique, dans la Castille du xve siècle. Le terrain choisi est celui des villes de la frontière avec le royaume de Grenade, dans une zone de contacts intenses entre chrétiens, musulmans et juifs. Cette situation frontalière, la persistance de la « petite guerre » contre l’émirat voisin et la prégnance des relations inter-religieuses au sein des villes conditionnent en grande partie le contenu des messages que les élites entendent délivrer aux populations urbaines, par un travail de communication qui s’avère complexe. Il est question, d’une part, de mobiliser les populations pour la guerre de (Re)conquête contre le royaume de Grenade, tout en prenant en compte le sentiment d’insécurité physique qui résulte de l’état de belligérance ; et, d’autre part, de s’engager dans les débats qui agitent ces sociétés urbaines, concernant la coexistence inter-religieuse et la violence à l’encontre des minorités. L’ambition du livre est de relire le passage, dans la société castillane, d’une culture politique médiévale à celle de la modernité, à travers les deux prismes de la frontière et du spectacle public urbain. L’étude vise à mieux caractériser l’attitude de cette société envers les minorités religieuses, l’auteur apportant par là sa contribution au vaste débat historiographique sur le « vivre ensemble » (convivencia). Le conflit entre la tradition de coexistence des groupes religieux et l’idéologie de guerre sainte visant à la conquête du royaume de Grenade, sur fond de sentiment d’insécurité, définit une mentalité de frontière que l’auteur désigne comme une « aimable inimitié » (amiable enmity). Les spectacles publics sont un moyen d’exprimer ces tensions et ces contradictions. Loin de se résumer à une communication unilatérale des élites vers les gens du commun, ils sont révélateurs des interactions entre les uns et les autres, dans un échange où l’on voit monter, finalement, l’hostilité envers les musulmans, les juifs et les convertis.

2La première partie met en contexte les spectacles publics, en interroge les dispositifs, les modes de réception et les fonctions. En partant de l’exemple de la Farce d’Avila (5 juin 1465) — le célèbre épisode de la déposition rituelle d’Henri IV Trastamare, présent en effigie, et du couronnement de son demi-frère Alphonse par les nobles rebelles au roi — l’auteur attire tout d’abord l’attention sur la question de la réception des spectacles : l’objectif des élites étant de produire un effet, de faire passer un message, il est nécessaire de s’interroger sur les réactions du public, malgré la difficulté à documenter ce sujet. Les spectateurs sont dotés d’une culture commune qui leur permet de saisir le sens des dispositifs, des jeux de couleur, des costumes, des emblèmes, des paroles prononcées ; leurs propres réactions gestuelles et verbales sont, elles aussi, exprimées dans un langage symbolique qui relève de la même culture commune. Les récits des spectacles fournissent des indications sur ces réactions, mais les historiens n’en possèdent pas toujours la clef, comme le montrent les diverses interprétations de la Farce d’Avila. Les spectateurs, en outre, modulent leurs réactions selon le type de spectacle qui leur est proposé, nobiliaire (tournois, joutes, souvent clos par un entremes, une farce) ou religieux (prédications, processions, fêtes des saints patrons, elles aussi accompagnées de représentations). Ces spectacles portent les débats qui traversent alors la société castillane, ainsi sur la valeur militaire des nobles, exaltée par les tournois, ou sur la moralisation des comportements, exigée par les prédicateurs.

3L’auteur se tourne ensuite vers les producteurs des spectacles en s’intéressant aux dispositifs mis en place pour rendre effective la communication des messages politiques. Ces dispositifs s’inscrivent dans des paysages urbains qui font l’objet d’un intérêt croissant, de la part d’auteurs tels que Rodrigo Sánchez de Arévalo, Alfonso de Palencia ou Jerónimo de Córdoba, marqués par l’humaniste italien. Une attention similaire au cadre urbain s’exprime dans Le portrait de la gaillarde Andalouse (Retrato de la Lozana andaluza) de Francisco Delicado, située à Cordoue. Les monuments civils et religieux ont eux aussi une fonction de communication politique, et les spectacles qui y sont adossés en retirent une tonalité spécifique. Les conditions d’accessibilité du lieu du spectacle doivent aussi être prises en compte puisqu’elles excluent certaines catégories de la population urbaine (femmes, pauvres, non-chrétiens), tandis que le placement des spectateurs et les éléments de confort qui leur sont accordés organisent la hiérarchie entre les groupes sociaux. Au-delà des exemples analysés, cette première partie du livre invite à prêter attention à la dimension spatiale des spectacles, envisagée à diverses échelles, ainsi qu’à leurs conditions de réception.

4Trois études de cas sont développées dans la seconde partie de l’ouvrage. La première nous conduit à Jaén où s’est établi Miguel Lucas de Iranzo, connétable de Castille, après une série de vicissitudes à la cour d’Henri IV. Miguel Lucas utilise les spectacles comme une ressource politique afin de galvaniser la population, l’inciter à reprendre le combat contre l’islam et, ainsi, à rompre avec la culture d’« aimable inimitié » qui prévaut sur la frontière. Il organise à la Noël 1462 une grande joute qui met aux prises deux partis, costumés respectivement en Chrétiens et en Musulmans, et se termine par la conversion acceptée par ces derniers après qu’ils ont été vaincus dans la lice. La réception d’une délégation venue de Grenade, durant le Carnaval de 1463, est l’occasion d’un juego de cañas, combat de lances qui permet au connétable de déployer sa vaillance aux yeux de ses hôtes musulmans. Partisan résolu de la conversion des « infidèles » juifs et musulmans, Miguel Lucas se fait le protecteur des « nouveaux chrétiens » issus du judaïsme ; il s’attire ainsi la haine de ceux qui, dans les rangs du peuple et des élites, persistent à voir dans les conversos de faux chrétiens. Son assassinat dans la cathédrale de Jaén, pendant la messe, le 22 mars 1473, par des émeutiers anti-conversos signe l’échec de son projet de société : relancer la guerre contre Grenade tout en accueillant les « infidèles » convertis au christianisme.

5La deuxième étude ramène le lecteur à Cordoue, théâtre de violences déchaînées contre les conversos à l’occasion d’un incident survenu durant la Semaine sainte de 1473. L’auteur s’arrête sur le déroulement des interactions entre les émeutiers, les défenseurs des conversos et don Alonso de Aguilar, alcalde mayor de Cordoue, en replaçant l’événement dans le contexte social mais aussi dans la configuration spatiale de la ville, caractérisée par la ségrégation croissante des minorités religieuses. L’incident déclencheur des émeutes est interprété comme une provocation de la part d’une faction urbaine hostile aux conversos, considérés comme des rivaux dans la compétition économique, autant que comme des ennemis de la foi chrétienne.

6La célébration du Corpus Christi à Murcie clôt cette série d’études. Les festivités, marquées par une grande procession qui met en scène les hiérarchies sociales à l’intérieur de la population urbaine, sont un moyen de réaffirmer l’identité à la fois civique et chrétienne de la ville, message largement diffusé par les représentations théâtrales jouées devant les habitants. L’auteur s’intéresse en particulier au rôle des membres des minorités religieuses dans ces célébrations, pour montrer l’évolution décisive qui se produit pendant la guerre de Grenade. Musulmans et juifs, jusque-là admis à une place subalterne, sont alors évincés des festivités quand ils ne sont pas réduits à être des éléments du spectacle, tournés en dérision.

7L’étude des spectacles urbains dévoile ainsi la fonction politique de ceux-ci dans le contexte conflictuel qui est celui de la Castille de la seconde moitié du xve siècle. Le travail de contextualisation, solidement mené, conduit à revisiter la période au prisme de cet objet bien spécifique. Cependant, la vision de la société castillane et la compréhension des relations inter-religieuses qui émergent de cette enquête tendent plutôt à conforter les propositions de l’historiographie récente, qu’à les bouleverser. Par ailleurs, malgré quelques aperçus, par exemple sur le théâtre anglais, l’ouvrage apparaît rigoureusement enfermé dans la période et sur le terrain étudiés, alors qu’on aurait attendu quelques mises en perspective plus larges. Le thème de la conversion des païens, cher à Miguel Lucas, ne puise-t-il pas son inspiration dans la lecture des chansons de geste, où la défaite des Sarrasins au combat se traduit bien souvent par leur conversion religieuse qui est aussi une allégeance politique ? La fonction excluante des célébrations du Corpus Christi et les rituels d’humiliation des juifs sont-ils spécifiques à la Castille, ou peut-on la repérer dans d’autres contextes — on pense aux « courses de juifs » du Carnaval romain par exemple ? En définitive, si l’ouvrage retient l’attention par son projet et se lit avec intérêt, il n’ouvre pas de vastes horizons historiographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Poutrin, « Thomas Devaney, Enemies in the Plaza. Urban Spectacle and the End of Spanish Frontier Culture », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-1 | 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/7639

Haut de page

Auteur

Isabelle Poutrin

Université Paris-Est Créteil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org