Skip to navigation – Site map
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Valentín Núñez Rivera, Cervantes y los géneros de la ficción

David Alvarez Roblin
Bibliographical reference

Valentín Núñez Rivera, Cervantes y los géneros de la ficción, Madrid, Prosa Barroca - SIAL, 2015, 346 p.

Full text

1Regroupant un florilège d’articles publiés entre 2003 et 2015, l’ouvrage de Valentín Núnez Rivera offre un éclairage singulier sur l’extraordinaire diversité des formules romanesques en vigueur durant le Siècle d’or espagnol et met en lumière les riches interactions existant entre elles. Ce livre foisonnant est divisé en deux parties : la première — la plus longue — s’intéresse à trois genres littéraires importants en Espagne entre la fin du xvsiècle et le début du xviie siècle (le roman sentimental, le roman picaresque et la nouvelle) ; la seconde — plus brève — examine quant à elle la façon dont Cervantès s’est réapproprié ces différents genres, principalement dans le Quichotte, dans les Nouvelles exemplaires, mais aussi dans certaines de ses œuvres théâtrales.

2La première partie (« Trayectorias y pervivencias », pp. 19-179) s’ouvre par une série d’études dédiées à un genre aujourd’hui relativement méconnu, le roman sentimental. Valentín Núñez propose un parcours qui alterne entre une vision panoramique de celui-ci, qui permet de dégager ses principaux invariants, et l’étude de quelques cas spécifiques marquant un tournant dans son évolution, tels que Grisel et Mirabella de Juan de Flores et Penitencia de amor de Pedro Manuel Ximénez de Urrea, sans oublier la parodie des codes de la fiction sentimentale à laquelle se livre Rojas dans La Célestine.

3L’auteur se penche ensuite sur le genre picaresque, dont il commence par rappeler les liens étroits avec L’Âne d’or d’Apulée, diffusé dans la péninsule Ibérique grâce à López de Cortegana (1513). Un autre chapitre est dédié à la continuation anonyme du Lazarillo de 1555, qui éclaire d’une autre manière la formation du genre picaresque. L’un des mérites de Núñez est d’aller ici à contre-courant et de chercher à comprendre le projet romanesque de ce continuateur si souvent décrié afin d’en montrer la cohérence. Enfin, l’auteur revient sur la trajectoire éditoriale du Lazarillo, en prêtant une attention particulière aux nombreux ajouts et aux retranchements introduits dans les différentes éditions du texte, dont il s’agit de déterminer les enjeux.

4Pour terminer, Núñez s’intéresse à la nouvelle, en passant en revue les principaux modes de publication de cette dernière (recueil, avec ou sans récit-cadre, ou bien enchâssement dans une véritable macrostructure romanesque). Après une brève mise en perspective historique, plusieurs modes de regroupement et d’enchâssement sont examinés. La question essentielle est, comme l’indique l’auteur, celle du lien plus ou moins étroit entre la partie et le tout, et des artifices employés pour rendre l’ensemble homogène (commentaires des auditeurs du récit ou jeux de miroir entre récits enchâssés et histoire principale, lorsque celle-ci est intégrée à une macrostructure).

5La deuxième partie de l’ouvrage (« Modulaciones cervantinas », pp. 183-309) propose d’analyser la façon dont Cervantès s’est réapproprié ces genres et a su jouer avec leurs codes. Núnez ouvre ce second volet de sa réflexion par une série de considérations générales sur la folie et la figure du fou chez Cervantès et Shakespeare. Ce chapitre, très érudit et très complet, propose une utile synthèse sur la question controversée de l’influence de L’Éloge de la folie d’Érasme sur ces deux maîtres de la littérature universelle, dont quelques œuvres sont étudiées successivement.

6Le deuxième chapitre de cette section, l’un des plus remarquables du livre, est entièrement consacré à l’influence du roman sentimental chez Cervantès. Ici, la bipartition de l’ouvrage prend tout son sens, puisque les codes du roman sentimental, longuement décrits dans la première partie, apparaissent retravaillés et même subvertis par l’auteur du Quichotte, en particulier dans l’épisode de Cardenio. Très intéressant en soi, le chapitre iii, dédié au roman pastoral, s’insère un peu moins bien dans la réflexion d’ensemble : dans la mesure où ce genre littéraire n’a pas fait l’objet d’une analyse dans la première partie de l’ouvrage, il est un peu plus difficile de percevoir en quoi consiste la spécificité cervantine et de comprendre les leçons que Cervantès a retenues de la pastorale.

7Les trois chapitres suivants s’intéressent, quant à eux, à la façon dont Cervantès s’est positionné par rapport au genre picaresque, selon trois angles d’attaque. D’abord, une approche générale, qui retrace l’attitude ambivalente du romancier à l’égard de cette formule narrative en plein essor au début du xviie siècle. Du Quichotte aux Nouvelles exemplaires, celui-ci ne cesse de méditer sur les réussites et les limites de ce nouveau venu dans le paysage de la fiction en prose. Vient ensuite une lecture « métapicaresque » du chapitre xxii de la Première partie du Quichotte, qui relate la rencontre des héros avec le pícaro Ginés de Pasamonte. Núñez étudie alors la défiance de Cervantès à l’égard du récit autobiographique, c’est-à-dire vis-à-vis d’un point de vue unique et hégémonique, source de toutes les manipulations possibles. Le dernier angle d’attaque adopté examine la plus spectaculaire et la plus paradoxale des métamorphoses que connaît la figure du pícaro au Siècle d’or : celle qui le transforme en saint (notamment dans la pièce de Cervantès El rufián dichoso), en exposant de manière suggestive les différentes modalités et les ambiguïtés d’une telle transformation.

8Enfin, en guise d’ouverture, l’ultime chapitre de l’ouvrage traite de la postérité du choix novateur de Cervantès, lorsque celui-ci décida de publier son recueil de nouvelles (paru en 1613 sous le titre de Nouvelles exemplaires) sans récit-cadre et sans l’insérer dans une macrostructure, ce qui constitua une véritable révolution.

9En définitive, le livre de Valentín Núñez est une véritable mine d’idées. Il a le grand mérite d’envisager la fiction au Siècle d’or dans la durée (entre la fin du xve siècle et le début du xviie), ce qui lui permet de dégager des évolutions et d’établir des rapprochements qui étaient parfois passés inaperçus. Une autre de ses vertus est de redonner toute sa place au roman sentimental, dont les liens avec l’œuvre de Cervantès n’avaient sans doute pas été étudiés de façon assez approfondie. Enfin, on peut savoir gré à l’auteur d’avoir souvent intégré à sa réflexion des textes qui ne sont pas canoniques et d’avoir su redonner une place aux épigones, en mettant en relief leur contribution à ce qui fut sans aucun doute un véritable âge d’or de la fiction.

Top of page

References

Electronic reference

David Alvarez Roblin, « Valentín Núñez Rivera, Cervantes y los géneros de la ficción », Mélanges de la Casa de Velázquez [Online], 47-1 | 2017, Online since 15 April 2017, connection on 25 May 2017. URL : http://mcv.revues.org/7647

Top of page

About the author

David Alvarez Roblin

Université de Picardie (Amiens)

By this author

Top of page

Copyright

© Casa de Velázquez

Top of page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org