Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Aránzazu Sarría Buil, Eduardo Haro Ibars, Cultura y memoria «a la contra». Artículos en las revistas Triunfo y Tiempo de Historia (1975-1982)

Brice Chamouleau
Référence(s) :

Aránzazu Sarría Buil, Eduardo Haro Ibars, Cultura y memoria «a la contra». Artículos en las revistas Triunfo y Tiempo de Historia (1975-1982), Madrid, Postmetropolis Editorial, 2015, 460 p.

Texte intégral

1L’édition d’une part des écrits journalistiques de Eduardo Haro Ibars par Aránzazu Sarría Buil est précieuse à double titre : elle nourrit une archive alternative de la « transition », fondée sur le regard « intime et aigu » de Haro Ibars, figure centrale de l’underground juvénile madrilène, sur le moment transitionnel. Cette archive est précédée d’autre part d’une dense étude liminaire qui énonce avec clarté les enjeux historiographiques de la voix ibarienne pour la connaissance du post-franquisme. L’ouvrage constitue, par ailleurs, un heureux complément à la biographie publiée par José Benito Fernández, Eduardo Haro Ibars, Los pasos del caído (Anagrama, 2005).

2Le volume recueille une sélection d’articles publiés par Haro Ibars dans deux revues, Tiempo de Historia et Triunfo, présentés thématiquement. De la première, l’éditrice a retenu 39 articles publiés entre octobre 1975 et février 1982, ce sont les « Filiations » de Haro Ibars ; de la seconde, ce sont 62 colonnes, la « Cultura a la contra » ibarienne, publiées entre novembre 1978 et janvier 1980 : ces « Experiencias y subjetividades » sont déclinées en trois grands thèmes : « A vueltas con la contracultura », « lo marginal: sensibilidad y alteridades » et « Madrid, o la calle entre creación y distopía ». Le corpus contient le regard de l’auteur dans une période décisive du temps présent espagnol, la transition démocratique. C’est aussi le « momento en que la minoría underground madrileña sale de la sombra y redefine sus contornos culturales e identitarios […] hasta desembocar en ‘la Movida’ en su versión más mediática. » Cette archive d’une culture juvénile qui a accédé à certains espaces médiatiques de l’Espagne post-dictatoriale s’annonce rapidement comme le point d’ancrage d’une étude sur l’émergence et le devenir de l’énonciation de cultures juvéniles inadaptées à la vie démocratique telle que la transition l’institue et aux logiques culturelles qui s’imposent dès la fin des années 1970. Le trope du désenchantement, lié à des enjeux biopolitiques — la survie des communautés juvéniles dans l’Espagne post-transitionnelle —, est ici exploré depuis les conditions singulières d’énonciation de Haro Ibars, dont l’éditrice de l’ouvrage reconstitue les projets journalistiques, tournés vers une perception et une traduction situées, poétiques et politiques du présent transitionnel.

3Si l’étude liminaire s’engage autour de la figure de « poète maudit » qu’incarne Haro Ibars, et sur ses rapports à Burroughs et à la beat generation, elle se resserre efficacement autour du contexte d’énonciation du discours journalistique de l’auteur et tâche de rendre compte de son accès aux deux revues dont les articles édités sont tirés et de connecter cette production avec les imaginaires juvéniles contestataires, à Madrid, devant l’institutionnalisation de la politique transitionnelle. L’étude se divise alors en trois grands axes : elle situe la production ibarienne dans la presse de la période transitionnelle, puis s’empare successivement de la production retenue dans les deux revues. Le corpus est simultanément tourné vers une archéologie du présent, une perspective historique et subjective, dont le projet rappelle celui de la mémoire benjaminienne des vaincu(e)s de l’histoire, et vers le présent, celui d’une culture éprouvée quotidiennement par les communautés juvéniles madrilènes. « Ser capaces de captar una mirada que se desplaza entre el pasado y el presente es el reto que propone esta edición », souligne A. Sarría Buil. Une poétique de l’histoire habite la conception ibarienne, politique, de la culture, engagée dans la redéfinition de la citoyenneté après la dictature franquiste.

4La participation de Haro Ibars aux deux revues, qui repose sur une première filiation familiale, s’élabore dans un moment singulier de restructuration de la presse et de ses marchés pendant la période transitionnelle. L’auteur s’empare des espaces obtenus pour faire entrer dans le champ de l’histoire des objets de connaissance subalternes et minorisés, les homosexualités, la folie, les drogues, autant de thématiques qui irriguent et informent les pratiques juvéniles des années 1970, lieux d’invention de citoyennetés incarnées dans les territoires urbains madrilènes, Malasaña au premier chef, et ignorés des gauches institutionnalisées. L’interpénétration des deux publications, « Cultura a la contra » et les articles de Tiempo de Historia, fait advenir une conception de l’histoire qui la tourne vers l’émancipation sociale, pour autant que l’écriture du passé construit des positions morales au présent. Sarría Buil fait alors émerger la double fonction de cette historicité : il s’agit dans la transition de « recuperar la historia cultural y política silenciada por el franquismo » et, en même temps, de « desentrañar el carácter monstruoso de la sociedad de su época » (p. xxx). L’historienne rapporte ce projet à l’évolution des marchés de la presse et à l’institutionnalisation de la politique transitionnelle : le nombre de lecteurs de ces deux revues s’essouffle à mesure qu’un nouveau marché journalistique se met en place, adossé à la réduction des alternatives idéologiques que suppose le « consensus » post-franquiste. Face au déplacement du champ politique, entre 1977 et 1978, Triunfo perd une part essentielle de ses lecteurs. Le cas ibarien spécifie cette circonstance structurelle : la communauté qui lit sa « Cultura a la Contra » y trouve des répertoires culturels capables de la constituer en une génération ayant en partage une identité propre, en rupture avec les codes culturels hérités du franquisme. Dans ce contexte, ces colonnes deviennent « la crónica callejera de una anunciada desilusión política como reacción a la práctica de poder de la izquierda parlamentaria y pactista tras su llegada al ayuntamiento de Madrid » (p. lxxix).

5L’histoire ibarienne est alors celle qui prend le temps moderne à rebrousse-poil, avec les ressorts poétiques de la science-fiction et des romans gothiques notamment, pour explorer les figures fondatrices de l’altérité moderne, de Dracula aux « mariquitas ». Cette histoire est celle de la différence et est habitée par les imaginaires d’une génération juvénile insatisfaite des gauches progressistes identifiées aux valeurs de 1968 (p. lxxi). La « Cultura a la contra » exprime la « revolución en las costumbres », « la inadaptación de ser joven » à Madrid, rompt avec les pratiques de la « contreculture », progressivement assimilée aux logiques culturelles dominantes, et porte enfin la marque du resserrement de la politique transitionnelle : « la escritura de Haro Ibars se decanta en un relato impregnado de decepción que pone rostro a la crisis económica a través de la experiencia vital de los hijos del asfalto » (p. lxxix). La Movida madrilène capitalise les inventions esthétiques et culturelles juvéniles, Madrid devient pour Haro Ibars une « ratonera » asphyxiante.

6En s’intéressant à la manière dont les voix qu’agrège la production ibarienne ont été minorisées par les imaginaires « transitionnels », l’étude d’Aránzazu Sarría Buil et le corpus des textes de Haro Ibars qu’elle a retenus complexifient l’exploration de la transition : l’ouvrage est une importante contribution à la connaissance des multitudes critiques de la modernité post-franquiste, de leur avènement, de leurs transformations, et de leur réclusion aux bords de la politique transitionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Chamouleau, « Aránzazu Sarría Buil, Eduardo Haro Ibars, Cultura y memoria «a la contra». Artículos en las revistas Triunfo y Tiempo de Historia (1975-1982) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-1 | 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mcv.revues.org/7652

Haut de page

Auteur

Brice Chamouleau

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org