Navigation – Plan du site
Transferts culturels dans le monde hispanique
Contrepoints

Du creuset espagnol à l’Espagne hors les murs

Vers une approche de la culture hispanique en ses contextes
Del crisol español a la España extramuros. Hacia una aproximación de la cultura hispánica en sus contextos
From Spanish melting-pot to extra-mural Spain. Towards a contextualised approach to Hispanic culture
Michel Espagne
p. 113-126

Résumés

Cet article commence par analyser l’apport des différentes contributions rassemblées dans ce dossier à une réflexion générale sur la question des transferts culturels. Dans un second temps, il évoque un certain nombre de présupposés théoriques de ce type d’approche : la distance par rapport aux comparaisons, l’accent mis sur le contexte de réception, la question des réinterprétations en chaîne d’une importation culturelle, le rôle de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, la déconstruction des affirmations identitaires. Dans une dernière partie, l’article suggère quelques questions permettant d’aborder les études hispaniques dans la perspective des transferts culturels : l’histoire des études hispaniques comme discipline européenne, de l’Espagne hors les murs à certaines époques, celle des métissages latino-américains, des racines allemandes de la philosophie espagnole peuvent mettre en évidence les importations et les chaînes d’interprétations d’objets culturels sur lesquelles repose, comme d’autres, la culture espagnole.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Espagne, 1999. Parmi les premiers travaux sur la question, citons Espagne et Werner, 1988 ; Schmale(...)

1Le monde hispanique n’est pas seulement dans la longue durée un lieu de rencontre entre les cultures, que l’on songe à l’Andalousie et aux liens avec le monde arabe, aux échanges avec l’Amérique latine, à la réception d’impulsions venues de France, d’Allemagne ou d’Italie, accompagnant des exportations qui ne furent pas moins significatives pour l’histoire culturelle européenne. Ce monde est aussi un objet privilégié pour étudier les mécanismes d’appropriation et de transformation d’objets culturels étrangers sur lesquels se fondent des productions culturelles nouvelles. Dans les domaines littéraire, historique, anthropologique, esthétique, l’Espagne constitue un remarquable objet d’étude des transferts culturels1. Le présent dossier offre un certain nombre de cas exemplaires qui, accessoirement, révèlent aussi la nécessité, pour ce type de recherche, de construire et de corriger ses modèles à partir d’enquêtes concrètes.

2L’étude conduite par Axelle Guillausseau sur les hagiographies espagnoles utilise le biais, toujours fécond, de l’histoire du livre pour montrer à quel point les vies de saints produites au xviie siècle en Espagne ont servi de modèles en France à toute une littérature d’édification catholique. Il ne suffisait pas d’établir un constat, mais il convenait de dégager les vecteurs de diffusion. Les artisans du transfert sont ici les membres de la compagnie de Jésus dont l’article révèle la très grande activité de diffuseurs qu’ils ont eue à travers l’Europe. La diffusion implique au demeurant aussi une traduction vers les langues vulgaires de l’Europe ou vers le latin, et étudier le transfert, c’est accorder une attention particulière aux traducteurs, comme ce prêtre rouennais d’origine espagnole, Jean de Quintanadueñas, qui traduit Thérèse de Jésus. Ce travail de traduction ne prend tout son sens que si l’on fait entrer en ligne de compte les éléments paratextuels définissant le projet du médiateur et, surtout, l’horizon historique dans lequel a lieu la médiation, en l’occurrence la floraison de l’ordre d’Ignace de Loyola. Le terme de traduction, dans son sens le plus étroit, reste au demeurant souvent impropre, et il faudrait plutôt parler d’adaptations qui, parfois, se résument à de simples récupérations de modèles. Les modèles espagnols suscitent enfin une concurrence de la part des auteurs catholiques français ; on peut dire que les hagiographies espagnoles déterminent le renouvellement religieux du xviie siècle à partir des modèles de sainteté et des modèles d’écritures qu’elles offrent aux réinterprétations françaises. Bien avant qu’on puisse parler de cultures nationales et dans l’ensemble englobant du catholicisme romain s’opèrent ainsi, entre la France et l’Espagne, des transferts culturels sur le terrain le plus homogène en apparence, celui de la littérature d’édification catholique.

3À une tout autre époque et dans un tout autre contexte, celui de la guerre d’Espagne, le théâtre d’« agit-prop » qui circule entre divers pays européens fournit un autre excellent exemple de transfert. Le théâtre d’« agit-prop », sur lequel se penche Hélène Beauchamp, s’est d’abord développé en Russie et en Allemagne avant d’atteindre la péninsule Ibérique et de se modifier sous le poids des circonstances historiques. On a ici affaire à un transfert culturel dont les trois pôles seraient la Russie, l’Allemagne et l’Espagne. Un peu comme les vies de saints dans l’Europe de la Contre-Réforme, le théâtre d’« agit-prop », véhicule d’une politique internationaliste, a, dès le départ, vocation à circuler. Expression littéraire spontanée, il échappe, dès sa naissance en Union soviétique, au cadre de la pure propagande. La circulation du genre est favorisée par l’exil en Union soviétique d’artistes berlinois. Devenu obsolète dans un pays où, à partir du début des années 1930, le réalisme socialiste va devenir une référence obligée, à peu près absent dans l’Espagne des années 1920, le théâtre politique trouve à son tour son moment de gloire dans les années 1930, en même temps que s’opère une importante réception des théâtres russe et allemand. Comme pour le transfert des vies de saints, il s’agit ici encore de s’intéresser aux médiateurs comme Alberti qui, au retour de son voyage de 1933 en URSS, fonde le groupe « Octubre », ou comme Max Aub, qui a rencontré Piscator à Paris. Le transfert ne correspond jamais à un simple déplacement dans l’espace qui n’a rien d’homogène, il est une recréation et il devient dans l’Espagne antifranquiste un « théâtre de l’urgence ». Certes, ce théâtre est présent au festival international de Moscou en 1937, mais il subit l’influence, particulièrement espagnole, du théâtre de marionnettes et réinvestit la culture nationale au point d’effacer les traces de l’importation. La recherche sur les transferts culturels montre bien comment on construit un système littéraire ou esthétique proprement national à partir de références étrangères. Le socle de la culture populaire, tel que l’incarnent les scènes brèves du répertoire des marionnettes, rencontre plusieurs sources pour aboutir à un métissage et à un théâtre d’avant-garde d’un genre particulier. Sans doute le triangle culturel ébauché par cette étude permet-il de percevoir des prismes interprétatifs, d’observer comment la perception allemande de la Russie ou russe de l’Allemagne est, à son tour, modifiée par le contexte espagnol de réception, maillon d’une histoire européenne du théâtre comme suite de réinterprétations en chaîne.

4Le cas de l’« agit-prop » le montre : les transferts culturels ne sont pas toujours directs. L’histoire du lacanisme qui pénètre en Espagne, non par les Pyrénées mais par l’Atlantique, est un exemple très parlant de transfert indirect. Anne-Cécile Druet souligne les difficultés rencontrées par l’institutionnalisation en Espagne du freudisme, malgré la traduction entreprise à l’initiative d’Ortega y Gasset dans les années 1920. Les représentants du courant psychiatrique le plus favorable aux théories freudiennes ont quitté l’Espagne franquiste, notamment pour l’Argentine, et la présence sociale de la psychanalyse ne revient au premier plan qu’au milieu des années 1970, tout particulièrement à Barcelone. Le freudisme espagnol est très conservateur, d’un conservatisme qui a contrario favorise quasiment la rupture incarnée par Oscar Masotta. Celui-ci avait introduit le lacanisme en Argentine et, un mois avant la mort de Franco, il commence un séminaire sur Lacan à Barcelone. Société hétérogène composée notamment d’Argentins exilés, les lacaniens de Barcelone, qui se réunissent dans l’atelier d’un peintre, essaiment à travers l’Espagne. En quelques années, de 1975 à 1979, l’immigré argentin Masotta a imposé le lacanisme en Espagne.

5Le Lacan argentin auquel s’intéresse l’article de Julio Premat n’est, à vrai dire, pas seulement l’expression d’un passage de la psychanalyse dans le contexte sud-américain, mais il correspond aussi à un déplacement de genre et il vient féconder la littérature, illustrant un aspect très particulier des transferts culturels : la transformation de nature liée au passage d’une constellation culturelle à l’autre. Le lacanisme argentin est un phénomène de communication incarné par Masotta qui, dans l’Argentine des années 1960, organisait des happenings, confortait la superposition de la production artistique et du discours critique, et favorisait le rejet de l’essentialisme en faveur d’une mise en relief des discours. La sexualité transgressive d’un écrivain comme Osvaldo Lamborghini est légitimée par ce lacanisme dont les provocations ne sont pas sans prolongements politiques et renouent avec une des sources cachées du lacanisme, la subversion surréaliste. Les reformulations et réinterprétations induites par un transfert peuvent avoir une valeur heuristique et faire apparaître des généalogies perdues dans le contexte de départ.

6À partir de la dernière phase, catalane, de la carrière de Masotta, on voit que les vecteurs d’un transfert ne sont pas nécessairement un groupe social étendu mais peuvent se limiter parfois à une individualité isolée. Ils sont toutefois liés à des tentatives d’institutionnalisation, et l’histoire de la bibliothèque freudienne de Barcelone représente bien cette aspiration fondatrice par laquelle un bien culturel importé devient un élément de la culture d’accueil. À l’instar de ce qui se pratiquait à Buenos Aires, la bibliothèque fait venir des livres correspondant à ses thèmes de travail, des ouvrages de Lacan, et traduit des textes. Le Lacan argentin ne subit curieusement pas la concurrence de l’authentique Lacan français. Les lacaniens de Barcelone ne jouissent d’ailleurs pas d’une reconnaissance particulière de la part des lacaniens parisiens. Dans un transfert culturel, l’importation aboutit à une création nouvelle qui ne tire pas sa légitimité d’une adéquation à l’original mais devient autosuffisante. Certes, l’histoire du lacanisme argentin, puis espagnol, est un cas très particulier de transfert culturel, mais un cas qui met en évidence tous les moments d’une appropriation indirecte.

7La valeur novatrice du transfert, sa capacité à féconder le contexte d’accueil et à susciter des configurations nouvelles sont bien mises en avant par la réflexion de Laurie-Anne Laget sur Ramón Gómez de la Serna et sa relation au surréalisme. Pour avoir séjourné à Paris à la fin des années 1920, l’auteur des Greguerías connaissait bien le mouvement surréaliste qu’il s’efforce de transposer en Espagne à travers des articles analysant des textes littéraires ou les arts plastiques. Il en retire un intérêt pour les arrière-plans théoriques du surréalisme, sa nature conceptuelle, son nihilisme radical et méthodique. En cela, le surréalisme apparaît comme une actualisation de tendances qui lui sont propres, et que recouvre le terme de « ramonismo ». Ce type d’appropriation met en évidence une dimension de la recherche sur les transferts culturels : le phénomène du renforcement ou de l’affaiblissement de positions dans le contexte d’accueil. Le transfert n’est jamais un transport, mais il est utilisé par des acteurs du contexte d’accueil pour étayer un point de vue ou pour conforter une perspective préalable. Il vient donc se marier avec un pré-requis culturel et correspond nécessairement à un métissage. La perspective de Ramón sur le surréalisme résulte d’une rencontre entre ses propres essais et la découverte d’une école littéraire extérieure. Les dénominateurs communs, les parallélismes structurels, les facteurs d’homogénéité comme la pensée de l’analogie sont du coup investis d’un rôle central dans la configuration nouvelle, dans le métissage. Le transfert ne prend son sens que par rapport à un système d’accueil, il ne s’opère jamais en direction d’une page vierge. À cet égard, les transformations et reformulations qu’impose le contexte d’accueil n’ont rien d’une réduction du transfert, mais elles en montrent plutôt la fécondité.

  • 2 Roche, 2001.

8La recherche sur les transferts culturels, comme l’illustre le présent recueil, repose sur un certain nombre de présupposés théoriques, mais, pour préserver son caractère dynamique et évolutif, elle s’est gardée de les ordonner en un système. Une de ses caractéristiques principales tient à la distance toujours préservée par rapport à la comparaison. Celle-ci, dont l’histoire critique reste encore à écrire, tend à opposer les objets culturels pour comptabiliser les différences ou les ressemblances. Éventuellement, elle reconstitue un archétype antérieur à la division, en suivant par là le modèle de la grammaire comparée des langues indoeuropéennes. La recherche sur les transferts culturels, qui partage avec le comparatisme un souci de dépasser les clivages nationaux, met plutôt l’accent sur les contaminations. Elle suit la circulation des biens culturels en notant les transformations sémantiques qui accompagnent les réappropriations. Cette étude implique que les passages ne soient pas considérés comme une déperdition et que, par exemple, le Shakespeare revendiqué par le romantisme allemand ne soit pas perçu comme le pâle reflet du Shakespeare anglais. Les transformations apportées par la circulation peuvent concerner non seulement le sens des objets, mais modifier aussi leur nature, le passage d’un espace à un autre impliquant parfois un changement de discipline. Il n’y a aucune raison pour considérer que la recherche sur les transferts culturels, même si elle s’est développée à partir de l’exemple franco-allemand à une période de fort nationalisme (le xixe siècle), se réduise à la relation entre les nations. Non seulement ce type de recherche a déjà été appliqué à l’Antiquité (par exemple entre la Grèce et l’Égypte) ou au Moyen Âge (entre la Romania et la Germania), mais il est utilisable pour suivre la circulation entre tous les systèmes culturels construits. Il n’y a pas non plus de raison de limiter la recherche sur les transferts culturels à la relation entre deux pôles. Très souvent, des éléments intermédiaires facilitent le passage entre deux espaces. Pensons par exemple aux traductions relais2. Une partie de la littérature anglaise ou espagnole du xviie ou du xviiie siècle est arrivée en Allemagne par le biais d’une version française traduite ensuite en allemand, chaque phase du processus de traduction ayant une incidence sur les contenus et leurs sens. On sait que les instituts français de Florence et, dans une moindre mesure, de Madrid ont été fondés alors que l’Europe du Sud était devenue un terrain où la France s’efforçait de maintenir son influence culturelle contre l’Allemagne. Les transferts culturels triangulaires sont très nombreux et, à vrai dire, on pourrait facilement suggérer que chaque objet culturel est le résultat de nombreux transferts croisés. La limite reste toutefois la possibilité de modéliser, ce qui implique de réduire l’analyse à un petit nombre d’interactions.

9Dans un transfert culturel, le déplacement de l’objet peut résulter d’un acte volontariste de l’émetteur ou d’un appel du récepteur. Mais il est certain que le nouveau sens donné à l’objet par le déplacement est la résultante de la nouvelle place occupée dans le contexte d’accueil. La place de Don Quichotte dans le romantisme allemand n’est pas directement déterminée par l’histoire de l’œuvre en Espagne, mais elle l’est bien par le rôle spécifique du traducteur Tieck dans l’histoire du romantisme allemand. Inversement, la reformulation de la philosophie allemande ou l’interprétation des cultures sud-américaines est un phénomène proprement espagnol. Au fond, la recherche sur les transferts aboutit à une extension des domaines culturels. Étudier l’Espagne hors les murs pourrait, par exemple, aboutir à examiner l’ensemble des traces laissées dans l’histoire littéraire et, plus largement, intellectuelle des autres espaces européens et à écrire une histoire culturelle de l’Europe sous l’angle espagnol. Inversement, l’histoire intellectuelle de l’Espagne proprement dite pourrait réintroduire, dans un cadre donné, une large part de l’histoire culturelle européenne. La question des transferts culturels aboutit aussi à une relativisation des cadres nationaux de description historique des littératures.

  • 3 Weber, 2004.

10L’analyse des transferts culturels associe un problème herméneutique, celui des réinterprétations en chaîne, à un problème de sociologie des médiateurs, d’étude historique des vecteurs du transfert. Ces vecteurs sont d’ordres très divers. Il y a d’abord les voyageurs qui traversent les frontières et, pour des raisons différentes, véhiculent des éléments d’une culture. On pense aux négociants comme ceux, français ou allemands, qui se sont implantés dans le port de Cadix3. On pense aux conquérants de retour d’Amérique. Mais les artistes, les religieux, les savants constituent eux aussi des catégories sociales qui se déplacent et sont conduites à déplacer, d’un espace à un autre, des objets culturels. Les réseaux de correspondance qui, notamment au xviiie siècle, tissent des liens étroits entre différents centres européens permettent le déplacement d’idées ou d’informations, sans que leurs membres voyagent nécessairement dans l’espace. De même, ces médiateurs que sont les enseignants en charge d’un savoir sur les cultures étrangères transmettent et adaptent au contexte dans lequel ils se trouvent leur connaissance de l’étranger, de sa langue et de sa littérature. À la prosopographie des professeurs de langues, on commence progressivement à superposer des dictionnaires ou répertoires de traducteurs. Le traducteur qui, pour les époques anciennes, choisit directement les ouvrages qu’il compte importer dans sa propre culture et, souvent, les adapte, a évidemment un rôle central dans la dynamique des transferts. En portant prioritairement l’attention sur les traductions, on modifie la perception de l’histoire littéraire européenne, et, à la juxtaposition des littératures, on substitue leur imbrication. On dira même que ce déplacement de l’attention sur les points d’articulation entre les littératures est une condition préalable à la définition d’une histoire littéraire de l’Europe.

11Les vecteurs du transfert sont aussi des objets. Il y a des objets d’art comme les tableaux. La galerie de Dresde est, par exemple, riche de peintures acquises en Italie, à la contemplation desquelles se sont forgées l’esthétique et l’histoire de l’art allemandes. Il y a aussi les collections de livres étrangers. L’histoire des fonds étrangers dans les bibliothèques européennes, l’histoire de la diffusion de certains ouvrages à travers l’Europe, montrent à quel point l’histoire du livre peut devenir une discipline auxiliaire de la recherche sur les transferts culturels. La constitution des fonds étrangers de grandes bibliothèques européennes, comme celle de Wolfenbüttel pour le xviie siècle ou de Göttingen pour le xviiie siècle, fait apparaître des systèmes complexes d’acquisition des volumes, de choix déterminés par des attentes scientifiques, de modes de paiement, d’agents chargés de surveiller les publications. Dans le cas de Göttingen, comme dans celui d’autres bibliothèques, l’arrivée des livres est, peu de temps après, sanctionnée par un compte rendu dans une revue critique. La question de la part étrangère dans la constitution d’un système culturel à une époque donnée se mesure notamment à l’appropriation d’une littérature importée.

12À côté des livres, on mentionnera aussi les archives. En général, la constitution des archives correspond d’abord à une fin utilitaire, conserver les titres de propriété par exemple. Mais, au-delà de cet aspect, les archives sont devenues une trace écrite du corps national envisagé dans la durée et subdivisé en sections. C’est ce que l’on constate dans l’histoire des archives en France depuis la Révolution, mais aussi dans d’autres pays. Une caractéristique générale des archives c’est leur tendance à minorer l’importance de ce qui vient se greffer de l’extérieur sur le corps national et sa mémoire. Une tâche liée à la recherche sur les transferts culturels consiste, tout au contraire, à mettre en évidence la part étrangère de la mémoire, rarement identifiable immédiatement dans les taxinomies. Ajoutons que la mémoire a un statut ambigu : elle peut être active, utilisée dans une conjoncture donnée, ou, au contraire, latente et sans affectation claire. Le passé allemand de la société française, le passé arabe de l’Espagne seront, selon les cas, mis en valeur pour démontrer une thèse quelconque ou au contraire occultés. Mais les traces mémorielles qui leur correspondent demeurent comme une sorte de dépôt disponible. Il est clair qu’une réflexion sur la classification des archives et un découpage mettant en évidence les apports étrangers pourraient modifier les prémisses historiographiques et favoriser la redécouverte de configurations transnationales.

  • 4 Frey, 2005 et Pernet, 2005.
  • 5 Brandenberger, 2007.

13La question des modes de réinterprétation d’un bien culturel transféré est, nous l’avons dit, liée à la conjoncture du contexte d’accueil. Elle peut toutefois prendre de nombreuses formes. L’une d’entre elles concerne les missions de civilisation engagées par les Européens ou les Américains du nord dans d’anciennes colonies. On a observé, par exemple, que les pays du sud-est asiatique se sont approprié les instruments d’acculturation mis en œuvre par le colonialisme français ou par une Amérique anticoloniale, mais qu’ils les ont utilisés à une fin toute différente de celle qui leur était initialement assignée. De même, on a pu constater que les entreprises civilisatrices des États-Unis en Amérique latine, même inspirées par des arrière-pensées proche du néocolonialisme, ont apporté des instruments de conquête sociale et d’émancipation dans des milieux particulièrement contraints, comme les mineurs ou les femmes. La réinterprétation par le contexte d’accueil est ainsi souvent un renversement de la perspective initiale4. Dans un tout autre contexte, la présence presque constante aux xvie et xviie siècles de princesses espagnoles au Portugal entraîne une importation de livres et de modes, une présence culturelle hispanique à Lisbonne allant parfois jusqu’au bilinguisme dans un moment historique où, par ailleurs, les tensions restent fortes5. Ici, comme dans les cas précédemment évoqués, l’inimitié ou la défiance peut faire parfaitement bon ménage avec le transfert massif d’éléments d’une culture étrangère. L’apparente contradiction entre la tension politique et le transfert culturel est levée par une réinterprétation.

14La recherche sur les transferts culturels a une dimension critique, elle est, si l’on veut, une forme de déconstruction dans la mesure où elle révèle les identités dissimulées derrière les affirmations identitaires. Sa finalité est de révéler des métissages et de substituer aux généalogies purement nationales des généalogies transversales. Alors que les histoires littéraires ou artistiques tendent à construire des filiations dans un espace national, on cherchera donc à mettre en évidence des filiations alternatives qui révèlent les multiples liens externes des cultures nationales. De même que Nietzsche est un auteur français, ou du moins un auteur sans lequel on ne pourrait se représenter la philosophie française du xxe siècle, et qu’il a dû, pour jouer ce rôle, être reformulé et adapté, on pourra voir en Cervantès un romantique allemand et observer à quel point la même littérature allemande — disons Schiller et Hoffmann — est présente en amont de l’œuvre de Dostoïevski.

15Les identités culturelles sont le résultat des sciences humaines. On ne conçoit pas en Europe une nation sans littérature et sans histoire nationale distinguées des littératures et histoires voisines. La philosophie, les arts contribuent à conforter ces consciences identitaires. La remise en cause fondée sur l’étude des transferts passe donc par une histoire critique des sciences humaines mettant en évidence les apports extérieurs. Il n’en est guère qui ne gagne à être de nouveau explorée. Sans doute convient-il de commencer par l’histoire littéraire qui tend à réduire les littératures à un espace clos. L’histoire des philologies est aussi particulièrement instructive. On découvre par exemple que la philologie romane, telle que des chercheurs français l’ont appliquée au domaine français mais aussi espagnol, résulte de l’importation d’une philologie allemande incarnée par Friedrich Diez, l’auteur de la Grammaire des langues romanes. On découvre que l’orientalisme, tel qu’il se développe dans l’Allemagne du xixe siècle, emprunte largement à une science française de l’Orient qui s’est notamment dessinée autour de personnalités comme l’arabisant Silvestre de Sacy. L’histoire universelle que s’efforcent d’élaborer des savants de Göttingen, durant le dernier tiers du xviiie siècle, doit beaucoup à des histoires élaborées par des érudits écossais à la suite de Hume.

  • 6 Espagne, 1996.

16Aborder de façon large les études hispaniques dans la perspective des transferts culturels ce pourrait être d’abord se pencher sur l’histoire même de la discipline. Pour des raisons qui tiennent à l’histoire de l’Espagne, l’hispanisme a, durant de longues périodes, été une science hors les murs, une discipline qui s’est développée en dehors des frontières. Songeons pour commencer à l’hispanisme français au xixe siècle6. Un des ouvrages importants fut tout d’abord l’Histoire de la littérature espagnole de Friedrich Bouterwek, traduite de l’allemand au français par Madame de Steck en 1812. Un an plus tard, le livre de Sismondi sur les littératures du midi de l’Europe accordait à la littérature espagnole une place dans le concert des littératures européennes. Il faut ensuite attendre quelques décennies pour que des ouvrages susceptibles de jalonner la constitution d’une discipline paraissent. On pense à l’Histoire de la littérature espagnole de Georges Ticknor, parue en anglais en 1849 et traduite en français en 1864 par l’un des premiers agrégés d’espagnol, Joseph Germain Magnabal, qui introduisait ainsi dans les études hispaniques un ouvrage d’un américain germanophile traduit en français. Un autre repère fut la traduction de l’Araucana d’Ercilla (1869) par un professeur de littérature étrangère à Rennes, Alexandre Nicolas, qui fit de cette traduction commentée l’œuvre de sa vie d’érudit. Mais c’est certainement avec l’arrivée d’Alfred Morel-Fatio que l’hispanisme français devient une discipline d’érudition d’un rayonnement européen. Or, Morel-Fatio, qui occupe à partir de 1885 la chaire des littératures méridionales au Collège de France, est le représentant d’une science allemande des littératures romanes, celle qu’importait précisément Gaston Paris. Éditer des textes fondamentaux de l’histoire de l’Espagne en les soumettant à une critique philologique, tel était l’objectif d’un érudit qui avait achevé ses études à Leipzig. L’élève de Morel-Fatio, Raymond Foulché-Delbosc, fondateur en 1894 de la Revue hispanique, conforta la place de la France dans la philologie hispanique. De ces jalons bien connus de l’histoire des littératures étrangères, il convient surtout de retenir une double extraterritorialité de l’hispanisme : d’une part une activité importante se situe en France, et d’autre part cette activité française est elle-même liée à une sorte de fascination de cette France de la fin du xixe siècle pour le modèle universitaire allemand, en l’occurrence la romanistique. À vrai dire, la fascination se mêle à l’inquiétude. Le monde de la Romania devient un espace d’antagonismes tout à la fois scientifiques et politiques entre la France et l’Allemagne qui se disputent le sud de l’Europe comme zone d’influence intellectuelle.

  • 7 Justi, 1888.
  • 8 Middell, 2002 et 2006.

17L’histoire des études hispaniques comme discipline est une histoire de l’imbrication de l’Espagne en Europe, de la manière dont la culture espagnole est non seulement perçue mais reconstruite, élaborée, et de la manière dont elle circule parmi des espaces tiers. À l’époque de Goethe, l’éditeur de Weimar Friedrich Justin Bertuch, traducteur du Don Quichotte qu’il publia dans sa propre maison, ou Carl Justi, professeur d’histoire de l’art à Bonn, qui rédigea à la fin du xixe siècle une monographie sur Velázquez et son temps7, représentent chacun à sa manière des appropriations allemandes de l’Espagne mais aussi des formes d’élaboration d’une Espagne européenne qui font de la culture espagnole un ensemble mixte, en soi transnational8.

  • 9 Schaub, 2003.
  • 10 Hönsch, 2000.

18Il y a dans l’histoire européenne des périodes davantage marquées par un espace culturel. Si l’on peut considérer que le xixe siècle porte plus particulièrement la marque de l’Allemagne et le xviiie siècle celle de l’Angleterre, le xviie siècle a été assez largement un siècle espagnol, c’est-à-dire une époque où il s’avère particulièrement fructueux d’explorer l’Espagne hors les murs. Depuis l’ouvrage de Jean-Frédéric Schaub sur la France espagnole9, il est clair que l’impact du Siècle d’or sur les autres pays européens ne se limite pas à l’histoire littéraire et qu’il concerne également leur organisation politique. Bien que l’historiographie française du xixe siècle ait souvent eu tendance à rejeter l’ultracisme espagnol, l’Espagne a servi de modèle au siècle de Louis XIV, à ses écrivains comme à ses hommes politiques. Et la France a elle-même transmis son admiration à l’Allemagne dans un système de relais qui nous invite à rechercher les impulsions espagnoles du théâtre baroque allemand, à observer l’importance du roman picaresque en Allemagne. Baltasar Gracián eut de nombreux lecteurs allemands au xviie siècle parmi lesquels Lohenstein, et cette fortune se poursuivit jusqu’au xixe siècle où, de Goethe à Nietzsche en passant par Schopenhauer, les lecteurs allemands enthousiastes furent nombreux. Mais si Gracián fut tôt connu et apprécié en Allemagne, sa diffusion passe par un relais français, et l’on se réfère par exemple à la traduction en français de L’homme de cour par Amelot de la Houssaie. La perception européenne du xviie siècle espagnol n’est pas uniquement un problème de littérature comparée, car la référence subit une métamorphose pour être assimilée par des contextes fort différents, comme ces cours qu’un des précurseurs des Lumières allemandes, Thomasius, prononce à l’université de Leipzig en se référant à Gracián. La référence espagnole est, d’autre part, l’objet d’une réinterprétation permanente dans l’historiographie des xviiie et xixe siècles10. Elle est aussi souvent décalée dans le temps, et les récits de voyages en Espagne de la Baronne d’Aulnoy parviennent en Allemagne au xixe siècle et déterminent par exemple la vision de l’Espagne transmise par le grand dictionnaire encyclopédique de l’époque, celui de Zedler. Indépendamment des travaux à consacrer à l’usage européen de la référence à l’Espagne, il convient d’observer que l’appropriation de l’Espagne implique souvent l’intervention de relais et que l’Allemagne, par exemple, la découvre souvent à travers des travaux français. Cela n’exclut pas au demeurant un rapport direct, une utilisation immédiate, et l’on sait que Lessing, principal représentant de la littérature des Lumières allemandes, s’est efforcé, dès les années 1750, d’apprendre l’espagnol. La fascination pour l’Espagne dans un contexte luthérien suggère à elle seule les transformations de l’objet impliquées par la dynamique du transfert. La manière dont l’Espagne du Siècle d’or est redessinée au fil des réappropriations, qui, parfois, sont une reformulation de ce que des tiers ont déjà fait, constitue un champ d’investigation très vaste pour une recherche sur les transferts culturels visant à faire de l’histoire culturelle de l’Espagne un phénomène européen.

  • 11 Wachtel, 1990.
  • 12 Bernand, 2006.
  • 13 Bertrand et Marin, 2001.

19Peut-être le terme d’européen est-il, au demeurant, trop réducteur pour désigner une aire culturelle dont la caractéristique principale est qu’elle englobe l’Amérique latine et, dans ce nouveau continent, les tensions et les métissages entre la conquête et les cultures précolombiennes. Les travaux consacrés à l’Amérique latine par des historiens anthropologues comme Nathan Wachtel, Carmen Bernand, Serge Gruzinski, parmi d’autres, font partie des plus notables contributions théoriques à une réflexion sur les transferts culturels. Ils montrent en particulier que les transferts ne sont jamais unilatéraux. Les modèles intellectuels et esthétiques avec lesquels les Espagnols arrivent au Mexique sont certes repris par les populations locales, mais ils sont en même temps transformés de l’intérieur, au point que les Métamorphoses d’Ovide, lorsqu’elles donnent lieu à des peintures ou à des décorations, se mêlent avec les divinités de l’époque précolombienne. Et comment arriver à transposer le message biblique dans les langues indiennes sans utiliser des métaphores ou des images qui donnent une signification nouvelle aux religions autochtones, à la manière dont l’Église primitive a utilisé des temples gréco-latins et greffé ses propres rituels sur des fêtes païennes ? Les transferts culturels sont en effet tout sauf un transport de biens culturels qui occuperaient sans modification l’espace d’accueil. Il n’y a pas, à la vérité, de vaincus ni de vainqueurs dans le déplacement. D’anciennes structures des sociétés incas continuent de subsister dans les Andes après la conquête et sont la résultante de deux conceptions de la société qui entrent en conflit, mais, surtout, en système, et constituent à elles deux une structure nouvelle. Confronté au résultat, le chercheur peut s’engager dans une histoire régressive comme celle qu’avait entreprise Nathan Wachtel à propos du retour des ancêtres11. L’histoire immédiate recèle les traces de configurations anciennes qui peuvent être progressivement dégagées pour arriver à des structures caractéristiques d’états culturels antérieurs. Le monde latino-américain est un réservoir inépuisable de figures du transfert culturel diachronique. L’exploration de ces structures sociales superposées peut elle-même fournir un modèle pour des cas parallèles de transferts diachroniques en Europe. On songera par exemple aux classiques études sur la réinterprétation de motifs antiques dans la sculpture médiévale. Le cas maintenant bien exploré de Garcilaso de la Vega réinterprétant l’histoire de sa culture d’origine non seulement à partir de sa culture d’adoption mais à partir de sources profondes de cette culture d’adoption comme le platonisme montre que l’historiographie de l’Amérique latine peu après la conquête est un modèle de transfert culturel. La présence des Juifs ou des Morisques à l’horizon des réflexions de Garcilaso complique encore ce transfert12. La même observation pourrait d’ailleurs être faite à propos d’époques ultérieures. L’historiographie latino-américaine du xixe siècle (celle du Chili par exemple) semble s’être fortement inspirée de l’historiographie hégélienne contemporaine, réalisant, une fois encore, un transfert culturel13. L’histoire des peuples du monde hispano-américain s’opère grâce à des mises en perspective à partir de points de vue, de schémas explicatifs extérieurs.

  • 14 Bidart, 2004.

20L’histoire culturelle orientée sur l’étude des transferts culturels met l’accent sur les éléments étrangers fondant chacune des cultures européennes et sur la dynamique d’appropriation qui, en les transformant profondément, fait de ces éléments étrangers les pierres de construction d’une culture nationale. On sait qu’Ortega y Gasset, qui étudia en Allemagne dans les années 1900 et suivit notamment les cours d’Hermann Cohen, fut l’un des introducteurs du néokantisme en Espagne, et que par lui la philosophie espagnole du xxe siècle a des racines allemandes. On sait qu’Unamuno avait lui aussi ses références allemandes comme Adolph von Harnack. Toutefois, l’exemple le plus frappant d’une appropriation espagnole de la philosophie allemande est celui du krausisme. Le krausisme espagnol incarne à bien des égards un transfert culturel. Il s’agit en effet d’une pensée qui, dans l’espace où elle s’est développée, est restée relativement méconnue. Du point de vue d’une histoire intrinsèque de la philosophie allemande, Krause n’est qu’un obscur disciple de Schelling. Il n’arrive à obtenir un poste de professeur de philosophie à Munich qu’à la fin de sa vie. Dans la dynamique du progrès, il accorde une importance centrale à la notion de droit, et une partie de ses publications ressortissent à la philosophie du droit. La traduction en 1860 par Julián Sanz del Río, juriste qui avait complété sa formation par un séjour à l’université de Heidelberg, de Ideal de la humanidad para la vida transforme Krause en un fondement des sciences. Cette traduction complétée par une autre, Sistema de la filosofía constitue l’essentiel de l’œuvre de Sanz del Río qui, sur la base de sa connaissance de Krause, organise un véritable cercle philosophique diffusant le krausisme à travers le monde hispanique. La dénonciation des enseignants qui s’en réclament et leur mise à l’index ne fait au fond que contribuer à l’appropriation, par de larges cercles intellectuels, de l’importation. C’est un krausiste qui fonde en 1876 une université libre émancipée de la tutelle de l’Église et dont les enseignants ont contribué à établir les sciences sociales en Espagne. Le krausisme correspond à un essaimage institutionnel et aboutit à un maillage de recherches qui visent, dans tous les domaines, à régénérer la culture espagnole. À côté des juristes, il n’est pas jusqu’à des folkloristes qu’on peut considérer comme des krausistes14.

21Les études rassemblées dans le présent volume sont les jalons d’une recherche qui pourrait concerner l’aire culturelle hispanophone tout comme elle a été appliquée à l’histoire culturelle d’autres pays européens. Il faut observer que ces investigations élargissent l’espace des études espagnoles, en leur donnant comme objet non seulement des importations culturelles, et donc aussi le contexte culturel à partir duquel on peut les suivre, mais également l’Espagne hors les murs, les traces qu’elle a laissées dans la littérature ou l’histoire d’autres pays européens, qui se sont approprié ces traces en en modifiant le sens. Les modèles espagnols dans la politique ou le théâtre du xviie siècle français ou allemand relèvent de cette « Espagne pour les autres », tandis que sa manière de travailler l’héritage allemand, italien ou flamand fait partie de l’histoire culturelle proprement espagnole. Les spécificités de l’histoire de l’Espagne, ses relations étroites et complexes avec l’Amérique d’un côté, le Maghreb de l’autre sont de nature à ouvrir aux recherches sur les transferts culturels un champ d’exploration particulièrement fécond, dont les articles ici rassemblés donnent la mesure.

Haut de page

Bibliographie

Bernand, Carmen (2006), Un Inca platonicien. Garcilaso de la Vega 1539-1616, Paris.

Bertrand, Michel et Marin, Richard (2001), Écrire l’histoire de l’Amérique latine xixe-xxe siècle, Paris.

Bidart, Pierre (2004), « L’influence du philosophe allemand F. Krause dans la formation des sciences sociales en Espagne », Revue germanique internationale, 21, pp. 133-148.

Brandenberger, Tobias (2007), « Spanisch-portugiesischer Kulturtransfer im 16. und 17. Jahrhundert. Mittlerinstanzen und politischer Konflikt », dans Gesa Stedman et Margarete Zimmermann (éd.), Höfe – Salons Akademien. Kulturtransfer und Gender im Europa der frühen Neuzeit, Hildesheim, pp. 105-123.

Deutsch-Französische Kulturbibliothek (23 vol.), Michel Espagne, Étienne François, Werner Greiling et Matthias Middell (éd.), Leipzig, 1993.

Espagne, Michel (1996), Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au xixe siècle, Paris.

Espagne, Michel (1999), Les transferts culturels franco-allemands, Paris.

Espagne, Michel (2007), « Más allá del comparatismo. El método de las transferencias culturales », Revista de Historiografía, 6, numéro thématique  « Transferencias culturales e Historiografia de la Antigüedad (1). La construcción de la Antigüedad grecorromana en la Europa de los siglosxviiixix », pp. 4-13.

Espagne, Michel et Werner, Michael (1988), Transferts, les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand, Paris.

Frey, Marc (2005), « Indoktrination, Entwicklungspolitik und “State Building”. Die Vereinigten Staaten in Südostasien 1945-1961 », dans Boris Barth et Jürgen Osterhammel (éd.), Zivilisierungsmissionen. Imperiale Weltverbesserung seit dem 18. Jahrhundert, Constance, pp. 335-362.

Hönsch, Ulrike (2000), Wege des Spanienbildes im Deutschland des 18. Jahrhunderts. Von der Schwarzen Legende zum « Hesperischen Zaubergarten », Tubinga.

Justi, Carl (1888), Diego Velázquez und sein Jahrhundert, Bonn.

Middell, Katharina (2002), « Die Bertuchs müssen doch in dieser Welt überall Glück haben ». Der Verleger Friedrich Justin Bertuch und sein Landes-Industrie-Comptoir um 1800, Leipzig.

Middell, Katharina (2006), « Dann wird es wiederum ein Popanz für Otto… » Das Weimarer Landes-Industrie-Comptoir als Familienbetrieb (1800-1830), Leipzig.

Pernet, Corinne A. (2005), « Die Zivilisierungsmission der Zivilgesellschaft. Die andere Art der US-Intervention in Lateinamerika von 1910 bis 1945 », dans Boris Barth et Jürgen Osterhammel (éd.), Zivilisierungsmissionen. Imperiale Weltverbesserung seit dem 18. Jahrhundert, Constance, pp. 311-333.

Roche, Geneviève (2001), Les traductions relais en Allemagne au xviiie siècle : des lettres aux sciences, Paris.

Schaub, Jean-Frédéric (2003), La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris.

Schmale, Wolfgang (1998), Historische Komparatistik und Kulturtransfer, Bochum.

Wachtel, Nathan (1990), Le retour des ancêtres. Les indiens Urus de Bolivie xxe-xvie siècle. Essai d’histoire régressive, Paris.

Weber, Klaus (2004), Deutsche Kaufleute im Atlantikhandel, Munich.

Haut de page

Notes

1 Espagne, 1999. Parmi les premiers travaux sur la question, citons Espagne et Werner, 1988 ; Schmale, 1998 ; la collection Deutsch-Französische Kulturbibliothek de la Leipziger Universitätsverlag et Espagne, 2007.

2 Roche, 2001.

3 Weber, 2004.

4 Frey, 2005 et Pernet, 2005.

5 Brandenberger, 2007.

6 Espagne, 1996.

7 Justi, 1888.

8 Middell, 2002 et 2006.

9 Schaub, 2003.

10 Hönsch, 2000.

11 Wachtel, 1990.

12 Bernand, 2006.

13 Bertrand et Marin, 2001.

14 Bidart, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, « Du creuset espagnol à l’Espagne hors les murs », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 113-126.

Référence électronique

Michel Espagne, « Du creuset espagnol à l’Espagne hors les murs », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mcv.revues.org/775

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

CNRS, UMR 8547

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org