Navigation – Plan du site
Miscellanées

Une tentative d’histoire de la ville ibadite de Sadrāta

Una tentativa de historia de la ciudad de Sadrāta
A tentative history of the Ibadi town of Sadrāta
Virginie Prevost
p. 129-147

Résumés

L’histoire de la ville de Sadrāta est difficile à retracer car la plupart des textes qui l’évoquent utilisent l’appellation générale de Ouargla pour la désigner. Contrairement à ce qui est souvent admis, Sadrāta n’a pas été fondée ex nihilo au début du xe siècle par le dernier imam rustumide, chassé de Tahert par les Fatimides. Connue sous le nom d’Isedraten, elle est déjà à cette époque l’oasis la plus importante de la région de Ouargla. Enrichie grâce au commerce avec le bilād al-Sūdān, elle connaît manifestement son heure de gloire pendant le xe siècle alors qu’elle est gouvernée par le chef ibadite Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān. Sadrāta est détruite une première fois par l’armée Ḥammādide vers 1075, puis totalement dévastée par le rebelle Yaḥyā ibn Ġāniya aux environs de 1229. L’actuelle Ouargla devient alors définitivement le centre principal de la région.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Van Berchem, 1954, p. 171, indique que, si les monuments de Sadrāta s’échelonnent dans le temps, l’ (...)
  • 2 Voir, notamment, Yver, 2005, p. 160.

1Les ruines de Sadrāta, situées dans le Sahara algérien à environ quatorze kilomètres au sud de Ouargla, sont bien connues pour avoir livré de splendides décors en stuc, datés des xe-xiie siècles1. La finesse et le luxe de ces œuvres attribuées aux Ibadites ont suscité de nombreux commentaires puisque ces derniers rejettent, en principe, toute forme de décoration, prônant une austérité que l’on peut observer aujourd’hui encore dans leurs cités du Mzab. On admet généralement que la riche cité de Sadrāta aurait été fondée au début du xe siècle par des Ibadites : après la chute de Tahert, tombée devant l’armée chiite, le dernier imam rustumide se serait réfugié à Ouargla et aurait créé, tout à côté, une nouvelle capitale ibadite2. Cette ville aurait été détruite une première fois vers 1075, puis définitivement au xiiie siècle.

  • 3 Ainsi, Hamlaoui, 2003, p. 301, reprend, pour narrer la fondation de Sadrāta, la légende rapportée p (...)

2En cherchant à compléter ces informations, dont nous ne pensions pas devoir douter, il nous est apparu qu’il était quasiment impossible de les vérifier, puisque les sources médiévales ne font que rarement allusion à Sadrāta. Aucune source ancienne ne décrit sa fondation et il s’avère que la majorité des informations disponibles sur cette cité émane de récits recueillis sur place par des auteurs français du xixe siècle3. Il nous a dès lors semblé intéressant de rassembler ici ce que disent réellement les sources à propos de l’histoire de cette ville.

La région de Ouargla avant la chute de Tahert

  • 4 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 70 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 30, évoquent un ho (...)
  • 5 Voir Lewicki, 1983, p. 83. Al-Zuhrī, « Kitāb al-ǧa‘rāfiyya », p. 181, précise que les habitants de (...)
  • 6 Voir Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 337 ; Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, p. 51 ; et Al-Šam (...)
  • 7 Voir Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 159-160 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 93.

3L’adhésion de la région de Ouargla à l’ibadisme dès le viiie siècle ne fait aucun doute4. Ainsi, le plus ancien oratoire (muallā) de la région remonte sans doute à la première moitié de ce siècle, et l’on sait que dès le règne de ‘Abd al-Raḥmān, premier imam rustumide, un savant ibadite originaire d’une localité proche de Ouargla se rend à Tahert pour étudier auprès de lui5. La route entre Tahert et Ouargla est fort fréquentée dès la fondation de l’imamat rustumide et l’on voit par exemple deux šay-s (cheikhs) du djebel Nafūsa rejoindre Tahert par cette route6. Lors de son arrivée au Maghreb, alors qu’il veut gagner Siǧilmāsa, le mahdi ‘Ubayd Allāh passe par Tozeur puis par Ouargla où les habitants le rejettent7 (voir la carte ci-dessous).

Carte du Maghreb médiéval.

Carte du Maghreb médiéval.
  • 8 Sur ‘Āṣim al-Sadrātī, voir Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 68 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā (...)
  • 9 Voir, notamment, le cas de deux savants du djebel Nafūsa, Abū Mirdās Muhāṣir al-Sadrātī, de la prem (...)
  • 10 Basset, 1981, p. 375.
  • 11 Voir El-Ghali, 2003, p. 48. Gouja, 2003, p. 27, estime qu’il résidait à l’ouest de l’Aurès. Al-Bakr (...)
  • 12 Lethielleux, 1983, pp. 24-26. Ses sources ne peuvent être vérifiées : il se base sur une série de t (...)

4La personnalité de ‘Āṣim al-Sadrātī, l’un des cinq amalāt al-‘ilm (porteurs de science) qui reviennent en Ifrīqiya, vers 139-140/757, après avoir été étudier dans le grand centre ibadite de Baṣra auprès d’Abū ‘Ubayda Muslim al-Tamīmī8, pourrait constituer une preuve importante de l’attachement extrêmement précoce de la région de Ouargla à l’ibadisme. Mais il faudrait montrer pour cela le lien de ‘Āṣim avec la cité de Sadrāta. En effet, l’ethnique al-Sadrātī est assez commune ; la tribu des Sadrāta était nombreuse et disséminée dans plusieurs régions du Maghreb, en particulier dans le djebel Nafūsa9. Un oratoire y était d’ailleurs consacré à ‘Āṣim al-Sadrātī10, ce qui pourrait inciter àcroire qu’il était originaire de cette région. Selon d’autres sources, il était originaire des Aurès11.Jean Lethielleux est convaincu que c’est depuis Sadrāta que ‘Āṣim al-Sadrātī est parti chercher la science chez Abū ‘Ubayda. Il pense que les cinq amalāt al-‘ilm ont mis fin à leur enseignement àBaṣra en 720et que leur retour d’Orient est bien antérieur à ce que l’on pense habituellement. Il affirme même que, dès 658, un petit royaume ibadite existe à Sadrāta, peuplé par des Ibadites du djebel Nafūsa qui fuient les persécutions sunnites, mais aussi par des émigrés du Ḥaḍramawt12. Cette hypothèse, défendue par lui seul, peut difficilement être discutée sans disposer des éléments auxquels il se réfère.

La fuite de Ya‘qūb ibn Aflaḥ à Ouargla

  • 13 Ibn Al-Ṣaġīr, Abār al-a’imma l-rustumiyyīn, p. 102 et Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib, (...)
  • 14 Sur le règne de Ya‘qūb ibn Aflaḥ, voir Ibn Al-Ṣaġīr, Abār al-a’imma l-rustumiyyīn, pp. 111-115.
  • 15 Dūsra / Dūs, la fille d’Abū Ḥātim, réclamera vengeance pour le meurtre de son père auprès d’al-Ḥiǧǧ (...)
  • 16 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 162-163 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 94-95, rela (...)
  • 17 Ibn ‘Iārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib, vol. 1, p. 197.

5Il est important de noter que l’imam rustumide déchu censé avoir fondé Sadrāta, Ya‘qūb ibn Aflaḥ ibn ‘Abd al-Wahhāb ibn ‘Abd al-Raḥmān, n’est pas l’imam qui régnait lors de la prise de Tahert par l’armée chiite. Dès la mort de l’imam Abū l-Yaqẓān, en 281/894-89513, et la désignation de son fils Abū Ḥātim, la capitale rustumide est déchirée par des luttes intestines et il est difficile d’établir une chronologie des derniers imams. Selon Ibn al-Ṣaġīr, la situation conflictuelle contraint Abū Ḥātim à laisser le pouvoir à son oncle Ya‘qūb ibn Aflaḥ, dont l’auteur loue l’austérité. Pendant le règne de ce dernier, une bonne partie des Ibadites soutient pourtant Abū Ḥātim et la guerre se poursuit entre les deux parents, avant qu’Abū Ḥātim ne reprenne le pouvoir14. Ibn ‘Iḏārī écrit qu’il reste au pouvoir pendant sept ans, avant d’être tué par ses neveux en 294/906-90715. Le dernier imam est al-Yaqẓān, l’autre fils d’Abū l-Yaqẓān, qui est tué lors de la prise de Tahert par les chiites16. Si l’on en croit la chronologie avancée par Ibn ‘Iḏārī, Ya‘qūb ibn Aflaḥ conserve le pouvoir pendant quatre ans, après qu’Abū Ḥātim ait régné durant une année17.

  • 18 Selon Bābā‘ammī et al., 1999-2000, vol. 2,p. 473, ce proverbe veut dire que l’imamat est une affair (...)
  • 19 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 178-179 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, pp. 104-105 et A (...)

6Abū Zakariyyā’ consacre un court chapitre à l’histoire de Ya‘qūb ibn Aflaḥ qui avait donc été, bien avant la chute de Tahert, l’un des imams rustumides de cette ville. L’historien ibadite explique que lorsqu’al-Ḥiǧǧānī — c’est-à-dire le ī (propagandiste) fatimide Abū ‘Abd Allāh al-Šī‘ī — marcha sur Tahert, Ya‘qūb ibn Aflaḥ quitta la ville à cheval avec ses proches. Ils furent poursuivis par un détachement de l’armée ennemie, mais l’imam parvint finalement à s’en débarrasser et ils purent continuer leur route vers Ouargla. En chemin, après avoir consulté les étoiles, il se sépara de ses compagnons auxquels il dit : « Dispersez-vous !Votre époque est révolue, votre pouvoir a disparu et ne vous reviendra qu’au jour du Jugement dernier ».Il parvint alors, avec son personnel et sa famille, à Ouargla oùil fut accueilli chaleureusement par Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān / Yamriyān et par les habitants de la ville. Les gens lui firent honneur et lui demandèrent de les gouverner. Il refusa en prononçant cette phrase qui devint proverbiale : « Les chameaux ne se cachent pas derrière les moutons18 ». L’imam demeura à Ouargla pendant une longue période et maria ses deux filles à deux hommes de cette ville19.

  • 20 Lewicki, 1971 b, p. 110.
  • 21 Pour Féraud, 1886, p. 370, cette année-là, le guerrier nukkārite « Eïoub-ben-Abbas », connu des chr (...)

7Tadeusz Lewicki estime que les réfugiés venus de Tahert pensent dans un premier temps à restaurer l’imamat rustumide, puisque leur nouveau territoire n’est pas soumis à l’autorité des Fatimides, mais qu’ils abandonnent cette idée20. La conduite de l’ancien imam est pourtant très claire : sa volonté, pendant le trajet, de se séparer de ses compagnons, qui étaient certainement des notables de Tahert proches du pouvoir, montre bien qu’il ne comptait pas tenter de reproduire à Ouargla la Cour qu’il avait dirigée pendant un temps dans l’imamat rustumide. Il n’y a, en tout cas, dans les sources historiques consultables aucune mention de la fondation de Sadrāta par Ya‘qūb ibn Aflaḥ à la suite de son arrivée à Ouargla. En revanche, deux traditions divergentes recueillies dans la seconde moitié du xixe siècle relatent l’action d’un personnage nommé « imam Yagoub » qui aurait été, en 360/971-972, à l’origine de la fondation de cités tantôt dans le Mzab, tantôt dans la région de Ouargla21.

  • 22 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 180, repris par Al-Šammāẖī, Kitāb al-siyar, p. 334. Selon Bābā‘am (...)
  • 23 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, p. 106.
  • 24 Van Berchem, 1954, p. 159. Dans 1’édition du 22 mai 2004 du journal El Watan, la journaliste Houria (...)

8Lorsque Ya‘qūb ibn Aflaḥ mourut à Ouargla, des masses d’habitants se rassemblèrent autour de sa dépouille. Il fut enterré dans le cimetière d’Abū ṢāliḥǦannūn ibn Īmriyān. Abū Zakariyyā’ affirme que le tombeau, semblable à un tertre, existe toujours à son époque, vers la fin du xie siècle22. Al-Darǧīnī confirme, dans la seconde moitié du xiiie siècle, que la tombe est toujours visible dans ce cimetière, constituant un lieu de pèlerinage visité23. Cet endroit est encore vénéré aujourd’hui : chaque année, fin avril, les Ibadites viennent de toute l’Algérie et de Djerba en pèlerinage sur l’emplacement de leur mosquée primitive, marqué d’un tas de pierres, puis vont à cinq centsmètres de là prier sur le tombeau de l’imam Ya’qūb, retrouvant chaque année son emplacement sacré24.

  • 25 Lethielleux, 1983, p. 23, note 3, confirme que Sadrāta est le nom de la première ville de Ouargla. (...)
  • 26 Masqueray, 1878, p. 262 (en note).
  • 27 Féraud, 1886, p. 261. Van Berchem, 1954, pp. 158-159, note 1, estime que la ville a été construite (...)
  • 28 Van Berchem, 1960, p. 308.
  • 29 Sur le commerce de Ouargla avec le bilād al-Sūdān, voir Lewicki, 1983, pp. 88-91. Al-Idrīsī, Kitāb (...)
  • 30 Cuperly, 1984, p. 94. Sur l’irrigation, voir Kitāb al-istibār, p. 224 ; Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar(...)
  • 31 Kitāb al-istibār, p. 224. Yāqūt, Muǧam al-buldān, vol. 5, p. 427, confirme que cette région jouit (...)

9Ce tombeau se situe dans le grand cimetière ibadite de l’actuel site archéologique de Sadrāta. On peut en déduire qu’à l’époque de Ya‘qūb ibn Aflaḥ, Sadrāta, qui était la capitale de l’oasis de Ouargla, était connue sous le nom de cette oasis25. En effet, selon la tradition rapportée par le šāy des ‘azzāba (clercs) de Beni Izguen à Émile Masqueray, la première ville importante dans l’oasis de Ouargla fut Isedraten, fondée par des Sadrāta. Ouargla lui serait de beaucoup postérieure et ne se serait développée qu’après la ruine d’Isedraten. Dès la fondation de l’imamat rustumide, l’ibadisme se propagea dans l’oasis mais il y avait alors de nombreux dissidents ; les Ibadites purs (wahbites) y prédominèrent à partir du moment où Ya‘qūb ibn Aflaḥ s’y installa26. D’après une autre tradition, sept grands centres de population, connus sous le nom d’« Issedraten », existaient jadis au nord du djebel Krīma27. Il paraît certain que dans ce groupe de sept oasis, Sadrāta était le centre, une ville sainte au rayonnement spirituel considérable, mais aussi une ville prospère et commerçante28. Il ne faut pas perdre de vue le rôle économique de Sadrāta qui s’enrichissait alors abondamment grâce au commerce transsaharien, florissant dans la région29. Elle jouissait également d’une importante richesse agricole, grâce à sa source artésienne ‘ayn fa et à son ingénieux système d’irrigation30. Le Kitāb al-istibār décrit ainsi le balad Warǧalān comme une région fertile, abondant en palmiers et en jardins, qui produit beaucoup de céréales, compte de nombreux bestiaux et est riche en eau31.

  • 32 Sur ce manuscrit, voir Féraud, 1886, pp. 262-268. Pour Romey, 2006, p. 58, les nombreux villages et (...)
  • 33 Lethielleux, 1983, pp. 34-35. Il faut ajouter à ces difficultés celle que pose la transcription en (...)
  • 34 Jean-Léon L’Africain, Description de l’Afrique, pp. 438-439, affirme encore qu’aux environs de Guar (...)
  • 35 Voir Prevost, 2006-2007.
  • 36 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 180-181, raconte qu’il est entré en 616/1219 dans la alq (...)
  • 37 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 429. La même expression est utilisée par Al-Šammāẖī, Kitāb(...)
  • 38 Voir Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, p. 344 en particulier au sujet de Qaṣr Bakr.
  • 39 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 188, 386 et 444 ; Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, p. 365 (sous (...)
  • 40 Lethielleux, 1983, p. 59 et Féraud, 1886, pp. 268-269.
  • 41 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra,pp. 159-160 ; Al-Darǧīnī Kitāb abaqāt al-mašāi,p. 93, qui ne cite (...)
  • 42 Selon Lethielleux, 1983, p. 27, Ouargla est fondée en 726 par des Ibadites venus de Zanzibar et ell (...)
  • 43 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra,p. 274 (manāzil Sadrāta).

10Un manuscrit consacré à l’histoire des notables de la région qui s’étend de Ouargla à Feran, découvert par Laurent-Charles Féraud dans la mosquée de N’Goussa, évoque plusieurs savants ibadites bien connus et indique qu’il existait dans cette contrée 325 villages et 1 051fontaines32. La dispersion et l’abondance, dans la région de Ouargla, de hameaux fortifiés et les nombreux noms, variant selon les dialectes, qui leur sont attribués, expliquent la confusion qui règne chez les auteurs arabes et européens, qui appliqueraient le nom primitif de Ouargla à l’ensemble des localités de la région, sans distinguer Sadrāta de l’ancienne ou de la nouvelle Ouargla33. Il faut donc sans doute considérer que le terme Ouargla désigne la région tout entière, parsemée de nombreux villages dont Sadrāta fut longtemps — et en tout cas à l’époque rustumide — le centre principal34. Cette situation est comparable à celle du terme Qasṭīliya, qui désignait jadis, tout à la fois, la ville de Tozeur et la vaste région des oasis du Djérid dont Tozeur était le chef-lieu. Nous avons montré ailleurs l’intérêt des sources ibadites pour tenter de démêler ces problèmes toponymiques35 : les historiens ibadites, connaissant particulièrement bien ces régions, étaient souvent beaucoup plus précis que les autres sources géographiques ou historiques. Ainsi, al-Darǧīnī, qui a vécu à Ouargla36, connaissait bien la région : il est très clair lorsqu’il évoque les villages de Ouargla (qurā Wārǧalān37) ou ses ksour (quūr Wārǧalān38). Ses indications géographiques permettent de mesurer combien la région désignée sous le nom de qurā Wārǧalān était vaste, puisqu’il affirme que le village d’Īfrān en faisait partie39. Ce village, identique au Feran mentionné plus haut et toujours connu au xixe siècle, était situé au nord de l’actuelle N’Goussa et marquait la limite de l’oasis de Ouargla ; celle-ci, dont la bordure méridionale était constituée par le djebel Ibad, s’étendait donc sur une longueur d’environ quarante-cinq kilomètres40. De nombreux noms de localité apparaissent précocement : ainsi, évoquant le passage du mahdi ‘Ubayd Allāh à Ouargla, Abū Zakariyyā’ mentionne les localités de Qaṣr Bakr et de Taġyārat41. Il existe aussi, sans aucun doute, une localité qui porte le nom de Ouargla42. Toutefois, par rapport aux descriptions précises que donnent les historiens ibadites de la Qasṭīliya, il faut déplorer le manque d’informations sur Sadrāta. Seul le grand historien Abū Zakariyyā’ mentionne clairement la cité, à une seule occasion43.

  • 44 in al-‘uhūdsignifie la forteresse des promesses ou des siècles. Lethielleux, 1983, pp. 63-64, tra (...)
  • 45 Kitāb al-istibār,p. 224.
  • 46 Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān,vol. 5, p. 427. Lewicki, 1983, p. 84, propose de lire Nagūṣa, l’actuelle N’ (...)
  • 47 Ibn Sa‘īd al-Maġribī, Kitāb al-ǧuġrāfiyā, p. 126.
  • 48 Al-Dimašqī, Nubat al-dahr, p. 239.

11Les géographes arabes ne citent pas Sadrāta, mais leurs descriptions de Ouargla correspondent à l’idée émise plus haut. Al-Bakrī, tout d’abord, indique que Wārǧalān est composée de sept forteresses (uūn) qui appartiennent aux Berbères. La plus grande d’entre elles s’appelle Aġram An Īkāmm.n, c’est-à-dire in al-‘uhūd44. Pour le Kitāb al-istibār, il y a dans le balad Wārǧalān sept villes fortifiées, entourées de murs et proches les unes des autres. La plus grande d’entre elles s’appelle Aġram In Īkām.n, ce qui signifie le « Pays des témoins » (Bilād al-Šuhūd) ; c’est là que se trouve in al-‘uhūd45. Pour Yāqūt, « Warǧalān » est un district (kūra) dont la ville principale se nomme Faǧūha46. Malheureusement, les toponymes figurant dans ces trois textes demeurent énigmatiques et ne correspondent pas aux noms de villages transmis par les traditions locales. Le Faǧūha et le « Aġram », ou le in al-‘uhūd d’al-Bakrī et du Kitāb al-istibār, pourraient évidemment désigner Sadrāta. Dans la seconde moitié du xiiie siècle, le géographe Ibn Sa‘īd fournit une description bien plus claire : il évoque une contrée (bilād) riche en palmiers dont la ville principale s’appelle « Wārkalān47 ». Dans la première moitié du xive siècle, al-Dimašqī répète que « Wārqalān »consiste en sept forteresses habitées par des Berbères ibadites qui ne célèbrent pas le culte du vendredi48. Il est intéressant de noter que le témoignage des trois géographes qui évoquent sept forteresses se rapprochent de la tradition recueillie sur place, qui évoque sept centres d’habitations.

  • 49 Pour Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, p. 61 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. (...)
  • 50 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, pp. 61-62 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3 (...)
  • 51 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 6, p. 117 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 1, p (...)

12Ibn Haldūn donne l’explication la plus complète : selon lui, les Banū Wārklā49 ont fondé Ouargla alors qu’ils ne formaient encore qu’un petit groupe ; ce furent d’abord quelques châteaux forts rapprochés, puis le nombre des habitants de ces châteaux augmenta, ils nouèrent de bonnes relations et une métropole se développa50. Selon la chronologie présentée par Ibn Haldūn, la création de cette ville semble se produire au xe siècle. L’historien considère d’ailleurs, au contraire de ses prédécesseurs, que Ouargla consiste en une seule ville (balad wāid51).

La région de Ouargla sous les Fatimides et les Zirides

  • 52 Sur cette citadelle naturelle, voir Féraud, 1886, p. 269 et Tarry, 1885, pp. 24-27.
  • 53 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 164-165 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 95-96 (qui n (...)

13Selon les historiens ibadites, juste après sa prise de pouvoir, soit vers 297-298/910, le mahdi ‘Ubayd Allāh rassemble ses soldats les mieux armés et envoie une importante troupe à Ouargla. Les habitants, apprenant l’arrivée de ces troupes, se réfugient sur le djebel inaccessible de Krīma52 oùils sont assiégés par l’armée fatimide qui espère les y voir mourir de soif. Grâce àune ruse, les gens de Ouargla font croire aux assiégeants qu’ils ont de l’eau en suffisance. Les soldats fatimides lèvent alors le camp et vont brûler la mosquée d’Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān. Plus tard, un traître de Ouargla, voulant la perte des Ibadites, dénonce la ruse auprès d’un détachement de l’armée ; il tombe sur des soldats issus de la tribu de Sadrāta qui le mettent à mort pour protéger leurs frères d’une nouvelle attaque53. L’anecdote montre bien les conflits internes qui divisent alors la population de la région et qui opposent probablement les Ibadites wahbites aux Ibadites nukkārites.

  • 54 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, pp. 16 et 62 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol (...)
  • 55 Ibn ammād, Abār mulūk Banī ‘Ubayd, pp. 30 (texte arabe) ; 50 (trad.).

14Selon Ibn Haldūn, en 325/936-937, Abū Yazīd, « l’homme à l’âne », séjourne pendant un an dans la ville des Banū Wārklā avant de gagner les Aurès ; il y est accueilli par les Banū Zandāq, une fraction des Maġrāwa54. Il s’agit ici très certainement de Sadrāta puisque le soutien de cette ville au rebelle nukkārite est explicitement évoqué par Ibn Ḥammād : selon cet historien, lorsqu’Abū Yazīd se trouve bloqué dans le djebel Kiyāna, ce sont ses compagnons venus de Sadrāta et de la région de Biskra qui l’approvisionnent. Le calife fatimide ordonne alors aux Zanāta d’attaquer Sadrāta : ils tuent les hommes, emmènent leurs femmes en captivité et pillent leurs biens, de sorte que les gens de Sadrāta cessent d’apporter des vivres à Abū Yazīd55.

  • 56 Sur cette révolte au cours de laquelle les Ibadites wahbites s’opposent une dernière fois aux Fatim (...)
  • 57 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 202-203 et pp. 205-206 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, p (...)
  • 58 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 222-223 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, pp. 143-145 et A (...)
  • 59 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 241 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 159. Abū Ṣāliḥ Ǧa (...)
  • 60 Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, pp. 332-333.
  • 61 Bābā‘ammī et al., 1999-2000, vol. 2, pp. 115-116.
  • 62 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 222-223 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 143-145 et A (...)
  • 63 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 274.

15Au moment de la révolte de Bāġāya en 358/96956, Abū Muḥammad Ǧamāl, chargé de recruter des troupes ibadites prêtes à affronter les Fatimides, parvient à rassembler à Ouargla des hommes désireux de participer au combat, mais ces volontaires arrivent après la défaite57. Plus tard, pour éviter de devoir accompagner le calife al-Mu‘izz en Égypte, Abū Nūḥ Sa‘īd ibn Zanġīl, l’un des meneurs de la révolte, se réfugie à Ouargla où la population l’accueille avec égards. Le chef de la ville, Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān, le comble de présents et remplit pour lui une pièce de dattes jusqu’au plafond. Il possède une grande fortune qu’il désire partager avec Abū Nūḥ si ce dernier accepte de demeurer à Ouargla58. Abū Nūḥ préfère pourtant s’en aller, malgré l’immense estime qu’il a pour Abū Ṣāliḥ: il considère l’autorité que ce dernier exerce à Ouargla au niveau de celles qu’ont exercées Abū Miswar à Djerba et Abū Hazar en Ifrīqiya59. Tout comme Abū Nūḥ, ce savant est un grand défenseur du wahbisme et, si l’on en croit al-Šammāẖī, il est à plusieurs reprises victime des attaques des nukkārites qui l’insultent, tant dans sa ville de Ouargla qu’à Tādimakka où il voyage. Il pourvoit à la subsistance des pauvres et des mendiants alors que la disette ravage Ouargla, sans doute dans la seconde moitié du xe siècle. Al-Šammāẖī insiste fort sur le soutien qu’Allāh lui accorde : ainsi, alors qu’Abū Ṣāliḥ se fait injurier, Allāh envoie un éclair qui frappe à l’endroit où se tient son agresseur et allume un feu. Il est également aidé dans sa générosité : alors que sa réserve de dattes est épuisée et qu’un mendiant affamé s’en remet à lui, Abū Ṣāliḥ prie puis constate que la pièce où il conserve ses dattes est à nouveau remplie60. Le rôle de ce personnage est considérable à Sadrāta, ne serait-ce que par la durée de son gouvernement : selon les sources ibadites, il était déjà chef de la ville en 296-297/909, à l’arrivée de Ya‘qūb ibn Aflaḥ, et l’est toujours vers 359-360/970. Sa richesse laisse penser que le fameux palais de Sadrāta a pu être construit pour lui. De nombreux endroits rappellent son souvenir dans la région : le cimetière portant son nom, où il est enterré, non loin de Ya‘qūb ibn Aflaḥ, son oratoire — une grotte au pied du djebel Krīma — et sa mosquée61. La mosquée d’Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān, brûlée vers 297-298/910 par les soldats fatimides, a été reconstruite du vivant de son fondateur : à l’époque où Abū Nūḥ, fuyant al-Mu‘izz, se réfugie à Ouargla, c’est dans cette mosquée que les habitants se rassemblent62. Il s’agit manifestement d’un endroit particulièrement vénéré : lorsque, peu avant le début de l’année 450/1058-1059, Abū l-Rabī‘ Sulaymān ibn Yaẖlaf al-Mazātī parvient aux abords de Ouargla, il se rend à la mosquée d’Abū Ṣāliḥ avant de gagner les habitations (manāzil) de Sadrāta63.

  • 64 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 234 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 154-155, qui ajou (...)
  • 65 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 301 et Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, p. 23.
  • 66 Cette fitna oblige Abū Ṣāliḥ al-Yāǧrānī àquitter Ouargla pour Darǧ. Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, (...)
  • 67 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 259 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 187.
  • 68 Les cinq cités du Mzab auraient été construites avant même l’abandon de Sadrāta. On retient habitue (...)
  • 69 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 255 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 183. Comme le sou (...)

16Après la mort d’Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān, Abū Nūḥ revient séjourner à Ouargla et déplore le changement de comportement des habitants qui s’est dégradé depuis la perte de leur chef ; il leur reproche, entre autres, de manifester leur désunion et leur sectarisme64. À la même époque, un autre šayẖ les accuse de revenir à la doctrine des ḥašwiyya, c’est-à-dire des malékites65. Il est question chez les historiens ibadites d’une discorde (fitna) qui secoue la région, vraisemblablement dans la seconde moitié du xe siècle66. Les choses ne s’arrangent pas dans la première moitié du xie siècle, au cours de laquelle le vieux chef de Ouargla, Abū ‘Abd Allāh Muḥammad al-Sadrātī, délaisse ses affaires67. Cette époque est généralement associée à la fondation des premières cités mozabites68. Les historiens ibadites ne disent malheureusement rien à ce sujet, mais ils précisent que c’est le prestigieux savant Abū ‘Abd Allāh Muḥammad ibn Bakr qui a converti à l’ibadisme des membres de la tribu des Banū Muṣ‘ab qui étaient auparavant wāṣilites69.

  • 70 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 336-337 et Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, pp. 50-51.
  • 71 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 337 ; Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, p. 51 et Al-Šammāī, K (...)
  • 72 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 377-378 et Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, pp. 82-83. Tous (...)

17Il est très étonnant de constater que les historiens ibadites rapportent plusieurs traditions négatives sur Ouargla : on lit par exemple qu’Abū ‘Abd Allāh Muḥammad ibn Bakr considérait que prononcer le nom de Ouargla était un mal, laissant imaginer ce que représentait le fait d’y entrer ! Un autre savant estime que les habitants s’y entretuent sans raison. Un autre encore affirme que c’est le domicile du diable (mawin al-šayān70). Ces traditions négatives ont déjà cours à l’époque rustumide : en effet, les deux savants venus du djebel Nafūsa qui passent par Ouargla pour aller à Tahert logent à l’extérieur de la ville, par crainte d’y entrer et de s’y exposer à la discorde71. Malgré tous ces préjugés, Ouargla est le lieu de rassemblement des Ibadites pour le départ vers le pays de Ǧuġrāf72.

Les destructions de Sadrāta

  • 73 Largeau, 1881, p. 69, considère que Sadrāta a été détruite par les Banū Hilāl.
  • 74 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 434, qui place ces faits dans la dixième abaqa [génératio (...)
  • 75 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, p. 62 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3, p. (...)
  • 76 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 6, p. 206 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 2, p (...)
  • 77 Jaabiri, 2000, p. 450. L’auteur anonyme de « Sadrāta », p. 780, considère que la ville aurait été q (...)

18Il semble bien que durant la seconde moitié du xie siècle, la présence des tribus arabes récemment arrivées en Ifrīqiya entraîne de nombreux troubles dans la région73. Les historiens ibadites racontent que des Arabes s’attaquent à Ouargla et s’emparent d’un groupe de servantes ; un célèbre šay ibadite va trouver les ravisseurs, les supplie de restituer ces femmes et, après force palabres, les Arabes s’exécutent74. Selon Ibn Haldūn, les Banū Wārklā, dont la ville est devenue importante, accueillirent dans Ouargla les nombreux Zanāta chassés de leurs terres par les Arabes aṯbaǧ75. Plus tard, à une date inconnue, la ville est prise par les Ḥammādides. Le souverain al-Nāṣīr, luttant contre les Zanāta, envoie à Ouargla des corps d’armée commandés par son fils al-Manṣūr, un nouveau gouverneur est désigné, on fait du butin et des prisonniers76. La date habituellement retenue est celle de 467/1074-107577. Paul Blanchet, qui a été suivi par plusieurs auteurs, rapporte que :

  • 78 Blanchet, 1900, p. 146. Il ajoute, p. 142, qu’il fallut plus d’un mois vers 1075 pour obstruer les (...)

Vers la fin du xie siècle, le seigneur de la Kalaa, Mansour ben El Caïd ben Hammad, s’indigna que des chiens d’hérétiques possédassent un pays si riant. Il accourut, chassa devant lui les habitants de Feran, de Bou Hadjar, de Seddrata, ruina les villes, coupa les palmiers, aveugla les sources. El Mansour partit, laissant le vide derrière lui. Une nouvelle ville pourtant se bâtit […] et Ouargla succéda à Seddrata comme métropole du commerce noir78.

  • 79 Lethielleux, 1983, pp. 87-88. Pour Yver, 2005, p. 160, la ville fut détruite et ensuite reconstruit (...)

19Il semble donc bien que l’attaque ḥammādide, dont la tradition locale a conservé un souvenir épouvantable, est à l’origine de la construction de l’actuelle Ouargla, au nord-est de Sadrāta79.

  • 80 Selon la tradition rapportée par le cheikh des ‘azzāba (clercs) de Beni Izguen à Émile Masqueray, l (...)

20Vers 626-627/1229, la région de Ouargla est cruellement frappée par le rebelle almoravide Yaḥyā ibn Isḥāq ibn Ġāniya80. À nouveau, les faits sont très confus. Al-Darǧīnī évoque cette destruction dans la biographie consacrée àAbū Ya‘qūb Yūsuf ibn Ibrāhīm al-Sadrātī : les habitants de Ouargla sont confrontés àl’arrivée d’un prédicateur qui les invite àembrasser la doctrine almohade. La plupart d’entre eux se met d’accord pour tuer le propagateur et ses compagnons, mais les savants proposent d’aller consulter Abū Ya‘qūb et tous se rendent auprès de lui. Ils lui exposent leur projet de tuer les intrus avant qu’ils ne connaissent la ville car ils craignent qu’ils ne la détruisent. Abū Ya‘qūb les rassure : « Celui qui détruira votre ville viendra de Siǧilmāsa et mourra en mer, ou s’il vient de la mer, il mourra à Siǧilmāsa. C’est l’Almoravide [al-mutalaṯṯimu]. Lorsqu’il apparaîtra, il voudra inévitablement faire de votre ville un désert [qā‘an afafan] ». Cette prédiction a été prononcée en l’an 620/1223-1224, et :

  • 81 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 494.

Lorsque ce fut l’an 626/1228-1229 ou 627/1229-1230, Yaḥyā ibn Isḥāq al-Mayūrqī l’Almoravide pénétra dans la ville et détruisit tout ce que renfermaient ses murs, jusqu’à la mosquée. Ouargla se retrouva comme si elle n’avait pas été habitée la veille81.

  • 82 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 6, p. 337 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 2, p (...)
  • 83 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, p. 62 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3, p. (...)

21Ibn Haldūn affirme que lorsque le Hafside Abū Zakariyyā’ devint maître de l’Ifrīqiya et rejeta l’obédience almohade, il chassa Yaḥyā ibn Ġāniya hors de la région de Tripoli, du Zāb et de Ouargla ; passant par Ouargla à la poursuite de son adversaire, il y dressa les plans de la mosquée. Ensuite il fit camper ses troupes aux frontières et désigna des gouverneurs82. Ailleurs, Ibn Haldūn dit qu’Abū Zakariyyā’, passant par Ouargla, trouva la ville à son goût, qu’il décida d’en faire une capitale et fit bâtir l’ancienne mosquée et son minaret sur lequel il fit inscrire dans la pierre son nom et la date de fondation83.

  • 84 Bel, 1903, pp. 181-182.
  • 85 Brunschvig, 1982, vol. 1, p. 298.

22Les deux récits d’al-Darǧīnī et d’Ibn Haldūn donnent lieu à des interprétations différentes chez les historiens. Selon Alfred Bel, c’est après qu’Abū Zakariyyā’ eut bâti la grande mosquée de Ouargla et protégé ses frontières avec des corps d’armée que Yaḥyā, en 626/1228-1229, ruina la ville de fond en comble pour punir les habitants de s’être soumis à l’émir84. Pour Robert Brunschvig, en revanche, Ouargla fut détruite de fond en comble, sauf la mosquée, par Yaḥyā ibn Ġāniya en 1229, puis se releva aussitôt après, sans doute avec l’aide du Hafside Abū Zakariyyā’ qui fit construire son minaret85.

  • 86 Lethielleux, 1983, pp. 123-124.

23Pour Jean Lethielleux, les auteurs qui mentionnent la destruction de Ouargla de fond en comble confondent Sadrāta et la nouvelle Ouargla, qui n’aurait été que peu touchée puisqu’un an après, Abū Zakariyyā’ en admirait la fière allure. Selon lui, c’est à Sadrāta, qui abritait des sédentaires ibadites, que s’en prit Yaḥyā ibn Ġāniya. Un manuscrit inédit relate qu’en 666/1228 (sic), Yaḥyā s’acharna sur Sadrāta, détruisit ses sources, coupa les palmiers et démolit les murs d’enceinte ; il fit de la ville un désert mais, après son départ, une partie des habitants revint vivre dans les ruines86. Comme cela a été souligné plus haut, il faut prendre les affirmations de Jean Lethielleux avec prudence, ne serait-ce qu’à cause des erreurs de conversion de dates.

  • 87 Ibid., pp. 125-126.

24Toutefois, l’argument selon lequel l’émir n’aurait pu être séduit par une ville qui venait d’être dévastée est convaincant. C’est donc bien Sadrāta, désignée sous l’appellation Wārǧalān par al-Darǧīnī, qui aurait été ravagée par Yaḥyā, comme le spécifie clairement le manuscrit inédit. Jean Lethielleux reprend ensuite en partie l’interprétation d’Alfred Bel : il affirme qu’en 1233, Yaḥyā revint à Ouargla, la livra au pillage pour la punir d’avoir ouvert ses portes à l’émir hafside et fit abattre les fortifications par la population87. Cette seconde attaque, dont l’auteur décrit en détail la cruauté, est tout à fait invérifiable.

  • 88 Duveyrier, 1883, pp. 211-212. Pour Lethielleux, 1983, p. 133, ce personnage énigmatique correspond (...)
  • 89 Voir Jaabiri, 2000, p. 450 ; Van Berchem, 1954, p. 159 et Lethielleux, 1983, p. 124, note 2, qui ci (...)

25Un manuscrit arabe ramené de Ouargla par Harold Tarry dit que Sadrāta a été détruite en 1274 par un chef de troupes, qualifié de « Qaïd El-Mançoûr El-Machriq », dont la nationalité et l’origine politique sont inconnues. Pendant trente-cinq jours, il s’appliqua à combler la source qui alimentait la ville d’« Isedrâten » et ses plantations. Les habitants épouvantés s’enfuirent dans les dunes du sud de la ville et trouvèrent à leur retour leurs maisons détruites par le général musulman88. Cette destruction définitive de Sadrāta en 1274 est mentionnée par plusieurs auteurs89. Toutefois, il faut noter que ce récit présente plusieurs points communs avec la destruction intervenue vers 1075 : on y retrouve le nom d’al-Manṣūr qui avait mené l’attaque ḥammādide, ainsi que la volonté de s’acharner à combler les sources pendant plus d’un mois. Il a pu y avoir une confusion entre les deux dates.


   

26Les pages qui précèdent ont montré la confusion qui domine lorsqu’il s’agit de retracer l’histoire de Sadrāta. Les principaux malentendus résultent des problèmes toponymiques, puisque la plupart des textes étudiés emploient systématiquement l’appellation générale de Ouargla pour désigner Sadrāta. Un élément toutefois est apparu clairement : la fondation de la cité n’a rien à voir avec l’arrivée de l’ancien imam rustumide au début du xe siècle. Ya‘qūb ibn Aflaḥ a refusé le pouvoir qu’on lui offrait et a tranquillement fini sa vie dans la région. Il est également certain que Sadrāta / Isedraten existait bien avant cette époque, et qu’elle n’a pas été créée ex nihilo par les Ibadites.

27Pendant l’époque rustumide, les liens qu’elle entretient avec Tahert renforcent l’importance de Sadrāta, qui devient une étape importante sur les routes commerciales menant au bilād al-Sūdān. Elle connaît manifestement son heure de gloire au xe siècle, lorsqu’elle est dirigée par Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān. C’est sans doute dès cette époque que la ville s’enrichit grâce au commerce et aux productions agricoles et que sont bâtis les luxueux édifices qui ont été partiellement mis à jour par Marguerite Van Berchem dans les années 1950. Mais dès le début de ce siècle, à l’époque de l’avènement du mahdi ‘Ubayd Allāh, la région est attaquée par les troupes fatimides. Elle est également en proie aux rivalités qui opposent les Ibadites wahbites et nukkārites. Le soutien de sa population au rebelle Abū Yazīd provoque l’attaque de Sadrāta par les Zanāta, sur ordre du calife fatimide. Après la mort d’Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān, la discorde s’amplifie et tout porte à croire que dans les premières décennies du xie siècle, de nombreux Ibadites wahbites préfèrent quitter la région pour aller s’installer dans le Mzab, oùplusieurs cités sont fondées.

28Dans la seconde moitié du xie siècle, la présence des tribus arabes contribue à semer le trouble dans la région. Vers 1075 a lieu la première destruction importante de Sadrāta, perpétrée par l’armée ḥammādide. C’est alors qu’est vraisemblablement fondée l’actuelle Ouargla, au nord-est de Sadrāta, tandis que cette dernière se relève de l’attaque qui l’a frappée. La région profite manifestement d’une longue période de calme jusqu’à ce que le rebelle Yaḥyā ibn Ġāniya ne s’acharne contre elle aux environs de 1229. Il est probable que Sadrāta est alors totalement dévastée par les troupes almoravides, alors que, dans le même temps, la nouvelle Ouargla est mise à l’honneur par le souverain hafside Abū Zakariyyā’. La destruction de Sadrāta par Yaḥyā ibn Ġāniya marque certainement la fin de la prospérité de cette cité. Il est possible toutefois qu’elle ait vivoté jusqu’en 1274, date à laquelle un énigmatique personnage l’aurait définitivement condamnée.

Haut de page

Bibliographie

Abū Zakariyyā’, Yaḥyā ibn Abī Bakr al-Wārǧalānī, Kitāb al-sīra wa-abār al-a’imma, ‘Abd al-Raḥmān Ayyūb (éd.), Tunis, 1985.

Bābā‘ammī, Muḥammad, Baḥḥāz, Ibrāhīm, Bāǧū, Muṣṭafā et Šarīfī, Muṣṭafā (1999-2000), Mu‘ǧam a‘lām al-ibāiyya min al-qarn al-awwal al-hiǧrī ilā al-‘ar al-āir, qism al-Maġrib al-islāmī(2 vol.), Beyrouth.

Al-Bakrī, Abū ‘Ubayd ‘Abd Allāh, Description de l’Afrique septentrionale, William Mac Guckin de Slane (éd. et trad.), Paris, 1965.

Basset, René (1981), « Les sanctuaires du Djebel Nefousa », Cahiers de Tunisie, 29 (115-116), pp. 361-395 (1re éd. Paris, 1899).

Bel, Alfred (1903), Les Benou Ghānya, derniers représentants de l’empire almoravide, et leur lutte contre l’empire almohade, Paris.

Blanchet, Paul (1900), « L’oasis et le pays de Ouargla », Annales de géographie, 9, pp. 141-158.

Brunschvig, Robert (1982), La Berbérie orientale sous les afides des origines à la fin duxve siècle (2 vol.), Paris.

Coÿne, Abel (1879), « Le Mzab », Revue africaine, 23, pp. 172-210.

Cuperly, Pierre (1972), « Muḥammad Aṭfayyaš et sa Risāla šāfiya fī ba‘ tawārī ahl wādī Mizāb », Revue de l’Institut des belles lettres arabes, 35, pp. 261-303.

Cuperly, Pierre (1984), Introduction à l’étude de l’ibāisme et de sa théologie, Alger.

Al-Darǧīnī, Abū l-‘Abbās Aḥmad ibn Sa‘īd, Kitāb abaqāt al-mašā’i bi l-Maġrib (2 vol.), Ibrāhīm allāy (éd.), Constantine, 1974.

Delheure, Jean (1988), Vivre et mourir à Ouargla. Tameddurt t-tmettant wargren, Paris.

Al-Dimašqī, Šams al-Dīn Abū ‘Abd Allāh, Nubat al-dahr fī ‘agā’ib al-barr wa-l-bar, Auguste Ferdinand Mehren (éd.), Saint-Pétersbourg, 1865-1866.

Duveyrier, Henri (1883), « Isedraten et le schisme abadite », Revue d’ethnographie, 2, pp. 203-212.

El-Ghali, Abdelkader (2003), Les États kharidjites au Maghreb (iie-ive/viiie-xe s.), Tunis.

Féraud, Laurent-Charles (1886), « Les Ben-Djellab, sultans de Tougourt », Revue africaine, 30, pp. 259-274 et pp. 367-391.

Golvin, Lucien (1994), « La cité mozabite », Encyclopédie berbère, Aix-en-Provence, vol. 13, pp. 2007-2014.

Gouja, Moncef (2003), Aux origines de la pensée arabe, Gémenos.

Hamlaoui, Ali (2003), « Les stucs de Sedrata », dans L’Algérie en héritage. Art et histoire, Paris, pp. 301-306.

Ibn Haldūn, ‘Abd al-Raḥmān ibn Muḥammad, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale (4 vol.), William Mac Guckin de Slane (trad.), Paris, 1925.

Ibn Haldūn, ‘Abd al-Raḥmān ibn Muḥammad, Kitāb al-‘ibar wa-dīwān al-mubtada wa-l- abar fī ayyām al-‘Arab wa-l-‘Aǧam wa-l-Barbar wa-man ‘aarahum min awī al-sulān al-akbar (7 vol.), Beyrouth, 1992.

Ibn ammād, Abū ‘Abd Allāh, Abār mulūk Banī ‘Ubayd wa-sīratuhum, (« Histoire des rois obaïdides : les califes fatimides »), Madeleine Vonderheyden (éd. et trad.), Alger-Paris, 1927.

Ibn Iārī al-Marrākušī, Abū l-‘Abbās Aḥmad, Al-Bayān al-muġrib fī abār al-Andalus wa l-Maġrib (4 vol.), Georges Séraphin Colin et Évariste Lévi-Provençal (éd.), Beyrouth, 1967.

Ibn Al-aġīr, Abār al-a’imma l-rustumiyyīn, Muḥammad Nāṣir et Ibrāhīm Baḥḥāz (éd.), Beyrouth, 1986.

Ibn Saīd al-Maġribī, Abū l-Ḥasan ‘Alī, Kitāb al-ǧuġrāfiyā, Ismā‘īl Al-‘Arabī (éd.), Beyrouth, 1970.

Al-Idrīsī, Abū ‘Abd Allāh al-Šarīf, Kitāb nuzhat al-muštāq fī itirāq al-āfāq, fasc. 3 de Opus geographicum [sive « Liber ad eorum delectationem qui terras peragrare studeant »] (9 fasc. en 6 vol.),Enrico Cerulli, Francesco Gabrieli, Giorgio Levi Della Vida, Luciano Petech et Giuseppe Tucci (éd.), Rome-Naples, 1970-1984.

Jaabiri, Farhat (2000), « Le Mzâb cité-État », dans Mogens Herman Hansen (éd.), A Comparative Study of Thirty City-State Cultures, Copenhague, pp. 445-462.

Jean-Léon l’Africain, Description de l’Afrique (2 vol.), Alexis Épaulard (trad.), Paris, 1981 (1re éd. Paris, 1956).

Kitāb al-istibār fī ‘aǧā’ib al-amār, Sa‘d Zaġlūl ‘Abd Al-amīd (éd.), Alexandrie, 1958.

Largeau, Victor (1881), « Le Sahara algérien : 1874-1878, Biskra-Touggourt-Rhadamès-Le Souf-Ouargla », Le tour du monde, 1069-1073, pp. 1-80.

Lethielleux, Jean (1983), Ouargla, cité saharienne, des origines au début du xxe siècle, Paris.

Lewicki, Tadeusz (1955), Études ibāites nord-africaines, Varsovie.

Lewicki, Tadeusz (1971 a), « Une croyance des Ibāḍites nord-africains sur la fin du monde : le pays de Ǧuġrāf », dans Armand Abel (éd.), Actes du Ve congrès international d’arabisants et d’islamisants de Bruxelles (31 août-6 septembre 1970), Bruxelles, pp. 317-327.

Lewicki, Tadeusz (1971 b), « The Ibádites in Arabia and Africa », Cahiers d’histoire mondiale, 13, pp. 51-130.

Lewicki, Tadeusz (1983), Études maghrébines et soudanaises II, Varsovie.

Masqueray, Émile (1878), Chronique d’Abou Zakaria, Alger.

Masqueray, Émile (1983), Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie, Aix-en-Provence (1re éd. Paris, 1886).

« Notes pour servir à l’historique d’Ouargla (1885) », Revue africaine, 64, 1923, pp. 381-442.

Prevost, Virginie (2006 a), « Genèse et développement de la alqa chez les Ibāḍites maghrébins », Acta Orientalia Belgica, 19, pp. 109-124.

Prevost, Virginie (2006 b), « La révolte de Bāġāya (358/969) : le dernier soulèvement des Ibāḍites maghrébins », Journal of Near Eastern Studies, 65 (3), pp. 197-206.

Prevost, Virginie (2006-2007), « La Qasṭīliya médiévale et la toponymie du Djérid tunisien », Folia Orientalia, 42-43, pp. 41-56.

Romey, Alain (1983), Les Sa‘īd ‘A de N’Goussa. Histoire et état actuel de leur nomadisme, Paris.

Romey, Alain (2006), « Toponymie et culture orale en milieu saharien berbérophone », dans Alain Romey, À travers l’Algérie 1973-2005. Essai d’anthropologie sociale et historique, Paris-Metz, pp. 55-61.

« Sadrāta », Encyclopédie de l’Islam (nouv. éd.), Leyde-Paris, vol. 8, 1995, pp. 780-781.

Al-Šammāī, Abū l-‘Abbas Aḥmad, Kitāb al-siyar, Muḥammad asan (éd.), Tunis, 1995.

Tarry, Harold (1885), « Les villes berbères de la vallée de l’oued Mya », Revue d’ethnographie, 3, pp. 1-44.

Van Berchem, Marguerite (1954), « Sedrata. Un chapitre nouveau de l’histoire de l’art musulman. Campagnes de 1951 et 1952 », Ars Orientalis, 1, pp. 157-172.

Van Berchem, Marguerite (1960), « Sedrata et les anciennes villes berbères du Sahara dans les récits des explorateurs du xixe siècle », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 59, pp. 289-308.

Al-Wisyānī, Abū I-Rabī‘ Sulaymān ibn ‘Abd al-Salām, Siyar mašā’i al-Maġrib, Ismā‘īl Al-‘Arabī (éd.), Alger, 1985.

Yāqūt, [Šihāb al-Dīn] Abū ‘Abd Allāh, Mu‘ǧam al-buldān (7 vol.), Farīd ‘Abd al-‘Azīz Al-Ǧundī (éd.), Beyrouth, 1990.

Yver, Georges (2005), « Wargla », Encyclopédie de l’Islam (nouv. éd.), Leyde-Paris, vol. 11, pp. 159-160.

Al-Zuhrī, « Kitāb al-Ǧa‘rāfiyya », Bulletin d’études orientales de l’institut français de Damas, 21, numéro monographique, Maḥamad Hadj-Sadok (éd.), 1968.

Haut de page

Notes

1 Van Berchem, 1954, p. 171, indique que, si les monuments de Sadrāta s’échelonnent dans le temps, l’inscription coufique du palais doit sans doute être datée du xie ou du début du xiie siècle.

2 Voir, notamment, Yver, 2005, p. 160.

3 Ainsi, Hamlaoui, 2003, p. 301, reprend, pour narrer la fondation de Sadrāta, la légende rapportée par Émile Masqueray : les Ibadites fondent une ville dans ce désert hostile car ils y trouvent « la mer du déluge », une nappe artésienne immense (Masqueray, 1983, p. 201).

4 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 70 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 30, évoquent un homme de Sadrāta, blamé par l’imam Abū l-Haṭṭāb pour avoir dépouillé un cadavre après la prise de Kairouan par les Ibadites en 141/758-759. On ne sait précisément s’il s’agit d’un homme provenant de la tribu ou de la ville de Sadrāta.

5 Voir Lewicki, 1983, p. 83. Al-Zuhrī, « Kitāb al-ǧa‘rāfiyya », p. 181, précise que les habitants de « Wāraqlān » se sont convertis à l’Islam pendant le règne de Hišām ibn ‘Abd al-Malik (105-125/724-743). À cette époque, de nombreux Arabes kharédjites venus d’Irak s’installent au Maghreb.

6 Voir Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 337 ; Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, p. 51 ; et Al-Šammāẖī, Kitāb al-siyar, p. 119. Ibn Al-Ṣaġīr, Abār al-a’imma l-rustumiyyīn, p. 47, mentionne que des Sadrāta se rendaient à Tahert au printemps.

7 Voir Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 159-160 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 93.

8 Sur ‘Āṣim al-Sadrātī, voir Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 68 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 28-29 ; et Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, pp. 46-47. Pour Cuperly, 1984, p. 48, ‘Āṣim al-Sadrātī vient bien de Sadrāta, près de Ouargla.

9 Voir, notamment, le cas de deux savants du djebel Nafūsa, Abū Mirdās Muhāṣir al-Sadrātī, de la première moitié du viiie siècle, et Yaḥyā ibn Yūnis al-Sadrātī, de la première moitié du ixe siècle, dans Lewicki, 1955, pp. 32 et 67.

10 Basset, 1981, p. 375.

11 Voir El-Ghali, 2003, p. 48. Gouja, 2003, p. 27, estime qu’il résidait à l’ouest de l’Aurès. Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe p. 52 ; trad. p. 112, mentionne également la tribu berbère des Sadrāta dans les environs de Biskra. Pour Ibn Haldūn, Kitāb al-fiibar, vol. 6, p. 106 (texte arabe), et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 1, p. 171 (trad.), les Sadrāta sont des Lawāta.

12 Lethielleux, 1983, pp. 24-26. Ses sources ne peuvent être vérifiées : il se base sur une série de textes inédits concernant l’histoire de Ouargla, dont le principal serait un texte de « Ba Setchry »,auteur du xiiie siècle.

13 Ibn Al-Ṣaġīr, Abār al-a’imma l-rustumiyyīn, p. 102 et Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib, vol. 1, p. 197.

14 Sur le règne de Ya‘qūb ibn Aflaḥ, voir Ibn Al-Ṣaġīr, Abār al-a’imma l-rustumiyyīn, pp. 111-115.

15 Dūsra / Dūs, la fille d’Abū Ḥātim, réclamera vengeance pour le meurtre de son père auprès d’al-Ḥiǧǧānī / Abū ‘Abd Allāh al-Šī‘ī (voir Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 162-163 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 94).

16 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 162-163 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 94-95, relatent la prise de Tahert et la mort d’al-Yaqẓān et de ses proches. Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe p. 68 ; trad. p. 139 et Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib, vol. 1, p. 153, racontent qu’Abū ‘Abd Allāh al-Šī‘ī entra dans Tahert avec l’amān (protection) ; il fit tuer un grand nombre de Rustumides et envoyer leurs têtes à son frère Abū l-‘Abbās.

17 Ibn ‘Iārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib, vol. 1, p. 197.

18 Selon Bābā‘ammī et al., 1999-2000, vol. 2,p. 473, ce proverbe veut dire que l’imamat est une affaire grave qui nécessite un peuple puissant, ce qui fait justement défaut aux Ibadites à cette époque. Pour Gouja, 2003, p. 60, il indique l’impossibilité militaire de résister aux nouveaux conquérants.

19 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 178-179 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, pp. 104-105 et Al-Šammāẖī, Kitāb al-siyar, p. 334. Le fils de Ya‘qūb, Abū Sulaymān, sera à l’origine du quatrième schisme qui divise les Ibadites (voir Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 180-181 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 106-108 et Al-Šammāẖī, Kitāb al-siyar, pp. 334-335).

20 Lewicki, 1971 b, p. 110.

21 Pour Féraud, 1886, p. 370, cette année-là, le guerrier nukkārite « Eïoub-ben-Abbas », connu des chroniqueurs sous le nom d’« imam Yagoub », se manifesta, et les Ibadites nukkārites devinrent les maîtres absolus du pays. Les Beni-Ouargla et les nomades déclarèrent la guerre aux Ibadites wahbites et les expulsèrent de Ouargla et des djebels Krīma et Ibad. À la suite de cette guerre de persécution, les Ibadites wahbites auraient été fonder les oasis du Mzab. Coÿne, 1879, p. 182, écrit que, selon les Mozabites, les Ibadites persécutés pour leurs croyances seraient venus en 360/971-972 se réfugier au sud-ouest de Ouargla sous la conduite d’un descendant des Rustumides, « Youbba ben Abbas », connu sous le nom d’« imam Yagoub » ; ils auraient fondé plusieurs ksour sur l’oued Mya, « entre autres Kerima, Sedrata et Djebel Ibad ». Selon Lethielleux, 1983, pp. 73-74, après avoir fui al-Mu‘izz, Abū Nūḥ Sa‘īd ibn Zanġīl aide, à Ouargla, l’imam « Yagoub ben Abbas », « homme religieux et en même temps guerrier », qui veut imposer la domination des Ibadites. Mais les nomades Beni Ouargla et Beni Ifren prennent le dessus et un des chefs ibadites s’enfuit pour s’installer avec ses compagnons dans le Mzab en 360/971-972. Selon les documents du Mzab, Ghardaïa aurait résisté cette année-là à une longue attaque et aurait reçu de nouveaux immigrants. Ce serait à cette époque que les Beni Ouargla, futurs fondateurs de Ouargla, redeviennent sunnites et s’opposent à Sadrāta. J. Lethielleux pense que c’est ce « Yagoub » qui est enterré et vénéré à Sadrāta, alors qu’il paraît certain que la tombe est celle de l’ancien imam rustumide.

22 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 180, repris par Al-Šammāẖī, Kitāb al-siyar, p. 334. Selon Bābā‘ammī et al., 1999-2000, vol. 2, p. 473, Ya‘qūb serait mort en 310/922.

23 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, p. 106.

24 Van Berchem, 1954, p. 159. Dans 1’édition du 22 mai 2004 du journal El Watan, la journaliste Houria Alioua notait que les fêtes religieuses ibadites sont toujours célébrées chaque année à la mosquée de Sadrāta (voir <www.mzab-online.com>). Sur ce pèlerinage, voir Delheure, 1988, pp. 321 et 349.

25 Lethielleux, 1983, p. 23, note 3, confirme que Sadrāta est le nom de la première ville de Ouargla. Voir aussi Lewicki, 1983, p. 83.

26 Masqueray, 1878, p. 262 (en note).

27 Féraud, 1886, p. 261. Van Berchem, 1954, pp. 158-159, note 1, estime que la ville a été construite au début du xe siècle par les Ibadites, bien qu’il y avait probablement là un ancien établissement berbère.

28 Van Berchem, 1960, p. 308.

29 Sur le commerce de Ouargla avec le bilād al-Sūdān, voir Lewicki, 1983, pp. 88-91. Al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 296, évoque ses riches commerçants qui voyagent dans le bilād al-Sūdān jusqu’à Ġāna et Wanqāra et en rapportent de l’or. Ibn Sa‘īd al-Maġribī, Kitāb al-ǧuġrāfiyā, p. 126, indique qu’on voyage beaucoup, depuis Ouargla, vers le bilād al-Sūdān et ajoute qu’on y trouve beaucoup d’esclaves qui gagnent ensuite le Maghreb central et l’Ifrīqiya. Sur la frappe de monnaie dans cette ville, voir Al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, p. 296 et Kitāb al-istibār, p. 224.

30 Cuperly, 1984, p. 94. Sur l’irrigation, voir Kitāb al-istibār, p. 224 ; Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, pp. 68-69 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3, pp. 299-300 (trad.).

31 Kitāb al-istibār, p. 224. Yāqūt, Muǧam al-buldān, vol. 5, p. 427, confirme que cette région jouit de grandes ressources.

32 Sur ce manuscrit, voir Féraud, 1886, pp. 262-268. Pour Romey, 2006, p. 58, les nombreux villages et sources cités dans la chronique traduite par Féraud, et conservés dans la tradition orale, ne semblent pas numériquement exagérés.

33 Lethielleux, 1983, pp. 34-35. Il faut ajouter à ces difficultés celle que pose la transcription en langue arabe de la toponymie berbère par les historiens ibadites.

34 Jean-Léon L’Africain, Description de l’Afrique, pp. 438-439, affirme encore qu’aux environs de Guargala / Ouargla existent plusieurs châteaux et une infinité de villages.

35 Voir Prevost, 2006-2007.

36 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 180-181, raconte qu’il est entré en 616/1219 dans la alqa (cercle des ‘azzāba [clercs]) de Ouargla et y a vécu pendant deux ans.

37 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 429. La même expression est utilisée par Al-Šammāẖī, Kitāb al-siyar, p. 398. Il ajoute, p. 405, que les gens de Ouargla avaient pour habitude, lorsqu’un notable mourait, de répandre la nouvelle de son enterrement dans les qurā (villages).

38 Voir Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, p. 344 en particulier au sujet de Qaṣr Bakr.

39 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 188, 386 et 444 ; Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, p. 365 (sous la forme « Ifran », certains manuscrits donnant la forme « Farān »). Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, p. 43, écrit Ifrān ou Afrān.

40 Lethielleux, 1983, p. 59 et Féraud, 1886, pp. 268-269.

41 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra,pp. 159-160 ; Al-Darǧīnī Kitāb abaqāt al-mašāi,p. 93, qui ne cite que Qaṣr Bakr.

42 Selon Lethielleux, 1983, p. 27, Ouargla est fondée en 726 par des Ibadites venus de Zanzibar et elle se développe rapidement. Bābā‘ammī et al.,1999-2000, vol. 2, p. 118, confirment la fondation de Ouargla en 108/726 par un Ibadite nommé Ḥādūr, venu de Zanzibar.

43 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra,p. 274 (manāzil Sadrāta).

44 in al-‘uhūdsignifie la forteresse des promesses ou des siècles. Lethielleux, 1983, pp. 63-64, traduit cela par « fort de la colonne »et se demande s’il pourrait s’agir de la colonne d’eau de ayn fa. Ilestime que la « ville des témoins » pourrait peut-être désigner Sadrāta par allusion à ses fondateurs primitifs. Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale,texte arabe p. 182 ; trad. p. 340. Mac Guckin de Slane indique à la note 1 qu’en touareg, ekemma (pl. ikemmen)désigne le désert, le Sahara. Lewicki, 1983, p. 84, dit « Aġrem en-Īkammen », inconnu des Ibadites, et qui pourrait être identique à Sadrāta.

45 Kitāb al-istibār,p. 224.

46 Yāqūt, Mu‘ǧam al-buldān,vol. 5, p. 427. Lewicki, 1983, p. 84, propose de lire Nagūṣa, l’actuelle N’Goussa ou une déformation du nom de la tribu des Warfaǧūma.

47 Ibn Sa‘īd al-Maġribī, Kitāb al-ǧuġrāfiyā, p. 126.

48 Al-Dimašqī, Nubat al-dahr, p. 239.

49 Pour Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, p. 61 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3, p. 285 (trad.), les Banū Wārklā sont des Zanāta. Al-Bakrī, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe p. 144 ; trad. p. 276, mentionne les Warqla dans la région de l’Aurès.

50 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, pp. 61-62 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3, pp. 285-286 (trad.).

51 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 6, p. 117 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 1, p. 192 (trad.).

52 Sur cette citadelle naturelle, voir Féraud, 1886, p. 269 et Tarry, 1885, pp. 24-27.

53 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 164-165 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 95-96 (qui ne mentionne pas l’incendie de la mosquée). Le texte d’Abū Zakariyyā’ n’établit pas clairement s’il s’agit de soldats issus de la tribu des Sadrāta ou de la ville. La première version est évidemment la plus probable et elle est confirmée par la version d’al-Darǧīnī qui explique que ces soldats « al-sadrātiyyūna »ont commis ce meurtre par solidarité vis-à-vis de leurs frères et de leur tribu. Pour Lethielleux, 1983, p. 46, l’attaque fatimide a pour conséquence que Sadrāta se dote de remparts.

54 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, pp. 16 et 62 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3, pp. 203 et 286 (trad.).

55 Ibn ammād, Abār mulūk Banī ‘Ubayd, pp. 30 (texte arabe) ; 50 (trad.).

56 Sur cette révolte au cours de laquelle les Ibadites wahbites s’opposent une dernière fois aux Fatimides, voir Prevost, 2006 b.

57 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 202-203 et pp. 205-206 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, p. 128 et p. 130 ; et Al-Šammāẖī, Kitāb al-Siyar, p. 315.

58 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 222-223 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašāi, pp. 143-145 et Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, p. 324.

59 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 241 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 159. Abū Ṣāliḥ Ǧannūn ibn Īmriyān est cité par le grand savant mozabite Muḥammad Aṭfayyaš (m. 1914) comme un des personnages les plus vénérés par les Ibadites, alors que Ya‘qūb ibn Aflaḥ ne fait pas partie de cette liste. Cuperly, 1972, p. 297. Selon Bābā‘ammī et al., 1999-2000, vol. 2, p. 115, Abū Ṣāliḥ était originaire de « Sadrāta Īzūzām ».

60 Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, pp. 332-333.

61 Bābā‘ammī et al., 1999-2000, vol. 2, pp. 115-116.

62 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 222-223 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 143-145 et Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, p. 324.

63 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 274.

64 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 234 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 154-155, qui ajoute que la ville s’est dépravée, et Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, p. 329.

65 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 301 et Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, p. 23.

66 Cette fitna oblige Abū Ṣāliḥ al-Yāǧrānī àquitter Ouargla pour Darǧ. Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 312 ; Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, p. 29 ; Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 373 et Al-Šammāī, Kitāb al-siyar, p. 352.

67 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 259 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 187.

68 Les cinq cités du Mzab auraient été construites avant même l’abandon de Sadrāta. On retient habituellement les dates suivantes : El-Atteuf (1012), Bou Noura (1048), Beni Izguen (vers 1050), Ghardaïa (1053) et enfin Malika (1124). Voir Golvin, 1994, pp. 2007-2008.

69 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 255 et Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 183. Comme le souligne Cuperly, 1972, p. 274, les origines de l’ibadisme au Mzab sont obscures et, dans la plupart des cas, on ne peut dater précisément la fondation des cités mozabites. Sur Abū ‘Abd Allāh Muḥammad ibn Bakr (m. 440/1048-1049), le fondateur de la alqa, voir Prevost, 2006 a, pp. 111-114.

70 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 336-337 et Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, pp. 50-51.

71 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, p. 337 ; Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, p. 51 et Al-Šammāī, Kitāb al-Siyar, p. 119.

72 Abū Zakariyyā’, Kitāb al-sīra, pp. 377-378 et Al-Wisyānī, Siyar mašā’i al-Maġrib, pp. 82-83. Tous deux évoquent à ce propos des troubles dans la région de Ouargla. Sur ce pays mythique, voir Lewicki, 1971 a.

73 Largeau, 1881, p. 69, considère que Sadrāta a été détruite par les Banū Hilāl.

74 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 434, qui place ces faits dans la dixième abaqa [génération] (1058-1106) et Al-Šammāšī, Kitāb al-siyar, pp. 399-400.

75 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, p. 62 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3, p. 286 (trad.). Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī, Al-Bayān al-muġrib, vol. 1, p. 294, dit qu’en 450/1058-1059, Buluggīn, soutenu par les Aṯbaǧ et les ‘Adī, va affronter les Zanāta et en tue un grand nombre.

76 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 6, p. 206 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 2, p. 50 (trad.). Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, pp. 473-474, évoque le siège de Waġlāna par Abū Za‘bal al-Hazarī. Le sous-titre dû àl’éditeur et figurant dans la marge fait allusion, sans doute àtort, àun qā’id ḥammādide. Pour Romey, 1983, p. 54, le but de 1’expédition ḥammādide est de châtier les Zanāta mais également de tenter de contrôler la route de l’or.

77 Jaabiri, 2000, p. 450. L’auteur anonyme de « Sadrāta », p. 780, considère que la ville aurait été quasiment rasée àcette date.

78 Blanchet, 1900, p. 146. Il ajoute, p. 142, qu’il fallut plus d’un mois vers 1075 pour obstruer les sources de la région. Féraud, 1886, p. 371, fait le lien entre 1’attaque d’al-Manṣūr et le meurtre d’un habitant de Bou-Hadjer commis par un résident de Feran. Cet événement sema la discorde parmi la population qui ne put dès lors résister à l’attaque. « L’ennemi ne quitta le pays qu’après avoir détruit les villages, massacré la plupart des habitants et surtout les Ouahbites-ibadites, coupé les palmiers, comblé les sources et renversé la domination des Beni-Toudjin […] Ouargla fut rebâtie, au nord-est des ruines de l’ancienne ville ». Cette tradition est reprise dans « Notes pour servir à l’historique d’Ouargla », p. 383. Elle apparaît un peu différemment chez Lethielleux, 1983, pp. 84-85, qui insiste sur la volonté qu’il y a eu de mettre hors d’usage ‘ayn fa.

79 Lethielleux, 1983, pp. 87-88. Pour Yver, 2005, p. 160, la ville fut détruite et ensuite reconstruite àquelque distance au nord-est de l’emplacement primitif ; il entendrait donc bien que c’est Sadrāta qui a été détruite. Pour Golvin, 1994, p. 2009, vers 1078, lorsque les réfugiés chassés de Sadrāta arrivent au Mzab, l’enceinte primitive de la ville de Ghardaïa est doublée par un second mur pour agrandir la ville. Delheure, 1988, p. 17, rapporte que pour les habitants de Ouargla, les Ibadites fuyant Tahert ont édifié Sadrāta, détruite il y a environ 800 ans par les Banū Ḥammād. Cette destruction a entraîné l’exil d’une grande partie de la population vers le Mzab, alors que ceux qui sont restés ont bâti l’actuelle Ouargla.

80 Selon la tradition rapportée par le cheikh des ‘azzāba (clercs) de Beni Izguen à Émile Masqueray, les Ibadites prédominèrent à Ouargla jusqu’au temps d’Ibn Ġāniya qui ruina l’oasis, entraînant le départ des Ibadites pour le Mzab (Masqueray, 1878, p. 262 [en note]).

81 Al-Darǧīnī, Kitāb abaqāt al-mašā’i, p. 494.

82 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 6, p. 337 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 2, p. 301 (trad.).

83 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 7, p. 62 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 3, p. 286 (trad.).

84 Bel, 1903, pp. 181-182.

85 Brunschvig, 1982, vol. 1, p. 298.

86 Lethielleux, 1983, pp. 123-124.

87 Ibid., pp. 125-126.

88 Duveyrier, 1883, pp. 211-212. Pour Lethielleux, 1983, p. 133, ce personnage énigmatique correspond à Manṣūr ibn Faḍl ibn ‘Alī Muznī dont le père a été nommé gouverneur du Zāb puis s’est fait exiler par le sultan hafside. Manṣūr décide alors de piller la région de Ouargla pour renflouer ses caisses. Ouargla ayant fermé ses portes, il est contraint de se contenter de Sadrāta, dépourvue de fortifications. Ibn Haldūn, Kitāb al-‘ibar, vol. 6, pp. 397-398 (texte arabe) et Ibid., Histoire des Berbères, vol. 2, p. 406 (trad.), évoque Manṣūr et son père, mais ne mentionne pas l’exil de ce dernier. Les événements qu’il rapporte ne laissent pas penser que l’attaque de Sadrāta a été menée par Manṣūr.

89 Voir Jaabiri, 2000, p. 450 ; Van Berchem, 1954, p. 159 et Lethielleux, 1983, p. 124, note 2, qui cite l’exemple d’une famille qui ne quitte Sadrāta qu’après la destruction définitive de 1274.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte du Maghreb médiéval.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Prevost, « Une tentative d’histoire de la ville ibadite de Sadrāta », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2 | 2008, 129-147.

Référence électronique

Virginie Prevost, « Une tentative d’histoire de la ville ibadite de Sadrāta », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-2 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://mcv.revues.org/822

Haut de page

Auteur

Virginie Prevost

Faculté de philosophie et lettres, Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org