Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Chronique d’archéologie

Recherches archéologiques dans la province d’Alicante

La Malladeta (Villajoyosa) et El Ferriol (Elche)
Pierre Rouillard
p. 341-352

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 avril 2010.

  • 1  Cette mission est financée par le ministère des Affaires étrangères et, depuis 1996, la Casa de Ve (...)

1Depuis le début des années 1980, la « Mission archéologique franco-espagnole Alicante » est intervenue et intervient sur cinq sites de la province d’Alicante1 (fig. 1, p. 342). Au départ de la collaboration entreprise avec les acteurs de l’archéologie alicantine, le Museo Provincial (devenu le MARQ) et l’Université d’Alicante, avant d’y associer les musées de Santa Pola et de Villajoyosa, le projet était de reconnaître et d’analyser les modalités d’échanges entre les populations ibères et les marchands grecs et phéniciens, et les modalités d’accueil des objets étrangers, des schémas et des modèles iconographiques phéniciens et grecs.

Fig. 1.— Localisation de La Malladeta (Villajoyosa, Alicante)

Fig. 1.— Localisation de La Malladeta (Villajoyosa, Alicante)

Cartographie UMR 7041, ArScAn-LC.

  • 2  Aranegui et al., 1993.
  • 3  Badie et al., 2000.
  • 4  Rouillard, Gailledrat et Sala, 2007.

2La fouille de la nécropole ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante) a permis de saisir, en contexte funéraire, outre la structuration de la société ibérique, les formes d’usage des vases grecs aux ve et ive siècles av. J.-C.2. Caractériser les modalités de rencontre entre indigènes et Phéniciens et Grecs était une étape essentielle. Telle fut notre préoccupation à l’heure d’entreprendre et de mener à bien les fouilles de La Picola (Santa Pola, Alicante)3 et de La Fonteta-Rábita (Guardamar del Segura, Alicante)4 ; loin du système de la colonie, comme le fut Carthage ou comme la Grande Grèce en a connu, les relations passent, dans la Péninsule, par des rencontres éphémères ou par l’installation de petites communautés étrangères auprès des Ibères. Aujourd’hui, nos travaux s’efforcent de montrer comment les habitats sont organisés autour de sites majeurs aptes à contrôler des espaces plus ou moins vastes ; tel est l’enjeu principal de notre programme de travail à Villajoyosa (Alicante) commencé en 2005. Dans ce cas, nous sommes en présence d’une installation qui abritait probablement un sanctuaire à l’une des limites de la ville antique. Limite de territoire aussi avec les carrières d’Elche: leur étude sur la longue durée, de l’époque ibérique à l’époque moderne, nourrira tant les réflexions sur les techniques que sur l’organisation du territoire dans l’antiquité.

La Malladeta à Villajoyosa (Alicante)

  • 5  À ce programme participent la Sous-direction des sciences sociales et de l’archéologie du ministèr (...)
  • 6  Voir Espinosa, Ruiz et Marcos, 2005 ; García, 2003 et 2005 ainsi que Ruiz et al. (à paraître).

3Le site de Villajoyosa continue d’offrir à l’archéologue de multiples terrains d’expériences5. Rappelons que le village préromain se situe au centre de la ville actuelle, sur la rive gauche de l’embouchure du río Amadorio, et qu’il a été entièrement rasé probablement au moment de la Reconquête. Deux nécropoles ont été mises au jour au long des voies, l’une vers le sud-ouest et l’autre vers le nord-ouest6. Le noyau de la ville romaine se situe auprès de la première agglomération. L’intérêt de ce site réside dans la longue durée de son occupation.

4Les autorités archéologiques régionales nous ont confié l’étude de deux secteurs : La Tellerola au nord et La Malladeta (fig. 2, p. 344) au sud-ouest de l’agglomération antique. Notre travail, de 2005 à 2007, a porté sur ce dernier, où avaient été trouvées en surface des terres cuites du type des brûles parfums (pebeteros). L’année 2007 a marqué aussi le début d’une enquête plus vaste sur les grands axes et les limites du territoire de l’agglomération antique.

Fig. 2.— La Malladeta, plan général des structures archéologiques en 2007

Fig. 2.— La Malladeta, plan général des structures archéologiques en 2007

Cartographie UMR 7041, ArScAn-LC.

5La première campagne de 2005 a permis de mettre au jour, sur les pentes ouest et est du Cap de La Malladeta, deux ensembles de pièces aménagées en terrasse, les murs épousant à peu près les courbes de niveau ou leur étant perpendiculaires.

Zone 1

6Fouillée en 2005, elle correspond à un espace d’environ 120 m2 situé sur le versant occidental du gisement, à proximité de l’éperon rocheux. Un ensemble de trois pièces en terrasse a été mis au jour, limité à l’ouest par un espace de circulation large de 1, 65 m et, au-delà, vers l’ouest, ont été aménagées, toujours en terrasse, deux autres pièces. Les pièces orientales ont été partiellement entaillées dans le rocher. Les murs, à double parement, sont faits de blocs et de moellons équarris mis en œuvre en positions diverses. La phase de construction a pu être déterminée à la charnière des iie-ier siècles av. J.-C., mais les niveaux d’occupation correspondants ont disparu à cause de l’érosion sur une pente forte.

7Du mobilier ancien, compris entre les ive et iiie siècles, apparaît de manière résiduelle tant dans les remblais de construction que dans les niveaux d’abandon. Les fragments de statuette trouvés dans cette zone (mais ceci vaut aussi pour la zone 2) l’ont été indistinctement parmi le mobilier des remblais de construction et dans les niveaux superficiels, ce qui autorise à suggérer que les statuettes votives appartiendraient à la phase antérieure à l’aménagement des pièces.

Zone 4

8Les campagnes de 2006 et de 2007 ont eu aussi comme objectif l’étude du sommet du cap : dans l’espace de la tour construite à la fin du xixe siècle, le seul espace qui nous semblait pouvoir présenter des structures en place et une stratigraphie, le reste du sommet du cap étant très érodé. Malheureusement, cette fouille des niveaux conservés à l’intérieur de la tour de la fin du xixe siècle, s’est révélée décevante. Le travail a été conduit jusqu’à la roche en place qui offre une configuration très tourmentée. Le sondage ouvert, représentant un quart de la surface de la tour (22 m2), a mis au jour des constructions du xixe siècle. Un seul mur, orienté est/ouest et daté du ier siècle av. J.-C., témoigne d’une construction sur la partie sommitale du cap. Toutefois, un décapage de surface très fin a permis de reconnaître au sud-est de la tour des restes d’implantations de murs, les seuls indices des constructions sommitales dont l’importance nous est toujours rappelée par l’abondance du matériel, adobe et céramiques, trouvé sur les pentes. Leur fouille est programmée dans un avenir immédiat.

Zone 2

9La fouille de la pente orientale est riche d’enseignements (fig. 3, p. 346). En effet, nous avons dégagé au nord de la pièce 1, mise au jour en 2005, deux nouvelles pièces (2 et 3), orientées aussi est/ouest ; toutes trois ont une surface comprise entre 10 et 13 m2. Ces pièces sont fermées à l’est par un mur (MR 2101) de faible épaisseur (42-44 cm), construit sans grand soin, de même conception que le mur MR 1008 qui, dans la zone 1, fermait les pièces du côté ouest. Le mur qui ferme à l’est la pièce 1 est plus puissant (56-58 cm). Les murs est/ouest des pièces 2 et 3 sont bien ancrés dans le mur MR 2101. La fouille n’a pas encore été prolongée au nord du mur MR 2104. Ce dernier se caractérise par un soin de fabrication exceptionnel ; large de 42 à 44 cm, sa dernière assise est parfaitement plane et horizontale : MR 2104 ferme au nord un édifice de deux pièces et la qualité de l’appareillage nous incite à poursuivre la fouille vers le nord. La pièce 3 possédait un sol de terre argilo sableuse brun clair, mêlée de cailloutis. Il pourrait s’agir d’un remblai préparatoire, mais sa forte pente vers l’est rend délicate l’attribution de cette pièce à une fonction d’habitation ; elle pourrait plutôt avoir eu une fonction de stockage.

Fig. 3.— La Malladeta, plan détaillé des structures archéologiques de la zone 2

Fig. 3.— La Malladeta, plan détaillé des structures archéologiques de la zone 2

Cartographie UMR 7041 ArScAn – LC.

   

et vue de l’Est vers l’Ouest des pièces 2 et 3

et vue de l’Est vers l’Ouest des pièces 2 et 3

Cliché UMR 7041, ArScAn-PR.

10À l’ouest, c’est-à-dire vers le sommet du cap, a été mise au jour la construction la plus ambitieuse : une plateforme (MR 2100) dont la largeur aujourd’hui visible est de 1 m ; cette plateforme, dégagée sur 3,90 m, bien dallée, est limitée vers l’ouest par un alignement de gros blocs dont l’histoire et la fonction devront être éclaircies. La plateforme est soutenue par un mur, présentant un léger fruit et dont la hauteur totale est de 1,50 m ; au pied, sous un amoncellement d’adobe et ou de tapial — qui témoigne de l’existence d’une construction sur le sommet du cap — a été mis au jour un sol sommairement aménagé. La pente ouest, aménagée en terrasse, semble donc avoir été dominée par une construction — en partie au moins — en adobe.

11L’essentiel du matériel date des iie-ier siècles, mais des fragments attiques du ive siècle av. J.-C. ont aussi été reconnus. Le niveau supérieur (US 2000) a offert un matériel abondant constitué d’amphores ibériques, puniques (d’Ibiza et d’Andalousie), romaines (Dressel 1b), de céramique campanienne A et B (formes Lamboglia 5, 6, 8b et 36 surtout) dont la datation finale se situe au ier siècle av. J.-C. Les autres unités stratigraphiques (US 2050, 2051, 2052 et 2053) n’offrent pas un panorama vraiment différent.

12Remblais et niveaux superficiels ont livré une quinzaine de brûles-parfums fragmentaires (en nombre d’individus, sachant que l’on compte 70 fragments). On notera la très grande variété des types attestés, à peu près tous étant régionaux. Cet ensemble réunit des pièces façonnées dans quatre pâtes différentes, qui appartiennent à trois groupes iconographiques. L’un, celui des « pebeteros à ailerons », avec boucles d’oreille en forme de grappe, est plutôt caractéristique des ateliers de Baria (Villaricos, Almeria). Le « type Guardamar » (fig. 4), caractérisé par un profil tubulaire est le plus représenté ; les exemplaires de ce type sont très nombreux à La Serreta (Alcoy), au nord de la province d’Alicante, probablement le lieu d’un atelier de production de ce type, mais aussi à Baria (Villaricos, Almeria). Un des pebeteros présente un trait iconographique particulier, des boucles d’oreilles en forme de bouton circulaire ; ce détail est caractéristique des pebeteros de la région sud orientale, de Baria, de La Albuferreta (Alicante) ou de Tossal de la Cala (Benidorm, Alicante). Un dernier fragment de base de pebetero, de grande taille, appartient à un type iconographique unique dans la Péninsule : les plis de la tunique sont en effet très espacés les uns des autres et faits de bandes horizontales larges.

Fig. 4.— La Malladeta, statuette du type « Guardamar 2 »

Fig. 4.— La Malladeta, statuette du type « Guardamar 2 »

Cliché UMS 844 -S0.

13Dans leur immense majorité, ces pebeteros appartiennent au répertoire régional et la présence de types divers, généralement associés à des pâtes distinctes, suggère l’absence d’une production locale. La variété des centres de production, de La Serreta de Alcoy aux régions méridionales, entre Murcie et Almeria, pourrait accréditer l’idée d’un sanctuaire dont la fonction dépasserait le seul territoire de la Villajoyosa antique. Certes, l’identification d’un type attesté pour la première fois dans la Péninsule laisse envisager la possibilité d’importations plus lointaines, mais les traits régionaux restent majoritaires.

14La présence de fragments de ces statuettes tant dans les remblais de construction que dans les niveaux superficiels nous suggère que ce sanctuaire a fonctionné dans une phase ancienne. Mais la phase d’occupation récente (au passage du iie au ier siècle av. J.-C.) et l’érosion de la partie sommitale ont oblitéré les possibilités de lecture du lieu de culte. On s’interroge et on s’interrogera sur la présence très abondante d’amphores. Une autre catégorie de vases est bien représentée : celle des vases ibériques caliciformes peints. Autres données qui caractérisent ce site : l’absence de restes de faune (qui peut, certes, tenir à une très grande acidité du sol) et la rareté de la vaisselle de cuisine. Tous ces éléments contribuent à écarter l’idée d’un habitat au sens strict du terme. L’ensemble de La Malladeta a probablement eu, d’abord une fonction religieuse qui se serait maintenue jusqu’aux iie-ier siècles avant notre ère. La compréhension de son architecture reste pour nous une tâche prioritaire.

15Parallèlement, sous la responsabilité de Sandrine Robert, une première enquête a été conduite sur l’organisation du territoire. L’analyse du cadastre actuel et des fonds topographiques a permis de mettre en évidence une organisation régulière de la trame parcellaire antérieure au xixe siècle. Elle s’appuie sur l’orientation des itinéraires d’Alicante-Valencia et d’Alcoy-Villajoyosa traversant les rivières Amadorio et Torres à l’emplacement d’anciens gués. Cette étude permettra de replacer les sites dans leur environnement, en proposant une reconstitution du paysage pour les périodes anciennes. La lecture de La Malladeta pourra alors être affinée ; l’hypothèse d’un sanctuaire de frontière de territoire sera alors validée ou non.

Les carrières d’El Ferriol, Elche (Alicante) et l’atelier de sculpture d’Elche

  • 7  Echallier et Montenat, 1977.

16L’organisation de l’exposition « Les Ibères » (1997) avait été l’occasion de rouvrir — entre autres dossiers — la question des matériaux mis en œuvre par les sculpteurs ibères. Christian Montenat, géologue, professeur à l’Institut géologique Albert de Lapparent (IGAL), après avoir déterminé la provenance du calcaire qui avait été utilisé par le sculpteur de la Dame d’Elche au ve siècle av. J.-C., dans la montagne entre Elche et Aspe, à 10 km au nord d’Elche, au lieu-dit El Ferriol7, voulut poursuivre son enquête. L’étude géologique du site d’El Ferriol a été achevée par Cyril Gagnaison (alors doctorant de l’IGAL) en avril 2005 ; au cours de ses travaux, il a découvert une ébauche de sculpture, une découverte exceptionnelle dans le monde antique.

  • 8  Gagnaison et al., 2006. Voir aussi Rouillard et al., 2006.

17Il s’agit d’un buste masculin (fig. 5) à mi-corps, casqué. Une faiblesse de la pierre ou une maladresse du sculpteur ont provoqué la cassure du bloc sur son côté gauche et son abandon sur place. Ce travail a pu être daté au ive siècle av. J.-C.8.

Fig. 5.— El Ferriol (Elche). Buste masculin, casqué

Fig. 5.— El Ferriol (Elche). Buste masculin, casqué

Cliché PR.

18Une telle ébauche de sculpture est une pièce unique en Espagne, et sa découverte a ouvert pour notre équipe un nouveau domaine de travail, exceptionnel, interdisciplinaire, et dans la longue durée puisque ces carrières ont été en exploitation depuis l’époque ibérique jusqu’aux années 1950. Toute la chaîne de production d’une sculpture peut être ici envisagée, de la carrière à l’atelier de sculpture localisé près du lieu d’extraction de la matière première.

  • 9  Les partenaires sont, pour l’essentiel, les mêmes que pour le programme précédent, à l’exception d (...)

19À compter de 2007, nous avons inauguré un programme de travail associant plusieurs archéologues, un topographe, un géologue et Gérard Monthel (ingénieur d’étude au CNRS), spécialiste des carrières antiques9. Il est envisagé qu’une partie de ce dossier, celle touchant les périodes préromaine et romaine, soit le sujet de thèse de Marine Gleyse (Université de Paris I).

20Des ampoules préromaines aux carrières qui fournirent le matériel de construction de l’église Santa María de Elche au xviiie siècle (fig. 6), nous pouvons suivre l’évolution des techniques de taille, d’extraction et d’évacuation des blocs.

Fig. 6.— El Ferriol (Elche). Carrière exploitée à l’époque ibérique

Fig. 6.— El Ferriol (Elche). Carrière exploitée à l’époque ibérique

Cliché LC.

21Les premières étapes de l’enquête ont consisté en un repérage de l’ensemble de la zone d’extraction de la pierre ; au moins cinq secteurs ont été reconnus et l’exploration de 2007 a concerné trois vallées qui ont fourni de la pierre pour les constructions de la région.

22La vallée d’El Ferriol, celle-là même qui livra l’ébauche du guerrier casqué, compte une vingtaine de carrières ibériques et romaines. Leur intérêt majeur tient au fait que ces carrières étaient abandonnées après leur utilisation, ce qui offre un champ d’étude exceptionnel pour comprendre les méthodes d’extraction de la pierre dans l’Antiquité tant abondent les marques d’outils (pointes, pics…), les traces de trous de pinces, ou les blocs préparés et laissés sur place.

23L’intérêt majeur du secteur d’Els Canterres – Les Pedreres (les carrières en valencien) tient à la présence d’une voie de transport qui suit la courbe de la vallée et que l’on peut suivre sur un kilomètre ; en plus des ornières, on a pu noter la présence de quais d’embarquement et de plateformes d’aiguillage. Il s’agit ici de carrières d’époque moderne, mais des exploitations anciennes sont peut-être recouvertes par des déblais récents. Le secteur de Peligros offre la particularité d’avoir été exploité de l’Antiquité au xxe siècle.

24Il s’agit ici d’un travail tout à fait nouveau, associant des spécialités multiples, où l’historien aura la possibilité — probablement très rare — de cerner de l’époque médiévale au xixe siècle, grâce aux actes de concessions conservés aux Archives d’Elche, les modalités d’exploitation et l’environnement social. Le chantier archéologique est alors au départ d’une étude sur la longue durée.

Haut de page

Bibliographie

Aranegui, Carmen, Jodin, André, Llobregat, Enrique, Rouillard, Pierre et Uroz, José (1993), La nécropole ibérique de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante), Madrid – Alicante.

Badie, Alain, Gailledrat, Eric, Moret, Pierre, Rouillard, Pierre, Sánchez, Maria José et Sillières, Pierre (2000), Le site antique de La Picola à Santa Pola (Alicante, Espagne), Paris.

Echallier, Jean-Claude et Montenat, Christian (1977), « Nota sobre la procedencia de las rocas utilizadas en las esculturas de La Alcudia de Elche (Alicante) », Revista del Instituto de Estudios Alicantinos, 20, pp. 37-45.

Espinosa, Antonio, Ruiz, Diego et Amanda, Marcos (2005), « Nuevas aportaciones al conocimiento de la Vila Joiosa en época ibérica », dans Lorenzo Abad, Feliciana Sala et Ignacio Grau (éd.), La Contestania ibérica, treinta años después, Alicante, pp. 179-198.

Gagnaison, Cyril, Montenat, Christian, Moratalla, Jesús, Rouillard, Pierre et Truszkowski, Elisabeth (2006), « Une ébauche de sculpture ibérique dans les carrières de la dame d’Elche. Le buste d’El Ferriol (Elche, Alicante) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 36 (1), pp.153-172.

García, José Ramón (2003), « La tumba 17 de la necrópolis de Les Casetes (La Vila Joiosa, Alicante) », Saguntum, 35, pp. 219-227.

García, José Ramón (2005), « La necrópolis orientalizante de Les Casetes. Ajuares y estructuras funerarias », dans Lorenzo Abad, Feliciana Sala et Ignacio Grau (éd.), La Contestania ibérica, treinta años después, Alicante, pp. 345-356.

Rouillard, Pierre, Gagnaison, Cyril, Montenat, Christian, Moratalla, Jesús et Truszkowski, Elisabeth (2006), « Au pays de la Dame d’Elche, la carrière et l’ébauche de sculpture de El Ferriol (Elche, Alicante) », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, pp. 241-253.

Rouillard, Pierre, Gailledrat, Eric et Sala, Feliciana (2007), Fouilles de la Rábita de Guardamar del Segura (Alicante), II, L’établissement protohistorique de La Fonteta (fin viiie – fin vie siècle av. J.-C.), Madrid.

Ruiz, Diego, Marcos, Amanda, Moratalla, Jesús et Espinosa, Antonio (à paraître), Excavaciones en la necrópolis de Poble Nou de Villajoyosa (I) : el sector de la calle Doctor Fleming, Villajoyosa.

Haut de page

Notes

1  Cette mission est financée par le ministère des Affaires étrangères et, depuis 1996, la Casa de Velázquez l’a inclus parmi ses programmes. Les autorités régionales et locales participent aussi au financement : la Conselleria de Cultura de la Generalitat Valenciana, la Diputación de Alicante, les musées d’Alicante, de Santa Pola et de Villajoyosa.

2  Aranegui et al., 1993.

3  Badie et al., 2000.

4  Rouillard, Gailledrat et Sala, 2007.

5  À ce programme participent la Sous-direction des sciences sociales et de l’archéologie du ministère des Affaires étrangères, la Casa de Velázquez, l’Institut géologique Albert de Lapparent (La Salle Beauvais), l’UMR 7041 (ArScAn, Maison René Ginouvès, Archéologie et Ethnologie), le Museo de Villajoyosa, la Universidad de Alicante. L’équipe réunit Pierre Rouillard (directeur de recherche au CNRS, directeur de la Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie), Antonio Espinosa (directeur du Museo de Villajoyosa), Jesús Moratalla (assistant à l’Université d’Alicante), Laurent Costa (ingénieur d’étude CNRS, UMR 7041, ArScAn), Sandrine Robert (chercheur associée à l’UMR 7041, ArScAn) et Frédérique Horn (chercheur associée à l’UMR 7041, ArScAn), et, en 2005, Eric Gailledrat (chargé de recherche au CNRS, UMR 5140, Lattes) et Pierre Dubœuf (ingénieur d’étude CNRS, UMR 7041, ArScAn).

6  Voir Espinosa, Ruiz et Marcos, 2005 ; García, 2003 et 2005 ainsi que Ruiz et al. (à paraître).

7  Echallier et Montenat, 1977.

8  Gagnaison et al., 2006. Voir aussi Rouillard et al., 2006.

9  Les partenaires sont, pour l’essentiel, les mêmes que pour le programme précédent, à l’exception du Museo de Villajoyosa ; notre travail se fait en collaboration avec La Fundación Universitaria La Alcudia. L’équipe compte aussi trois collègues supplémentaires : Marine Gleyse (doctorante à l’Université de Paris I), Christian Montenat (géologue, professeur à l’IGAL) et Gérard Monthel (ingénieur d’étude CNRS, UMR Préhistoire et technologie, Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.— Localisation de La Malladeta (Villajoyosa, Alicante)
Crédits Cartographie UMR 7041, ArScAn-LC.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 2.— La Malladeta, plan général des structures archéologiques en 2007
Crédits Cartographie UMR 7041, ArScAn-LC.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 3.— La Malladeta, plan détaillé des structures archéologiques de la zone 2
Crédits Cartographie UMR 7041 ArScAn – LC.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre et vue de l’Est vers l’Ouest des pièces 2 et 3
Crédits Cliché UMR 7041, ArScAn-PR.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 4.— La Malladeta, statuette du type « Guardamar 2 »
Crédits Cliché UMS 844 -S0.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/865/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5.— El Ferriol (Elche). Buste masculin, casqué
Crédits Cliché PR.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/865/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 6.— El Ferriol (Elche). Carrière exploitée à l’époque ibérique
Crédits Cliché LC.
URL http://mcv.revues.org/docannexe/image/865/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rouillard, « Recherches archéologiques dans la province d’Alicante », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 341-352.

Référence électronique

Pierre Rouillard, « Recherches archéologiques dans la province d’Alicante », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://mcv.revues.org/865

Haut de page

Auteur

Pierre Rouillard

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org