Navigation – Plan du site
Actores de la Guerra de la Independencia

Napoléon et l’Espagne

Napoleón y España
Napoleon and Spain
Natalie Petiteau
p. 13-31

Résumés

On sait combien la guerre d’Espagne a été pour Napoléon un « nœud fatal », mais on néglige souvent d’analyser les modalités selon lesquelles il s’y est engagé. En relisant les sources, même officielles, on décèle son ambition, certes, mais aussi une certaine lucidité quant aux difficultés au-devant desquelles il allait. Parallèlement, les témoignages des contemporains disent combien l’engagement dans ce conflit a été perçu comme le tournant de l’Empire, tournant que les historiens ont ensuite analysé dans des termes identiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aymes, 2003, p. 8.
  • 2 Hocquellet, 2001 ; Lafon, 2007.

1L’intervention des armées napoléoniennes en Espagne a été longtemps négligée en France, tant cette guerre fut peu glorieuse1. Mais si l’heure des relectures de la guerre d’Espagne est aujourd’hui enfin venue en France2, ou, plus précisément, si l’on adopte le point de vue ibérique, de la guerre d’Indépendance, il est essentiel de prendre en compte le rôle de Napoléon lui-même dans le déclenchement du conflit. À Sainte-Hélène, Napoléon s’est employé à souligner que toutes les guerres qu’il a menées ont été :

  • 3 Las Cases, 1951, t. ii, p. 285.

Dans la nature et dans la force des choses, toujours dans cette lutte du passé et de l’avenir, dans cette coalition constante et permanente de nos ennemis, qui nous plaçaient dans l’obligation d’abattre, sous peine d’être abattus3.

2Il n’aurait donc fait que poursuivre la lutte engagée entre la France révolutionnaire et la France de l’Ancien Régime. Il est impossible, dans le cadre du présent article, de reprendre la totalité des sources permettant de confronter cette interprétation a posteriori et la réalité des faits, du moins telle que les archives pourraient permettre de restituer cette dernière. Pour l’heure, il semble opportun de prendre en compte ce que révèle la correspondance de Napoléon lui-même : certes, pour les années 1807-1808, c’est-à-dire le moment où le conflit espagnol se noue, on ne dispose encore que de l’ancienne édition, largement expurgée, de ses lettres. Reste que, en portant son attention sur les mots choisis par l’empereur pour évoquer son action dans la péninsule et ses relations avec ses interlocuteurs espagnols, il est possible d’apporter quelques éclairages nouveaux sur la part exacte des volontés et des décisions napoléoniennes dans cette guerre.

3Relire le rôle de Napoléon dans la guerre d’Espagne invite aussi à s’interroger sur la perception de son action par ses contemporains. Plus largement, une relecture de l’histoire de l’Empire ne peut plus faire, aujourd’hui, l’économie d’une investigation systématique dans les témoignages des hommes de guerre, gradés ou non, car ils ne sont pas tous conformes à la légende des grognards irréductiblement fascinés par leur chef militaire. Simples soldats, sous-officiers et officiers ont souvent eu un regard critique, longtemps négligé par les historiens et pourtant lourd d’enseignements sur ce que furent réellement les temps de l’Empire. Leurs écrits invitent à être plus attentif aux réalités de la guerre et, de ce fait, à leur impact sur les réactions à l’égard de l’Empereur.

  • 4 Voir Petiteau, 1999, chap. VI.

4Enfin, il faut également porter attention à la façon dont les générations successives d’historiens ont interprété ce nœud de l’histoire des relations internationales des temps impériaux. L’historiographie s’est abondamment nourrie des débats consacrés à la part de l’ambition de Napoléon dans les conflits qui ont miné l’Europe entre 1800 et 18154, et on se limitera ici à une analyse de l’historiographie française. Les auteurs qui se sont penchés sur ce sujet ont démontré combien il convient d’être nuancé en ce qui concerne les conflits qui se sont succédés jusqu’en 1807. Les analyses de l’attitude de Napoléon à l’égard du Portugal et de l’Espagne sont d’ailleurs primordiales pour saisir le moment à partir duquel Napoléon ne peut plus être perçu comme l’héritier de la Révolution et le chef d’une armée portée par l’idéal de la Grande Nation.

Les actes impériaux

  • 5 Aymes, 2003, p. 33.

5À Sainte-Hélène, Napoléon a reconnu que la guerre engagée dans la péninsule Ibérique avait été fatale au destin de son Empire. Il est vrai qu’il a beaucoup agi par empirisme, sans dessein arrêté au moment où il s’est installé au pouvoir. Ses décisions ne sont pas forcément le fruit de projets longuement mûris, et, bien au contraire, elles sont souvent une simple réponse à la conjoncture d’un moment spécifique, étape non préméditée dans un engrenage dont l’aboutissement doit forcément être, selon l’empereur, la paix générale du continent, sous réserve — mais cela n’est jamais qu’implicite dans les propos de Napoléon — que cette paix laisse à la France une position hégémonique. Il convient donc, pour comprendre cet engrenage fatal, de se livrer à une relecture de la correspondance expédiée par Napoléon entre l’été 1807 et l’été 1808. Sans oublier toutefois ce que ne révèle pas la Correspondance : Napoléon, incapable de se faire une opinion personnelle, a fait siens les préjugés de ses compatriotes sur la dégénérescence et l’inertie des Espagnols, sur une Espagne en perdition dépeinte notamment dans le Moniteur au printemps 1808, qui suggère ainsi que seul l’empereur peut la sauver5.

  • 6 Sur ce thème, voir Gotteri, 2004.
  • 7 Correspondance de Napoléon (à Talleyrand, le 19-vii-1807).
  • 8 Ibid. (à Charles IV, roi d’Espagne, le 8-ix-1807).
  • 9 Ibid. (à Champagny, ministre des Relations extérieures, le 12-x-1807).
  • 10 Ibid. (à Charles IV, le 12-x-1807).
  • 11 Ibid. (au général Clarke, le 16-x-1807).
  • 12 Ibid. (à Charles IV, le 13-xi-1807).

6Dès son projet d’imposer au Portugal le respect des règles du blocus continental, en le menaçant d’une intervention armée s’il ne ferme pas ses ports aux navires anglais, Napoléon implique l’Espagne6 : si le Portugal ne se plie pas à ses volontés, l’Espagne lui déclarera la guerre aux côtés de la France. Or, il fait cette déclaration à la mi-juillet 1807, sans même avoir encore réellement négocié avec l’Espagne7. Le 8 septembre enfin, il écrit à Charles IV en soulignant que l’urgence du moment est d’arracher le Portugal à l’influence de l’Angleterre, afin de mieux forcer celle-ci à demander la paix8. La guerre contre le Portugal commence le 12 octobre. Le langage employé par l’empereur est révélateur de la représentation qu’il a et qu’il veut donner de sa propre action : « je me regarde en guerre avec le Portugal », fait-il écrire à Eugène de Beauharnais le jour même où Junot reçoit l’ordre de traverser l’Espagne pour intervenir dans le royaume lusitanien9. Et, tout en promettant à Charles IV la suzeraineté de l’État à conquérir, il souligne qu’il « compte sur son énergie » pour parvenir à vaincre l’Angleterre : dès le début de la guerre contre le Portugal, l’Espagne est conçue comme un support logistique essentiel à la réussite des opérations. Rien ne semble cependant avoir été réellement négocié, tout est imposé, le souverain espagnol est placé devant le fait accompli10. Le 16 octobre, Napoléon demande au général Clarke, ministre de la Guerre, d’indiquer au roi d’Espagne qu’il lui faut participer à l’invasion du Portugal en joignant 30 000 hommes aux troupes de Junot11. Toutefois, la convention relative à l’annexion du Portugal, ajoutée à l’accord secret signé le 27 octobre entre l’empereur et le roi d’Espagne « pour le règlement des affaires du Portugal », stipule clairement que les troupes françaises doivent être nourries par l’Espagne. Dans sa gestion du conflit, Napoléon se comporte plus que jamais comme un souverain qui se considère comme le suzerain de ses alliés, dont il a le droit d’exiger un soutien militaire sans faille. Il rappelle donc à Charles IV, le 13 novembre, que « l’intérêt des peuples de Votre Majesté et des miens veut que nous poussions vivement la guerre contre le Portugal », non sans lui reprocher, de surcroît, d’avoir été autrefois trop prompt à conclure de lui-même la paix avec son voisin12. Quant aux intrigues de palais qui semblent se développer à Madrid, Napoléon invite le roi d’Espagne à ne pas y accorder grande importance et à ne se soucier que de la paix à établir : l’empereur n’est pas loin de traiter Charles IV comme l’un de ses lieutenants.

  • 13 Ibid. (à M. de Tournon, chambellan de l’empereur, le 13-xi-1807).
  • 14 Ibid. (à Champagny, le 9-iii-1808.)

7Dès la mi-novembre 1807, un conflit se dessine pourtant entre Charles IV et son fils Ferdinand, prince des Asturies, prétendant au trône. Dès lors, Napoléon demande à ses envoyés auprès de la cour de Madrid de lui dire « si l’opinion est en faveur du prince des Asturies ou du prince de la Paix13 ». Il demande également à être informé de la situation des places fortes espagnoles et à être alerté en cas d’armement de celles-ci. Or, dès le début de mars 1808, il apparaît que le soutien militaire attendu de l’Espagne n’est pas sans faille et Napoléon demande alors à son ambassadeur en Espagne d’exprimer l’indignation de la France, tandis qu’il prévoit déjà de s’appuyer sur une force de 50 000 hommes pour régler ce qu’il appelle « les affaires d’Espagne […] de manière qu’il n’y ait point de doute sur la succession de ce royaume14 ». Se pensant décidément comme le suzerain naturel de l’Espagne, Napoléon estime qu’il est de son plein droit d’intervenir dans la crise de succession qui se dessine alors.

  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid. (au grand duc de Berg, le 9-iii-1808).

8Une semaine plus tard, il en est déjà à l’organisation minutieuse de l’entrée de ses troupes dans le territoire espagnol au prétexte officiel d’envoyer une armée à Cadix afin d’assiéger Gibraltar, toujours dans le cadre de la lutte contre l’Angleterre15. Reste que les instructions données à Murat disent bien que, s’il convient de prendre toutes les précautions nécessaires pour respecter au mieux les populations (les soldes doivent être versées par avance afin d’éviter tout pillage)16, c’est indiscutablement de la préparation d’une guerre éventuelle dont il s’agit :

  • 17 Ibid. (au grand duc de Berg, le 14-iii-1808).

Je veux rester ami avec l’Espagne et remplir mon but politique sans hostilités ; mais j’ai dû me mettre en mesure pour que, s’il le fallait, je puisse surmonter la résistance par la force17.

9Napoléon semble pourtant sincèrement soucieux d’éviter tout conflit lorsqu’il demande à Murat, le 16 mars :

  • 18 Ibid. (au grand duc de Berg, le 16-iii-1808).

Surtout ne commettez aucune hostilité, à moins d’y être obligé. J’espère que tout peut s’arranger, et il serait dangereux de trop effaroucher ces gens-là18.

  • 19 Ibid. (au grand duc de Berg, le 15-iii-1808).
  • 20 Ibid. (au maréchal Bessières, le 26-iii-1808).
  • 21 Ibid. (au grand duc de Berg, le 29-iii-1808).
  • 22 Ibid.

10Si Napoléon est décidé à voir l’Espagne régie comme il l’entend, il ne souhaite nullement que cela se fasse au prix d’un nouveau conflit. Une dizaine de jours plus tard, alors qu’il suppose Murat arrivé à Madrid, il le prie à nouveau de ne se mêler en rien aux luttes de factions19. Mais, sitôt connue l’insurrection madrilène, il donne les ordres nécessaires pour l’organisation de sa propre venue dans la péninsule20. Mieux que Murat, pourtant sur place, il est conscient que l’insurrection de mars est lourde de signification. D’emblée, il prend la mesure de l’énergie dont les Espagnols sont capables, car « ils forment un peuple neuf qui a tout l’enthousiasme que l’on rencontre chez des hommes que n’ont point usés les passions politiques21 ». Il est parfaitement conscient de la mobilisation que le clergé et l’aristocratie peuvent obtenir de la population, il sait que s’il se met à dos ces catégories en menaçant leurs privilèges, il risque fort de ne plus jamais pouvoir quitter ce front22. Napoléon n’est donc pas entré dans la guerre d’Espagne sans savoir qu’il s’exposait à s’enfoncer dans un bourbier.

  • 23 Ibid.

11Pourtant il n’hésite pas à affirmer à Murat que Ferdinand, à ses yeux, n’a nullement l’étoffe d’un souverain : ce qui signifie qu’il ne souhaite absolument pas régler le conflit naissant en reconnaissant le prince des Asturies comme le nouveau maître de l’Espagne, car il est de toute façon à la tête du parti espagnol hostile à la France. Mais il juge également impossible de soutenir plus longtemps Charles IV et Godoy tant ils sont impopulaires. La suite des événements montre une fois encore combien l’engrenage du conflit a parfois échappé à l’empereur : le soulèvement d’Aranjuez, le 17 mars, et l’émeute dirigée contre Godoy, le 18, précipitent l’abdication de Charles IV en faveur de Ferdinand. Or, la situation est d’autant plus complexe que Murat a commis une grave maladresse. En déployant ses troupes dans Madrid dès le 23 mars, il a augmenté l’inquiétude des Espagnols et il a ainsi fait le jeu de Ferdinand, qu’il lui faudra reconnaître, pense-t-il finalement, dans le cas où la situation intérieure de l’Espagne rendrait toute autre solution impossible. Cependant, au 29 mars, il reconnaît qu’il ne sait encore rien de la position qu’il adoptera23. On est là bien loin de l’image mythique d’un Napoléon visant d’emblée la confiscation de la couronne espagnole.

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid. (au grand duc de Berg, le 9-iv-1808).
  • 26 Ibid. (au grand duc de Berg, le 10-iv-1808).
  • 27 Ibid. (au grand duc de Berg, le 13-iv-1808).

12S’il n’a pas encore choisi le parti qu’il soutiendra, il a déjà formé des projets de réorganisation de l’Espagne : il entend que les privilèges de la noblesse et du clergé soient respectés, mais il prévoit d’ores et déjà de perfectionner les institutions politiques de l’Espagne afin de la soustraire au régime des favoris et de lui donner des cadres semblables à ceux des nations modernes d’Europe24. Cette fois, l’histoire confirme la mythologie d’un Napoléon réorganisateur de chacun des États tombés sous sa coupe. Et cette réorganisation il veut la mener à son gré. Une dizaine de jours après avoir écrit qu’il lui faudrait peut-être reconnaître Ferdinand si la pression de l’opinion était trop forte, il apparaît plus déterminé. Alors qu’il est sur le chemin de Bayonne où il s’apprête à rencontrer Charles IV, Godoy et Ferdinand, il reproche à Murat d’attacher trop d’importance à l’opinion de Madrid : « Je n’ai pas réuni de si grandes armées en Espagne pour suivre les fantaisies de la populace de Madrid », ajoute-t-il25. Le 10 avril, il s’exprime à propos de l’Espagne comme s’il en était déjà le maître : « j’ai le désir de voir l’Espagne heureuse et dans un système tel que je ne puisse jamais la voir redoutable pour la France26 ». Cette fois, il apparaît mû par l’ambition de contribuer à un développement harmonieux de l’Espagne — que dire d’autre quand on est officiellement héritier de la Révolution et que l’on s’apprête à prendre le contrôle d’un pays voisin et allié ? — mais, plus encore, par la volonté de placer l’Espagne dans une position de subordination à l’égard de la France. Par ailleurs, contrairement à son attitude initiale, Napoléon en vient à recommander, le 13 avril, de ne pas chercher un succès auprès de l’opinion : l’important est désormais de tenir une bonne position stratégique27.

  • 28 Ibid. (au prince des Asturies, le 16-iv-1808).

13Et c’est également en maître qu’il agit lorsqu’il écrit à Ferdinand le 16 avril : il annonce en effet qu’il comptait aider Charles IV à accomplir « quelques réformes nécessaires dans ses États », et, hypocritement, il précise qu’il comptait faire cela en donnant « quelque satisfaction à l’opinion publique ». Mais il indique en même temps au prince qu’il ne doit pas envisager de faire un procès à Godoy. Il n’entend pas pour autant reconnaître Ferdinand comme souverain d’Espagne tant que la preuve n’aura pas été faite que l’abdication de Charles IV n’a pas été signée sous la contrainte de l’émeute : en se montrant officiellement magnanime mais, aussi, volontairement naïf, il oppose finalement une fin de non-recevoir au prince des Asturies traité comme un traître à sa propre couronne. « Toute démarche près d’un souverain étranger de la part d’un prince héréditaire est criminelle », n’hésite-t-il pas à lui rappeler, tout en l’avertissant que la moindre attaque contre des soldats français entraînerait « la ruine des Espagnes », ce qui est une façon de rendre Ferdinand responsable du conflit à venir28. Par ailleurs, il prévoit, pour le cas où le prince ne se rendrait pas de son plein gré à Bayonne, de le faire arrêter et conduire de force en cette ville :

  • 29 Ibid. (à Bessières, le 17-iv-1808).

S’il refuse l’entrevue que je lui propose, c’est signe qu’il est du parti des Anglais, et alors il n’y a plus rien à ménager29.

  • 30 Ibid. (à Joseph, roi de Naples, le 18-iv-1808).
  • 31 Ibid. (au grand duc de Berg, le 22-iv-1808).

14Campé lui-même à Bayonne avec une armée de 100 000 hommes, Napoléon se plaint de ce qu’elle lui coûte cher puisqu’elle stationne en France et que son entretien repose sur les finances françaises. Cependant, il continue de justifier son action en soulignant que « les circonstances veulent qu’[il] couvre l’Europe de [s]es troupes ». Il précise que son but est plus que jamais de forcer l’Angleterre à faire la paix, alors seulement il pourra remettre « le glaive dans le fourreau30 ». Le 22 avril 1808, il avoue songer à installer en Espagne « une dynastie qui réunisse davantage les deux nations31 ».

15Faut-il pour autant attribuer à Napoléon l’entière responsabilité de cette politique ? Une telle question renvoie, une fois de plus, au rôle de ses conseillers qui ont, sans doute, bien voulu le conduire dans la voie dans laquelle il souhaitait être conduit. Le 24 avril, en effet, un long rapport du ministre des Relations extérieures, Champagny, appelle l’empereur à mettre un terme « à l’anarchie qui menace l’Espagne » car, si l’Espagne cessait d’être une amie de la France, elle en deviendrait une ennemie dangereuse, faisant le jeu de l’Angleterre et rendant impossible la paix en Europe. Les conseillers de Napoléon argumentent donc, eux aussi, dans le cadre d’un engrenage des conflits dont l’Angleterre porte la responsabilité. Afin d’établir solidement l’alliance avec l’Espagne, Champagny invite clairement à établir sur le trône de ce pays un prince de la dynastie napoléonienne :

  • 32 Ibid. (rapport du 24-iv-1808).

Il faut qu’un prince, ami de la France par sentiment, par intérêt, n’ayant point à la craindre et ne pouvant être un objet de défiance pour elle, consacre toutes les ressources de l’Espagne à sa prospérité intérieure, au rétablissement de sa marine, au succès de la cause qui lie l’Espagne à la France et au continent. C’est l’ouvrage de Louis XIV qu’il faut recommencer32.

  • 33 Ibid. (à Talleyrand, le 1er-v-1808 : « Le prince des Asturies est très-bête, très-méchant »).

16On comprend ainsi que l’issue de l’entrevue de Bayonne entre l’empereur des Français, le roi d’Espagne et le prince des Asturies est fixée avant même le début des entretiens. La volonté napoléonienne a été déterminante, mais elle a été aiguillonnée par ses conseillers. Il ne masque d’ailleurs pas son mépris pour le prince des Asturies dans sa correspondance33. Dès lors, il multiplie les ordres pour que ses troupes contrôlent l’Espagne en veillant à empêcher tout dérapage et tout pillage. Il prend soin également d’organiser la propagande afin de convaincre les Espagnols que la bonne entente avec la France est essentielle pour leur pays. Précautions sans effet puisque l’insurrection madrilène survient le 2 mai, et qu’elle est réprimée avec la sévérité que l’on sait. Le 6 juin Joseph est proclamé roi, sous couvert d’un appel de la junte à mettre fin à l’interrègne.

Les regards des contemporains

  • 34 Aymes, 2003, p. 47.
  • 35 Voir Petiteau, 2005, pp. 45-63.

17Une fois Joseph installé à Madrid et la guerre d’Indépendance étendue aux provinces espagnoles, les soldats appelés à combattre dans ce conflit sont bien vite amenés à avoir un regard spécifique sur le règne de l’empereur. Leurs discours se superposent aux innombrables pamphlets et poésies espagnoles qui rendent Napoléon responsable de tous les maux34. Jusqu’alors, certes, nombreux étaient encore ceux qui s’enthousiasmaient pour Napoléon, perçu comme un homme au génie prodigieux35. Nourris des bulletins de la Grande Armée, mais aussi des paroles de leurs camarades, ils ont pour référence première la figure d’un souverain en qui certains ont cru, en qui tous ont vu celui qui tenait leur destin en main, pour le meilleur et pour le pire. Or, en Espagne justement, c’est plus souvent pour le pire que pour le meilleur que leur destin est entre les mains de celui en qui beaucoup ont vu un grand homme. Voués à supporter des conditions de vie et de combat des plus pénibles, sans comparaison avec celles qu’ils ont connues durant les autres campagnes, ils n’acceptent ces sacrifices que dans la mesure où ils sont compensés par la certitude de la victoire et, donc, de la gloire, ce dont Napoléon est le garant. Or, en Espagne justement, il y a eu peu de gloire à recueillir, ne serait-ce que parce que l’empereur lui-même a été peu présent sur le champ de bataille, ce qui diminuait d’autant les chances d’avancement. De plus, on sait combien Napoléon répugnait à mettre en valeur les officiers qui se distinguaient en Espagne, car c’eût été reconnaître le rôle de ce théâtre d’opération, ce à quoi il se refusait : la guerre d’Espagne ne méritait pas d’être revendiquée, cette « sale » guerre devait être tue. Si les combats y étaient si rudes c’est parce que toute une partie d’une nation refusait l’occupation française. L’image du grand homme, construite par la propagande et relayée par une partie de l’armée, y a-t-elle résisté ?

18Au début des hostilités, l’espoir anime en tout cas les hommes comme en témoigne le général Paulin qui entre dans cette guerre aussi aisément que dans les autres :

  • 36 Paulin, 2002, p. 111.

Mes bagages étaient au complet. De bons chevaux, un porte-manteau, de bonnes armes étaient tout ce qu’il fallait ; l’ardeur, la volonté et un dévouement sans limite à l’Empereur suppléait au reste36.

  • 37 Marcel, 2003, p. 9.
  • 38 Rocca, 1887, p. 14.
  • 39 Ibid., p. 18.
  • 40 Ibid., pp. 21 et 70, ou encore Ramaeckers, 1999, pp. 83 et 87.
  • 41 Pontons et prisons sous le Premier Empire, p. 13.

19En 1808, lorsque le 69e régiment d’infanterie de ligne prend la direction de l’Espagne, le sergent Marcel n’observe autour de lui que « figures martiales, respirant le dévouement à la France et à l’empereur37 ». Michel de Rocca se souvient en des termes similaires de l’arrivée de Napoléon à Vitoria, précisant que les Français « voyaient en lui seul la fortune de l’armée entière38 » : le mythe du grand homme imprègne le terrain même des opérations. Mais les désillusions sont finalement cruelles. Bientôt, le sergent Marcel évoque des souffrances indescriptibles39. Certes, à chaque passage de l’empereur, ou même à chaque assaut, les vivats à la gloire du souverain fusent encore des rangs des soldats40, et les « Vive l’empereur » défient l’ennemi lorsque l’on est menacé d’être fait prisonnier41. Mais, en février 1811 à Pampelune, la conversation entre le lieutenant De Brandt et un soldat, décoré à Wagram mais présent en Espagne depuis de longs mois, montre que la lassitude et le pessimisme ont gagné les troupes :

  • 42 De Brandt, 2002, pp. 172-173.

Monsieur le lieutenant, ce qui se passe ici brise le cœur des vieux soldats d’Iéna, d’Eylau et de Wagram. Il ne se passe pas de semaine que nous n’ayons des outrages à supporter de la part de cette canaille, qui n’a pas le courage de nous attendre les armes à la main, comme là-bas en Prusse, en Autriche et en Pologne42.

  • 43 Voir, par exemple, Jourquin, 1979 et Bigarré, 2002.
  • 44 Marcel, 2003, pp. 63 et 86 ; Gonneville, 2002, p. 144 et Ramaeckers, 1999, p. 84.
  • 45 Marcel, 2003, p. 190.

20Reste que ce sont les comportements de l’ennemi et pas encore les fautes de l’empereur qui sont ici incriminés. Il est vrai que les mémoires des officiers généraux disent bien moins que ceux de leurs subalternes les cruautés de cette guerre et récriminent moins encore contre la politique impériale43. À l’inverse, de plus modestes mémorialistes mettent vigoureusement en cause les comportements des officiers44, tandis que les hommes continuent d’être portés par leur soif d’honneur dans des combats où ils sont pourtant engagés sans avoir mangé à leur faim et sans être correctement vêtus45. Si bien que certains militaires, au retour de cette campagne, conservaient toute leur confiance en leur chef. En mars 1812, lors d’une revue passée par l’empereur au Carrousel, à Paris, alors que son régiment va d’Espagne en Russie, De Brandt indique que la foi ne semblait pas vaciller :

  • 46 De Brandt, 2002, p. 215.

Il faut avoir vécu et servi en ce temps-là pour comprendre combien était grande alors l’importance d’une telle fête militaire, et quelle émotion faisait palpiter le cœur des plus braves à l’approche et à l’aspect de cet homme extraordinaire46.

  • 47 Marbot, 1983, t. i, notamment, p. 304.
  • 48 Thiébault, 1962, p. 269.

21Pourtant, d’autres acteurs ont été, a posteriori du moins, plus distanciés et plus critiques. L’un des plus célèbres est Marbot, qui dénonce dans la politique menée au Portugal et en Espagne le fruit d’une ambition purement dynastique47. De même, le chef d’état-major de Junot, le baron Thiébault, déplore dans ses mémoires que l’Espagne ait été une des « plus puissantes causes » de « l’anéantissement d’un homme immense » à qui il ne manque cependant pas de reprocher « son superbe dédain » pour tout ce qui faisait la fierté des Espagnols48. Le sergent Faucheur est plus sévère encore :

  • 49 Jourquin, 2004, pp. 118-119.

Si, après Tilsit, Napoléon alors au faîte de sa puissance et de sa gloire eût eu la sagesse de consacrer son immense génie au bonheur de la France et à la consolidation de sa puissance, il serait mort sur le trône environné de tout le prestige de sa gloire, de l’amour des Français et de l’admiration de tous les siècles […]. Malheureusement, la gloire des armes l’avait ébloui et le dominait, il pensait que rien ne lui était impossible. Ce fut alors qu’il conçut le projet de placer les princes de sa famille sur divers trônes, afin de pouvoir, par leur intermédiaire, gouverner en quelque sorte l’Europe entière49.

22Faucheur dénonce donc non seulement le fait que Napoléon se soit engagé dans une guerre dynastique, mais aussi la guerre sans gloire que cette division les force à mener :

  • 50 Ibid., p. 121.

La sagesse la plus vulgaire aurait dû lui faire voir que la guerre que nous soutenions en Espagne était sans gloire et désastreuse pour notre armée détruite en détail par cette malheureuse guerre de partisans, par la misère et les marches incessantes dans d’affreuses montagnes où le soldat manquait de tout, où les hommes isolés, les malades et les blessés étaient cruellement assassinés50.

23Implicitement, l’image du grand homme disparaît derrière la dénonciation d’un chef qui laisse massacrer ses soldats dans une guerre où est mise en danger non seulement leur condition de soldat mais aussi leur condition humaine, car plus aucune des lois de la guerre n’est ici respectée. Cependant, Faucheur se fait seulement l’écho de ce qu’il a entendu dire, car il n’a pas combattu en Espagne. En revanche, le capitaine François parle, lui, de ce qu’il a réellement connu et il fournit une description atroce du massacre de Manzanares, en juin 1808 :

  • 51 Jourquin, 2003, p. 570.

Les habitants de la ville réunis à ceux des villages circonvoisins se portèrent à l’hôpital, où se trouvaient 1 200 et quelques malades, qu’ils égorgèrent et coupèrent en morceaux (j’en ai vu des membres) : un Espagnol de la ville me dit qu’un officier qui s’y trouvait avait été conduit par ces canailles sur la place Mayor ; là, après lui avoir coupé les sourcils des yeux, et arraché les ongles, on l’avait scié par morceaux, et jeté aux cochons ; que les soldats moins malades avaient été lapidés, coupés en pièces et jetés à la voirie ; qu’un seul s’est échappé à ce supplice et sauvé par un habitant, ayant déjà les oreilles coupées. J’ai vu ce malheureux, il était devenu fou51.

Plus lapidaire, Michel de Rocca, qui combat en Andalousie en 1809, rapporte :

  • 52 Rocca, 1887, p. 229.

Chaque convoi de vivres que nous allions chercher au dehors nous coûtait la vie de quelques hommes tués dans des embuscades. Nous aurions pu dire avec vérité, selon le style de l’Écriture, que nous mangions notre chair et buvions notre propre sang dans cette guerre sans gloire, pour expier l’injustice de la cause pour laquelle nous nous battions52.

  • 53 Fairon, 1936.
  • 54 Bois, 1997, p. 91.
  • 55 Gonneville, 2002, pp. 113-115.
  • 56 Cité dans Madelin, 2003, t. ii, p. 689.

24Certes, ces témoignages soulèvent la question du traitement d’informations mises par écrit a posteriori, mais ils sont confirmés par les correspondances53. Ainsi, Thomas Bugeaud, jeune chef de bataillon de 29 ans, écrit, en décembre 1813, alors qu’il est toujours dans la péninsule : « Quand cesserons-nous de tourmenter le monde ? […] Ah, sans le patriotisme, que je serais las du premier de tous les métiers ». Bugeaud déplore la « sale » guerre et il dit, pour sa part, ne pas se battre pour un homme mais pour sa patrie54. De telles circonstances ont conduit à des quasi-rébellions que l’historiographie a jusqu’ici laissées dans l’oubli, tant elle a privilégié l’événementiel des combats plutôt qu’une approche anthropologique de la guerre. Ainsi, le colonel de Gonneville, alors simple lieutenant, a observé que « les soldats de la division Lapisse manifestaient tout haut les plus sinistres dispositions contre la personne de l’empereur, s’excitant mutuellement à lui tirer un coup de fusil et s’accusant de lâcheté de ne pas le faire55 ». Par ailleurs, plusieurs témoins ont noté que l’aigreur de la troupe, par exemple dans le passage de la Sierra de Guadarrama, durant l’hiver 1808-1809, montait jusqu’à une violente exaspération. Boulart entend les hommes déplorer que « les forçats ont moins de maux que nous56 ». Voilà qui indique que Napoléon n’était pas aux yeux de tous le grand homme de la mythologie : il perd en tout cas ce statut en Espagne dans une guerre qui le révèle à ses soldats sous le jour d’un souverain avide d’imposer sa domination sur une nation qui défend avec vigueur son droit à l’indépendance. En racontant leur guerre d’Espagne, ces témoins disent comment Napoléon est ici perçu comme le fauteur d’une guerre inutile et cruelle. En observant Napoléon au miroir de l’Espagne, l’historien perçoit combien ce conflit a été déterminant dans les mutations de l’image de l’empereur aux yeux de ses contemporains. C’est bien à ce moment-là qu’il cesse d’être forcément identifié comme l’héritier de la Révolution et qu’il endosse la responsabilité de la continuation de la guerre. Les historiens ont-il rapidement fait écho à ces témoignages ?

Les interprétations des historiens

  • 57 Histoire de Napoléon Buonaparte, vol. 3, pp. 220-221.
  • 58 J. L., 1821, vol. 2, p. 81.

25Si la guerre engagée à partir de 1803 avec l’Angleterre a suscité des interprétations diverses, les conflits noués après 1807 et la paix de Tilsit ont nourri moins de controverses : les auteurs sont presque unanimes à dénoncer la lourde responsabilité de Napoléon, établissant généralement une distinction entre la politique menée jusqu’à Tilsit et celle qui la suivit. Des condamnations sans retenue apparaissent dès les débuts de la Restauration où la guerre d’Espagne est jugée comme la plus criante des injustices commises par Napoléon, mais aussi comme sa plus grande faute : l’empereur des Français est d’ailleurs accusé d’avoir lui-même provoqué, au sein de la famille régnante espagnole, la discorde qui l’aurait conduite à faire appel à une intervention française57. Si bien que l’on souligne déjà que le basculement de l’histoire de l’Empire se fait après 1807 : « s’il avait pu se tenir tranquille après Tilsit, il aurait été le plus puissant monarque de la terre58 ». Abel Hugo, établissant un Précis historique des événements qui ont conduit Joseph Napoléon sur le trône d’Espagne en 1823, souligne combien Napoléon a été maladroit en ne réagissant pas immédiatement à l’appel lancé par Godoy en 1806 contre la France :

  • 59 Hugo, 1823, pp. xiii-xiv.

Nul doute que s’il eût pu entrer, en ennemi, dans la monarchie de Charles IV, au moment où ce prince semblait lui-même violer une alliance solennellement jurée, il n’eût triomphé d’un roi que l’administration du favori avait peut-être privé de l’amour de son peuple : il aurait alors pu placer son frère sur le trône conquis ; de bonnes lois, une liberté réglée et sage, une administration paternelle eussent guéri les plaies de l’État. La bonté et l’affabilité naturelles à Joseph eussent fait le reste. La grande masse de la nation, cette masse moutonnière et indifférente au choix du pasteur, n’était pas éloignée de souhaiter un changement de dynastie. Le grand nombre de partisans que trouva Joseph le prouve suffisamment […]. L’Espagne qui se serait soumise à la victoire s’arma contre la trahison. Napoléon qui pouvait être conquérant fut usurpateur59.

26Certes, Abel Hugo écrit à l’heure de l’autre guerre d’Espagne, celle de la Restauration, qu’il s’agit donc de justifier en la plaçant au regard de la guerre de Napoléon. Ce que suggèrent ces lignes, c’est que la guerre dans laquelle la France de 1823 s’apprête à entrer est aussi légitime que l’expédition que Napoléon a eu la maladresse de ne pas faire en 1806. La guerre de 1807 est bien au contraire le tournant à partir duquel l’action de Napoléon cesse d’être louable : en ne saisissant pas l’opportunité de mener une politique qui aurait permis de préserver la paix au sein de la nation espagnole il apparaît, dès lors, tout à la fois comme un fauteur de guerre et un usurpateur essentiellement condamnable.

27Même les auteurs qui ont soutenu que, face à l’Angleterre, à partir de 1799, Napoléon a toujours servi la cause de la paix, reconnaissent l’infléchissement de sa politique après 1807. Ainsi, Touchard-Lafosse et Saint-Amant, en 1825, affirment à propos de l’après-Tilsit :

  • 60 Touchard-Lafosse et Saint-Amant, 1825, p. 136.

Nous touchons à une époque où la conduite de Napoléon dément le caractère d’un héros que nous avons vu grand jusque dans ses écarts ; il va se montrer injuste et perfide ; et cela envers le plus fidèle de ses alliés [l’Espagne]60.

  • 61 Marquet de Montbreton de Norvins, 1827, t. ii, p. 429.
  • 62 Foy, 1827, t. ii, pp. 284-285.

28C’est donc à partir du conflit espagnol que les actes de Napoléon cessent d’être vus comme ceux d’un souverain irréprochable et digne d’une admiration unanime. L’histoire vient contester le mythe en donnant précocement écho aux témoignages des contemporains. Toutefois, il est encore des auteurs comme Norvins qui, soutenant vigoureusement la thèse d’une France victime de l’agression anglaise, persiste à innocenter Napoléon et affirme que la guerre d’Espagne a été voulue par l’Angleterre pour combattre le décret de Berlin instaurant le Blocus61. De même, le général Foy est bien peu critique et il contribue en tout cas à pérenniser l’image mythique en soutenant que les Espagnols auraient vu en lui « le grand homme », « le prince du siècle » qui, seul, pouvait « rendre la jeunesse et la vie » à la vieille monarchie espagnole62.

  • 63 Tissot, 1833, t. i, p. xxxi.
  • 64 Bignon, 1838, p. 198.
  • 65 Lacretelle, 1845-1847, t. i, p. 32 et t. iv, p. 99 sqq.

29Après quoi, la monarchie de Juillet et l’admiration quasiment officielle pour l’empereur ne privent cependant pas les historiens d’insister encore sur le tournant de 1807 : ainsi, pour Tissot, c’est avec les événements d’Espagne « que commencent les graves erreurs, les déceptions fâcheuses, les fautes irréparables, des revers qui désenchantent la France, et brisent le prestige dont Napoléon avait fasciné les yeux de l’Europe63 ». Même pour Bignon, par ailleurs fort soucieux de défendre l’œuvre de Napoléon, plus souvent apologiste qu’historien objectif, l’affaire d’Espagne est condamnable parce qu’elle est le fruit du « mélange fatal d’une ambition de famille à une ambition d’intérêts français64 ». Plus radical encore sur ce sujet, Charles de Lacretelle voit résolument dans l’invasion de l’Espagne une énorme erreur65.

  • 66 Thiers, 1845-1868, t. viii, p. 171
  • 67 Ibid., pp. 657-658.
  • 68 Martin de Gray, 1853, t. ii, pp. 155 et 193.
  • 69 Réflexions, pp. 16-17.
  • 70 Guillois, 1889, t. ii, pp. 76 et 100.
  • 71 Vandal, 1906-1908, t. i, p. xiii.

30En 1849, Thiers, pourtant prompt à admirer l’empereur, n’hésite pas davantage à dénoncer la guerre qui éclate dans la péninsule Ibérique comme une grave faute. Par son action au-delà des Pyrénées, Napoléon s’engage, dénonce Thiers, dans une guerre dynastique66. La guerre d’Espagne est une tâche indélébile sur sa gloire : en attirant à Bayonne les Bourbons d’Espagne dans le but de mettre à profit leurs divisions de famille pour confisquer leur couronne et la remettre à son frère, Napoléon a commis « une perfidie indigne de son caractère67 ». Tout aussi catégorique, le baron Martin de Gray, en 1853, a vigoureusement reproché à Napoléon d’avoir « usurpé l’Espagne » en se voulant l’arbitre du continent68. La propagande bonapartiste tente alors de répondre en présentant la guerre d’Espagne comme un malheur amené par les tergiversations du ministre Godoy et la nullité des princes dont il était le favori69. Mais, après 1870, on retient la version des détracteurs dans les ouvrages de vulgarisation : ainsi, pour Antoine Guillois, l’affaire d’Espagne entache gravement la carrière de Napoléon : il s’agit d’une véritable iniquité puisque, pour la première fois, l’empereur est l’agresseur, et ce dans le seul but d’augmenter son pouvoir personnel70. Albert Vandal, en 1891, voit lui aussi dans la guerre d’Espagne un abus de pouvoir du fort contre le faible : « c’est le point de départ d’une succession fatale71 ».

31Les travaux des débuts du xxe siècle dénoncent les mêmes erreurs. Cela est tout particulièrement le cas dans l’ouvrage de Geoffroy de Grandmaison qui voit dans ce conflit « l’écueil du Premier Empire » :

  • 72 Geoffroy de Grandmaison, 1908, t. i, p. iii.

Tôt ou tard, [l]a politique extérieure [de Napoléon], condamnée à une surenchère incessante, devait aboutir à une catastrophe : l’aventure espagnole fut le caillou contre lequel il vint trébucher ; il a été vaincu à Madrid bien plus qu’à Moscou72.

  • 73 Ibid., p. v.
  • 74 Roura i Aulinas, 2002, p. 138.
  • 75 Pariset, 1921, pp. 400-403.

32Tournant dans la politique extérieure, la guerre d’Espagne aurait de plus joué un rôle déterminant dans le processus de désaffection à l’égard de Napoléon73. Les événements de la péninsule Ibérique sont donc bien ce « nœud fatal » dont Napoléon a lui-même parlé, et, sur ce sujet là, l’historiographie française, contrairement à l’historiographie espagnole74, ne présente guère de périodicité significative. Les analyses s’affinent dans le même sens avec l’essor d’une histoire napoléonienne universitaire : Georges Pariset note que, face au conflit dynastique espagnol, Napoléon n’a pas eu la sagesse d’être attentif au sentiment du peuple de ce pays et n’a vu que la couronne à ramasser, « il avait perdu le sens du réel », se considérant dans la péninsule Ibérique comme l’héritier de Louis XIV qui a combattu pour que la même famille occupe les deux trônes75. Et c’est également comme l’avènement d’une politique dynastique qu’André Fugier analyse la politique espagnole de Napoléon :

  • 76 Fugier, 1930, t. i, p. i.

Depuis Tilsit, le vertige a saisi [Napoléon]. Entraîné par les nécessités toujours plus vastes de sa politique et par son ambition maintenant sans limites, il ne peut plus supporter à ses côtés cet allié inutile, ces Bourbons avilis : habitués depuis trois ans à intervenir dans leurs affaires dynastiques, pensant voir dans le procès de l’Escorial le signe de leur irrémédiable déchéance, les croyant à sa merci par le traité de Fontainebleau, le voici qui étend la main vers Madrid, poussé avec une violence irrésistible par son ambition déchaînée76.

  • 77 Hanotaux, 1926, p. 828.
  • 78 Selon le titre même de l’article de ibid.
  • 79 Bainville, 1958, p. 344.
  • 80 Tarlé, 1937, p. 227.
  • 81 Dunan, 1953, p. 90.
  • 82 Tersen, 1959, pp. 214 et 329-331.
  • 83 Thiry, 1965, pp. 327-328.

33Gabriel Hanotaux, pour sa part, dans un article incitant, plus que le manuel demandé à Pariset, à des formules synthétiques, rappelle que toute la politique extérieure de l’Empire découle du décret de Berlin : pour établir le blocus continental et conquérir la mer par la terre, encore fallait-il « que la terre consentît elle-même à se déclarer vaincue77 ». De surcroît, cette guerre menée à l’échelle européenne pose à Napoléon le problème sans cesse renouvelé de constituer une armée suffisamment nombreuse : c’est pourquoi son Empire est aussi un « Empire de recrutement78 » dans lequel le conflit espagnol joue un rôle de premier plan. Puisque l’heure n’est plus alors à une histoire méthodique se contentant d’une causalité découlant de l’enchaînement chronologique des événements, la politique de blocus est désormais au cœur des réflexions sur la politique extérieure de Napoléon. Ainsi, Jacques Bainville relève que, si Napoléon avait besoin que l’Espagne soit entre des mains sûres c’était en raison de la politique de blocus79. De même, Eugène Tarlé avance qu’aucune action importante de Napoléon ne peut être comprise si on oublie le blocus : lui seul justifie les expéditions d’Espagne et du Portugal puisque la soumission de ces deux pays était indispensable à l’établissement d’un blocus sérieux80. Pour Marcel Dunan également, l’ensemble de la politique étrangère napoléonienne s’explique par la lutte franco-anglaise et la tentative de blocus, le Royaume-Uni préférant une guerre inexpiable à tout progrès de l’expansion française81. Quant à Émile Tersen, il voit dans la guerre d’Espagne le fruit d’une tradition, établie par Louis XIV, selon laquelle la France estime pouvoir s’approprier les richesses de ce pays82. Seuls les apologistes, tout en reconnaissant que la guerre d’Espagne a été une faute, l’interprètent dans un sens politique et non pas économique, s’employant même à démontrer que la domination française pouvait être source de bienfaits83.

  • 84 Tulard, 1977, p. 210.
  • 85 Ibid., p. 336. Voir, également, Fugier, 1930.
  • 86 Boudon, 2006, p. 214.
  • 87 Tulard, 1977, p. 210. Voir aussi Les Espagnols et Napoléon, 1984.

34L’historiographie actuelle souligne elle aussi que c’est la volonté napoléonienne de faire triompher la politique de blocus qui permet de comprendre l’engagement de la France dans la péninsule. Jean Tulard rappelle que c’est dans le but de fermer les côtes du Midi aux marchandises britanniques que les troupes françaises envahissent le Portugal en 180784, tandis que l’invasion de l’Espagne, « guêpier » dans lequel Napoléon s’engage imprudemment, doit permettre d’intégrer entièrement la péninsule au système continental. Pour la première fois Napoléon mène une guerre qui ne relève pas de l’héritage révolutionnaire mais qui doit servir l’intérêt de sa dynastie. L’année 1807 est donc bien le tournant majeur, le « dérapage » même, de la politique extérieure napoléonienne85. Notons toutefois que Jacques-Olivier Boudon, dans une très récente synthèse, rappelle que « les événements intérieurs au royaume d’Espagne accélèrent sa décision86 ». Mais tout tient bien, in fine, à une décision de Napoléon. La guerre d’Espagne, « guêpier » dans lequel Napoléon s’engage imprudemment pour permettre d’intégrer entièrement la péninsule au système continental, est aussi une guerre dynastique87. Or, ces événements tiennent bien à la volonté d’un seul homme et à une puissance qu’il a pu exercer sans bornes pendant plusieurs années. L’historiographie de la guerre d’Espagne vient finalement conforter un pan de la mythologie qui faisait de Napoléon un souverain omnipotent, un grand homme capable d’agir sur tous les fils des destinées européennes.

35Les réflexions de Napoléon dans l’exil révèlent qu’il était en fait lucide sur les erreurs commises en Espagne : il a reconnu lui-même que la guerre engagée dans la péninsule Ibérique a été fatale au destin de son Empire. La guerre d’Espagne constitue donc un champ d’étude essentiel qui permet de comprendre le basculement de l’histoire de la France napoléonienne et laisse voir comment Napoléon s’engage sans préméditation dans un engrenage qui lui fait perdre sa position d’héritier de la Révolution et le conduit à devenir un souverain absolu soucieux de réussir sa politique dynastique.

Haut de page

Bibliographie

Aymes, Jean-René (2003), L’Espagne contre Napoléon. La guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814), Paris.

Bainville, Jacques (1958), Napoléon, Paris.

Bigarré, Auguste [général] (2002), Mémoires du général Bigarré : 1775-1813, Michel Legat (éd.), Paris.

Bignon, Louis-Pierre-Édouard [Baron] (1829-1850), Histoire de France depuis le 18 brumaire (novembre 1799) jusqu’à la paix de Tilsitt (juillet 1807) [6 vol.], Paris.

Bois, Jean-Pierre (1997), Bugeaud, Paris.

Boudon, Jacques-Olivier (2006), La France et l’Europe de Napoléon, Paris.

Correspondance de Napoléon Ier publiée sur ordre de l’empereur Napoléon III (12 vol.), Paris, 1858-1870.

De Brandt, Général (2002), Souvenirs d’un officier polonais. Scènes de la vie militaire en Espagne et en Russie (1808-1812), Paris.

Dunan, Marcel (1953), La révolution française et l’Europe, Paris.

(Les) Espagnols et Napoléon. Actes du colloque international d’Aix-en-Provence (13-15 octobre 1983), Aix-en-Provence, 1984.

Fairon, Émile (1936), Lettres de grognards, Liège-Paris.

Foy, Maximilien Sébastien [général] (1827), Histoire de la guerre de la péninsule sous Napoléon, Paris.

Fugier, André (1930), Napoléon et l’Espagne, 1799-1808, Paris.

Geoffroy de Grandmaison, Charles-Alexandre (1908), L’Espagne et Napoléon, 1804-1809 (3 t.), Paris.

Gonneville (2002), Souvenirs militaires du colonel de Gonneville, Paris.

Gotteri, Nicole (2004), Napoléon et le Portugal, Paris.

Guillois, Antoine (1889), Napoléon. L’homme, le politique, l’orateur d’après sa correspondance et ses œuvres, Paris.

Hanotaux, Gabriel (1926), « L’Empire de recrutement », Revue des Deux Mondes, 15 août, pp. 824-863.

Histoire de Napoléon Buonaparte (4 vol.) Paris, 1817-1818.

Hocquellet, Richard (2001), Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne, 1808-1812, Paris.

Hugo, Abel (1823), Précis historique des événements qui ont conduit Joseph Napoléon sur le trône d’Espagne, Paris.

J. L. (1821), Vie civile, politique et militaire de Napoléon Bonaparte, depuis ses premières campagnes jusqu’à sa mort à l’île Sainte-Hélène, contenant plusieurs particularités sur ses derniers moments, ses dernières paroles et ses funérailles, entremêlée d’anecdotes curieuses et intéressantes, et qui, jusqu’à ce jour, n’avaient pas été publiées (2 vol.), Paris.

Jourquin, Jacques (1979), Souvenirs et biographie du commandant Parquin, Paris.

Jourquin, Jacques (2003), Journal du capitaine François, dit le dromadaire d’Égypte, Paris.

Jourquin, Jacques (2004), Souvenirs de campagnes du sergent Faucheur, Paris.

Lacretelle, Charles de (1845-1847), Histoire du Consulat et de l’Empire, Paris.

Lafon, Jean-Marc (2007), L’Andalousie et Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le Midi de l’Espagne (1808-1812), Paris.

Las Cases, Emmanuel [comte de] (1951), Le Mémorial de Sainte-Hélène, Marcel Dunan (éd.), Paris.

Madelin, Louis (2003), Histoire du Consulat et de l’Empire. VII : L’affaire d’Espagne, Paris.

Marbot, Marcelin de [général baron] (1983), Mémoires du général baron de Marbot, Jacques Garnier (éd.), Paris.

Marcel, Nicolas [capitaine] (2003), Campagnes en Espagne et au Portugal (1808-1814), Bernard Giovanangelli (éd.), Paris.

Marquet de Montbreton de Norvins, Jacques (1827), Histoire de Napoléon, Paris.

Martin de Gray, Alexandre-François-Joseph (1853), Histoire de Napoléon, Paris.

Pariset, Georges (1921), Le Consulat et l’Empire (1799-1815), t. iii de l’Histoire de France contemporaine, Ernest Lavisse (dir.), Paris.

Paulin, Jules-Antoine [général baron] (2002), Souvenirs, Paris.

Petiteau, Natalie (1999), Napoléon, de la mythologie à l’histoire, Paris.

Petiteau, Natalie (2005), « Pour une anthropologie historique des guerres de l’Empire », dans Odile Roynette (dir.), Pour une histoire culturelle de la guerre au xixe siècle, Revue d’histoire du xixe siècle, 30 (numéro spécial), pp. 45-63.

Pontons et prisons sous le Premier Empire, Paris, 1998.

Ramaeckers, Cosme (1999), Du Tage à Cabrera. Souvenirs de deux lieutenants et d’un caporal, Paris.

Réflexions sur le 20e volume de l’« Histoire du Consulat et de l’Empire » [Signé : Un vieux soldat], Paris, 1863.

Rocca, Albert Jean-Michel de (1887), Mémoire sur la guerre des Français en Espagne, Genève.

Roura i Aulinas, Lluis (2002), « Napoléon et l’historiographie espagnole », dans Jean-Clément Martin (dir.), Napoléon et l’Europe, Rennes, pp. 137-150.

Tarlé, Eugène (1937), Napoléon, Paris.

Tersen, Émile (1959), Napoléon, Paris.

Thiébault, Dieudonné-Paul-Charles-Henri (1962), Mémoires, Paris.

Thiers, Adolphe (1845-1868), Histoire du Consulat et de l’Empire (21t.), Paris.

Thiry, Jean (1965), La guerre d’Espagne, Paris.

Tissot, Pierre François (1833), Histoire de Napoléon rédigée d’après les papiers d’État, les documents officiels, les mémoires et les notes secrètes de ses contemporains suivi d’un précis sur la famille Bonaparte et précédée de réflexions générales sur Napoléon, Paris.

Touchard-Lafosse, George et Saint-Amant, Joseph Charles (1825), Précis de l’histoire de Napoléon, Paris.

Tulard, Jean (1977), Napoléon, ou le mythe du sauveur, Paris.

Vandal, Albert (1906-1908), Napoléon et Alexandre Ier. L’alliance russe sous le Premier Empire, Paris.

Haut de page

Notes

1 Aymes, 2003, p. 8.

2 Hocquellet, 2001 ; Lafon, 2007.

3 Las Cases, 1951, t. ii, p. 285.

4 Voir Petiteau, 1999, chap. VI.

5 Aymes, 2003, p. 33.

6 Sur ce thème, voir Gotteri, 2004.

7 Correspondance de Napoléon (à Talleyrand, le 19-vii-1807).

8 Ibid. (à Charles IV, roi d’Espagne, le 8-ix-1807).

9 Ibid. (à Champagny, ministre des Relations extérieures, le 12-x-1807).

10 Ibid. (à Charles IV, le 12-x-1807).

11 Ibid. (au général Clarke, le 16-x-1807).

12 Ibid. (à Charles IV, le 13-xi-1807).

13 Ibid. (à M. de Tournon, chambellan de l’empereur, le 13-xi-1807).

14 Ibid. (à Champagny, le 9-iii-1808.)

15 Ibid.

16 Ibid. (au grand duc de Berg, le 9-iii-1808).

17 Ibid. (au grand duc de Berg, le 14-iii-1808).

18 Ibid. (au grand duc de Berg, le 16-iii-1808).

19 Ibid. (au grand duc de Berg, le 15-iii-1808).

20 Ibid. (au maréchal Bessières, le 26-iii-1808).

21 Ibid. (au grand duc de Berg, le 29-iii-1808).

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid. (au grand duc de Berg, le 9-iv-1808).

26 Ibid. (au grand duc de Berg, le 10-iv-1808).

27 Ibid. (au grand duc de Berg, le 13-iv-1808).

28 Ibid. (au prince des Asturies, le 16-iv-1808).

29 Ibid. (à Bessières, le 17-iv-1808).

30 Ibid. (à Joseph, roi de Naples, le 18-iv-1808).

31 Ibid. (au grand duc de Berg, le 22-iv-1808).

32 Ibid. (rapport du 24-iv-1808).

33 Ibid. (à Talleyrand, le 1er-v-1808 : « Le prince des Asturies est très-bête, très-méchant »).

34 Aymes, 2003, p. 47.

35 Voir Petiteau, 2005, pp. 45-63.

36 Paulin, 2002, p. 111.

37 Marcel, 2003, p. 9.

38 Rocca, 1887, p. 14.

39 Ibid., p. 18.

40 Ibid., pp. 21 et 70, ou encore Ramaeckers, 1999, pp. 83 et 87.

41 Pontons et prisons sous le Premier Empire, p. 13.

42 De Brandt, 2002, pp. 172-173.

43 Voir, par exemple, Jourquin, 1979 et Bigarré, 2002.

44 Marcel, 2003, pp. 63 et 86 ; Gonneville, 2002, p. 144 et Ramaeckers, 1999, p. 84.

45 Marcel, 2003, p. 190.

46 De Brandt, 2002, p. 215.

47 Marbot, 1983, t. i, notamment, p. 304.

48 Thiébault, 1962, p. 269.

49 Jourquin, 2004, pp. 118-119.

50 Ibid., p. 121.

51 Jourquin, 2003, p. 570.

52 Rocca, 1887, p. 229.

53 Fairon, 1936.

54 Bois, 1997, p. 91.

55 Gonneville, 2002, pp. 113-115.

56 Cité dans Madelin, 2003, t. ii, p. 689.

57 Histoire de Napoléon Buonaparte, vol. 3, pp. 220-221.

58 J. L., 1821, vol. 2, p. 81.

59 Hugo, 1823, pp. xiii-xiv.

60 Touchard-Lafosse et Saint-Amant, 1825, p. 136.

61 Marquet de Montbreton de Norvins, 1827, t. ii, p. 429.

62 Foy, 1827, t. ii, pp. 284-285.

63 Tissot, 1833, t. i, p. xxxi.

64 Bignon, 1838, p. 198.

65 Lacretelle, 1845-1847, t. i, p. 32 et t. iv, p. 99 sqq.

66 Thiers, 1845-1868, t. viii, p. 171

67 Ibid., pp. 657-658.

68 Martin de Gray, 1853, t. ii, pp. 155 et 193.

69 Réflexions, pp. 16-17.

70 Guillois, 1889, t. ii, pp. 76 et 100.

71 Vandal, 1906-1908, t. i, p. xiii.

72 Geoffroy de Grandmaison, 1908, t. i, p. iii.

73 Ibid., p. v.

74 Roura i Aulinas, 2002, p. 138.

75 Pariset, 1921, pp. 400-403.

76 Fugier, 1930, t. i, p. i.

77 Hanotaux, 1926, p. 828.

78 Selon le titre même de l’article de ibid.

79 Bainville, 1958, p. 344.

80 Tarlé, 1937, p. 227.

81 Dunan, 1953, p. 90.

82 Tersen, 1959, pp. 214 et 329-331.

83 Thiry, 1965, pp. 327-328.

84 Tulard, 1977, p. 210.

85 Ibid., p. 336. Voir, également, Fugier, 1930.

86 Boudon, 2006, p. 214.

87 Tulard, 1977, p. 210. Voir aussi Les Espagnols et Napoléon, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalie Petiteau, « Napoléon et l’Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 13-31.

Référence électronique

Natalie Petiteau, « Napoléon et l’Espagne », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://mcv.revues.org/908

Haut de page

Auteur

Natalie Petiteau

Département d’histoire, Université d’Avignon

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org