Navigation – Plan du site
Actores de la Guerra de la Independencia

Les maréchaux et les généraux napoléoniens

Pour une typologie des comportements face à l’adversaire
Los mariscales y generales napoleónicos. Esbozo de tipología de sus comportamientos frente al adversario
Napoleon’s marshals and generals. Classifying conduct in the face of the enemy
Jean-René Aymes
p. 71-93

Résumés

Seulement ébauchée ici, cette étude comparative est une invitation lancée à qui aimerait la poursuivre. On entrevoit ici Soult, Suchet et plusieurs gouverneurs de la Catalogne. Cette approche fondée principalement sur l’examen d’archives parisiennes porte sur la réputation des maréchaux et des généraux, leur comportement privé peu honorable, leurs désaccords, leurs relations tendues avec le roi Joseph Bonaparte, leurs appréciations de la situation, la direction de leur troupe, leur conception de la pacification et leur façon de combattre la guérilla. Il apparaît que Suchet et, dans une moindre mesure, Thiébault et Duhesme ont choisi des procédés moins brutaux et un style d’administration plus éclairé que ceux préconisés ou mis en œuvre par Soult, Sébastiani ou Dorsenne. La plupart des informations confidentielles communiquées à Paris révèlent que les maréchaux et les généraux se refusent à régler leurs différends et qu’ils sont conscients d’affronter des difficultés quasiment insurmontables.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, respectivement, Gotteri, 1991, Bergerot, 1986, Murat, 1897 et Braive, 2001.

1Jamais, à ma connaissance, n’a été tentée une étude comparative des mentalités, doctrines et comportements des maréchaux et généraux d’Empire engagés dans la guerre d’Espagne. Elle serait pourtant utile et éclairante. Car, pour l’heure, on ne dispose du côté français que de biographies qui tendent, d’ordinaire, à la réhabilitation ou à l’apologie des personnages concernés. Eu égard au rôle éminent qu’ils ont joué, Soult, Suchet, Murat et Duhesme ont bénéficié d’un légitime traitement privilégié qui leur a été globalement favorable1.

  • 2 Balagny, 1902-1907.
  • 3 Plusieurs ouvrages et articles sont répertoriés dans Haro Malpesa, 1999, pp. 215-218 (« Bibliografí (...)
  • 4 Scotti Douglas, 2006.
  • 5 Mercader Riba, 1949.
  • 6 Reynaud, 1992.
  • 7 Aymes, 2005.
  • 8 Gotteri, 2004.

2On peut consulter aussi d’assez nombreux mémoires autobiographiques, le plus souvent rédigés bien des années après la fin du conflit, sous la Restauration, époque qui incite à régler des comptes avec le défunt Premier Empire et à argumenter à des fins d’autodéfense. Naturellement, ce décalage et cette finalité s’accompagnent d’occultations et d’un embellissement mis au service de l’auteur en attente de reconnaissance ou de pardon. Par ailleurs, dans les ouvrages et articles publiés en Espagne et en France, on peut suivre avec précision le comportement sur le terrain de tel ou tel chef au cours d’une bataille ou du siège d’une ville. De ce point de vue, l’ouvrage de Balagny, Campagne de l’empereur Napoléon en Espagne2, vieux d’un siècle, conserve tout son intérêt. Il en est de même pour les études ponctuelles relatives, par exemple, à la conduite du général Dupont à Baylen3 ou au comportement collectif des troupes italiennes servant dans l’armée impériale4. Cependant, le déficit reste énorme, moins sur la façon de guerroyer que sur la manière de contrôler et d’administrer les territoires occupés : c’est à peine si l’on peut citer la remarquable mais ancienne monographie de Juan Mercader Riba, Barcelona durante la ocupación francesa5, qui permet de comparer les styles de conduite de Duhesme, Augereau, Macdonald, Decaen et Suchet. À une échelle plus modeste se situent l’étude de Jean-Louis Reynaud, sur la présence de Suchet en Aragon6, et la mienne, relativement récente, dans laquelle j’ai tenté de comparer les comportements du même Suchet et de Soult dans le sud-est de l’Andalousie7. Mais on constate que, si la Catalogne, l’Aragon, une partie de l’Andalousie et de la Galice (dans l’ouvrage de Nicole Gotteri sur le duc de Dalmatie8) ont été abordés, les deux Castilles, l’Estrémadure, l’Espagne cantabrique, les provinces basques et la Navarre, pourtant soumise à une longue occupation française, n’ont pas encore fait l’objet d’enquêtes approfondies.

3Il est vrai que, pour ce faire, il faudrait entreprendre de longs dépouillements que j’ai moi-même à peine entamés au Service historique de la Défense, du château de Vincennes, aux Archives historiques nationales et dans les archives espagnoles. Je voudrais souligner que, tant à Vincennes qu’à Paris, de nombreuses liasses de documents, parfois jamais ouvertes, recèlent quantité de rapports, de lettres, de données chiffrées, etc., susceptibles d’éclairer le comportement de ces dizaines de maréchaux et de généraux dont la postérité a forgé le souvenir de manière suspecte ou lacunaire.

  • 9 Aymes, 2004.

4Ni la presse impériale, ni les mémoires écrits à chaud avant Waterloo n’apporteront beaucoup, par la faute de la censure et de l’autocensure9. Tout juste le Journal de l’Empire et le Moniteur permettent-ils de saisir comment fonctionne la propagande, et quelle image, fardée et sélectionnée, les autorités impériales donnent des militaires qui interviennent dans la Péninsule.

5De toute manière, ferait défaut la vision espagnole, elle aussi souvent tendancieuse et tronquée, encore que, depuis quelques décennies, aient été publiées des études qui, centrées sur des territoires ou des villes occupés par les Français, permettent d’entrevoir la conduite de tel maréchal ou de tel général napoléonien.

La réputation

6À ne retenir que les jugements portés sur les maréchaux et les généraux, et sur la réputation, bonne ou mauvaise, qui s’attache à eux, on se condamnerait de nouveau à tomber dans la subjectivité et le parti pris lorsque les témoignages proviennent de collègues incapables de faire abstraction de leur antipathie, jalousie ou rancune.

7On se bornera au témoignage ponctuel du général baron Thiébault et à celui, extraordinairement copieux, de Clermont-Tonnerre. Ni l’un ni l’autre ne donne dans la nuance et tous deux goûtent les dichotomies. Thiébault a vu le général Dorsenne se donner en spectacle à Burgos et se rendre « assez ridicule par les soins qu’il donnait à sa toilette » :

  • 10 Thiébault, 1893-1895, t. iv, p. 401.

8Avec une fine figure, ce n’était qu’un sot ; avec une figure agréable, c’était un homme orgueilleux, faux et cruel, et, dans cette guerre d’Espagne, l’homme le plus propre à faire de lui plus d’ennemis à la France que la Garde Impériale tout entière ne pouvait en combattre10.

  • 11 Clermont-Tonnerre, 1983.

9Aux dires de Clermont-Tonnerre, le général Kellermann est moins réputé pour sa cupidité que pour sa bravoure : au Portugal, à la bataille de Busaco, Massena s’est comporté comme un ignorant ; le maréchal Jourdan est rusé ; le maréchal Lefebvre est courageux, mais médiocre dans la conduite de la guerre ; le maréchal Ney est vaillant sur un champ de bataille, mais « la sphère de ses idées n’est pas d’un rayon étendu » ; en revanche, le général Belliard est sage et hardi, et le général Dessolle, lorsqu’il était en poste à Cordoue, était désintéressé et habile11. L’opinion de Joseph a du poids mais on verra plus loin comment elle est déterminée par l’attitude que les maréchaux et les généraux observent à son égard ; à propos des exactions que certains commettent, il écrit à l’Empereur le 25 janvier 1810 :

  • 12 Cité dans La Forest, 1905-1913, t. iii : octobre 1809 - juin 1810, p. 201.

10Suchet, Reynier, Sébastiani, Victor, Mortier, Dessolle, voilà les hommes honnêtes qui feront des Espagnols des amis de la France, mais, Sire, au nom du sang français, et du sang espagnol, rappelez Loison, Kellermann, Thouvenot ! Ces hommes nous coûtent bien cher. Soult nous rend les plus grands services12.

11On verra plus loin que Soult va bientôt décevoir et mécontenter le roi.

12C’est une évolution inverse qui marque les rapports entre l’Empereur et Suchet : dans un courrier privé, il lui reproche une opération mal venue en avril 1810 mais, à partir de 1812, il lui est chaudement reconnaissant et sa haute estime ne sera plus jamais entamée, alors que le duc d’Albufera a tôt fait de se rallier aux Bourbons après Waterloo.

13Durant l’exil de Napoléon à Sainte-Hélène, O’Meara qui a demandé à l’Empereur déchu « lequel des généraux français était, à son avis, maintenant le premier », une fois écarté le nom de Davout, obtient la réponse suivante :

  • 13 O’Meara, 1993, t. i : 7 août 1815 - 20 avril 1817, pp. 381-382.

14Il serait difficile de le dire ; néanmoins, je crois que c’est probablement Suchet. Auparavant, c’était Masséna, mais on peut le considérer comme mort. Il a une  maladie de poitrine qui en fait un tout autre homme. Suchet, Clausel et Gérard sont, à mon  avis, les premiers généraux. Il est difficile de dire lequel des trois est le meilleur, attendu qu’ils n’ont pas eu beaucoup d’occasions de commander en chef, ce qui est le seul moyen de s’assurer de l’étendue des talents que possède un général13.

Les comportements privés

15Clermont-Tonnerre, qui a la dent dure et qui est parvenu — on ne sait comment — à percer le secret de leur vie plus ou moins privée, fait le procès de plusieurs hauts dignitaires : le maréchal Victor distribue d’énormes gratifications à ses généraux ; le maréchal Ney est intéressé ; le général Tilly s’enrichit à Ségovie et se fait attribuer des sommes énormes comme frais de bouche ; le général Sébastiani vit dans un faste royal à Grenade et il aurait payé six millions de réaux en argent comptant pour acquérir le domaine de « Soto de Roma » :

  • 14 Ibid., p. 104.

16Si l’on en croit la voix de toute l’armée, le général Caulaincourt a vendu à Madrid pour 60 000 francs d’argenterie provenant du pillage de Cuença [Cuenca] et ce pillage injuste et impolitique est une tache avec laquelle son nom passera à la postérité14.

17Clermont-Tonnerre ose blâmer « la cupidité insatiable du plus grand nombre des généraux français », parmi eux Kellermann et Loison. Par une autre source on apprend que le général Solignac fait entrer en France, pour son compte, des troupeaux de mérinos.

  • 15 Gotteri, 1991, p. 407-418.
  • 16 Moreno Alonso, 1995, p. 102.
  • 17 À la Bibliothèque nationale de Madrid existe un document où le montant de certaines dépenses est ch (...)
  • 18 Sans fournir d’exemples, l’historien nord-américain John Tone associe dans son mépris Soult et Vict (...)

18Sur le duc de Dalmatie, Clermont-Tonnerre est moins disert, mais on peut prendre en considération les données fournies notamment par Nicole Gotteri15 et Manuel Moreno Alonso16 : il est question là de « tripotages » à propos d’une vente de balles de coton, d’une rafle de tableaux, de dépenses somptuaires17, d’un appétit insatiable de richesse et d’une vie de satrape ou de vice-roi18.

19Le plus inattendu reste que le maréchal le plus décrié pour son défaut d’honnêteté et de scrupules moraux est aussi celui qui se plaint le plus de ses subordonnés pour les mêmes raisons. Alors qu’il se trouve à Llerena à la mi-juin 1811, Soult a le front d’écrire au prince de Wagram :

  • 19 SHD, DAT, C8/147, « Armée d’Espagne (1808-1814) » (Correspondance du Maréchal Soult).

20Il est des généraux en Espagne qui se conduisent comme s’ils étaient payés par les ennemis et qui sont en partie la cause des désastres qui arrivent ; ces malheureux ne pensent qu’à leur fortune et à leur sûreté19.

Et il se dit prêt à faire arrêter les généraux Lorge, Belliard, Tilly et Lahoussaye.

Les rapports entre eux

21On va combiner ici quatre sources d’information pour confirmer une vérité qui est cachée aux lecteurs de la presse impériale, mais qui transparaît de tous côtés, à savoir que, loin de Paris, victimes de la mauvaise circulation des informations et enclins à prendre des initiatives sans associer le voisin, plusieurs maréchaux et généraux, parfois jaloux les uns des autres, ne s’entendent pas et, pis encore, se détestent et se querellent. La mésentente règne entre Macdonald et Suchet, ainsi qu’entre le duc d’Elchingen et le prince d’Essling. Soult est en conflit avec le général Belliard, accusé en septembre 1810 d’avoir usurpé le titre de chef d’État-Major de l’Armée du Midi.

22De son côté, Marbot s’étend longuement sur les lamentables différends qui ont fini par compromettre le succès de l’expédition au Portugal : Ney, Junot, Reynier et Montbrun se sont pratiquement coalisés pour s’opposer à Masséna ; les mêmes adressent conjointement des reproches au général Fririon ; Victor  tarde à se porter au secours de Soult après la perte de Porto ; à la suite d’un échec, Ney s’en prend au général Lamotte et lui retire le commandement de sa brigade. De même, Junot et Masséna tombent dans le ridicule d’une dispute provoquée par un insignifiant problème de préséance : Junot n’a pas voulu concéder à Masséna l’occupation entière du palais où le premier nommé s’était installé à Valladolid.

23Clermont-Tonnerre, quant à lui, reprend à son compte le jugement désabusé du colonel Vigo-Roussillon qui a vu comment les généraux, jaloux les uns des autres, ne se portent pas assistance ; à cause de leur grave inimitié, Ney refuse, en une occasion, de donner à Soult les munitions dont celui-ci a besoin.

  • 20 Clermont-Tonnerre, 1983, p. 402.

24À un autre moment, le général Hugo désapprouve que Ney lève une contribution de six millions de réaux et qu’il réquisitionne d’importantes quantités de grains ; Hugo consentira finalement à cette réquisition, mais s’opposera à l’impôt excessif20. Les choses ne vont pas mieux du côté de la Catalogne où, comme l’a révélé Mercader Riba, des désaccords, voire de violents différends, se produisent entre Duhesme et Gouvion Saint-Cyr, entre celui-ci et le général Verdier et entre Duhesme et Augereau.

Les relations avec les autorités « joséphines »

25On ne sache pas que les maréchaux et les généraux aient rejeté ou discuté les ordres venus de Paris, même inadaptés à la situation ou parvenus trop tard aux destinataires. En revanche, leur dépendance à l’égard du nouveau roi est mise en cause par plusieurs. Même Suchet, dont on sait qu’il apprécie Joseph ne serait-ce que pour sa valeur humaine et intellectuelle, fait savoir solennellement au ministre Berthier qu’il n’entend pas donner à l’Empereur le moindre motif d’inquiétude ou de mécontentement.

  • 21 Ibid., p. 424.

26On dira, grosso modo, que le général Hugo et le général Duhesme ont évité de heurter, l’un le souverain et l’autre ses ministres. À Cordoue, le général Dessolle a eu à cœur de constituer parmi les Espagnols un « parti français » en principe obéissant au roi Joseph. Mais, comme l’écrit Clermont-Tonnerre, « l’une des plus grandes calamités du gouvernement du roi était l’insubordination des généraux21 ».

27Deux maréchaux au moins, Soult et Marmont, estiment que l’autorité du monarque et celle des militaires napoléoniens sont incompatibles. Durant les premiers mois de l’occupation de l’Andalousie conduite conjointement par Joseph et Soult, ce dernier, dans les bulletins qu’il adresse à Mortier, se réjouit de la popularité croissante du souverain, mais, à partir de la mi-août 1810, le climat ne cesse de se dégrader. Il maintiendra à l’égard de S.M.C. les formes extérieures du respect, mais le différend est patent ; il en fait état le 18 août 1810 :

  • 22 SHD, DAT, C8/146.

28Il sera difficile que je sois toujours d’accord avec ses ministres ; mes devoirs sont en trop grande opposition avec ceux qui leur sont imposés22.

  • 23 Voir Morange, 2002, p. 263.

29Soult se plaint de ce que S.M.C. ne lui fait parvenir aucun fond et ne lui envoie pas toutes les forces armées disponibles. En octobre, il désapprouve que S.M.C. ait ordonné aux généraux napoléoniens qui se trouvent « au-delà de la Sierra Morena » de ne pas lui obéir. Il n’accepte pas non plus que l’administration « joséphine », qui a son siège à Murcie, se regarde comme indépendante de l’autorité militaire napoléonienne. Soult se heurte à deux éminents afrancesados de Séville : à Reinoso, coupable d’avoir publié dans la Gazette des statistiques qui donnent une image désastreuse de la situation sanitaire de la région ; et au préfet Solís — bientôt remplacé par Sotelo — qui s’oppose à ce que l’autorité militaire exerce un contrôle sur la comptabilité tenue par le commissaire royal23.

30L’autre maréchal, qui n’a pas eu affaire directement au roi mais qui le méprise cependant, est Marmont à qui Clermont-Tonnerre prête les propos suivants, tenus sur le compte de Joseph :

  • 24 Clermont-Tonnerre, 1983, p. 478.

31Il se crut un grand homme de guerre, lui qui n’avait ni le goût ni l’instinct du métier ; lui qui en ignorait les premiers éléments et qui n’était pas à la hauteur des plus simples applications de l’art de la guerre24.

  • 25 Thiébault, 1893-1895, t. iv, p. 393.

32La situation et l’attitude du général Thiébault en Vieille-Castille rappellent celles de Soult. Dans un premier temps, Thiébault collabore harmonieusement avec le corregidor Antonio Casaseca à Salamanque, puis avec le préfet Salcedo à Burgos. Malheureusement, il se heurte à Francisco Amorós, commissaire extraordinaire du roi malignement qualifié de « colonel de bricole ». Thiébault trouve juste de s’opposer aux « prétentions vice-royales d’un agent de la Cour de Madrid » : « tous les fonctionnaires français ou espagnols dépendaient de moi et de l’Empereur, et je n’allais pas soumettre cette autorité aux fantaisies de Joseph ». Il est clair que Thiébault, non content de blâmer Amorós pour les détentions arbitraires auxquelles il procède, rejette la tutelle du monarque madrilène25.

L’appréciation de la situation et des acteurs

33Le survol d’un certain nombre de documents d’archives m’a livré une seule révélation qui, au demeurant, n’est pas pour surprendre. Alors que la presse impériale, pratiquement jusqu’à la défaite des Arapiles en 1812, martèle, contre toute vraisemblance, que les troupes impériales collectionnent les succès et que les forces ennemies s’épuisent, les généraux ne cachent pas, très tôt, dans leurs rapports tenus secrets, qu’ils auront le plus grand mal à écraser la résistance multiforme que leur opposent l’armée anglo-espagnole et la guerrilla soutenue par la population.

34Ainsi, le général de brigade Lafosse, gouverneur de Tortosa en décembre 1811, ne fait pas mystère que la Catalogne est presque totalement insurgée :

  • 26 CHAN, section Archives privées, Fonds Suchet d’Albufera (Armées d’Aragon), 384 AP 106.

35Il est plus que temps qu’on employe [sic] dans la province des moyens vigoureux pour dissiper ces rassemblements qui deviendront de jour en jour plus inquiétants26.

36Face à la menace constante des bandes de guerilleros, de nombreux généraux expriment leur sentiment d’impuissance. C’est le cas du général Hugo confronté à l’insaisissable « El Empecinado », et du général Harispe qui évolue dans un milieu hostile du côté d’Alcoy, en mars 1812 :

  • 27 Ibid., 384 AP 108.

37L’opinion est partout travaillée contre nous. C’est en vain que l’on se met à la poursuite des bandes27.

  • 28 Ibid., 384 AP 107.

38La lucidité et le pessimisme de Suchet sont remarquables. Alors que, pour un certain nombre de militaires napoléoniens et de ministres joséphins, la prise de Valence, au début de 1812, ouvrait d’encourageantes perspectives, le nouveau duc d’Albufera, s’adressant au roi en octobre, estime que « la guerre d’opinion » ne peut plus être gagnée dans un pays où tous les habitants sont des soldats et où « l’expérience nous a appris qu’on ne réussirait pas à en imposer à l’opinion par des mots, mais par des faits28 ».

  • 29 SHD, DAT, C8/146.

39Quelques mois plus tôt, deux généraux servant dans la région levantine, au rebours de Suchet, font montrent d’un optimisme que l’on peut croire de commande et qui sert à les mettre en valeur. Le général Harispe est heureux d’annoncer que, du côté de Gandía et de Denia, les habitants réclament le secours de l’armée française pour ne pas être livrés à quelques déserteurs espagnols menaçants. De son côté, le général de brigade Montmaur, en poste à Alcira, se flatte du succès remporté auprès des ecclésiastiques : les prêtres s’occupent du désarmement de leurs ouailles et « la confession vient de faire rendre cinq fusils à un paysan29 ».

  • 30 CHAN, section Archives privées, 384 AP 107.

40C’est le genre d’informations réjouissantes ou encourageantes que les gazettes parisiennes ont l’habitude de reprendre et d’amplifier. Les gazetiers sont parfois dispensés de tout réajustement et de tout maquillage lorsque des généraux, versant dans un optimisme béat, décrivent par le menu la célébration populaire d’une grande nouvelle faste et formulent des conclusions hasardeuses ou des pronostics bien hâtifs. Ainsi, le baron Henriot, en poste à Lérida, fait annoncer par cinquante coups de canon la prise de Valence et a le grand plaisir de voir que, dès le premier coup, les habitants envahissent les rues en criant : « Vive l’Empereur et vive son Excellence le maréchal comte de Suchet ! » (on ne peut s’empêcher de voir ici un trait de flagornerie). Dans une atmosphère de fête, les habitants (on a peine à le croire) auraient déclaré : « Valence est prise, nous serons tranquilles ». Le baron formule un vœu cocardier, en vantant les bienfaits d’une francisation à outrance : « Cette ville [Lérida] mérite d’être française, la garnison actuelle en a singulièrement amélioré l’esprit et les goûts30

  • 31 SHD, DAT, C8/146.

41Lorsqu’un maréchal ou un général occupe un poste pendant une assez longue durée, il est alors possible de saisir, à travers la série des informations livrées aux autorités parisiennes, une évolution dans l’appréciation de la situation. Comme on pouvait l’imaginer, dans tous les cas, on va de l’optimisme, parfois débordant, jusqu’au pessimisme, parfois proche du désespoir. De nouveau, c’est Soult qui touche l’un des deux extrêmes. Au début de 1810, son triomphalisme confine à l’absurde quand il annonce que « l’armée impériale est dans l’abondance », que « les habitants sont extrêmement prévenans [sic] pour ses besoins », que « les corps insurgés se dissolvent » et que « tout le royaume de Grenade aujourd’hui paraît parfaitement soumis31 ». En revanche, en 1813-1814, ses cris d’alarme et ses demandes pressantes de renforts disent assez qu’il se voit proche du point de rupture.

42Sans doute pour se décharger sur d’autres de la responsabilité de certains de ses échecs, notamment devant Cadix, Soult — on l’a vu — incrimine plusieurs de ses généraux cupides ou désobéissants et déplore, au bout de quelques mois de séjour en Andalousie, l’état matériel de ses troupes qui manquent de munitions, d’uniformes, de ravitaillement, etc. Sur ce point, Soult est à l’unisson avec les autres généraux et maréchaux qui, de tous côtés et, surtout à partir de 1812, se disent affligés par la pénurie générale et le délabrement, physique et moral, de l’armée. En avril 1812, le discours tenu par le général italien Palombini, à propos de la troupe qu’il commande dans le Levant, n’est particulier que par la profondeur du désespoir qui s’y exprime :

  • 32 CHAN, section Archives privées, 384 AP 109.

43Les hommes sont mal nourris et déguenillés ; il y a quatre ans qu’ils font la guerre en Espagne sans avoir reçu le moindre habillement ; ils sont obsédés par des besoins urgents [et] affaiblis autant dans le moral que dans le physique32.

44En octobre 1813, un autre Italien, le général Severoli, formule d’un ton pathétique un diagnostic pareillement sinistre :

  • 33 Ibid., 384 AP 120-121.

45Les troupes sont réellement éreintées de fatigue et, ce qui est pis encore, affligées toujours extraordinairement de maladies33.

46Pour expliquer les revers subis par leurs troupes, les généraux mettent en avant le manque d’équipement, la disette, les maladies épidémiques, la fréquence des désertions mais, bien entendu, jamais leurs propres erreurs stratégiques, leur indécision ou leur manque d’énergie. En revanche, le comportement des troupes étrangères inspire des jugements aussi tranchés que contradictoires. C’est le cas des troupes italiennes et napolitaines qui interviennent dans le Levant en 1812 : en octobre, le général Lafosse, brouillé avec le général Pepe, exprime ses doléances au maréchal Suchet :

  • 34 Ibid., 384 AP 112.

47Pendant un temps j’ai cru que la mauvaise réputation des Napolitains était mal fondée et qu’ils ne la méritaient pas en entier ; je suis bien détrompé34.

Un mois plus tôt, il avait fourni plus de détails sur cette troupe :

  • 35 Ibid., 384 AP 111.

48Je regarde comme une fatalité d’avoir eu le commandement de cette troupe […]. Je ne marcherai pas avec confiance à la tête de ces gars-là si je n’ai pas de Français avec moi […]. La désertion est une maladie dont on ne guérira pas les Napolitains ; je crains qu’ils désertent jusqu’au dernier ; cependant, il ne leur manque rien et ils sont bien traités35.

  • 36 Ibid., 384 AP 106.

49Quand les échecs s’accumulent et que la vaillance des soldats décline, les maréchaux et les généraux s’abstiennent de rédiger des « ordres du jour » flatteurs pour les soldats et leurs officiers. Quand les résultats sont plus satisfaisants, on aimerait savoir quels sont les chefs les plus enclins à magnifier les exploits de leurs subordonnés et à réclamer pour eux des avancements ou des décorations. Encore une fois, il me semble que Suchet, dont on louera plus tard la générosité et le dévouement à ses troupes, est le plus coutumier de ces demandes adressées aux autorités supérieures parisiennes. Il faudrait examiner de près et comparer statistiquement ces ordres du jour et ce type de courrier pour voir quels dignitaires de l’armée évitent de tirer égoïstement toute la gloire de leurs succès et sont soucieux de la partager avec leurs subordonnés. Reconnaissons, pour l’avoir vu sur pièces, que Soult, dont la vantardise et l’égocentrisme sont souvent dénoncés, tient à faire l’éloge de certains de ses officiers. Mais sont-ils nombreux les ordres du jour semblables à celui que Suchet rédige, le 30 décembre 1812, pour relater le passage du Guadalaviar ? La « brave division italienne » y est célébrée et, avec elle, la division Palombini pour « la haute valeur qu’elle a déployée », ainsi que le général Habert, le chef d’escadron Palombini, etc. Ce type de récit pouvait être transcrit tel quel dans la presse officielle36.

50Deux ans plus tôt, c’étaient les troupes napolitaines, plus tard décriées, qui avaient eu droit aux éloges de Suchet ; le général Ferrier, commandant des troupes napolitaines à Tortosa, s’adresse à elles en ces termes :

  • 37 Ibid., 384 AP 58-59, « Armée d’Aragon – État-Major – Correspondance ».

51Le général en chef comte Suchet me charge de vous exprimer sa reconnaissance de l’empressement et du zèle qu’ont mis les troupes napolitaines […] à escorter ses derniers convois d’artillerie. Il vous en remercie particulièrement37.

Les jugements portés sur la guerrilla

52Alors que dans les bulletins envoyés à Paris les maréchaux et les généraux s’étendent rarement sur la nature et les comportements des unités de l’armée régulière espagnole, ils sont plus diserts au sujet de la guerrilla qui les déconcerte et les inquiète. Mais ce discours n’est rien comparé aux récits et aux commentaires que le phénomène inspire aux mémorialistes pendant et après le conflit. C’est que, sous leurs yeux, la guerrilla s’est imposée comme la principale marque caractéristique de la guerre d’Espagne.

53Pour en parler, maréchaux et généraux ont eu pour compétiteurs ou contradicteurs de nombreux écrivains, ex-militaires ou non, qui, plus tard, à la recherche d’un succès de librairie, ont trouvé dans ce sujet une mine d’anecdotes sensationnelles, émouvantes, plaisantes, et susceptibles d’être intégrées à la légende noire ou à la légende dorée de l’Espagne.

  • 38 Aymes, 2001.

54Ayant eu l’occasion, voici quelques années, de procéder à une étude relativement exhaustive de la guerrilla espagnole (1808-1814) dans la littérature de témoignage française38, je renonce à reprendre ici les observations que j’avais tirées de l’examen de vingt-sept récits, certains d’entre eux présentant l’inconvénient d’avoir été publiés bien des années après l’effondrement de l’Empire. Mais on retiendra que, dans ce corpus, pas moins de dix-sept récits sont dus à la plume de maréchaux et de généraux : Bigard, Clermont-Tonnerre, Duhesme, Fantin des Odoards, Foy, Gouvion Saint-Cyr, Hugo, Jomini, Jourdan, Lejeune, Marbot, Murat, Reiset, Saint-Chamans, Soult, Suchet et Thiébault.

  • 39 Jourdan, 1899.

55Sans que cela veuille dire qu’ils furent plus attentifs que leurs collègues à la réalité de la guerrilla — ce serait même plutôt le contraire —, les deux maréchaux qui me donnent l’impression de formuler sur elle les opinions les plus éclairées sont Suchet et Jourdan39.

56On pourrait également procéder à un classement qui ferait apparaître comment se différencient, se complètent ou se contredisent la « version confidentielle » présente dans les rapports envoyés à Paris, naturellement hétérodoxe, et la « version officielle » de la guerrilla imposée par les autorités gouvernementales, truffée de préjugés et obéissant aux impératifs de la propagande. La version confidentielle (celle des rapports) sera reprise dans les mémoires autobiographiques publiés sous la Restauration. Livrée au public, elle est aisément accessible de nos jours. La version littéraire comporte à l’évidence toute une part de réajustements, d’embellissements, d’occultations qui la font parfois s’éloigner de la version primitive des rapports. Or, cette dernière est la seule qui nous intéresserait ici et qui transparaît dans les documents des archives parisiennes. La version « littéraire », confidentielle et amendée, est d’ordinaire favorable à la guerrilla et aux guerrilleros ; elle prévaudra durant l’époque romantique et au-delà.

57J’abandonnerai donc l’examen des mémoires autobiographiques et je me fonderai sur les seules déclarations des officiers supérieurs, formulées sur le terrain, pendant la guerre.

58Je rappelle ici que la description de la guerrilla et le jugement porté sur elle permettent de faire le partage, grosso modo, entre ceux qui la considèrent avec compréhension — ce serait trop dire que de parler d’admiration — et ceux qui la méprisent et la détestent.

59Il serait intéressant, par exemple, d’examiner la désignation des guerrilleros par les termes péjoratifs de « brigands », de « bandits », ou par les termes moins méprisants d’« insurgés », « guérilleros » ou « somatens » (en Catalogne).

60Impossible d’espérer de Murat qu’il éprouve un semblant de respect pour les « brigands » [sic] d’Andalousie, lui qui a estimé, au lendemain du 2 mai 1808 madrilène, que le soulèvement était imputable à des « coquins », à la « populace » et à la « canaille ». Le 4 juin, il livre l’information suivante au maréchal Moncey :

  • 40 Murat, 1908-1914, t. vi : Lieutenance de Murat, grand-duc de Berg, en Espagne (avril-juillet 1808). (...)

61Celui qui est à la tête des insurgés d’Andalousie est un misérable couvert de crimes et de sang, qui, plutôt par la terreur que par le patriotisme, a su se faire écouter de quelques malheureux plus à plaindre que criminels40.

  • 41 Sobrón Elguea, 1986, pp. 389-392.

62Une intéressante variation lexicale est observable dans deux textes publiés à Valladolid, à l’automne et à l’hiver 1811, par le terrible comte Dorsenne ou, sous sa direction, par le commandant Passerieu41. On trouve l’habituel terme infamant de « brigands » mais aussi, en face à face dans un arrêté bilingue, bandos, terme moins avilissant, et las guerrillas, désignation neutre, non péjorative, qui a cours chez les adversaires espagnols. Un autre décret, entièrement rédigé en espagnol, fait voisiner insurgentes, terme qui ne signifie que l’illégalité d’une résistance à l’autorité et quadrillas, terme connoté négativement. Ce flottement lexical et sémantique marque bien comment Dorsenne a du mal à se situer face au phénomène de la guerrilla dont il se refuse naturellement à reconnaître la légitimité et la force. Dans le camp opposé, comme le confirme l’auteur d’une lettre écrite à la même époque et dans les mêmes lieux, les bandes d’insurgés deviennent des partidas de guerrillas et ces insurgés des Partidarios (avec majuscule).

63À une date tardive — cette précision chronologique est importante —, alors que plusieurs partidas grossies et désormais structurées sont devenues de véritables unités régulières de combat, quelques hauts dignitaires impériaux ont l’honnêteté de renoncer aux vieilles désignations péjoratives de « bandes de malfaiteurs », de « bandits », etc. pour employer des termes qui sous-entendent la reconnaissance d’un statut guerrier classique. Il était bien temps que Suchet et Soult confèrent une certaine dignité à Juan Martín Díaz et à ses hommes ; le premier écrit au second en octobre 1813 :

  • 42 Choumara, 1838, p. 136.

64L’on annonce l’arrivée d’une troupe espagnole, aux ordres de l’Empecinado, sur le Bas-Èbre42.

65Quelques jours plus tard, Suchet fait allusion aux « corps ennemis » du même ex-chef de bande. À la même époque, Soult ennoblit, en quelque sorte, l’ancien et terrible adversaire du général Hugo en en faisant, tout comme de Longa, le chef d’une division :

  • 43 Ibid., p. 146.

66La division de l’Empecinado n’a pas bougé de la Navarre […]. Longa est sur l’un des contreforts de la montagne de la Rune [Rhune]. Nous recevons tous les jours des déserteurs de ces dernières divisions43.

67L’habileté de la tactique employée par les guerrilleros et l’appui fourni par les populations expliquent que, de toutes parts, maréchaux et généraux se voient condamnés à une quasi-impuissance ; jusqu’en 1814, ni dans la « version confidentielle » ni dans la « version officielle », il n’est envisageable de reconnaître que des brigands, des contrebandiers et des va-nu-pieds tiennent en échec les troupes impériales. C’est seulement sous la Restauration que, à l’unisson, les Hugo, Jomini, Thiébault, Bigarré…, oseront avouer leur impuissance à la faveur du renversement  des jugements portés sur la nature et les mobiles de leurs adversaires : dans la mesure où ces guerrilleros n’appartenaient pas à la lie de la société, où ils étaient mus par de nobles sentiments (patriotiques, religieux, monarchiques), et dans la mesure où leur combat était juste, il est devenu normal d’admettre qu’ils étaient indomptables et, à terme, invincibles.

68Si les généraux et maréchaux ne sont pas parvenus à les anéantir ou à les juguler, ce n’est pas faute de l’avoir tenté, bien qu’ils n’aient pas reçu — me semble-t-il — des autorités supérieures des consignes strictes et applicables en la matière. Et, du reste, parce qu’ils manquent de moyens efficaces et d’imagination, ils ne sont pas diserts sur un sujet qui ne peut les mettre en valeur.

  • 44 Voir Mercader Riba, 1951, Reynaud, 1992, ainsi que Guirao et Sorando, 1995.

69À lire les documents d’archives, on est frappé par la place exiguë qu’occupent la guerrilla et la contre-guérilla dans la correspondance adressée à Paris par Suchet alors en poste dans le Levant. Pour lui qui agit comme un militaire « à l’ancienne », le dénouement du conflit passe par l’occupation des villes à garnison, beaucoup plus que par le contrôle des campagnes environnantes. Sur ce point, Suchet est en accord avec l’Empereur qui ne lui parle que de villes fortifiées à occuper et d’effectifs à évaluer dans les deux armées qui s’affrontent. Des historiens ont trouvé une explication séduisante à ce quasi-mutisme de Suchet au sujet de la guerrilla en région levantine : c’est que dans la région de l’Albufera et au-delà, les cultivateurs, non prolétarisés, non menacés par des journaliers revendicatifs, s’accommodaient de la présence des Français à Valence. Ils ne craignaient pas que les occupants leur imposent des réformes sociales ou économiques trop radicales. En conséquence, ils n’avaient ni à fomenter ni à soutenir la guerrilla. En revanche, lorsque Suchet se retrouve plus tard en Aragon, il semble bien qu’il n’ait pas su ou voulu innover dans sa manière de pacifier les campagnes et de combattre les partidas, spécialement actives dans les régions montagneuses du Haut-Aragon44. Alors qu’il s’était honorablement distingué par sa modération, sa recherche des compromis et son efficacité dans l’administration du Levant, il recourt en Aragon aux méthodes habituelles pour anéantir — il n’y parviendra pas — les partidas locales.

70À l’époque où il s’apprêtait à investir Valence, non loin de là, du côté de Belchite (Bas-Aragon), le général Severoli reconnaît son échec dans sa lutte contre « les bandes » :

  • 45 CHAN, 384 AP 113-114.

71J’emploie les menaces, les châtiments et l’argent et je ne puis pas en venir à bout45.

72Contre la guerrilla, les maréchaux et les généraux ont mis en œuvre deux moyens complémentaires, en sus des proclamations par voie d’affiches et de l’action menée par les troupes impériales et, en particulier, par la gendarmerie : la création d’unités recrutées parmi la population espagnole et les représailles, appelées « châtiments » par Severoli.

  • 46 Ibid., 384 AP 108.

73Dans la zone du Levant contrôlée par Suchet en 1812 et, plus précisément du côté de Tarragone, le général Musnier a organisé une compagnie de « gendarmes espagnols », à l’instar de celles d’Aragon et de Tortosa46.

  • 47 Ibid., 384 AP 146.

74L’examen des archives françaises permet aussi de voir comment Soult a organisé la lutte anti-guérilla en Andalousie. Dans un premier temps, au printemps 1810, comme s’il n’avait pas pris la mesure de l’emprise des partidas sur de vastes étendues du territoire, il semble s’en tenir à une classique guerre de position estimant, de manière surprenante et peu convaincante, que « l’entière soumission de l’Espagne se réduit à la prise de cinq ou six places qu’on peut obtenir d’ici à la fin de la campagne47 » : pour le Sud de l’Espagne, il s’agit de Carthagène et de Cadix, puisque Cordoue, Grenade et Séville sont déjà aux mains des soldats. Début juillet, sans doute conscient que toute la zone de Ronda tarde à être dominée définitivement par les trois régiments qui s’y déploient, il fait savoir au prince de Wagram qu’il est favorable à l’armement de la population, car « il faut que les propriétaires soient en état de défendre eux-mêmes leurs propriétés contre le brigandage ».

75Cet énoncé illustre la « version officielle » de la guerrilla : les insurgés sont des brigands ou des individus du même acabit, et ces prolétaires ne peuvent qu’avoir le désir de s’emparer des biens des propriétaires terriens et des bourgeois. Pour l’heure, Soult loue les « gardes civiques » qu’il a constituées et chargées d’assurer la tranquillité dans les villes, de garantir l’ordre social, de protéger les populations contre les incursions des « bandits » et, à l’occasion, de les pourchasser dans les campagnes environnantes.

76Soult est à l’origine de la constitution d’autres unités appelées guías, escopeteros, cazadores de montaña, ou compañías francas. En mars 1810, il envisage même de confier à ce genre d’unités la surveillance du littoral, du côté de Marbella et de Malaga. En juillet, il a l’audace d’assurer que l’intérieur de l’Andalousie est tranquille, que « les petites bandes sont souvent atteintes et dispersées » et que les « gardes civiques » procèdent à d’utiles arrestations. Début octobre, les « gardes civiques » de Malaga surprennent un bâtiment qui débarque des objets de contrebande. Mais Soult admet que de fortes bandes se font menaçantes sur la côte et dans les Alpujarras et que les populations du côté de Ronda participent activement à ce commerce frauduleux, ce qui donne à penser que la lutte contre la guerrilla ne donne pas de résultats probants.

77Ne pouvant compter entièrement sur les forces d’appoint locales, et définitivement acquis à la « guerre de mouvement », Soult entend se doter de moyens spécifiques tels que les « pièces de 2 et les obusiers de 12 », c’est-à-dire d’une artillerie légère adaptée aux zones montagneuses d’accès difficile, comme les Alpujarras.

78De même que la plupart des généraux dans le reste de l’Espagne, le duc de Dalmatie recourt à des méthodes brutales d’intimidation et de représailles lorsqu’il est convaincu que les populations civiles et les ecclésiastiques accueillent et aident les guerrilleros. À la mi-décembre, il approuve que le colonel Boursain ait détruit le village d’Istan ( ?) et le couvent de Nievas qui étaient des repaires perpétuels de brigands :

  • 48 CHAN, 384 AP 147.

79Un parti de la monstrueuse association de la Cruzada a été enveloppé dans ce dernier couvent et y a péri ; la plupart des moines qui le composaient se sont précipités du haut des rochers et ont été exécutés48.

80Pour justifier la répression sauvage de l’insurrection dans les Alpujarras, le sergent Lavaux s’abrite derrière l’autorité de Soult :

  • 49 Cité par Lafon, 2005, vol. 2, p. 962.

81Nous avions ordre qu’au premier village qui tirerait un coup de feu sur nous, nous missions à feu et à sang sans épargner les enfants au berceau49.

82Au cours de la seconde moitié de 1811, Soult met en avant l’aggravation des difficultés de tous genres pour expliquer qu’il ne peut anéantir « les bandes considérables qui se sont répandues dans l’intérieur de l’Andalousie » : il a besoin de renforts, les conscrits ne valent pas les soldats chevronnés, les munitions manquent. Et il rappelle, pour la première fois, un lointain antécédent historique susceptible d’expliquer l’impossibilité de déloger les bandes des montagnes des Alpujarras :

  • 50 CHAN, 384 AP 147.

83Pendant près d’un siècle les maures y prolongèrent leur résistance […]. Les habitants étaient obligés par la violence à se réunir aux bandes de l’insurrection […]. Mais la commotion a été si grande qu’il faudra longtemps avant que la tranquillité soit parfaitement rétablie50.

84Dans l’impossibilité, d’une part, de procéder au blocus du secteur de Ronda au moyen de lignes de postes fortifiés et, d’autre part, de traquer les guerrilleros dans les Alpujarras, Soult, dans une position de repli — mais il se garde d’employer cette expression —, en revient à une guerre de position, ce qui signifie qu’il a renoncé à pourchasser et à exterminer — tout au plus emploie-t-il le terme « refouler » — les bandes. Il se borne désormais à interdire qu’elles ne déferlent sur les villes, d’où l’ordre de construire des forts à Grenade, Alcalá la Real, Jaen, Malaga, Antequera, « Ronda de Sahara » ( ?) et « Olbera et Morón ».

  • 51 Lafon, 2005.

85Une étude récente fait apparaître une certaine originalité dans la prise en compte d’une donnée spatiale propre à l’Andalousie51 : il semble bien que Soult, dans son combat contre les résistants en milieu rural, ait distingué les « zones d’opération » des « zones utiles ». Dans les premières, qui sont montagneuses, la guerrilla, solidement établie, est et sera difficile à déloger ; dans les secondes, qui correspondent a la campiña, les troupes napoléoniennes se consacreront principalement à la protection des cultures et des récoltes. Pour ce faire, elles peuvent compter — vœu pieux, plus que réalité — sur l’appui des oligarchies locales qui n’ont pas de raisons de croire leurs intérêts gravement menacés par les occupants.

  • 52 SHD, DAT, C8/146.

86La lutte conduite par Soult contre les bandes d’insurgés ne se donne pas pour objectif, comme c’est le cas pour le roi Joseph, la réconciliation avec les « brigands rendus à la raison » ; Soult, à l’instar de la plupart de ses homologues, ordonne ou approuve des méthodes brutales de répression, en application du postulat qu’il veut faire partager au général Reynier en avril 1810 : il ne faut avoir que des amis ou des ennemis52. D’où les exécutions ou incarcérations des parents des insurgés, et le triste sort réservé au village d’« Albadonales » (Algodonales) dont tous les habitants étaient armés et commandés par le féroce Romero. Une fois le village cerné, le feu est mis à plusieurs maisons ; bon nombre d’habitants périssent et seuls les femmes, les enfants et les vieillards sont épargnés.

87Comme, par ailleurs, les unités de « gardes civiques » et autres forces indigènes causent plus de déboires que de satisfactions, on peut parler du fiasco du duc de Dalmatie dans sa campagne de lutte anti-guérilla, sans parler de l’échec catastrophique du siège de Cadix.

88On se demande, du reste, quels maréchaux et quels généraux peuvent se targuer d’avoir réussi à neutraliser la guerrilla. Mais il semble bien que, de tous les côtés, aient prévalu la brutalité, les représailles et les châtiments pour l’exemple. Sauf erreur de lecture de ma part, Suchet est probablement l’auteur d’une lettre écrite à Valence en mars 1812, adressée au colonel d’Aigremont :

  • 53 CHAN, 384 AP 58-59.

89Tous les brigands et paysans armés qui tombent dans les mains de l’armée doivent être fusillés ; il en sera de même des recruteurs ou soi-disant tels de l’armée ennemie qui viendraient enlever les jeunes gens dans leur village53.

90À la mi-août 1812, le général Henriot, en poste à Lérida, déplore que les habitants des contrées avoisinantes désertent les villages, occupent les défilés, défendent les récoltes à main armée ou fassent feu sur les troupes napoléoniennes :

  • 54 Ibid., 384 AP 111.

91Peut-être que le seul moyen de rappeler les habitants et de neutraliser leur service de milice serait d’incendier quelques villages54.

92Quelques mois plus tard, le ministre de la Guerre s’adresse au duc d’Albufera pour lui demander de mettre fin à des « abus dans la justice » commis à Lérida et imputables au général Henriot qui use de procédés scandaleux pour dissuader les habitants d’aider les guerrilleros :

  • 55 Ibid., 384 AP 112.

93On aurait coupé une oreille à des hommes qui seraient seulement soupçonnés d’espionnage ; et les femmes de mauvaise vie seraient soumises à des peines réprouvées par les bonnes mœurs et par l’humanité55.

94Dorsenne, à la sinistre réputation, ne désavoue pas la cruauté de l’un de ses chefs de bataillon :

  • 56 Thiébault, 1893-1895, t. iv, p. 403.

95Il débutait généralement — rapporte le général Thiébault — par faire attacher ces malheureux par les pouces ; puis il les faisait hisser en l’air et secouer jusqu’à ce que  leurs bras fussent disloqués ; et des vieillards et des prêtres furent ainsi exterminés56.

Les différentes méthodes de pacification

  • 57 CHAN, 384 AP 113.

96Il est bien difficile d’apprécier de manière objective les méthodes de pacification auxquelles recourent les maréchaux et les généraux alors que, en dehors de quelques documents d’archives où il est fait état de châtiments pour l’exemple, d’exécutions de parents d’insurgés, de déportations et d’impositions extraordinaires en guise de punition, l’observateur d’aujourd’hui est obligé de naviguer entre deux visions déformantes de la réalité : celle, embellie et édulcorée, des acteurs eux-mêmes, soucieux dans leurs mémoires autobiographiques, de ne pas apparaître comme des bourreaux ou des sauvages, et celle de la propagande espagnole anti-napoléonienne, qui n’épargne personne, sans distinction du barbare Dorsenne ou du plus supportable Suchet. En décembre 1812, le général Henriot, en poste à Lérida, s’emporte contre des « propos ridicules et exagérés  que l’ennemi tient pour fermenter les  têtes » ; ainsi répand-t-on que « Suchet a fait miner la cathédrale de Valence avant de se replier sur l’Èbre57 ».

97En novembre 1813, parviennent sur le bureau du ministre de la Guerre des extraits du Journal de Manrise (Manresa) qui comporte des invectives adressées au « tío Suchet » :

  • 58 Ibid., 384 AP 121.

98Ouvre les yeux, imbécile, imite l’incomparable Moreau cinquante mille fois plus militaire que toi58 !

99On aimerait savoir sur quoi se fonde Thiébault pour placer le général Duhesme au premier rang des hauts dignitaires odieux qui, par leurs déportements, ont contribué à rendre l’armée impériale détestable dans son ensemble ; sont ici mentionnés les habitants de Burgos :

  • 59 Thiébault, 1893-1895, t. iv, p. 402.

100Ils étaient révoltés des atrocités et des superbes mépris de ce Dorsenne, et indignés de gaspillages et de vexations59.

101Les maréchaux et les généraux n’avaient nullement l’obligation de se laisser aller, comme Dorsenne, à la sauvagerie, mais il est indéniable que l’entreprise de pacification impliquait, avant toute chose, l’imposition ou le rétablissement de l’ordre public, notamment dans les villes et les bourgades. Sur ce point, on ne voit pas de différences sensibles entre les points de vue et les décisions des militaires de haut rang.  Tel ordre du jour signé de Duhesme aurait pu l’être par Suchet. Ainsi en est-il du texte signé par le premier nommé, le 2 juin 1808, et publié, le même jour, dans le Diario de Barcelona. Non seulement il interdit les petits rassemblements dans les rues, mais il prévoit de lourds châtiments en cas d’agression visant les soldats impériaux ou de meurtres :

1022o. — Toda casa donde se hubieran arrojado piedras o fusilazos sobre tropas francesas o españolas, en donde se hubiese asesinado a franceses o se diera asilo al asesino será destruida y su dueño tratado como culpable.

  • 60 Mercader Riba, 1949, p. 437.

1033o. — Todo pueblo, grande o chico, que se atreva a levantarse, será quemado y sus autoridades juzgadas criminalmente60.

104La nécessité d’imposer un contrôle rigoureux aux habitants dans le but de démasquer les guerrilleros cachés dans les villes et leurs complices conduit, tant Suchet que Soult, à instaurer « la carta de seguridad ». La surveillance des lieux publics se renforce et Sébastiani, dans la région de Grenade, en vient à interdire toute conversation qui, directement ou indirectement, se rapporterait à l’armée et à ses opérations.

105Une fois un territoire conquis par les armes, la pacification se caractérise par ce va-et-vient entre les mesures préparant le retour au calme et, de l’autre côté, la répression plus ou moins brutale.

Et l’administration ?

106Gagner la guerre, c’est tout d’abord anéantir manu militari la résistance, armée ou non et, dans un second temps, mettre en place de nouvelles institutions et autorités.

107Cependant, le problème est spécialement ardu pour de multiples raisons : la plupart des maréchaux et des généraux ne songent qu’à la conquête ; l’administration est, en principe, confiée aux autorités « joséphines », et non aux militaires français ; la brièveté des campagnes, notamment au Portugal et dans le nord-ouest de l’Espagne, ne laisse pas suffisamment de temps pour administrer ces territoires plutôt parcourus que quadrillés par les troupes ; les trop fréquents changements d’affectation des officiers supérieurs — l’un d’eux s’en plaint auprès du gouvernement de Paris — empêchent toute continuité dans le processus d’implantation des nouvelles instances ; enfin et surtout, peu de territoires ont été occupés longuement et sans interruption. La Catalogne constitue la seule et grande exception. De plus, annexée par la France en 1812, elle est, à partir de ce moment-là, entièrement gouvernée « à la française ».

108Les chercheurs qui désireraient préciser les objectifs, comparer les modalités  d’action des militaires et des administrateurs et mesurer les résultats obtenus, ont affaire à une lourde tâche pour la raison que les sources d’informations disponibles sont encore inexploitées (à Paris, notamment), ou ne l’ont été que par quelques spécialistes.

  • 61 Voir Díaz Torrejón, 2001, ainsi que Muñoz de Bustillo Romero, 1991 et, sur Malaga, voir la vieille (...)

109Le bilan, à ce jour, me paraît se présenter de la manière suivante. Pour la Catalogne, à partir du travail de pionnier effectué par Juan Mercader Riba, il est possible de comparer l’œuvre entreprise, dans les domaines de leurs compétences, par les maréchaux ou généraux Duhesme, Mathieu, Macdonald, Decaen et Suchet. Pour l’Andalousie, l’œuvre des occupants, avec le duc de Dalmatie à leur tête, est maintenant connue grâce aux travaux déjà cités de Nicole Gotteri et de Manuel Moreno Alonso, auxquels sont venues  s’adjoindre des recherches portant sur des espaces plus ou moins réduits, tels que Xérès, Osuna ou Malaga61.

110Les études centrées sur Suchet, celles de Reynaud et la mienne, qui portent sur le Levant ou sur l’Aragon, sont incomplètes.

111Sans doute dispose-t-on, en toute commodité, des mémoires autobiographiques des maréchaux et généraux appliqués à mettre en valeur leur œuvre administrative, Suchet pour le Levant, Soult pour l’Andalousie, Thiébault pour Burgos… Mais quel crédit accorder à ces exposés tendancieux ?

  • 62 Des études locales existent, qui touchent à l’administration militaire française ou/et « joséphine  (...)

112En tout état de cause, subsistent de grandes zones d’ombre : quelles initiatives ont été prises et quels résultats ont été obtenus par les chefs militaires chargés d’administrer, après leur conquête partielle, l’Espagne cantabrique, les provinces basques, la Navarre et même les deux Castilles62 ?

113En matière de réformes touchant à l’économie et à l’hygiène publique, il m’a été donné de montrer que Suchet se comporte comme un post-ilustrado, dans la manière d’abolir certains privilèges des corporations, de préconiser la vaccination contre la variole, d’imposer les enterrements dans les cimetières etc. En revanche, on ne sera pas tenté de faire de Soult un admirateur des Lumières, ce qui n’interdit pas de prendre en compte quelques-unes de ses bonnes intentions auxquelles Nicole Gotteri est si sensible. Sans doute a-t-elle lu comme moi cette lettre du 26 août 1811 que le duc de Dalmatie adresse à Berthier, prince de Neufchâtel et de Wagram et dans laquelle, meurtri par les reproches de l’Empereur, il a à cœur de justifier plusieurs de ses grands projets coûteux :

  • 63 SHD, DAT, C8/146.

114S. M. me fait encore témoigner qu’elle est mécontente des folles dépenses que l’on a faites à Séville, Grenade et Malaga et dans d’autres endroits pour rendre navigables des rivières, faire de grands établissements d’artillerie, construire des forts inutiles, des monuments63.

115Soult s’emploie à démontrer l’intérêt de la navigation sur le Guadalquivir et de la construction d’un haut-fourneau à Grenade, ainsi que de huit forts.

116Enfin, pour ce qui est de la « guerre d’opinion » conduite par les maréchaux et les généraux, tout reste à faire. Et là, ce sont les archives espagnoles qui fournissent les textes — en français, en castillan et en catalan — dont l’argumentation et les artifices rhétoriques n’ont jamais été étudiés de manière exhaustive et comparative. Le déséquilibre numérique est grand entre la masse des proclamations, des ordres du jour, des feuilles volantes… provenant du camp des résistants, et le petit nombre de proclamations, de décrets et de textes divers émanant des hauts dignitaires impériaux.

117Il est regrettable que nous ne disposions pas d’ouvrages comparables à celui de Mercader Riba qui donne accès au texte in extenso d’un ordre du jour ou d’un édit, d’une proclamation et d’un décret du maréchal Macdonald, d’une lettre du maréchal Suchet au sous-préfet de Tarragone, etc.

  • 64 Six, 2002.

118Il ne nous échappe pas que l’image qui se dégage de cette sommaire description de la mentalité des maréchaux et généraux et de leur comportement en Espagne est globalement et, peut-être, excessivement défavorable à ces personnages, hormis Suchet et, à un degré moindre, Thiébault. Le contraste apparaîtra saisissant et déconcertant à qui feuilleterait, par exemple, le Dictionnaire Napoléon ou un ouvrage consacré aux généraux de la Révolution et de l’Empire64 car, dans bien des cas, domine la vision plutôt avantageuse de militaires dont certains, entrevus ici, avaient fait preuve, au cours des guerres européennes de la Révolution, du Consulat et du début de l’Empire, d’une vaillance hors du commun, parfois accompagnée de grandeur d’âme et de générosité. Mais que sont devenus en Espagne ces glorieux et admirables Murat, Masséna, Junot et autres ? Il n’était pas fatal que, l’âge venant, la mentalité de ces conducteurs d’hommes se dégrade sous l’effet du vieillissement, de la cupidité, de la jalousie et de l’appétit de nouveaux titres. C’est que la guerre d’Espagne, viciée dans ses fondements et dans les modalités de son engagement, a tiré vers le bas ces militaires, vite conscients qu’ils avaient plus à perdre qu’à gagner dans cette affaire « mal embarquée », comme l’a reconnu Napoléon lui-même. Vue du côté français, cette guerre sale… salit ceux qui la conduisent sur le terrain ou, pour mieux dire, ceux qui la subissent, à tous les échelons de la hiérarchie.

119Sans doute faut-il faire la part de la « campagne d’opinion » qui, du côté espagnol, noircit à l’envi le tableau pour la partie française, diabolise l’adversaire et méconnaît, à la fois, quelques éclatants succès remportés sur le terrain par les Français au cours des deux premières années de la guerre et les louables efforts entrepris, ici et là, dans les territoires conquis, en matière d’innovations institutionnelles, d’éducation, d’urbanisme, d’hygiène publique… Libre alors à chacun d’estimer que la réduction du nombre de couvents, l’abolition de l’Inquisition, la suppression de certains impôts féodaux, la création de « biens nationaux » et autres mesures visant certains privilèges abusifs et autres traditions ankylosantes propres à l’Ancien Régime étaient plus bénéfiques pour le pays — c’est ce qu’il nous semble — qu’inopportunes et dommageables.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations
BNE : Biblioteca Nacional de España, Madrid.
CHAN : Centre historique des Archives nationales, Paris.
SHD, DAT : Service historique de la Défense, Département de l’armée de Terre, Château de Vincennes.

Aymes, Jean-René (2001), « La guerrilla española (1808-1814) en la literatura testimonial francesa », dans José A. Armillas Vicente (coord.), La Guerra de la Independencia. Estudios (2 vol.), Saragosse, vol. 1, pp. 15-33.

Aymes, Jean-René (2004), « La guerre d’Espagne dans la presse impériale (1808-1814) », Annales historiques de la Révolution française, 336 (avril-juin), numéro spécial « L’Espagne et Napoléon – Napoléon dans l’histoire de la révolution espagnole », pp. 129-145.

Aymes, Jean-René (2005), « La Andalucía del Sureste en la correspondencia del mariscal Soult (1810-1811) y las memorias de militares napoleónicos », dans Marion Reder Gadow et Eva Mendoza García (coord.), La Guerra de la Independencia en Málaga y su provincia (1808-1814), Malaga, pp.15-35.

Balagny, Dominique [commandant] (1902-1907), Campagne de l’empereur Napoléon en Espagne (1808-1809), Paris.

Bergerot, Bernard (1986), Le maréchal Suchet, duc d’Albuféra, Paris.

Braive, Gaston (2001), Duhesme (1766-1815), Pays de Genappe.

Clermont-Tonnerre, Gaspard de (1983), L’expédition d’Espagne, 1808-1810, Paris.

Choumara, Théodore (1838), Considérations militaires sur les mémoires du maréchal Suchet et sur la bataille de Toulouse, suivies du rapport du maréchal Suchet au ministre de la Guerre, Paris.

Díaz Torrejón, Francisco Luis (2001), Osuna napoleónica (1810-1812), Séville.

Esdaile, Charles (2004), La Guerra de la Independencia. Una nueva historia, Barcelone.

García Gutiérrez, Patrocinio (1991), La ciudad de León durante la Guerra de la Independencia, Valladolid.

Gotteri, Nicole (1991), Soult : maréchal d’Empire et homme d’État, Besançon.

Gotteri, Nicole (2004), Napoléon et le Portugal, Paris.

Grasset, Alphonse (1910), Málaga province française, Paris.

Guirao, Ramón et Sorando, Luis (1995), El Alto Aragón en la Guerra de la Independencia, Saragosse.

Haro Malpesa, Jesús [éd.] (1999), Guerra de la Independencia. Bailén 1808. Diarios y memorias, Alcázar de San Juan.

Hugo, Joseph-Léopold (1823), Mémoires du général Hugo, gouverneur de plusieurs provinces et aide-major des armées en Espagne (3 vol.), Paris.

Jourdan, Jean (1899), Mémoires militaires écrits par lui-même, publiés d’après le manuscrit original par le vicomte de Grouchy, Paris.

La Forest, Antoine [comte de] (1905-1913), Correspondance du comte de La Forest, ambassadeur de France en Espagne, 1808-1814 (7 vol.), Charles-Alexandre Geoffroy de Grandmaison (éd.),Paris.

Lafon, Jean-Marc (2005), « Contre-guérilla ou contre-insurrection ? La politique de Soult en Andalousie (1810-1812) », dans Ocupació i resistència a la Guerra del Francés (1808-1814). Actas del Congrés Internacional Interdisciplinari [Barcelona, 5-7 d’octubre de 2005] (2 vol.), Barcelone, vol. 1, pp. 951-971.

Maestrojuán Catalán, Francisco Javier (2003), Ciudad de vasallos. Nación de héroes (Zaragoza, 1809-1814), Saragosse.

Marbot, Jean Marcellin [baron de] (1891), Mémoires du général baron de Marbot (3 vol.), Paris.

Mercader Riba, Juan (1949), Barcelona durante la ocupación francesa (1808-1814), Madrid.

Mercader Riba, Juan (1951), « El mariscal Suchet, virrey de Aragón, Valencia y Cataluña », Cuadernos de Historia Jerónimo Zurita, 2, pp. 127-142.

Morange, Claude (2002), Paleografía (1779-1819) del « Pobrecito Holgazán » Sebastián de Miñano y Bedoya, Salamanque.

Moreno Alonso, Manuel (1995), Sevilla napoleónica, Séville.

Muñoz de Bustillo Romero, Carmen (1991), Bayona en Andalucía : el estado bonapartista en la prefectura de Xerez, Madrid.

Murat [comte] (1897), Murat, lieutenant de l’Empereur en Espagne, 1808, d’après sa correspondance inédite et des documents originaux, Paris.

Murat, Joachim [roi des Deux-Siciles] (1908-1914), Lettres et documents pour servir à l’histoire de Joachim Murat, 1761-1815 (8 vol.), Paris.

O’Meara, BarryEdward (1993), Napoléon dans l’exil (2 vol.), Paris.

Reder Gadow, Marion et Mendoza García, Eva (2005), La guerra de la Independencia en Málaga y su provincia (1808-1814), Malaga.

Reynaud, Jean-Louis (1992), Contre-guérilla en Espagne (1808-1814). Suchet pacifie l’Aragon, Paris.

Sánchez Fernández, Jorge (2002), Valladolid durante la Guerra de la Independencia española, 1808-1814, Valladolid.

Scotti Douglas, Vittorio (éd.) (2006), Gli italiani in Spagna nella Guerra Napoleonica (1807-1813). I fatti, i testimoni, l’eredità, Alexandrie.

Six, Georges (2002), Les généraux de la Révolution et de l’Empire, Paris.

Sobrón Elguea, María del Carmen (1986), Logroño en la Guerra de la Independencia, Logroño.

Suchet, Louis-Gabriel (1828), Mémoires du maréchal Suchet, duc d’Albufera sur ses campagnes en Espagne depuis 1808 jusqu’en 1814, écrits par lui-même (2vol.), Paris

Thiébault, Dieudonné-Paul-Charles-Henri (1893-1895), Mémoires du général baron Thiébault (5 vol.), Paris.

Tone, John L. (1999), La guerrilla española y la derrota de Napoleón, Madrid.

Haut de page

Notes

1 Voir, respectivement, Gotteri, 1991, Bergerot, 1986, Murat, 1897 et Braive, 2001.

2 Balagny, 1902-1907.

3 Plusieurs ouvrages et articles sont répertoriés dans Haro Malpesa, 1999, pp. 215-218 (« Bibliografía complementaria »).

4 Scotti Douglas, 2006.

5 Mercader Riba, 1949.

6 Reynaud, 1992.

7 Aymes, 2005.

8 Gotteri, 2004.

9 Aymes, 2004.

10 Thiébault, 1893-1895, t. iv, p. 401.

11 Clermont-Tonnerre, 1983.

12 Cité dans La Forest, 1905-1913, t. iii : octobre 1809 - juin 1810, p. 201.

13 O’Meara, 1993, t. i : 7 août 1815 - 20 avril 1817, pp. 381-382.

14 Ibid., p. 104.

15 Gotteri, 1991, p. 407-418.

16 Moreno Alonso, 1995, p. 102.

17 À la Bibliothèque nationale de Madrid existe un document où le montant de certaines dépenses est chiffré avec précision (BNE, Ms. R-63192, « Cuentas de los gastos causados en el palacio del Duque de Dalmacia »).

18 Sans fournir d’exemples, l’historien nord-américain John Tone associe dans son mépris Soult et Victor (Tone, 1999, p. 265).

19 SHD, DAT, C8/147, « Armée d’Espagne (1808-1814) » (Correspondance du Maréchal Soult).

20 Clermont-Tonnerre, 1983, p. 402.

21 Ibid., p. 424.

22 SHD, DAT, C8/146.

23 Voir Morange, 2002, p. 263.

24 Clermont-Tonnerre, 1983, p. 478.

25 Thiébault, 1893-1895, t. iv, p. 393.

26 CHAN, section Archives privées, Fonds Suchet d’Albufera (Armées d’Aragon), 384 AP 106.

27 Ibid., 384 AP 108.

28 Ibid., 384 AP 107.

29 SHD, DAT, C8/146.

30 CHAN, section Archives privées, 384 AP 107.

31 SHD, DAT, C8/146.

32 CHAN, section Archives privées, 384 AP 109.

33 Ibid., 384 AP 120-121.

34 Ibid., 384 AP 112.

35 Ibid., 384 AP 111.

36 Ibid., 384 AP 106.

37 Ibid., 384 AP 58-59, « Armée d’Aragon – État-Major – Correspondance ».

38 Aymes, 2001.

39 Jourdan, 1899.

40 Murat, 1908-1914, t. vi : Lieutenance de Murat, grand-duc de Berg, en Espagne (avril-juillet 1808). Royaume de Naples (15 juillet 1808-1er février 1809), p. 193.

41 Sobrón Elguea, 1986, pp. 389-392.

42 Choumara, 1838, p. 136.

43 Ibid., p. 146.

44 Voir Mercader Riba, 1951, Reynaud, 1992, ainsi que Guirao et Sorando, 1995.

45 CHAN, 384 AP 113-114.

46 Ibid., 384 AP 108.

47 Ibid., 384 AP 146.

48 CHAN, 384 AP 147.

49 Cité par Lafon, 2005, vol. 2, p. 962.

50 CHAN, 384 AP 147.

51 Lafon, 2005.

52 SHD, DAT, C8/146.

53 CHAN, 384 AP 58-59.

54 Ibid., 384 AP 111.

55 Ibid., 384 AP 112.

56 Thiébault, 1893-1895, t. iv, p. 403.

57 CHAN, 384 AP 113.

58 Ibid., 384 AP 121.

59 Thiébault, 1893-1895, t. iv, p. 402.

60 Mercader Riba, 1949, p. 437.

61 Voir Díaz Torrejón, 2001, ainsi que Muñoz de Bustillo Romero, 1991 et, sur Malaga, voir la vieille étude de Grasset, 1910 et, surtout, Reder Gadow et Mendoza García, 2005.

62 Des études locales existent, qui touchent à l’administration militaire française ou/et « joséphine ». On ne peut les passer en revue ici. À titre d’exemple, on citera : Sobrón Elguea, 1986, pp. 97-153 ; García Gutiérrez, 1991, pp. 187-226 ; Guirao et Sorando, 1995, pp. 127-135 ; Sánchez Fernández, 2002, ainsi que Maestrojuán Catalán, 2003, pp.25-218.

63 SHD, DAT, C8/146.

64 Six, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-René Aymes, « Les maréchaux et les généraux napoléoniens », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1 | 2008, 71-93.

Référence électronique

Jean-René Aymes, « Les maréchaux et les généraux napoléoniens », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 38-1 | 2008, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mcv.revues.org/946

Haut de page

Auteur

Jean-René Aymes

Professeur émérite, Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Revues.org